Canteleux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Canteleu.

Canteleux
Canteleux
Une entrée de Canteleux.
Blason de Canteleux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Saint-Pol-sur-Ternoise
Intercommunalité Communauté de communes du Ternois
Commune Bonnières
Statut Ancienne commune
Code postal 62270
Code commune 62210
Démographie
Population 15 hab. (2016 en diminution de 6,25 % par rapport à 2011)
Densité 4,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 12′ 57″ nord, 2° 18′ 30″ est
Altitude Min. 95 m
Max. 156 m
Superficie 3,4 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Bonnières
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 15.svg
Canteleux

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 15.svg
Canteleux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Canteleux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Canteleux

Canteleux est une ancienne commune française et une localité de Bonnières, située dans le département du Pas-de-Calais, en région Hauts-de-France.

Plus petite commune du Pas-de-Calais en terme d'habitants avec 15 habitants en 2016, le , la commune de Canteleux est intégrée à celle de Bonnières, où cette dernière forme une commune nouvelle sans l'institution de communes déléguées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Canteleux se trouve dans le Pas-de-Calais, à proximité de la limite avec le département de la Somme, à 15 km à l'est d'Auxi-le-Château et à 35 km au sud-ouest d'Arras.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Avant la fusion de 2019, Canteleux était limitrophe des communes suivantes :

Rose des vents Bonnières Rose des vents
N Bouquemaison
(Somme)
O    Canteleux    E
S
Barly
(Somme)
Neuvillette
(Somme)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Circonscriptions d'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Canteleu, en 1789, faisait partie de la sénéchaussée de Saint-Poi et suivait la coutume d'Artois[1].

La paroisse relevait du diocèse d'Amiens, et de l'archidiaconé de Ponthieu, doyenné d'Auxi-le-Château[2].

Fusion de communes[modifier | modifier le code]

Canteleux était depuis des décennies la commune la moins peuplée du Pas-de-Calais et de l'ex-Nord-Pas-de-Calais aves ses 15 habitants recensés en 2015. Dépourvue de toute capacité d'action et de vie collective[3], elle a engagé en 2018 une réflexion en vue de sa fusion avec sa voisine — avec qui elle partageait la secrétaire de mairie — Bonnières.

La fusion est intervenue le et Bonnières a donc pris le statut de commune nouvelle à cette date[4],[5],[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Canteleux se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais. Pour l'élection des députés, la commune faisait partie de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Elle fait partie depuis 1801 du canton d'Auxi-le-Château[7]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée jusqu'à la fusion de 2019 au canton de Saint-Pol-sur-Ternoise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Canteleux faisait partie de la petite communauté de communes de la région de Frévent, créée fin 1998.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[8], le préfet du Pas-de-Calais a publié le 12 octobre 2015 un projet de schéma départemental de coopération intercommunale qui prévoyait diverses fusion d'intercommunalité[9].

À l'initiative des intercommunalités concernées[10], la Commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) adopte le 26 février 2016 un amendement à ce projet, proposant la fusion de :
- la communauté de communes de l'Auxillois, regroupant 16 communes dont une de la Somme et 5 217 habitants[11] ;
- la communauté de communes de la Région de Frévent, regroupant 12 communes et 6 567 habitants ;
- de la communauté de communes des Vertes Collines du Saint-Polois, regroupant 58 communes et 19 585 habitants
- de la communauté de communes du Pernois, regroupant 18 communes et 7 114 habitants

Le schéma, intégrant notamment cette évolution, est approuvé par un arrêté préfectoral du [12],[13] et la communauté de communes du Ternois, dont la commune a été memmbre jusqu'à la fusion de 2019 membre, est créée par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [14].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

À l'élection présidentielle de 2012, lors du premier tour, Nicolas Sarkozy y réalise son meilleur score national avec 90,91 % des voix exprimées[15]. Au second tour, tous les suffrages se portent sur son nom [16].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs jusqu'à la fusion de 2019
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1966 Henri Cousin    
Les données manquantes sont à compléter.
1995 décembre 2018 Michel Bartier[17],[18] DVD Agriculteur retraité

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Compte tenu de la situation ventée de la commune, six éoliennes sont construites en 2017 au lieu-dit Le Champ de la grand-mère, de manière à produire de l'énergie électrique[19]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[21].

En 2016, la commune comptait 15 habitants[Note 1], en diminution de 6,25 % par rapport à 2011 (Pas-de-Calais : +0,54 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
93107100121108971039676
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
728090636352434748
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
534250294645433835
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
312725171817161616
2013 2016 - - - - - - -
1515-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges en 2007[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (12,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (62,5 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 62,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 30 %, 15 à 29 ans = 30 %, 30 à 44 ans = 20 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 0 %) ;
  • 37,5 % de femmes (0 à 14 ans = 16,7 %, 15 à 29 ans = 16,7 %, 30 à 44 ans = 16,7 %, 45 à 59 ans = 16,7 %, plus de 60 ans = 33,3 %).
Pyramide des âges à Canteleux en 2007 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
0,0 
75 à 89 ans
33,3 
0,0 
60 à 74 ans
0,0 
20,0 
45 à 59 ans
16,7 
20,0 
30 à 44 ans
16,7 
30,0 
15 à 29 ans
16,7 
30,0 
0 à 14 ans
16,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Canteleux

Les armes de Canteleux blasonnent ainsi :
d’argent à la fasce de gueules chargée d’une gerbe d’avoine d’or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Comte Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 499 p. (lire en ligne), p. 85 sur Gallica.
  2. Comte Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 499 p. (lire en ligne), p. LI sur Gallica.
  3. EP, « Elections municipales : à Canteleux, plus petit village du Pas-de-Calais (15 habitants), ça se passe comment ? : Ce village est décidément une curiosité : pas d'éclairage public, un budget très réduit : 50.000 euros qui sert essentiellement à l'entretien de la voirie. Son maire par ailleurs est assuré d'être réélu en mars prochai », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne, consulté le 19 février 2019).
  4. « Arrêté préfectoral du 25 septembre 2018 portant création de la commune nouvelle de Bonnieres », Recueil des actes administratifs de la préfecture du Pas-de-Calais, no 44,‎ , p. 4 (lire en ligne [PDF], consulté le 19 février 2019).
  5. David Derieux, « Ternois Au 1er janvier, les villages de Bonnières et Canteleux ne feront plus qu’un : Après de longs mois de réflexion et de préparation, les conseils municipaux des deux villages ont délibéré en faveur de leur fusion au 1er janvier 2019. Une décision « dans l’ordre des choses », Canteleux étant la plus petite commune du Nord et du Pas-de-Calais avec ses douze habitants. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 19 février 2019).
  6. Anaïs Hanquet, « Canteleux, plus petite commune du Nord et du Pas-de-Calais, fusionne avec sa voisine Bonnières : Avec seulement 15 habitants recensés en 2016, Canteleux était depuis des années la plus petite commune du Nord et du Pas-de-Calais. Depuis le 1er janvier, c'est terminé : elle a fusionné avec sa voisine, Bonnières, et ses 650 habitants. La fin d'une histoire », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne, consulté le 19 février 2019) « Ironie de l'histoire : en fusionnant avec Bonnières et ses 650 habitants, Canteleux fait maintenant partie des plus grandes communes du Pas-de-Calais... en superficie. Et c'est un autre village du Ternois, Guinecourt, qui devient la commune la moins peuplée du département, avec 18 habitants ».
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  9. « Ternois : le redécoupage des intercommunalités est en marche ! : La commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) se réunissait hier après-midi à la préfecture pour continuer à dessiner les contours du futur nouveau découpage des com de com du Pas-de-Calais », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  10. « Vertes collines du Saint-Polois: la fusion avec ses voisines est déjà sur de bons rails : C’est l’actualité du moment : dans la plupart des communautés de communes, les élus s’arrachent les cheveux pour se mettre dans les clous de la loi NOTRe (elle les oblige à fusionner pour créer des intercommunalités de plus de 15 000 habitants). Mais dans le Ternois, les Vertes collines du Saint-Polois et ses trois voisins (Pernois, Auxilois, Région de Frévent) font office de très bon élève et en sont déjà à discuter des modalités de l’« après-fusion », La Voix du nord,‎ (lire en ligne).
  11. Le populations mentionnées dans les actes concernant les intercommunalités sont des populations totales, au sens de l'INSEE, c'est-à-dire regroupant la population municipale, c'est-à-dire les personnes ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune à laquelle s'ajoute la population comptée à part, qui regroupe principalement les personnes vivant dans certaines collectivités (internats, casernes, hôpitaux, couvents, prisons…).
    Dans les tableaux de population mentionnés dans les articles de wikipédia ne sont habituellement mentionnés que les populations municipales, ce qui explique l'écart entre les chiffres mentionnés dans le SDCI et ceux des tableaux démographiques
  12. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2017 portant schéma départemental de coopération intercommunale du Pas-de-Calais » [PDF], SDCI, Préfecture du Pas-de-Calais (consulté le 23 mars 2017)
  13. « Dix-neuf atouts pour la carte intercommunale », L'actualité de L'Institution, Conseil départemental du Pas-de-Calais, (consulté le 23 mars 2017).
  14. « Arrêté interpréfectoral du 30 août 2016 portant création d'une communauté de communes issue de la fusion des communautés de communes de l'Auxilois, de la région de Frévent, du Pernois et des Vertes Collines du Saint-Polois », Recueil des actes administratifs de la Préfecture de la Somme, nos 2016-069,‎ , p. 37-39 (lire en ligne).
  15. [1]Source insuffisante 
  16. [2]Source insuffisante 
  17. « Bilan du mandat à Canteleux: de gros investissements pour la voirie : Canteleux est la plus petite commune du département. Michel Bartier fait partie du conseil municipal depuis 1977 comme adjoint, et occupe le fauteuil de maire depuis 1995. Il sera candidat aux prochaines élections municipales. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2014).
  18. Réélu pour le mandat 2014-2020 : Christian Pruvost, « Canteleux - La protection incendie, le plan le plus coûteux : Les projets des maires - Canteleux est une petite commune avec ses seize habitants. Avant il y avait neuf élus, maintenant ils ne sont plus que sept. En 2014, il y avait une liste qui a été élue au premier tour. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2014).
  19. « Six aérogénérateurs en construction : Lancé au printemps dernier, le chantier éolien de Canteleux est en cours. Les travaux devraient prendre fin d’ici fin mai si tout va bien », L'Abeille de la Ternoise, nos 8606-1703,‎ , p. 28.
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  23. « Évolution et structure de la population à Canteleux en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 août 2010)
  24. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 août 2010)