Communauté de communes Osartis Marquion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Communauté de communes Osartis Marquion
Blason de Communauté de communes Osartis Marquion
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Forme communauté de communes
Siège Vitry-en-Artois
Communes 49
Président Pierre Georget (PRG)
Date de création
Code SIREN 200044048
Démographie
Population 41 672 hab. (2014)
Densité 126 hab./km2
Géographie
Superficie 330,56 km2
Liens
Site web http://www.cc-osartis.com/ Site
Fiche Banatic Données en ligne
Fiche INSEE Dossier complet en ligne

La communauté de communes Osartis Marquion est une communauté de communes française, située dans le département du Pas-de-Calais et la région Nord-Pas-de-Calais, arrondissement d'Arras.

Historique[modifier | modifier le code]

Le schéma départemental de coopération intercommunale approuvé par le préfet du Pas-de-Calais le [1] a prévu la fusion « de la communauté de communes de Marquion (17 communes – 11 480 habitants) de la communauté de communes de l'Enclave (3 communes – 1 044 hab.) et de la communauté de communes Osartis (33 communes – 31 086 hab) » dans le cadre des prescriptions de la réforme des collectivités territoriales françaises (2008-2012)[2], afin d'achever la couverture intégrale du département par des intercommunalités à fiscalité propre, supprimer les enclaves et discontinuités territoriales et rationaliser les périmètres des intercommunalités.

La communauté de communes de l'Enclave ayant néanmoins fusionné avec la communauté d'agglomération de Cambrai le , l'intercommunalité est créée par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [3], et résulte de la fusion, à cette date, de la communauté de communes Osartis et de celle de Marquion, assurant le regroupement de 50 communes.

Rœux quitte l'intercommunalité pour intégrer la Communauté urbaine d'Arras[4] au , ramenant à 49 le nombre de communes associées.

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Territoire à vocation périurbaine situé à l’est du département du Pas-de-Calais et du pays d’Artois, proche des trois pôles urbains qui l’entourent : Douai, Arras et Cambrai[5] et situé au cœur d'un espace économique desservi par les autoroutes (A1, A26) et les routes (Cambrai - Arras, Cambrai - Douai), doté de canaux et, à venir, d'un port intérieur à Corbehem[6].

Composition[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est composée en 2018 des 49 communes suivantes[3] :

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Vitry-en-Artois
(siège)
62865 Vitryens 18,78 4 636 (2016) 247
Arleux-en-Gohelle 62039 6,27 841 (2016) 134
Baralle 62081 Barallois 7,95 482 (2016) 61
Bellonne 62106 2,03 216 (2016) 106
Biache-Saint-Vaast 62128 Biachois 9,29 4 058 (2016) 437
Boiry-Notre-Dame 62145 Boirysiens 6,11 458 (2016) 75
Bourlon 62164 Bourlonais 12,30 1 175 (2016) 96
Brebières 62173 Brebiérois 10,80 4 908 (2016) 454
Buissy 62184 Bucéens 6,87 258 (2016) 38
Cagnicourt 62192 Cagnicourtois 9,42 432 (2016) 46
Corbehem 62240 Corbehemois 2,60 2 357 (2016) 907
Dury 62280 5,31 344 (2016) 65
Écourt-Saint-Quentin 62284 Écourtois 9,49 1 668 (2016) 176
Épinoy 62298 Spinetiens 8,08 546 (2016) 68
Étaing 62317 Étaignois 5,10 444 (2016) 87
Éterpigny 62319 Sterpiniens 3,49 257 (2016) 74
Fresnes-lès-Montauban 62355 4,95 568 (2016) 115
Fresnoy-en-Gohelle 62358 Fresnoysiens 2,98 217 (2016) 73
Gouy-sous-Bellonne 62383 Gouysiens 5,47 1 363 (2016) 249
Graincourt-lès-Havrincourt 62384 Graincourtois 11,57 633 (2016) 55
Hamblain-les-Prés 62405 Hamblinois 4,87 504 (2016) 103
Haucourt 62414 6,06 248 (2016) 41
Hendecourt-lès-Cagnicourt 62424 Hendecourtois 8,86 314 (2016) 35
Inchy-en-Artois 62469 Inciacois 11,06 622 (2016) 56
Izel-lès-Équerchin 62476 Izellois 9,91 986 (2016) 99
Lagnicourt-Marcel 62484 Lagnicourtois 8,42 335 (2016) 40
Marquion 62559 Marquionnais 8,22 981 (2016) 119
Neuvireuil 62612 Neuvireuillois 4,34 547 (2016) 126
Noyelles-sous-Bellonne 62627 4,21 813 (2016) 193
Oisy-le-Verger 62638 Ossicatiens 11,36 1 231 (2016) 108
Oppy 62639 Oppynois 4,84 407 (2016) 84
Palluel 62646 Palluellois 2,77 572 (2016) 206
Pelves 62650 Pelvois 6,60 729 (2016) 110
Plouvain 62660 Plouvinois 2,41 450 (2016) 187
Pronville-en-Artois 62671 Pronvillois 6,09 324 (2016) 53
Quiéry-la-Motte 62680 Quiérysiens 8,93 734 (2016) 82
Quéant 62673 Quéantois 9,02 659 (2016) 73
Récourt 62697 Récourtois 3,33 216 (2016) 65
Rémy 62703 Rémynois 3,59 383 (2016) 107
Riencourt-lès-Cagnicourt 62709 4,73 267 (2016) 56
Rumaucourt 62728 Rumaucourtois 5,51 687 (2016) 125
Sailly-en-Ostrevent 62734 7,43 727 (2016) 98
Sains-lès-Marquion 62739 Sainsois 6,26 319 (2016) 51
Sauchy-Cauchy 62780 Salciauchissois 4,08 365 (2016) 89
Sauchy-Lestrée 62781 Salésiens 9,06 453 (2016) 50
Saudemont 62782 Saudemontois 5,55 454 (2016) 82
Tortequesne 62825 Tortequesnois 3,37 809 (2016) 240
Villers-lès-Cagnicourt 62858 Villerois 4,40 267 (2016) 61
Vis-en-Artois 62864 Vissois 6,42 656 (2016) 102

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du territoire communautaire
tel qu'existant au
1968 1975 1982 1990 1999 2010 2015
35 28437 32637 84839 41439 32140 97441 764
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes.
Les données mentionnées ci-dessus sont établies à périmètre géographique constant, dans la géographie en vigueur au .
(Source : INSEE RGP 2015[7])



Organisation[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège de l'intercommunalité est à Vitry-en-Artois, ZA, rue Jean Monnet[3].

Élus[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est administrée par son conseil communautaire, composé de 73 conseillers municipaux de chacune des 50 communes membre répartis sensiblement en fonction de leur population, soit, en 2016[8] :
- 7 délégués pour Brebières ;
- 6 délégués pour Vitry-en-Artois ;
- 5 délégués pour Biache-Saint-Vaast ;
- 2 délégués pour Baralle, Boiry-Notre-Dame, Bourlon, Buissy, Cagnicourt, Corbehem, Épinoy, Étaing, Éterpigny, Fresnoy-en-Gohelle, Handecourt-lès-Cagnicourt, Inchy-en-Artois, Lagnicourt-Marcel, Neuvireuil, Oisy-le-Verger, Oppy, Plouvain, Pronville, Rémy, Riencourt-les-Cagnicourt, Rumaucourt, Sauchy-Cauchy, Sauchy-Lestrée et Tortequesne ;
- 1 délégué pour les autres communes.

Au terme des élections municipales de 2014 dans le Pas-de-Calais, le conseil communautaire du 15 avril 2014 a réélu son président initial, Pierre Georget, maire de Vitry-en-Artois, ainsi que les quinze vice-présidents, qui forment l'exécutif de l'intercommunalité pour le mandat 2014-2020[9].

En 2016, les vice-présidents sont[8] :

  1. Jean-Pierre Hécquet, maire de Brebières, chargé des finances ;
  2. Michel Housau, maire de Biache-Saint-Vaast, chargé de l'action sociale en faveur des personnes âgées et handicapées - Mobilité ;
  3. Dominique Bertout, maire de Corbehem, chargé du développement économique, emploi, formation :
  4. Jean-Marcel Dumont, maire de Graincourt-lès-Havrincourt, chargé de l'aménagement de l’espace, logement, cadre de vie ;
  5. Rodrigue Mroz, maire de Récourt, chargé de la culture - ERIM ;
  6. Jacques Petit, maire de Marquion, chargé du suivi des grands projets ;
  7. Norbert Grobelny, maire d'Arleux-en-Gohelle, chargé du territoire numérique ;
  8. Jean-Luc Boyer, maire de Bourlon, chargé de la gestion des déchets ;
  9. Yves Legros, maire de Villers-lez-Cagnicourt, chargé sport et de l'espace aqualudique ;
  10. Guy de Saint-Aubert, maire de Sains-lès-Marquion, chargé de la politique enfance jeunesse ;
  11. Eric Roussel, élu de Pelves, chargé de l'assainissement collectif et non collectif - gestion des eaux pluviales ;
  12. Jean-François Lemaire, maire de Palluel, chargé du Développement rural et agricole ;
  13. André Lacroix, maire de Fresnes-lès-Montauban, chargé du tourisme et du patrimoins ;
  14. Christian Thievet, maire de Vis-en-Artois, chargé de l'environnement et du développement durable ;
  15. Philippe Dubus, maire d'Haucourt, chargé de la voirie et de la propreté.

Le bureau communautaire est constitué, pour la mandature 3014-2020, du président, des vice-présidents et de 12 conseillers communautaires délégiés.

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2014[10] En cours
(au 14 février 2019)
Pierre Georget[11]   Maire de Vitry-en-Artois (1995 → )
Conseiller régional[Quand ?]
Président de l'ex-CC Osartis (2000 → 2014)
Conseiller départemental de Brebières (2015 → )
Président du pôle métropolitain Artois-Douaisis (2018[12] → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[13]

Compétences[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité exerce les compétences qui lui ont été transférées par les communes membres, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales. Il s'agit notamment de[réf. nécessaire] :

Fiscalité et budget[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Afin de financer l'exercice de ses compétences, l'intercommunalité perçoit la fiscalité professionnelle unique[3] (FPU) – qui a succédé à la taxe professionnelle unique (TPU) – et assure une péréquation de ressources entre les communes résidentielles et celles dotées de zones d'activité.

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

En 2019, l'intercommunalité s'est fixé plusieurs objectifs[14] :

  • Le projet E-Valley, projet de reconversion de de l’ancien site de la BA103 en parc logistique, dont les premiers permis de construire ont été signés en vue de la mise en service des premiers bâtiments en 2020. Ils offriront 550 000 m2 de solutions logistiques, soit 1 300 emplois escomptés.
  • Contribuer à la réalisation du canal Seine Nord Europe, dont les travaux devraient débuter en 2019 au sud de Compiègne, par l’élargissement de l’Oise. Les travaux se poursuivront vers le nord et concerneront le Marquionnais vers 2021. La plateforme multimodale de Marquion permettra la création de 2 430 emplois directs et autant d’emplois indirect.
  • Reconversion de la friche de 114 hectares de Stora Enso à Brebières et Corbehem, où un bâtiment logistique de 66 000 m2 construit en 2019 par Goodman sur l’ancien parc à bois devrait générer 200 emplois. A plus long terme, le site devrait accueillir un hypermarché Super U, soit environ 80 emplois.
  • Création d'une maison de santé pluridisciplinairecà Baralle, dont les études seront menées en 2019. Le coût global du projet est estimé à 3,2 millions d’euros et le président espère décrocher des subventions de l’ordre de 62 %. Cette maison de santé pourrait rassembler 27 professionnels dont certains se sont déjà constitués en association
  • Reconversion de l’aérodrome par la réalisation d’un hôtel.
  • Le décanteur de la Marche Navire, un piège à sédiments destiné à empêcher l’envasement des marais d’Hamel, Lécluse et Tortequesne.

Environnement[modifier | modifier le code]

La communauté, avec la population a notamment commencé à décliner localement la trame verte et bleue régionale, cadrée par le Schéma régional de cohérence écologique (SRCE), qui décline régionalement la trame verte et bleue nationale, laquelle décline à l'échelle de la France le réseau écologique paneuropéen qui vise à protéger et restaurer la biodiversité en permettant aux espèces de mieux circuler dans le paysages[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté préfectoral portant schéma départemental de coopération intercommunale du Pas-de-Calais » [PDF], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 6 juillet 2018), p. 10.
  2. Loi n°2010-1563 du 16 décembre 2010 portant réforme des collectivités territoriales
  3. a b c et d « CC Osartis Marquion (N° SIREN : 200044048) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur - DGCL, (consulté le 6 juillet 2018).
  4. « Un au « Roeux voir » amer pour Osartis – Marquion : Lors de dernière réunion de la commission départementale de coopération intercommunale (CDCI), mercredi, Rœux a fait son choix. La commune rejoindra en 2017 la communauté urbaine d’Arras. Du côté d’Osartis – Marquion, on prend acte mais on fait un peu grise mine », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juillet 2018).
  5. Stéphane Humbert, Équipe technique du SMMO - Syndicat mixte Marquion-Osartis, « Le SCOT OSARTIS - MARQUION : un espace étroitement lié aux pôles voisins » [PDF], Pages de profils, INSEE Nord-Pas-de-Calais, (ISSN 1774-7562, consulté le 23 novembre 2014)
  6. « Un SCOT Marquion-Osartis pour tirer le meilleur parti du canal Seine-Nord : Les élus du Syndicat mixte Marquion - Osartis (SMMO) présentent en ce moment à la population le schéma de cohérence territoriale (SCoT) élaboré depuis 2005 pour assurer le développement de ce territoire de 42 000 habitants entre Arras, Douai et Cambrai. Avec pour objectif de tirer le meilleur profit des milliers d'emplois attendus avec le chantier et l'ouverture canal Seine - Nord Europe. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2014).
  7. INSEE, Recensement général de la population 2015, Document mentionné en liens externes.
  8. a et b Rapport d'activité 2016, Document mentionné en liens externes, p. 23.
  9. N. A., « Osartis - Marquion : les président et vice-présidents de l’intercommunalité installés : Pierre Georget, le maire de Vitry-en-Artois, a donc été reconduit, mardi soir, à la tête de la communauté de communes Osartis – Marquion par 70 voix (quatre blancs et un nul). Les élections des quinze vice-présidents se sont prolongées jusqu’à 23 h. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2014).
  10. Géraldine Csizmadia, « Communauté de communes Osartis-Marquion: les élus ont tenu leur premier conseil : Lundi soir à Vitry-en-Artois, les soixante-dix délégués des cinquante communes étaient réunis pour le premier conseil lançant officiellement la fusion des deux territoires. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2014).
  11. « Le Président - Pierre GEORGET », Institution, sur http://www.cc-osartis.com (consulté le 6 juillet 2018).
  12. « Pierre Georget président du pôle métropolitain », L'Observateur de l'Arrageois, no 617,‎ , p. 5 « Lors du conseil d’installation qui a suivi, les conseillers métropolitains, dans une volonté affirmée de continuité, ont renouvelé leur confiance en Pierre Georget, président de la communauté de communes Osartis-Marquion, élu à l’unanimité au poste de président du Pôle Métropolitain Artois Douaisis. Cinq vice-présidents ont été élus à l’unanimité : 1er vice-président : Christian Poiret, président de la communauté d’agglomération du Douaisis, 2e vice-président : Philippe Rapeneau, président de la communauté urbaine d’Arras, 3e vice-président : Frédéric Delannoy, président de la communauté de communes Cœur d’Ostrevent, 4e vice-président : Michel Seroux, président de la communauté de communes des campagnes de l’Artois, 5e vice-président : Jean-Jacques Cottel, président de la communauté de communes du Sud Artois ».
  13. Laurent Boucher, « Dossier parité : Biefvillers-les-Bapaume, un village au visage féminin ; Barastre et Osartis-Marquion, des conseils d’hommes », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2014) « Cinquante communes, 42 000 habitants et une seule femme, simple membre du bureau, sur les vingt-huit élus dans les instances dirigeantes de la communauté de communes Osartis-Marquion ! Pas une seule femme parmi les quinze vice-présidents. Pierre Georget, réélu président, dit regretter cet état de fait ».
  14. « Les projets économiques, priorité de l’intercommunalité », L'Observateur de l'Arrageois, no 676,‎ , p. 6.
  15. Benoît Fauconnier, « Pelves: trois mille plantations en trois jours pour esquisser la trame verte et bleue : La trame verte et bleue à l’échelon de la communauté de communes Osartis-Marquion est née hier, à Pelves, avec la plantation de milliers d’arbres. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2014).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]