Loge maçonnique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loge.

Une loge maçonnique est une confrérie civile qui réunit un petit groupe de membres de la franc-maçonnerie au niveau local [n 1].

Dans la terminologie maçonnique, on appelle loges ou ateliers les groupes de base des franc-maçons. Les loges se caractérisent par un « titre distinctif », souvent un numéro d'ordre et un « Orient », c'est-à-dire la ville ou le lieu où elle choisi de se rattacher. Seules les loges disposent du pouvoir, essentiel en franc-maçonnerie, d'initier de nouveaux membres. Elle se réunissent dans des temples maçonniques.


photo en couleur d'un temple maçonnique en Italie
Temple d'une loge maçonnique italienne

Les types de loge[modifier | modifier le code]

photo en couleur d'un temple de style égyptien en Amérique
Temple de style égyptien dans l'immeuble de la Grande Loge de Pennsylvanie

Les ateliers des trois premiers degrés (apprenti, compagnon et maître) sont appelés « loges symboliques » ou « loges bleues ». Ceux des grades complémentaires ou « supérieurs », appelés « hauts grades » dans certains rites, portent des titres spécifiques « loges de perfection », « chapitres », « aréopages », « consistoires », mais restent toujours des « loges » au sens général.

Loges et obédiences[modifier | modifier le code]

Un ensemble de loges de sensibilité apparentée et situées géographiquement dans le même État[n 2] constitue une obédience.

Hiérarchie[modifier | modifier le code]

Au sein d'une loge deux hiérarchies cohabitent. Celle des grades et celles des fonctions[1].

Les grades maçonniques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grade maçonnique.

Ce type de hiérarchie est initiatique. Elle inclut les grades d'avancement et les grades de perfectionnement[1]. La progression de l'initié s'accomplit en fonction des travaux maçonniques qu'il accomplit au sein de cette communauté et du jugement que ses pairs portent sur lui[2].

Les fonctions: officiers de la loge[modifier | modifier le code]

photo en couleur d'un temple au Canada
Temple de la loge "Les Cœurs Unis" - Montréal
Article détaillé : Officiers de loge maçonnique.

Une loge est présidée par un Vénérable Maître qui dirige les travaux, secondé par un collège d'officiers. Certains offices ne devant être remplis que par un maître. Le nombre et la qualité de ceux-ci diffèrent selon les rites; cependant on trouve toujours le « premier surveillant », qui a la charge de l'instruction des compagnons, et le « second surveillant », qui a celle des apprentis.

Désignation des responsables[modifier | modifier le code]

Dans certaines loges, tout membre affilié depuis au moins six mois participe chaque année à l'élection des officiers et du vénérable maître, qui ne peut habituellement exercer son mandat au-delà de trois ans[3]. Dans la majorité des loges, les apprentis et les compagnons ne votent pas. Le droit de vote dépend également le plus souvent d'une assiduité suffisante pendant l'année[4].

Tenue[modifier | modifier le code]

photo en couleur d'un temple britannique
Temple d'une loge maçonnique britannique, au premier plan l'arche royale

Une tenue de loge désigne une réunion rituelle qui en théorie, ne peut être ouverte qu'avec au moins sept membres. Certaines obédiences exigent dans ce cas qu'ils possèdent tous le grade de maître. Les tenues dites d'« obligation » ont lieu au maximum deux fois par mois et en principe le soir, elles durent environ trois heures. Les loges peuvent recevoir dans leur tenue des membres d'autres loges (visiteurs et visiteuses) de leur obédience mais également d'autres obédiences, si celle-ci ont convenue de conventions de reconnaissance mutuelle. La loge peut aussi tenir des tenues « blanche » qui sont le plus souvent des conférences et qui peuvent être « ouvertes », ou le conférencier est un franc-maçon et l'auditoire ouvert également au « non franc-maçon (profane) » mais aussi « fermée » ou le conférencier est dit: « profane » et l'auditoire exclusivement composé de franc-maçon[5].Il existe aussi des tenues particulières comme les tenues funèbres en cas de décès d'un membre de la loge et des tenues de banquet pour les fêtes solsticiales de la Saint Jean d'hiver et d'été. L' ensemble du déroulement de la tenue, comme des spéculations qui y sont menées, sont toujours codifiées selon le rituel propre à chaque rite.

Vie maçonnique[modifier | modifier le code]

La vie maçonnique se déroule de septembre à juin[6], en règle générale, avec ci et là des exceptions outre le principe de fêtes d'été où les membres ont ainsi l'occasion de se retrouver.

Loges non maçonniques[modifier | modifier le code]

Toutes les associations qui prennent le nom de loges ne sont pas nécessairement maçonniques. En effet, ce mode d'organisation a été souvent copié, jusque dans sa dénomination, par les sociétés amicales (telles que les Odd Fellows ou les francs-jardiniers) ainsi que par de très nombreuses autres associations du monde anglo-américain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Typiquement, une quarantaine de membres dans une ville donnée. Dans les grandes villes, il y a souvent plusieurs loges. Il existe toutefois des exceptions de taille (on trouve par exemple des loges de quelques centaines de membres à New York) ou de « localité » (notamment certaines loges rattachées à des régiments militaires et susceptibles de changer de ville ainsi que quelques loges dites « de recherche » qui ont des membres « correspondants » disséminés à travers le monde)
  2. Certaines obédiences, comme particulièrement l'Ordre Maçonnique Mixte International "Le Droit Humain" sont internationales.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Béresniak, la franc-maçonnerie, éditions Jacques Grancher,‎ 1988, p. 66-67
  2. Bernard Baudoin, la franc-maçonnerie, éditions de Vecchi,‎ 1995, p. 103
  3. Jack Chaboud, La Franc-maçonnerie, histoire, mythes et réalité, Librio,‎ 2004, p. 59
  4. Anonyme, Guide pour devenir franc-maçon ou franc-maçonne, éditions du Rocher, p. 35
  5. Jack Chaboud, La Franc-maçonnerie, histoire, mythes et réalité, Librio,‎ 2004, p. 62-63
  6. Jack Chaboud, La Franc-maçonnerie, histoire, mythes et réalité, Librio,‎ 2004, p. 63

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Loge maçonnique.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :