Capinghem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Capinghem
La mairie.
La mairie.
Blason de Capinghem
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Armentières
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Christian Mathon
2014-2020
Code postal 59160
Code commune 59128
Démographie
Gentilé Capinghemmois, Capinghemmoises
Population
municipale
2 073 hab. (2014 en augmentation de 27,49 % par rapport à 2009)
Densité 1 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 38′ 42″ nord, 2° 57′ 46″ est
Altitude Min. 34 m
Max. 49 m
Superficie 1,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Capinghem

Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Capinghem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Capinghem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Capinghem
Liens
Site web http://www.capinghem.fr/

Capinghem (en néerlandais : Campinghem, en flamand occidental : Kampingem) est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Capinghem dans son canton et son arrondissement

Situation[modifier | modifier le code]

Capinghem se situe dans le pays des Weppes en Flandre romane à 7 km au nord-ouest de Lille (11,8 km par la route).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Capinghem
Prémesques Pérenchies
Capinghem Lomme
Ennetières-en-Weppes

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier acte connu remonte à 1124. Il s’agit de la donation de la dîme à Saint Pierre de Lille.

Le nom de la commune est d'origine germanique et est formé de Campe et du suffixe -ingan, qui, en vieux francon indique une appartenance géographique (le lieu appartenant à Campe). Il indique donc une origine ancienne du lieu, l'expansion des Francs dans la région s'étant faite aux alentours de l'An 400 de notre être.

Au Moyen Âge, la seigneurie de Capinghem ou fief de la Vichte compte comme l’une des plus importante du secteur. Elle passe ensuite à la famille Vilain de Gand dont l’illustre Maximilien, Comte d'Isenghien, est connu pour avoir sévèrement réprimé les ravages des Gueux (iconoclastes) en 1566.

En 1646, lors du siège d'Armentières, les maréchaux de Gassion et de Rantzau, dirigeant l'armée française contre Lomme, assiègent la paroisse.

Un dénombrement daté de 1543 donnait 33 feux (maisons). On en compte aujourd'hui plus de 850.

Le village qui appartenait aux Pays-Bas espagnols est rattaché à la France en 1668.

À la Révolution Française, sous l'impulsion d'Augustin François Tirant, premier maire, un nouvel essor économique complète l'activité agricole grâce au développement du travail du lin, du cuir et du petit artisanat.

La population de Capinghem était, en 1830, de 323 habitants dont 49 indigents secourus et 3 mendiants. À cette époque, le principal genre d'industrie, dans cette commune était l'agriculture et le tissage des toiles. Les principales cultures agricoles étaient le blé, le lin et le colza, les autres cultures étaient l'avoine, le trèfle, les fèves et, en moindre part, le tabac et les légumes. Sur la superficie de 184 ha couvrant la commune, en 1830, il y avait 145 ha de terres labourables, 4 ha en prés, 26 ha en superficies plantées, 2 ha en propriétés bâties et 6 ha en routes, rivières, etc. (Sc. Annuaire statistique du Nord -Danel, 1830) Pendant tout le XIXe siècle, la population ne cesse d'augmenter au rythme des constructions nouvelles. L'implantation de la brasserie Fréteur (1890) provoque même un boum démographique.

Pendant la Première Guerre mondiale, le village situé à proximité de la ligne de Front provoque sa destruction à plus de 95 %, et entraînera un net ralentissement de son essor. Il faudra attendre les années 1930 pour voir un renouveau économique et social.

Aujourd'hui, Capinghem qui a vu sa population doubler en trente ans, présente deux aspects. Le cœur du village ancien autour de l’église a gardé son caractère rural. Par opposition, les nombreuses constructions autour des grands axes routiers lui donnent un aspect plus urbain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Campingehem en 1143 (bulle du pape Célestin II pour St-Pierre de Lille, Mirœus, IV, 16); Kampingeim en 1159 ( titre de St-Aubert, de Cambrai, Carpentier, Preuves, 84); Campinghem en 1201 (diplôme de Bauduin, dénommant les chevaliers qui doivent l'accompagner dans son expédition de Terre-Sainte, à Valenciennes, Mir. III, 73).

Il s'agit d'un type toponymique germanique spécifique au flamand, car on y note une double suffixation -ing-hem. L'élément -hem est le produit de la monophtongaison du vieux bas francique *haim « foyer, maison » postulé par ces correspondants germaniques occidentaux : allemand heim « foyer, maison », vieil anglais hām « foyer, maison, village » qui se poursuit dans l'ancien français ham « village », d'où hamel > hameau. Hem est une forme spécifiquement flamande que l'on rencontre également en Picardie occidentale. Le suffixe -ing est aussi caractéristique du germanique occidental, qui latinisé en -ingos a abouti en domaine roman parfois à la terminaison -an(s) (cf. chambellan, paysan, cormoran), -ain(s) ou encore -ein(s), voire -in. -inga(s) a donné -ange(s). -ing dénotait un ensemble de personnes, une famille lorsqu'il était précédé par un anthroponyme. L'élément Cap- représente le nom de personne germanique Kampo, d'où *Kamping « la famille, la parentèle de Kampo ».

Le forme actuelle Capinghem montre que le toponyme s'est fixé sous une forme romane, alors que dans les régions où seul le flamand est la langue usuelle, il aurait dû évoluer en *Kampegem (cf. toponymes belges en -egem).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Capinghem (Nord)

Les armes de Capinghem se blasonnent ainsi De sable au lion d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 Robert Gesquière    
septembre 2011 Dominique Verfaillie SE  
en cours Christian Mathon DVD  

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Lille, du tribunal de grande instance de Lille, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Lille, du tribunal de commerce de Tourcoing, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2].

En 2014, la commune comptait 2 073 habitants[Note 1], en augmentation de 27,49 % par rapport à 2009 (Nord : +1,23 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
317 289 290 288 318 328 305 263 255
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
250 287 290 270 298 291 306 270 313
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
327 357 353 283 351 459 582 630 722
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
981 996 927 1 130 1 170 1 524 1 596 1 607 1 617
2013 2014 - - - - - - -
1 695 2 073 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Capinghem en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,0 
3,8 
75 à 89 ans
6,7 
13,6 
60 à 74 ans
11,8 
23,1 
45 à 59 ans
23,3 
21,0 
30 à 44 ans
21,3 
16,9 
15 à 29 ans
14,0 
21,5 
0 à 14 ans
22,9 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Vaast.
  • Église Saint-Vaast, reconstruite en 1928 sur les ruines de l'église néogothique de 1852 détruite lors de la première Guerre Mondiale.
  • L'autel de ce village avait été donné au chapitre de St-Pierre par Simon, évêque de Tournai, donation qui fut confirmé par le pape Célestin II, l'an 1143.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]