Architecture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Architecture (homonymie).

L'architecture est l'agencement respectant des formulations esthétiques classiques ou nouvelles des formes plus ou moins complexes d'édifices. L'architecture est l'art de les composer ( de les concevoir ) et de diriger leur réalisation.

En France, l'architecture est légalement définie comme « une expression de la culture » (au sens du mot français[1]), ce qui revient à préciser de manière équivoque que la logique qui prévaut en architecture est relative aux affinités et envies de chacun. Elle peut être à la fois une culture plasticienne, historique, esthétique ou plus largement philosophique, littéraire, environnementale, technique, scientifique, industrielle, commerciale, gestionnaire, financière.

Note: Par extension, le terme d’« architecture » est aussi utilisé pour désigner la conception de systèmes organisés en structures complexes, notamment l’architecture logicielle et informatique et les réseaux de l’information ; ces notions étant développées dans leurs articles de respectifs ne le seront pas ici.

Architecture[modifier | modifier le code]

Définition de l'architecture[modifier | modifier le code]

La Grande Mosquée de Kairouan est l'un des chefs-d'œuvre de l'architecture islamique. Son aspect actuel date du IXe siècle.

On voit dans les Dix livres de l'architecture de Vitruve que l'architecture comprend l'édification de toutes les sortes de bâtiments civils ou religieux, les ponts, les aqueducs, les ports, ainsi que les villes.

Le terme architecture (en latin architectura), est issu du grec ἀρχιτέκτων de ἀρχός/ή (« chef, principe ») et τέκτων (« tecton », qui veut dire « couvrir » et qui a donné « toicture » en ancien français, devenu « toiture ») ; l'architecture désigne donc à l'origine l'art de clore et de couvrir des lieux, et l'architecte celui qui dirige cette opération.

À partir du XVIe siècle, les architectes spécialisés dans la conception des bâtiments, des fortifications et des machines pour la guerre ont pris le nom d'ingénieurs.

Au XIXe siècle, certains architectes occidentaux, par exemple Eugène Viollet-le-Duc, s'attachent fortement à l'aspect constructif. (Ils se concentrent en particulier sur les charpentes métalliques et participent au développement de la mécanique statique). L'architecture trouve alors une nouvelle étymologie basée sur le grec Techné, la force, la structure, la charpente.

À partir du XXe siècle, en Occident dont les conceptions de production d'objet sont alors devenues globalement techniques et productives, il est possible de définir l'architecture comme l'art de diriger la construction, de concevoir les structures, de donner une apparence au final avec des matériaux: « l’art de bâtir » qui s'ajoute à la simple construction des édifices. (Voir "Théories de l’architecture" ci-après).
Dans certaines autres parties du monde, on peut formuler que cet « art de bâtir » comporte toujours une ritualisation, qui a existé dans le passé en Occident, distinguant l'architecture de la construction simple.

Les applications de l'architecture[modifier | modifier le code]

Château d'Écouen en France.

L'architecture s'occupe des bâtiments, des espaces publics, des villes et villages, des paysages, mais aussi d'ouvrages d'art, de navires (architecture navale).

Étant donné l'ampleur de ses applications et la volonté d'expression mise sur la construction, l'architecture dans toute son histoire est une activité plus proche des arts et métiers qu'une activité scientifique rigoureuse qu'elle est plus ou moins devenue. L'architecture fait d'abord appel à des savoirs organisés en un ensemble qui lui est particulier par son application à la construction tels que la composition, la géométrie, la morphologie, l'ornementation, l'harmonie (à base religieuse ou non), en même temps que le métré, la statique et le droit classiques à la construction; L'architecture va puiser d'abord dans les savoir-faire des différents beaux-arts et des différents métiers du bâtiment. Mais l'architecture va aussi puiser dans les ressources de différentes disciplines scientifiques : la géologie, la résistance des matériaux ainsi que dans les différentes sciences humaines comme l'anthropologie, la sociologie, la psychologie (ergonomie), l'écologie ou la géographie. L'architecture puise aussi dans l'histoire.

L'architecture se différencie de la construction en ce que l'architecture apporte une dimension particulière de réflexion et de planification de la part du concepteur, lorsqu'il envisage l'ensemble du cycle de vie d'une construction. Cette réflexion est à la fois esthétique, sociale, environnementale et philosophique.

L'architecture naît de besoins fonctionnels tels que habiter, travailler, faire du sport, soigner, se divertir, traverser un fleuve. Des réponses formelles spécifiques sont apportés à ces besoins concernant l’organisation, la structure, la technique de construction, tout en répondant à des objectifs notamment esthétiques et sociaux. L'architecture naît de besoins de représentation des idéaux et de la mémorisation des faits passés.

La corrélation entre la variété des besoins, la variété des réponses possibles, et la variété des sensibilités esthétiques donne une infinité d’architectures différentes et de nombreuses interprétations par des architectes. On peut néanmoins les regrouper par périodes, par courants de styles formels ou éthériques, par type de structure, par type de technique, par fonctions. (Voir "Le Patrimoine architectural" ci-après).

On utilise l'architecture aussi bien pour la création que pour la restauration ou la transformation (rénovation) des édifices. Il s'agit parfois simplement d'une action d'ornementation du bâti, sans autre opération. Et pour des constructions anciennes, il peut s'agir de réornementation avec retour à l'aspect initial ou à l'inverse d'ajout de différences qui les modernise. Dans certains cas cela concerne la mise en ensemble des édifices, par exemple la constitution de cité. Depuis l'Antiquité, l'objet sur lequel se pose l'acte architectural est quelquefois la ville même prise dans son entier, l'agglomération de constructions, lorsque par exemple il s'agit d'une ville nouvelle aussi bien antique que contemporaine. L'Histoire de l'urbanisme est totalement liée à l'Histoire de l'architecture depuis la fondation de l'Égypte au quatrième millénaire avant J.C. avant l'âge des métaux. Cette caractérisation formelle des édifices fait alors partie des contraintes d'urbanisme, dont le domaine d'application est la ville et les territoires et pour ce domaine les données sociales et politiques ont un importance certaine.

La constitution de l'architecture sur l'édifice[modifier | modifier le code]

Architecture mexicaine moderne.

L'architecture est nécessaire pour produire des marques dans la mémoire des peuples organisés sédentaires dans la quasi-totalité des sociétés existantes. La prise de position solennelle concernant les lieux remarquables est faite par ce moyen. L'architecture traduit pour les lieux de rassemblement leur nature (exemples : parlements, nécropoles, temples) et leur fonction sociale pour le public (exemples : palais, stades, arcs de triomphe).

Il s’agit par l'architecture dans un ordre de priorité qui dépend de l'époque considérée:

  • de montrer la puissance de la Nature avec l'écoulement du temps et ses énergies[2],
  • d'exprimer le pouvoir sécuritaire ou la puissance individuelle avec l'autorité,
  • d'afficher le niveau hiérarchique des tenants dans la société (classe sociale),
  • de manifester la fonction de l'édifice dans l'organisation de la société,
  • de fournir et caractériser des lieux différents du monde ordinaire (religion et spiritualité, spectacle).

Des choses matérielles et immatérielles sont mises en accord convenable par la disposition des éléments. L'harmonie correspond à l'époque considérée. L'architecture produit des codes à lire dans l'espace aménagé. Ces codes des formes et des matières traduisent le cosmos tel qu'il est appréhendé. Par exemple l'« architecture de ruine » apparue au XIXs siècle est une construction neuve réinscrivant temps et culture.

Dans l’aire occidentale moderne, l'architecture intervient à de nombreuses échelles depuis la conception et la réalisation d'éléments constituant les membres de corps de bâtiments, jusqu'à celle de villes entières conçues comme un tout. L'architecture est ressentie comme un moyen de traduire l'espace entourant le corps humain par la philosophie associée à la psychologie de la sphère intime, de la sphère privée, de la sphère publique qui se définissent selon la société[3] . Cette modélisation des espaces contient en facteurs les importances différentes données par l'individu à la conscience de soi et à la conscience de l'extérieur. L'espace contenant est détaillé graduellement en pièces, en locaux pour l'abri de l'individu, de la famille; puis en espace public commun; et enfin en espace « naturel ».

L'activité de l'architecte selon sa motivation personnelle est censée produire de l'architecture lors de la commande d'état ou d'individu. En dehors des formes de constructions funéraires ancestrales, elle s'est centrée sur celle des formes habitées redevenues classiques depuis le Moyen Âge : il s'agit de maisons, écoles, hôpitaux, en plus des tribunaux, églises, ateliers, mairies… Se sont ajoutés au fur et à mesure du temps au patrimoine des éléments venant de la modernisation de l'activité humaine et de l'organisation de la société. Il s'agit des éléments respectant les besoins militaires nouveaux (forts et châteaux), puis besoins structurels de réseaux de transport (ports, gares ferroviaires, aéroports) et de commerce (halles, hypermarchés), besoins d'espace de loisir (stades, patinoires, piscines, résidences balnéaires et de montagne) et parfois de besoin exprimé pour la production industrielle (usines construites selon certains modes de gestion des ressources humaines, mode de gestion de l'image publicitaire). Dans l'histoire de la construction en occident, la construction sans formulation architecturale est passée de la majeure partie des bâtiments à son inverse: une formulation architecturale de la majeure partie de la construction.

Le Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Patrimoine culturel.

L’architecture désigne le corpus de tous les édifices construits, c'est-à-dire leur classification et leur étude, qu'ils aient été conçus par des constructeurs affichant une intention esthétique ou non.

Le terme « architecture » suivi d'un qualificatif permet aussi de spécifier un ensemble générique du patrimoine bâti. Cette classification permet une identification de l'objet bâti. La possibilité est que l'édifice comporte une volonté d'acte architectural. Mais aussi il peut y avoir une absence de déclaration qu'il s'agit d'acte architectural, et que c'est de l'architecture par le fait (voir architecture vernaculaire).

Le terme « architecture » permet ainsi de spécifier, pour l'objet créé par l'acte de bâtir, l’ensemble des caractéristiques telles que la forme et la symbolique ou les propriétés d’usage. Pour cette classification, on ajoute en général un qualificatif distinctif de la mise en ensemble par style, par usage, par époque, par matière (exemples : architecture militaire, architecture chrétienne, architecture romane, architecture bois).

Mais on utilise aussi techniquement des noms qui sont plus spécialisés et moins parlants : exemples « Bauhaus », « Roccoco », « École de Chicago ». Ces noms n'ont par ailleurs pas un sens universel: ainsi si l'époque baroque correspond à l'architecture baroque dans l'Europe partie Est, elle ne correspond pas à l'architecture baroque en France mais à l'architecture classique (les guerres de religion n'ayant en France pas permis un développement de l'architecture autre que celle des grands personnages du pouvoir établis en conflit religieux).

Les méthodes originelles utilisées pour bâtir les édifices ainsi catégorisés a posteriori ne posent pas fondamentalement la différence entre les multiples styles.

Histoire et styles de l'architecture[modifier | modifier le code]

Histoire des « Histoire(s) de l'architecture »[modifier | modifier le code]

L'Architecture a de tout temps utilisé l'art oratoire pour sa présentation appuyée sur une « esquisse » (qui peut être simplement gestuelle, le geste et la parole étant liés). C'est la première représentation visuelle d'un projet de construction contenant de l'Art consistant en un raisonnement. Aussi l'Architecture va être codée et codifiée suivant la civilisation qui la compose: civilisation africaine, civilisation asiatique, civilisation américaine, civilisation européenne, dans l'ordre de leur apparition. Ces civilisations utilisent les matières primaires terre, pierre, bois et les mêmes procédés pour constituer leurs constructions. Les constructions humaines sont porteuses d'une rationalité différente suivant le but recherché, avec ou sans Architecture, cependant l'Art et la disposition des matériaux suivent partout les mêmes conceptions primaires du monde par l'homme dans une « sémiologie visuelle » différenciée. Et la description picturale par la technique de l'image ultérieure qui la mémorise existera ou pas suivant la civilisation en question.
Les civilisations ont été plus ou moins « étanches » jusqu'à la période moderne, la rapidité de plus en plus forte de communication a abouti à une phase d' « universalisation » de l'Architecture. À la période moderne, le « rayonnement culturel » occidental aboutit à partir du XXe siècle au « métissage culturel » (avoisinant les "racines culturelles") comportant une dose d'Architecture occidentale dans en fait toutes les Architectures du monde.

L'Histoire au sens occidental est inventée par les Grecs pendant l'Antiquité afin de donner à la postérité le récit mémorisé des exploits des hommes du « pouvoir » dans une des parties de la Grèce de cette époque.
L'Histoire de l'architecture est donc en même temps créée pour la zone de l'Occident et de l'Orient concernée. Elle donne la trace des prouesses qu'il faut inscrire pour la postérité avec l'évocation détaillée par des monuments mémoriaux guerriers, par des constructions administratives, et par des édifices cultuels créés par des Grecs. Mais aussi elle donne la trace des œuvres créées par les civilisations antérieures dont les Grecs prennent connaissance lors de leurs invasions et appropriations de territoires et dont ils reconnaissent l'apport à leur propre civilisation.

L'intérêt profond des Occidentaux pour l'Histoire et sa place dans la société précède la Révolution Française et son choc autant politique que culturel. Cette période d'intérêt a un début et une durée (et une "épaisseur" thématique) variables selon le pays avec les "sémiotique" et "approche systémique" adoptées par ses auteurs-historiens.

Et l'intérêt récent pour l'Histoire fait suite à la Révolution française non seulement pour la France mais pour l'Europe entière et les parties du monde en relation avec des Occidentaux.
L'Histoire avec l'Histoire de l'architecture est réétudiée et recadrée dans le nouveau contexte politico-économique de la « bourgeoisie du pouvoir » à l'époque. Elle établit quel que soit le pays européen et son organisation constitutionnelle la « convenance nouvelle non religieuse » pour toutes les sciences qui peuvent être concernées. Ceci après la période de la monarchie généralisée qui a pu être dans l'absolutisme, une autre formule d'idéal. La civilisation occidentale européenne ré-inscrit à nouveau le Temps comme durée et comme calendrier. Par exemple, il avait été créé en Europe alors ce qui est appelé depuis le XVIIe siècle le Moyen Âge comme période de liaison entre l'Antiquité idéalisée et la Société Moderne bourgeoise tout autant idéale. La définition de ce qu'est la société idéale est de tout temps "volatile".
L'Architecture comme tout autre Art prend acte des convenances nouvelles pour donner la chronologie de son Histoire et le plan de la présentation de cette histoire...

La technique de l'image est à l'époque pré-Révolution en Europe développée par des moyens d'expression de la sensibilité artistique par les esquisses mélangeant propos technique et propos artistique avec l'invention par des artistes de la perspective. D'un point de vue de l'usage pratique, à la Renaissance apparait la perspective fondée sur des lois de l'optique et la perspective axonométrique utilisée par les architectes-urbanistes.
Pour la technique de construction, la technique de l'image s'appuie sur la géométrie exprimée sur le dessin avec l'invention des « vues » axées: « vues » de face et de côté, puis la « vue » de dessous et de dessus, sans expression de la perspective.

La technique de l'image est à l'époque post-Révolution en Europe développée, période où la photographie complète la représentation picturale subjective de l'illustration. La technique d'investigation de l'architecture historique antique est dans la période « moderne » d'abord une cartographie établie par des géographes rappelant les traces. Au tournant du XIXe siècle au XXe siècle, dans la période des recherches dans le monde entier, l'investigation se fait sur le « savoir chercher » des traces « révélatrices » et les architectes-archéologues deviennent les maîtres-d'œuvre des fouilles.
Cette façon de faire nouvelle a été initialisée par l'Empereur d'Allemagne pour les recherches sur Babylone dans la concurrence entre nations en Europe sur ce sujet. Dans cette période l’internationalisation du savoir est amorcée mais n'est pas complète, elle est arrêtée par le nationalisme guerrier sous-tendue par l'idée différenciée de Nation et par la culture romantique installée dans la contradiction qui par les textes plus les illustrations re-définit des Histoires à nouveau mythiques - avec en exemples concrets des cathédrales gothiques enfin terminées, des châteaux forts symboliques nouveaux bâtis.

Les progrès scientifiques ultérieurs ont ensuite défini au XXe siècle le métier d’anthropologue qui s'est d'abord appliqué à la recherche sur l'Antiquité définissant l'Histoire et sa Préhistoire. Au XXe siècle s'établit le décalage entre l'Histoire savante et l' Histoire populaire donnée par de la «  mémoire courte ». Dans cette période l'Histoire de l'Architecture jusqu'au XXe siècle a pu être ré-écrite à partir de données d'auscultation de terrain au sens propre du terme lorsque nécessaire (guerres etc.). Car au XXe siècle l'Architecture est devenue plutôt généralisée sur la construction occidentale. Et l'Architecture occidentale est devenue par le monde "assimilée" / "imposée" dans des proportions variables étudiée par les anthropologues culturels.

Pour la « classification des Styles » de l'Histoire de l'Architecture, (ré)apparaît la différenciation par type de définitions (catégories), le schéma général de structure définissant les classes utilisées pour l'exposé - et certaines comportent le critère répertorié: « caractère international ».

Dans la période contemporaine du XXe siècle au XIXe siècle,l'imagerie issue de la science médicale et de la science de la météorologie a permis d'ausculter les traces des œuvres humaines. (Cela s'est conjugué à la capacité nouvelle de la chimie de déterminer par les isotopes à l'analyse des restes humains la localisation du lieu de vie initial des hommes). L'imagerie à l'autre extrémité de l'Histoire de l'architecture, l'Architecture qui se constitue, est par ailleurs employée pour la conception contemporaine par les architectes,
... qui utilisent toujours les dessins-desseins et la représentation portée par la collectivité-société avec ses structures mentales associées depuis les origines de fait de l'Architecture jusqu'à maintenant.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La symbolique de la construction existe depuis l'âge de la pierre, elle est attestée par les pierres levées partout dans le monde.

Les tout premiers édifices porteurs d'architecture sont les tumulus, ce qui concerne à la fois les populations nomades et les populations sédentarisées. Et partie de la construction de ces tombes, une partie de l'architecture religieuse s'établit en utilisant l’élévation vers le ciel pour la construction, une autre partie s'établit en creusant la terre.

La différenciation des constructions nécessaires à l'organisation sociale des sédentaires fait naitre l'architecture par les édifices spécialisés restant dépendants du climat local et des ressources disponibles. Les arts de la peinture et de la sculpture (qui sont antérieurs à l'art de construire-architecture: art rupestre - art pariétal - art mobilier) sont intégrés à l'architecture.

L'aspect conventionnel apparait localement avec le temps et s'ébauche dès lors des « styles architecturaux » .

Antiquité[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs civilisations antiques, comme l'Égypte ou la Mésopotamie, l'architecture et l'urbanisme reflètent constamment le divin et le surnaturel. De plus, elles ont recours à la monumentalité dans l'architecture pour symboliser le pouvoir politique des dirigeants, de l'élite, ou de l'État lui-même.

L'architecture et l'urbanisme des civilisations telles que la Grèce antique et la Rome antique évoluèrent à partir d'idéaux civiques plutôt que religieux ou empiriques, et de nouveaux types de constructions émergèrent.

Des textes sur l'architecture ont été écrits depuis l'antiquité. Ces textes contiennent à la fois des conseils généraux, et des prescriptions et des canons formels. Les écrits de l'ingénieur militaire romain Vitruve au premier siècle avant J.C. contiennent de nombreux exemples de canons. Certains des plus importants exemples de l'architecture canonique sont religieux.

Architecture occidentale après l'antiquité[modifier | modifier le code]

Szczecin, le château

Après la disparition de l'Empire Romain, puis le schisme entre l'église byzantine et l'église romaine au Ve siècle, l'aristocratie et le clergé chrétien prennent des initiatives architecturales et artistiques. Le clergé nouvellement organisé se constitue en deuxième pouvoir à côté de l'aristocratie et parfois en opposition. Malgré le schisme, le clergé dans sa forme église « catholique romaine » est dans un premier temps un vecteur de transmission de l'architecture sacrée orientale de l'église « orthodoxe » dont la créativité est importante. Après la défaillance du pouvoir civil impérial en occident et donc l'éclipse de son architecture romane en continuité de l'architecture antique d'apparat, l'invention d'une nouvelle symbolique viendra ultérieurement, entre le VIIIe siècle et le XIIe siècle. Cette symbolique a pour origine les monastères d'origine irlandaise et les monastères bénédictins d'origine italienne. Cette symbolique s'associe à la technique dans l'architecture laïque du pouvoir aristocratique rétabli et dans l'architecture religieuse aussi bien sous la forme d'architecture gothique que d'architecture renaissance puis comme architecture classique. Entamant l'époque moderne au XVIIe siècle l'architecture classique marque déjà la prééminence de la symbolique architecturale non sacrée sur la symbolique architecturale sacrée. Dès le XVIIIe siècle la période moderne aboutit en occident à la fin de la définition de l'architecture comme espace défini par des rituels, mais comme espace défini par la population aristocratique et bourgeoise avec art et contenant de l'art. L'architecture re-codifie les éléments de l'histoire antique qui sont réutilisés. L'architecture reste un moyen d'affirmer l'identité de la population par « nation » dans chaque société créée, notamment dans les colonies. L'évolution de la technique de construction se conjugue avec l'évolution des sociétés modernes avec la création de nouveaux objets architecturaux modernes (gares, palais d'exposition…) initialisant des nouveaux styles architecturaux dits « modernes » au XIXe siècle.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

L’architecture est porteuse de splendeur, gigantisme vertical ou horizontal. Viaduc de Millau.

Dans l'époque contemporaine, l'architecture reste un moyen d'afficher la splendeur, entre autres par le gigantisme dans la hauteur (édifices verticaux) ou le gigantisme dans la portée horizontale. Mais elle devient aussi un élément du domaine économique pour des raisons politiques.

Les progrès techniques des XIXe siècle et XXe siècle ont largement étendu les possibilités de réalisation qui doivent suivre les besoins démographiques et les normes d'hygiène nouvelles. La construction en métal et la construction en béton font leur apparition avec leur esthétique dite « moderne ». La modélisation de l'usage est faite. Les architectes adopteront intégralement la technologie nouvelle et la situation du « standard » dans le secteur économique de la construction de bâtiment. L'architecture est depuis le milieu du XXe siècle une composante de la promotion immobilière.

Théories de l’architecture: Le Traité de Vitruve et ses suites[modifier | modifier le code]

Le Parthénon, Athènes, Grèce, «L'exemple suprême parmi les sites architecturaux» (Fletcher) (en)[4].
Article détaillé : De architectura.

L'écrit le plus ancien encore existant sur l'architecture est De architectura, écrit par l'architecte romain Vitruve au Ier siècle av. J.-C.. Du livre premier du traité, Claude Perrault tira au XVIIe siècle ce passage célèbre :

« Dans tous ces différents travaux, on doit avoir égard à la solidité, à l’utilité, à l’agrément : à la solidité, en creusant les fondements jusqu’aux parties les plus fermes du terrain, et en choisissant avec soin et sans rien épargner, les meilleurs matériaux ; à l’utilité, en disposant les lieux de manière qu’on puisse s’en servir aisément, sans embarras, et en distribuant chaque chose d’une manière convenable et commode ; à l’agrément, en donnant à l’ouvrage une forme agréable et élégante qui flatte l’œil par la justesse et la beauté des proportions. »

— Vitruve, De l’architecture[5], livre i.

Le pont du Gard; Beauté, solidité, utilité…
Vue d'en dessous, Aqueduc de Ségovie, Ségovie, Espagne.

À partir de celui-ci, Claude Perrault formula la triade vitruvienne à laquelle l'architecture doit satisfaire[6] :

  • utilitas (commodité, ou utilité)
  • firmitas (solidité, ou robustesse)
  • venustas (beauté, ou volupté).

Cette triade condense éloquemment le traité de Vitruve, mais celui-ci contient une vision théorique plus complexe et n’est pas aussi strictement cohérent.

Cette triade est restée fondamentale, bien que chacun des termes l'exprimant ait varié pour mettre l'accent sur d'autres aspects, comme l'indique le tableau suivant :

Vitruve (Ier siècle av. J.-C.) utilitas firmitas venustas
Leon Battista Alberti (XVe siècle) necessitas commoditas voluptas
François Blondel (XVIIe siècle) distribution construction décoration
Jacques-François Blondel (XVIIIe siècle) commodité solidité agrément
Hector Guimard (XIXe et XXe siècles) l'harmonie la logique le sentiment
Pier Luigi Nervi (XXe siècle) fonction structure forme
Henri Ciriani (XXe siècle) présence pertinence permanence
Christian de Portzamparc (XXe et XXIe siècles)[7] perception (corps vécu, phénoménologie) production (technique, construction) représentation (discours esthétiques et idéologiques, modèles, styles)

Le Corbusier fait aussi référence à cette triade quand il énonce dans « Vers une architecture » : "L’architecture est le jeu, savant, correct et magnifique des volumes sous la lumière."[8]

Les principes architecturaux sont restés stables à travers le temps. Même si les méthodes de la conception architecturale ont évolué avec la mise à disposition des outils de reproduction puis de conception. Cependant il n'existe pas de véritable rassemblement consensuel de la profession sur une théorie moderne, la notion du « Beau » (venustas) étant devenue moins académique et remise en questionnement.

Les acteurs de l'architecture[modifier | modifier le code]

L’architecture est aussi porteuse d’expérimentation, de sens et de symbole. Ici, le Familistère de Guise.

Les concepteurs, réalisateurs d'architectures sont communément appelés architectes, qu'ils soient professionnels ou pas, néanmoins le titre « architecte » est généralement attribué à des professionnels diplômés d'une école d'architecture. Ils sont quelquefois regroupés en corporations appelées Ordre des architectes. Le nom du diplôme et des spécialités sont généralement accolés à ce titre. Toutefois selon l'objet, l'architecture est aussi le domaine des architectes paysagistes, des architectes d'intérieur, des urbanistes, des Ingénieurs civils, voire de plasticiens, de designers et d'artistes divers.

L'architecte-urbaniste[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Architecte.

L’architecture est exercée, dans le respect des procédures administratives du lieu d'édification, par des architectes dont le titre professionnel est protégé juridiquement, ou des spécialistes assimilés à des architectes.

Par distinction scientifique d’avec la construction qui serait le fait d’assembler différents éléments en utilisant les matériaux et les techniques appropriées, la pratique de l’architecture se caractérise par une intentionnalité établie dans le « projet ». (Voir "définition" ci-dessus). Le projet se définit ainsi en des plans, des représentations symboliques diverses qui lui font intégrer temps de construction et d’usage. Aussi, cet effort conscient et préalable propre à la conception architecturale a-t-il pour objectif de concilier l’utilité, la beauté et la solidité de formes, d’espaces et de structures (habitées ou non). Par ailleurs, la visée fonctionnelle inhérente à l’architecture, l'aspect pratique à l'usage dont découle l'aspect économique la distingue dans l'histoire également des autres arts dits décoratifs que sont le dessin, la gravure, la peinture et la sculpture qui y ont été originellement intégrés.

Bien que de racines historiques antiques, la conception des villes en tant que discipline spécifique est désignée dans l'aire de la pensée occidentale depuis le milieu du XXe siècle par le terme d’« urbanisme ». Le terme urbanizaci (littéralement « urbanisation » dont l’acception française correspond au concept « urbanisme ») a été employé pour la première fois par l’ingénieur barcelonais Ildefons Cerdà dans sa Teoria general de la urbanizaci (1867), un ouvrage considéré comme précurseur de la discipline[9]. L'activité de l'architecte est mesurée par référence à l'édifice simple et complet. Et l'architecte a une action qui recouvre aussi bien l’élément de mobilier que la ville entière. L'urbaniste non-architecte ne peut avoir sur les édifices une action autre qu'organisatrice de l'ensemble. La maison, l'immeuble est le niveau « normal » d'objet traité, ce sont les unités de référence d'activité d'édification pour le droit en usage. Les établissement, résidence (demeure), cité, monument, ville correspondent à l'échelle d'activité au-dessus de la « moyenne ». Les mobilier, édicules qui sont des objets à l'échelle d'en dessous de l'édifice sont la plupart du temps intégrés à l'activité normale, cependant ils composent l'activité spécifique de l'architecte d'intérieur qui ne peut avoir une action de conception au-delà de l'intérieur sur les édifices.

L'ingénieur-architecte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ingénieur architecte.

L’architecture portant sur les ouvrages militaires, les fortifications, les engins de siège a été à l’origine de la profession d’ingénieur à partir du XVIe siècle. La technique du génie militaire comporte un ordonnancement: un arrangement des tâches aboutissant à mise en forme de l'ouvrage. Parmi les acceptions de l’architecte, celle qui correspond davantage à la notion actuelle d’ingénieur lui a ainsi longtemps été confondue. Vitruve, auteur d’un traité célèbre, était lui-même constructeur de machines de guerre et architecte. Un autre exemple d’ingénieur militaire bâtisseur est le maréchal de Vauban manifestant également ses préoccupations d’ordre esthétique. Vauban, commissaire général des fortifications de Louis XIV, illustra ses talents de bâtisseur avec le souci d’un langage formel pourvu de réelles qualités esthétiques. Il a dirigé l’aménagement de plus de 160 forts ou places fortes et en a construit 9 ex nihilo, faisant appel à certains éléments tels que les échauguettes, non pas tant pour leur utilité défensive (devenue obsolète), que pour leur intérêt esthétique. Il a en outre réalisé des travaux d’aménagement du territoire, notamment le perfectionnement du canal du Midi.
Actuellement, l'édification de bâtiment esthétique faisant appel au savoir scientifique élaboré a recours à l'ingénieur architecte.

L'architecte-paysagiste[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Paysagiste.

Sur les bases de la technique du jardinage établie à la Renaissance par les jardiniers est apparu l'architecte paysagiste. Avec l'invention du bosquet, le jardinier devient architecte. Dans les parcs créés, la verdure est aménagée de chemins et allées (viabilisée) et domestiquée pour son arrosage. Elle donne une esthétique d'encadrement de l'espace de vie bâti ou non. Elle utilise principalement la perspective puis fait usage terrasses et sauts-de-loup vers la bâtisse, fait usage des haies, des broderies de buis, d'étangs et de cascades et ensuite des fabriques. Dans la période moderne de la ville du XIXe siècle, les parcs et jardins sont établis par les paysagistes comme des lieux réintroduisant la nature dans les lieux de vie devenus très denses en édifices. À partir du XXe siècle, les parcs et jardins sont conçus par des architectes-paysagistes en relation avec les urbanistes pour les villes où sont créés les « espaces verts » ou en relation avec les architectes pour les immeubles à jardin. Au XXIe siècle, les architectes-paysagistes composent les murs végétalisés dans des espaces sans emprise au sol.

Et les autres…[modifier | modifier le code]

  • Lorsque l’architecture est créée par les occupants des édifices eux-mêmes sans le recours à des hommes de l’art, elle est dite vernaculaire. Elle est une expression de leur tradition.
  • Les navires sont conçus comme un édifice particulier par des architectes navals.

Aspects juridiques[modifier | modifier le code]

Plan d'une maison par Ferdinand von Arnim (1852)

L'architecture est conditionnée par l'autorisation des instances locales et le respect des directives. Particulièrement, l'architecture religieuse est conditionnée par les lois internes des pays. Et concernant l'architecture militaire, elle est conditionnée par les lois externes imposées par les vainqueurs(-colonisateurs).

Pour l'exercice de l'architecture, il n'y a pas de code déontologique. (pour plus de détails, voir l'article "Architecte").

Par ailleurs, les œuvres architecturales sont protégées par le droit d'auteur, ce qui signifie qu'en Europe toute copie ou reproduction même partielle peut être interdite jusqu'à 70 ans [réf. nécessaire] après la mort de l'auteur selon les pays concernés ; d'autres durées peuvent s'appliquer dans d'autres pays. Par ailleurs dans un certain nombre de pays n'exerçant pas la liberté de panorama, il est également proscrit de photographier une œuvre architecturale protégée par le droit d'auteur.

Institutions[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Vue perspective représentant un édifice intégré dans son contexte urbain.

L’un des plus prestigieux prix internationaux d’architecture est le prix Pritzker, décerné annuellement depuis 1979 par une fondation privée.

Autres prix :

Enseignement[modifier | modifier le code]

D’un point de vue historique, les écoles d’architecture les plus célèbres ont été :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon le Centre national de ressources textuelles et lexicales en France « Culture...
    II.− Au fig. Fructification des dons naturels permettant à l'homme de s'élever au-dessus de sa condition initiale et d'accéder individuellement ou collectivement à un état supérieur.
    A.− Ensemble des moyens mis en œuvre par l'homme pour augmenter ses connaissances, développer et améliorer les facultés de son esprit, notamment le jugement et le goût.
    1. Absol. Travail assidu et méthodique (collectif ou individuel) qui tend à élever un être humain au-dessus de l'état de nature, à développer ses qualités, à pallier ses manques, à favoriser l'éclosion harmonieuse de sa personnalité. »

    Selon les termes de l'[http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006273087&cidTexte=LEGITEXT000006068580&dateTexte=vig article 1er de la loi no 77-2 du 3 janvier 1977 sur l'architecture. En France, l'architecture est régie par le ministère de la Culture (ancien secrétariat aux Beaux-Arts).
  2. Exemples : le jour et la nuit représentés par un serpent à deux têtes en Architecture aztèque; la division symbolique des saisons par les éléments constructifs colonnes et ailes en Architecture chinoise; la force du climat par des constructions d'habitat contemporain dites « écologiques » recouvertes de terre et de végétation (…Architecture bioclimatique).
  3. voir l'éthérisme.
  4. Banister Fletcher, A History of Architecture on the Comparative Method
  5. Vitruve, De l’architecture, livre i, 3. Des parties dont se compose l’architecture, texte en latin et traduit en français de Ch. L. Maufras, 1847, p. 53 (Gallica, Google Books).
  6. (fr) Georg Germann et Jacques Gubler, Vitruve et le vitruvianisme: introduction à l'histoire de la théorie architecturale, éd. PPUR presses polytechniques, 1991, p. 17
  7. Confrontation par l'architecte de ses propres principes avec ceux de Vitruve, cours au Collège de France, 24 février 2006.
  8. Charles-Édouard Jeanneret-Gris, Vers une architecture, Champs art,‎ 1923, 253 p. (ISBN 978-2-0812-1744-7), p. 16
  9. Voir: définitions lexicographiques et étymologiques de « urbanisation » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales et définitions lexicographiques et étymologiques de « urbanisme » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales ..

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Architecture.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, article Architecture
  • Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle (1854 à 1868), Eugène Viollet-le-Duc, 1856
  • Vocabulaire de l'architecture (principes d'analyse scientifique), Paris, Ministère des Affaires culturelles (Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la france-Imprimerie nationale,‎ 20 décembre 1972
    Le vocabulaire couvre l'ensemble du domaine de l'architecture, de la Préhistoire à nos jours, des techniques de la construction aux règles de l'urbanisme. Tome 1 - Vocabulaire de l'architecture; Tome 2 - Méthode d'étude des monuments d'architecture.
  • Jean-Marie Pérouse de Montclos (sous la dir.), Architecture : vocabulaire et méthode, Paris, Imprimerie nationale,‎ 1972
  • Conversation sur l'architecture, Cours de théorie de l'architecture professé à l'École nationale supérieure des Beaux-Arts, deux volumes, André Gutton, Éditions Vincent Fréal et Cie, 1954

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Voir l’article annexe : Glossaire de l'architecture.

Généralités :

Divers :