Liste du patrimoine mondial en Océanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article recense les sites inscrits au patrimoine mondial par l'UNESCO en Océanie.

Généralités[modifier | modifier le code]

Chaque année, le Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO peut inscrire des sites sur la liste du patrimoine mondial. La sélection est basée sur dix critères : six pour le patrimoine culturel (i–vi) et quatre pour le patrimoine naturel (vii–x)[1] Certains sites, désignés comme « mixtes », représentent à la fois un patrimoine culturel et naturel. Les États peuvent également réaliser une inscription sur la liste indicative. Cette liste regroupe les éléments pour lesquels l'État partie a déposé un dossier de candidature à l'UNESCO, avant son acceptation. Elle constitue donc une sorte d'antichambre de la liste du patrimoine mondial.

Du point de vue géographique, l'UNESCO regroupe les sites d'Océanie et d'Asie dans une même zone (nommée « Asie et Pacifique ») et suit globalement les divisions statistiques des Nations unies[2]. Les sites d'outre-mer en dehors des limites communes du continent européen sont inclus dans la zone Europe-Amérique via leur pays respectif. Pour l'Océanie, c'est le cas de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie française et de La Réunion (France), des îles Pitcairn (Royaume-Uni), de Hawaï et des Samoa américaines (États-Unis), et de l'île de Pâques (Chili).

L'UNESCO ne prend en considération que les États parties de la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel. En Océanie, Nauru et les Tuvalu ne l'ont pas intégrée. Les îles Cook et Niue, qui ont ratifié cette convention, ne possèdent aucune inscription au patrimoine mondial ou sur la liste indicative. Les Fidji, la Micronésie, les Tonga et les Samoa n'ont de sites inscrits que sur la liste indicative.

Sites transfrontaliers[modifier | modifier le code]

L'Océanie ne compte aucun site transfrontalier, commun à plusieurs pays[3].

Patrimoine en péril[modifier | modifier le code]

Le Comité du patrimoine mondial peut spécifier qu'un site est en péril s'il existe des « conditions menaçant les caractéristiques mêmes qui ont permis l'inscription d'un bien sur la Liste du patrimoine mondial[4] ». En Océanie, en 2013, aucun site n'est considéré en péril ; aucun site océanien n'a d'ailleurs été inscrit sur la liste du patrimoine en péril avant d'en être retiré par la suite.

Statistiques[modifier | modifier le code]

La liste suivante recense les sites du patrimoine mondial situés en Océanie.

Pays Adhésion PM : Total PM : Culturel PM : Naturel PM : Mixte LI : Total LI : Culturel LI : Naturel LI : Mixte
Australie 1974 19 3 12 4 2 0 2 0
Chili[note 1] 1980 1 1 0 0 0 0 0 0
États-Unis[note 2] 1973 2 0 1 1 1 0 1 0
Fidji 1990 0 0 0 0 4 3 1 0
France[note 3] 1975 1 0 1 0 2 1 0 1
Îles Cook 2009 0 0 0 0 0 0 0 0
Îles Marshall 2002 1 1 0 0 3 1 1 1
Kiribati 2000 1 0 1 0 0 0 0 0
Micronésie 2002 0 0 0 0 2 2 0 0
Niue 2001 0 0 0 0 0 0 0 0
Nouvelle-Zélande 1984 3 0 2 1 7 3 3 1
Palaos 2002 1 0 0 1 4 3 0 1
Papouasie-Nouvelle-Guinée 1997 1 1 0 0 7 0 0 7
Royaume-Uni[note 4] 1984 1 0 1 0 0 0 0 0
Salomon 1992 1 0 1 0 2 0 1 1
Samoa 2001 0 0 0 0 2 1 0 1
Tonga 2004 0 0 0 0 2 2 0 0
Vanuatu 2002 1 1 0 0 5 3 2 0

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour le Chili : île de Pâques.
  2. Pour les États-Unis : Hawaï et Samoa américaines.
  3. Pour la France : Nouvelle-Calédonie et Polynésie française.
  4. Pour le Royaume-Uni : îles Pitcairn

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les critères de sélection », UNESCO
  2. (en) « Composition of macro geographical (continental) regions, geographical sub-regions, and selected economic and other groupings », Division statistique des Nations unies,‎ 2010
  3. « Liste du patrimoine mondial », Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture
  4. « Patrimoine mondial en péril », UNESCO

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]