Batterie Todt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Seconde Guerre mondiale image illustrant le Pas-de-Calais
Cet article est une ébauche concernant la Seconde Guerre mondiale et le Pas-de-Calais.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Todt.
Batterie Todt
Image illustrative de l'article Batterie Todt
La batterie Todt en 1942.

Lieu Haringzelle, Audinghen, Pas de Calais, France
Fait partie de Mur de l'Atlantique
Type d’ouvrage Batterie d'artillerie côtière
Construction 1942
Architecte Organisation Todt
Matériaux utilisés Béton et acier
Longueur 26 m
Hauteur 20 m (dont 11 au-dessus du sol)
Utilisation au [1]
Utilisation actuelle Musée du mur de l'Atlantique
Ouvert au public 1 casemate sur 4
Appartient à Privé
Contrôlé par Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Garnison Marineartillerieabteilung 242[2] de la Kriegsmarine[3]
Commandant Oberleutnant zur See Klaus Momber[1]
Effectifs ~ 600 militaires
Guerres et batailles Seconde Guerre mondiale
Événement Opération Cerberus
Opération Undergo (en)
Trivia 7e plus gros ouvrage de l'Armée allemande durant la Seconde guerre mondiale[4].
Site internet www.batterietodt.com
Coordonnées 50° 50′ 40″ Nord 1° 36′ 00″ Est / 50.844349, 1.599917

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

(Voir situation sur carte : Pas-de-Calais)
Batterie Todt

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Batterie Todt

La batterie Todt est une batterie d'artillerie côtière allemande de la Seconde Guerre mondiale située au cap Gris-Nez, dans sa partie sud. Elle était l'une des plus importantes batteries côtières du mur de l'Atlantique, équipée notamment de quatre canons de marine de 380 mm d'une portée maximale de 55,7 kilomètres, pouvant donc atteindre la côte anglaise, ces quatre canons étant installés dans quatre importantes casemates de béton armé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Officiellement inaugurée le en présence de hauts dignitaires de la Kriegsmarine, la batterie tire son premier obus en situation de combat deux jours plus tard, au cours de l'opération Cerberus[N 1]. Elle est servie par une garnison de la Kriegsmarine.

Initialement nommée « batterie Siegfried », elle est rebaptisée « batterie Todt » en l'honneur de l'ingénieur nazi Fritz Todt, créateur de l'Organisation Todt[N 2] mort deux jours avant l'inauguration dans un accident d'avion.

Le , elle est prise par les troupes anglo-canadiennes après un intense bombardement aérien trois jours plus tôt et un pilonnage d’artillerie la matin-même[1].

Musée et site actuel[modifier | modifier le code]

Une des casemates abrite aujourd'hui un musée sur la Seconde Guerre mondiale. À l'extérieur est exposé un canon d'artillerie de marine « K5 » de calibre 283 mm monté sur rail, dont la portée dépassait 80 km[N 3].

L'une des casemates (Bunker no 4, libre d'accès pour le moment) abrite des caricatures de Winston Churchill, des symboles du Troisième Reich, citations et dictons allemands dessinés par les soldats lors de son occupation pendant la guerre. Des graffitis plus récents recouvrent en partie ces inscriptions d'époque qui restent encore relativement visibles.

Une des casemates en 2008.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Opération destinée à permettre le repli de trois importants navires de surface allemands, basés à Brest, qui franchissent le pas de Calais dans le but de rejoindre la mer du Nord.
  2. Cette société allemande a notamment construit cette batterie, partie du mur de l'Atlantique dont l'ensemble de la construction lui est également dû.
  3. a et b Mais ce type de canon n'était pas installé à l'époque dans la batterie Todt et provient probablement de la batterie voisine dite « batterie Grosser Kurfürst » qui était située au cap Gris-Nez proprement dit.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Historique de la batterie sur le site officiel du musée.
  2. 242e bataillon d’artillerie côtière.
  3. [1].
  4. Présentation du musée.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :