Écuyer (gentilhomme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Écuyer.
Le tortil, symbole héraldique des chevaliers et écuyers
Chevalier et son écuyer

L’écuyer (du bas latin scutarius « soldat de la garde impériale qui portait un bouclier », dérivé en -arius du latin scutum « écu »[1]) est, à l'origine, un gentilhomme ou un anobli qui accompagne un chevalier et porte son écu. De là, écuyer a été employé comme titre pour un jeune homme qui se prépare à devenir chevalier par adoubement.

Le terme est ensuite devenu, à l'époque moderne, un rang détenu par tous les nobles non armés chevaliers (abréviation : Ec.). Il convient de rappeler à ce titre que les rangs d'écuyer et de chevalier, sous l'Ancien Régime, n'étaient pas des titres de noblesse mais des qualifications nobles ; l'éventuel titre de noblesse attaché à une terre ne venant qu'après cette qualification. À ce titre, M. de Ludre a rappelé « qu'avant 1500 les plus grands seigneurs s'intitulaient tantôt écuyers, tantôt chevaliers et que les princes de sang royal eux-mêmes ne rougissaient pas de la qualification d'écuyer. »[2] Cette qualification est restée officiellement en vigueur jusqu'en 1848, mais dans les faits, elle cesse d'être portée après 1789.

En anglais le mot, sous sa forme esquire, est utilisé, placé après le nom, comme un titre de respect sans signification particulière pour indiquer un haut rang social mais indéterminé (abréviation Esq.). C'est toujours un titre de noblesse en Belgique (également connu sous le nom de « Jonkheer » en néerlandais).

Écuyers au temps des chevaliers[modifier | modifier le code]

Les chevaliers, à l'époque des tournois, devaient présenter leurs armes afin de s'identifier. Ils étaient assistés en cela par leur écuyer, jeune homme chargé de tenir leur écu armorié. En général, l'écuyer s'occupait également de l'équipement du chevalier et de son cheval, et il apprenait le métier de chevalier à partir de 14 ans ; ceci explique les sens dérivés d'écuyer comme apprenti chevalier, puis comme voltigeur à cheval (au cirque).

Lorsque des figures distinctives ornent l’écu, l’écuyer qui porte l’écu peut représenter le chevalier, même en son absence. L'écuyer qui porte l'écu sur sa poitrine est d'ailleurs sans doute à l'origine des tenants, dans les ornements extérieurs des armoiries, puisque les cinq régions principales de l'écu (chef, cœur, flancs dextre et sénestre, pointe) renvoient justement aux parties du corps de celui-ci. Comme l’écuyer est vu de face, « dextre » et « sénestre » sont inversés en héraldique par rapport à leur signification primitive : la dextre de l’écuyer est à la gauche de l’observateur, et inversement.

Écuyers à l'époque moderne[modifier | modifier le code]

Les nobles non titrés utilisaient les termes "écuyer" ou noble" pour montrer leur appartenance la noblesse dans les documents officiels. La qualification d'écuyer était strictement réservée à la noblesse comme le montre cet édit de janvier 1634:

«Défendons à tous nos sujets d'usurper le titre de noblesse, prendre la qualité d'écuyer et porter armoiries timbrées, à peine de 2.000 livres d'amende, s'ils ne sont de maison et extraction noble[3]

Depuis le déclin de la chevalerie, cette qualification était en perte de prestige; elle connu néanmoins un regain d’intérêt à partir de la fin du xvie siècle, lorsque les souverains l'imposent comme la seule marque de noblesse pour les non titrés.

Écuyers-bannerets[modifier | modifier le code]

Dans certains cas, il est arrivé de trouver des écuyers-bannerets qui se distinguaient par leur rang plus élevé que celui des écuyers sans bannières. Ils avaient donc reçus un droit de porter bannière et de mener leurs vassaux sur le champs de bataille. Ainsi et malgré leur non appartenance à la chevalerie, ils avaient le même rang que les chevaliers banneret et se situaient entre les barons et les chevaliers bacheliers[4], même si initialement, cela ne semblait pas être le cas. La solde était la même pour tous les bannerets et était donc plus élevée que celle des simples chevaliers.

Les varlets[modifier | modifier le code]

Au moyen-âge, on trouve un autre terme équivalent de la qualification d'écuyer: "varlet". A la différence que leur fonction, semblait se rapprocher plus de celle du page. Aussi, contrairement à écuyer qui pouvait être un état définitif, varlet semblait être une qualification provisoire, car souvent attribué a un jeune fils d'un chevalier héréditaire, qui était destiné tôt ou tard à la chevalerie lui aussi.[5] La qualififaction semble être tombée en désuétude bien avant la période moderne.

Offices d'écuyers modernes[modifier | modifier le code]

À partir du XIVe siècle apparaissent, dans les cours princières, des charges d'écuyer sans rapport avec la chevalerie. Il existe différents offices d'écuyers : le Grand écuyer qui a la charge des chevaux de selle de la Cour, et l'écuyer tranchant qui découpe la viande royale ; à la Cour de France, il y a également un Premier écuyer qui s'occupe des chevaux de trait de la Cour.

Le Grand écuyer[modifier | modifier le code]

Le Grand écuyer de France, communément appelé « Monsieur le Grand », était l'un des grands officiers de la couronne de France pendant l’ancien Régime. Il était responsable des écuries royales. Il dirigeait personnellement la Grande Écurie du roi à Versailles alors que son subordonné le Premier écuyer de France, (voir plus bas) usuellement appelé « Monsieur le Premier », avait la charge de la Petite Écurie. La première était principalement composée des commanderies chevalières ainsi que du haras royal tandis que la seconde s'orientait vers les montures d'usage civil, y compris celles pour les carrosses et autres voitures.

Le Grand écuyer de France dirigeait l’École des pages du roi en sa Grande Écurie réservée aux fils des familles de la noblesse militaire remontant à au moins 1550, tandis que son adjoint le Premier écuyer (voir ci-dessous) dirigeait celle des pages de la Petite Écurie réservée aux fils des familles de la noblesse remontant à au moins 1550[6]. La réception comme page du roi en sa Grande Écurie ou sa Petite Écurie était, pour une famille, un honneur qui venait juste après celui des Honneurs de la Cour.

L'écuyer tranchant[modifier | modifier le code]

Ornements extérieurs de l'écu du Grand écuyer tranchant.

En 1306, une ordonnance de Philippe le Bel précise que le Premier « valet tranchant », qui prendra par la suite le nom de « Premier écuyer tranchant », avait la garde de l'étendard royal et qu'il devait dans cette fonction marcher à l'armée « le plus prochain derrière le roi, portant son panon qui doit aller çà et là partout où le roi ira, afin que chacun connaisse où le roi est. »[7]

Ces deux charges étaient possédées par la même personne sous Charles VII et sous Charles VIII, et l'ont presque toujours été depuis. C'était sous cet étendard royal, nommé depuis cornette blanche, que combattaient les officiers commensaux du roi, les seigneurs et gentilshommes de sa maison et les gentilshommes volontaires.

En temps de paix, il est l'officier de bouche qui découpe les aliments à la table du souverain, le plus souvent il s'agit de la viande : tenant la pièce de viande dans une fourchette de la main gauche, il la tranche avec son épée dans la main droite sans que jamais les doigts ne touchent la viande[8]. Par extension, il porte également ce titre dans les maisons princières et aristocratiques, se distinguant alors du Grand (écuyer) tranchant qui appartient à la maison du roi. Le terme « écuyer de cuisine » désigne le maître cuisinier d'un prince ou d'un grand seigneur[1].

Ce gentilhomme avait le droit d'ajouter à ses armoiries un couteau et une fourchette placés en croix et aux manches une couronne royale[9].

Le premier traité consacré à cette fonction est l’Arte cisora, écrit en 1423 par Henri de Villena. Ce manuel témoigne de la professionnalisation de cet office, la Renaissance voyant se développer un art de la découpe espagnol, italien et français[10].

Le premier écuyer[modifier | modifier le code]

Le Premier écuyer usuellement appelé « Monsieur le Premier », est l'adjoint du Grand écuyer de France appelé pour sa part « Monsieur le Grand » (voir ci-dessus). Il commande la Petite Écurie du roi, c'est-à-dire les chevaux dont le roi se sert le plus ordinairement, les carrosses, les calèches, les chaises à porteurs. Au sein de la Petite Écurie il commande également l'école des pages du roi, réservée aux fils des familles de la noblesse remontant au moins à 1550[11] et les valets-de-pied attachés au service de la Petite Écurie, desquels il a droit de se servir, comme aussi des carrosses et chaises du roi. La réception comme page du roi en sa Petite Écurie était, pour une famille, un honneur qui venait juste après celui des Honneurs de la Cour et celui de la réception comme page du roi en la Grande Écurie.

Le Premier écuyer doit donner la main au roi, s'il a besoin d'aide, pour monter en carrosse ou en chaise (écuyer de main par opposition à l’écuyer cavalcadour qui a soin des chevaux dont le prince se sert ordinairement)[12].

Le Premier tranchant est l'écuyer de la maison de la reine[1].

Evolution du terme d'écuyer[modifier | modifier le code]

Déjà à la fin de l'ancien régime, où il était pourtant obligatoire pour tout noble sans titre, on note déjà une certaine désuétude qui s'est confirmée ensuite avec la Révolution, puis l'Empire. A la Restauration, le terme est à nouveau en vigueur pour tout noble non titré, mais aucune des familles qui le possédaient auparavant n'en demande le port, ou la confirmation de son droit à le porter.[13] Plus personne alors n'arbore cette qualification jugée alors trop vieillotte et ridicule, si bien qu'avec le temps, elle disparaît presque entièrement de la mémoire collective en tant que titre de noblesse.

Il est intéressant de noter que dans les autres pays, ce titre à connu une toute autre évolution. Dans le monde anglophone, où il se porte après le nom, abrégé "Esq"(esquire), il s'est démocratisé en une formule de politesse, qui n'est plus uniquement le signe de l'appartenance à la noblesse. Aux Etats-Unis, il est souvent porté par les personnes de la magistrature et du corps diplomatique. En Belgique, ce titre n'est pas traduit pour les francophones, qui portent juste la formule "Messire" devant leur nom. En Allemagne, le titre de "Junker", à connu une forte popularité, et était même considéré comme plus prestigieux que d'autres, comme par exemple celui de chevalier (ritter), pourtant supérieur. Dans le monde néerlandophone, il est considéré comme tous les autres titres, et est même parfois porté par les membres de la famille royale. Enfin dans d'autres pays comme l'Espagne ou l'Italie, ce terme pour désigner la noblesse n'existe tout simplement pas. Leurs équivalents seraient Hidalgo pour les espagnols et Nobile pour les italiens.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Définitions lexicographiques et étymologiques de « écuyer » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. Vicomte de Marsay, De l'âge des privilèges au temps des vanités
  3. « MEMODOC, Qualifications nobiliaires, titres de noblesse, ecuyer, chevalier, noble homme, messire, gentilhomme », sur www.memodoc.com (consulté le 25 juin 2018)
  4. Philippe Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1: Études sur les armées des rois de France 1337-1494, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, (ISBN 9782713218163, lire en ligne)
  5. Annuaire de la pairie et de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe et de la diplomatie, Bureau de la Publ., (lire en ligne)
  6. Sur les preuves à fournir pour être reçu page du roi en sa grande ou sa petite écurie, voir sur memodoc.fr.
  7. Premier écuyer tranchant sur blason-armoiries.org.
  8. Elisabeth Latrémolière, exposition « Festins de la Renaissance » du 7 juillet au 21 octobre 2012, château royal de Blois
  9. Brigades de cuisine.
  10. Beaujarret, « Alimentation de cour, alimentation à la cour : Sources et problèmes (du Moyen Âge à l’Époque contemporaine) », 29 septembre 2008.
  11. Sur les preuves à fournir pour être reçu page du roi en sa Petite Écurie, voir Preuves de noblesse pour les pages du roi et de la reine
  12. Premier écuyer du roi sur blason-armoiries.org.
  13. « MEMODOC, Qualifications nobiliaires, titres de noblesse, ecuyer, chevalier, noble homme, messire, gentilhomme », sur www.memodoc.com (consulté le 23 juin 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]