Béguinage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Groot Begijnhof (Grand Béguinage) de Louvain, en Belgique.

Les béguinages (en néerlandais : begijnhof) sont les lieux dans lesquels vivaient les béguines. Leurs logements étaient généralement regroupés en une ou deux rangées de petites maisons reliées par des coursives, le tout habituellement réuni autour d'une cour où se trouvait un jardin et d'une chapelle. Ils formaient de véritables villages dans la ville et ont été particulièrement nombreux en Flandre et aux Pays-Bas.

Ces béguinages médiévaux abritaient les communautés de béguines, femmes pieuses, à la fois religieuses et laïques, qui n'étaient pas engagées par des vœux de type monastique et vivaient de ce fait en autonomie car ne dépendant d'aucune hiérarchie tant religieuse que séculière. Au cours de l'histoire, des béguinages d'hommes sont aussi apparus et on estime que 80 000 hommes, appelés béguards, y vivaient au XVIIe et XVIIIe siècles.

Le béguinage en tant que mouvement communautaire ayant aujourd'hui totalement disparu, les anciens béguinages médiévaux quand ils ont subsisté ont reçu d'autres affectations. Lorsque les bâtiments n'existent plus, les noms de rue en rappellent l'existence, comme à Delft ou à Utrecht, aux Pays-Bas. En Flandre belge, treize parmi les béguinages les mieux conservés, ont été inscrits par l'UNESCO sur la liste du patrimoine mondial (voir Béguinages flamands).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du béguinage est encore méconnue malgré des fonds documentaires très riches mais qui sont restés inexploités pendant une longue période.

Contrairement à ce qui est souvent dit, le béguinage existe dès le XIIe siècle et il est attesté à Liège en 1173 ainsi que dans le Nord de la France actuelle. L'implication d'Élisabeth de Hongrie qui sera canonisée le par la bulle Gloriosus in majestate est un élément moteur à partir de 1227 car sa position sociale crée une émulation. Elle décide à cette époque de soulager la misère des femmes seules en s'appuyant sur les hôpitaux de l'époque. Peu à peu les béguinages se détachent de ce lien hospitalier pour devenir des communautés indépendantes.

Liste de béguinages[modifier | modifier le code]

En Belgique[modifier | modifier le code]

La Belgique est un pays dans lequel les béguinages ont prospéré depuis le Moyen Âge.

Voir la catégorie : Béguinage en Belgique.

En particulier, treize béguinages flamands y sont inscrits au patrimoine de l'UNESCO :

Mais des béguinages ont pu exister ailleurs, en grand nombre. Par exemple à Liège.

Ailleurs[modifier | modifier le code]

Au-delà de la Belgique, le développement du béguinage est moins important, mais il serait restrictif de limiter l’essor de ce mouvement aux seules Flandres historiques car des béguinages ont existé dans d'autres régions d'Europe du Nord, et même en Suisse.

Béguinage de Paris: Avant 1264, Louis IX installa une communauté de béguines à Paris.[1] Louis XI et Charlotte de Savoie ordonnèrent que la maison s'appelât désormais « Ave-Maria, ou maison de la Tierce-Ordre, pénitence de M. Saint-François ».

Béguinages modernes[modifier | modifier le code]

À l'époque contemporaine, le Béguinage se rencontre sous deux formes :

Les Associations de femmes[modifier | modifier le code]

En Allemagne s’est créée en 1998 la ferme de « Lieselotte »[2], béguinage moderne, où s'associent librement des femmes de tous âges et conditions dans le but de vivre en communauté. Une part importante des béguinages allemands est aujourd'hui regroupée dans le « Beginenstiftung » dont le but est l'émergence de tels projets toujours réservés aux femmes.

Le premier but est économique, visant l’autonomie par la création d’entreprises dans le domaine manuel, social, gastronomique et/ou éducatif.

Mais l'intérêt de ce centre est également de fournir à ces modernes béguines un lieu de retraite et de protection spécifiquement adapté aux femmes et à leurs enfants. Là, elles trouvent les moyens de s’entraider et d'échanger leurs expériences et leur pratiques, mais aussi se ressourcer et se détendre.

La formule du « Béguinage retraite »[modifier | modifier le code]

Le béguinage désigne également aujourd'hui un mode de vie collectif pour les seniors, pratiqué essentiellement (compte tenu de l'Histoire), en Belgique, Hollande et dans le Nord de la France où il revêt plutôt un aspect d'habitat groupé que celui d'un véritable projet pédagogique, éthique ou religieux.

Sans forcément revendiquer une appartenance spirituelle, la formule entend cultiver des valeurs de proximité et de fraternité en vue de maintenir le lien social et offrir une alternative à l'isolement et la solitude pouvant être ressentis en maison de retraite ou dans les foyers. Comme pour le cas d'une personne vivant à son domicile, il s'agit de mettre à disposition des logements individuels (maisons) ou collectifs (appartements) sécurisés et adaptés aux personnes âgées et en particulier à celles qui ont quelque peu perdu de leur mobilité. Outre les lieux d'habitation, des espaces communs sont entretenus par des structures spécialisées.

Le béguinage est mixte dans la majorité des cas. Il s'adresse à des personnes seules ou des couples.

Ces entités ne réclament qu'un loyer modéré dans la mesure où ces béguinages appartiennent le plus souvent au parc HLM.

Cette formule d'une vie retraitée correspond à une expression des besoins qui attire progressivement l'intérêt. Actuellement une vingtaine d'expérience d'habitats groupés pour seniors seraient en cours [3]. Parmi celles-ci, on peut citer celle du « Béguinage Solidaire » qui ouvrira ses portes en 2018 dans le département de la Sarthe.

Galerie de vues sur d'autres béguinages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :