François-Marie de Broglie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Broglie.

François-Marie de Broglie
François-Marie de Broglie

Titre Comte de Buhy
(1727-1745)
Autres titres 1er Baron de Ferrières
1er Duc de Broglie (1742)
Prédécesseur Victor-Maurice de Broglie
Successeur Victor-François de Broglie
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Grade militaire Maréchal de France
Conflits Guerre des Camisards
Guerre de Succession d'Espagne
Guerre de Succession d'Autriche
Faits d'armes Bataille de Denain (1712)
Distinctions Chevalier du Saint-Esprit
Autres fonctions Ambassadeur de France en Grande-Bretagne
Biographie
Dynastie Maison de Broglie
Naissance
paroisse Saint-Sulpice[1] (Paris)
Décès (à 74 ans)
Broglie (Eure)
Père Victor-Maurice de Broglie
Mère Angélique de Vassal
Conjoint Thérèse Gillette Locquet de Grandville

Orn ext Maréchal duc OSE.svg
Blason famille Broglie.svg

François-Marie, duc de Broglie[2] ( à Paris à Broglie (Eure)), est un aristocrate et militaire français des XVIIe et XVIIIe siècles. Il est maréchal de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

François-Marie de Broglie est issu de la Maison de Broglie, une famille noble française d’origine piémontaise (Chieri). Installée en France depuis le XVIIe siècle à la suite de Mazarin, elle a fourni à la France plusieurs maréchaux.

Il est le fils du maréchal de France Victor-Maurice de Broglie (1647-1727).

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Il servit avec la plus grande distinction sous François-Henri de Montmorency-Luxembourg, Louis François de Boufflers, Louis-Joseph de Vendôme, Claude Louis Hector de Villars, et se signala surtout à la Bataille de Denain et au siège de Fribourg pendant la guerre de Succession d'Espagne.

Il est fait maréchal de France en 1734, il commanda en Italie, remporta avec le maréchal de Coigny les batailles de San Pietro devant Parme et Guastalla, fut ensuite envoyé en Bohême, 1741 (Bataille de Dettingen), et ramena de Prague avec Charles Louis Auguste Fouquet de Belle-Isle une armée compromise. Jusqu'à lui sa famille n'avait porté que le titre de comte ; Louis XV lui conféra le titre de duc en 1742.

Nommé gouverneur de la ville de Strasbourg le 27 mars 1743, il se vit retirer le commandement de son armée et son gouvernement de l’Alsace le 8 juillet de la même année, à 71 ans, pour n’avoir pas défendu la Bavière, occupée militairement par l'Autriche, et s’être replié sur Ratisbonne sans ordre de retraite. En conséquence, Louis XV l’exila dans sa terre normande de Broglie. Et Frédéric de Prusse le brocarda en le nommant "le quadruple Xénophon"[3] pour sa retraite sans combattre à la tête de 40.000 hommes (en souvenir de la "Retraite des dix mille" de Xénophon).

Sa tombe fut profanée en 1793.

Récapitulatif[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

D'or au sautoir ancré d'azur[4].

Ascendance et postérité[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Roglo 2012.
  2. Prononcé de Breuil.
  3. Lire à ce sujet :Gilles Perrault, Le Secret du Roi: La Passion polonaise, Fayard, (ISBN 978-2213029696)
  4. Popoff 1996, p. 84.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Chronologies[modifier | modifier le code]