Lederzeele

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lederzeele
Lederzeele
Le centre de Lederzeele.
Blason de Lederzeele
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Intercommunalité Communauté de communes des Hauts de Flandre
Maire
Mandat
Michel Delforge
2020-2026
Code postal 59143
Code commune 59337
Démographie
Gentilé Lederzeelois
Population
municipale
676 hab. (2017 en augmentation de 15,56 % par rapport à 2012)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 49′ 21″ nord, 2° 18′ 01″ est
Altitude Min. 4 m
Max. 41 m
Superficie 8,64 km2
Élections
Départementales Canton de Wormhout
Législatives Quatorzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Lederzeele
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Lederzeele
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lederzeele
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lederzeele

Lederzeele est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lederzeele dans son canton et son arrondissement

La source de l'Yser se trouve entre Buysscheure et Lederzeele. Cette rivière occupe une grande place dans l'imaginaire collectif des Flamands.

Situation[modifier | modifier le code]

Lederzeele est située dans le Houtland (la partie du Westhoek située à l'intérieur des terres) et en bordure du marais audomarois.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes 1139: Lidersele; Lederselaen 1183; Lyderseele en 1218[1].

Leder- représente un anthroponyme germanique Ledhari[réf. nécessaire] ou Liuthari[1]. Le second élément -zeele représente le germanique seli « maison »[1], comprendre ancien néerlandais *sali, *seli > flamand sele « demeure » ou « maison ne comprenant qu'une pièce ». Dans le Westhoek, le terme apparaît sous forme de terminaison -zeele, comme dans Herzeele (Hersele en 1195), alors qu'en Belgique, on trouve Herzele ou Elzele (Ellezelles en français). Sele est issu ultimement du vieux bas francique *sal-, tout comme le français salle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lederzeele était située sur la voie romaine reliant Boulogne-sur-Mer à Cassel, via Le Wast, Alembon, Licques, Clerques, Tournehem-sur-la Hem, Watten, Wulverdinghe, Lederzeele, Wemaers-Cappel[3].

En 1096-1099, Raoul de Lederzelle participe aux côtés de Guillaume Moran de Hondschoote à la première croisade sous les ordres de Godefroy de Bouillon[4].

Sur le territoire de Lederzelle, se trouvait la seigneurie dite de Nieurlet, de laquelle dépendait au moins un fief dans la châtellenie de Bourbourg[5].

En 1221, le châtelain de Saint-Omer a, selon Adam évêque de Thérouanne, conclu des conventions avec ses hommes (sans doute ses vassaux) de Bollezeele, Lederzeele etc.[6].

Vers 1222, l'abbaye de Saint-Bertin de Saint-Omer possède un manoir à Lederzeele appelé Nemus ou Le Bois. Cette année là, Michel de Boulaere, connétable de Flandre (du comte de Flandre) promet à l'abbé et aux religieux de ne plus dîner ou loger dans ce lieu (c'est-à-dire, ne plus exiger d'y être hébergé en tant que connétable)[7].

En 1229, le chevalier Baudouin de Haverskerque renonce au profit de l'abbaye Saint-Bertin à ses prétentions sur la chapelle de Haverskerque, à la réparation d'une écluse auprès de son vivier de Lederzeele, etc[8].

En 1232, le comte de Flandre Ferrand de Flandre et Jeanne de Constantinople, sa femme, accordent des franchises à tous les habitants du Métier de Lederzeele et des domaines qu'ils possèdent dans la paroisse de Bollezeele[9].

En 1257, Marguerite de Constantinople, comtesse de Flandre et de Hainaut, et Gui, comte de Flandre son fils, (Gui de Dampierre) déclarent que les habitants de Lederzeele et de Bollezeele continueront à jouir de leurs immunités malgré la subvention qu'ils ont payée pour la rançon du jeune comte (Gui de Dampierre a été emprisonné trois ans par ses adversaires néerlandais menés par ses frères utérins les D'Avesnes et les communes de Flandre ont été sollicitées pour payer la rançon ce qui les a appauvries)[10].

En 1297, le comte de Flandre Gui de Dampierre est en guerre contre le roi de France Philippe IV le Bel, mais perd la partie. En 1298, Gilles de Haverskerque, seigneur de Watten, qui a suivi le parti du roi, est récompensé en recevant de Raoul II de Clermont-Nesle, lieutenant du roi, la juridiction et les biens que le comte Guy possédait dans plusieurs villages de Flandre dont Lederzeele, et qui lui ont été confisqués, (confiscation sans doute temporaire)[11].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Lederzeele (59) Nord-France.svg

Les armes de Lederzeele se blasonnent ainsi :D'azur semé de billettes d'or, à la bande du même chargée de trois merlettes de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maire en 1854 : Mr Wastclaudt[12].

Maire en 1883 et de 1887 à 1900 : Ch. L. Debroucker[13].

Maire de 1900 à 1913 : Désiré Desmidt[14].

Maire en 1913-1914 : Fortuné Lefebvre[15].

Maire de 1922 à 1925 : L. Desmidt[16].

Maire de 1925 à 1927 : Emile Cloet[17].

Maire de 1927 à 1935 : Gustave Delgrange[18].

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1965 Auguste de Broucker    
1965 1971 Moïse Delgrange    
1971 1977 Gaston Declerck    
mars 2008 Pierre Barbier    
En cours Michel Delforge
Réélu pour le mandat 2020-2026[19]
   
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[21].

En 2017, la commune comptait 676 habitants[Note 1], en augmentation de 15,56 % par rapport à 2012 (Nord : +0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2231 3581 3731 4531 3441 4611 5301 5481 527
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4611 5241 5711 6321 6641 5811 4631 4301 414
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4161 4351 4271 3871 402622610606590
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
603582584573554562604592661
2017 - - - - - - - -
676--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Lederzeele en 2007 en pourcentage[24].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,3 
5,7 
75 à 89 ans
6,6 
12,6 
60 à 74 ans
15,0 
18,2 
45 à 59 ans
19,9 
21,7 
30 à 44 ans
24,1 
16,7 
15 à 29 ans
15,7 
24,8 
0 à 14 ans
18,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[25].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Un chemin de randonnée pédestre de 8,6 km, le circuit « D'une motte à l'autre » permet de découvrir le village et ses environs[26].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de l'Assomption-de-Notre-Dame.
  • L'église de l'Assomption-de-Notre-Dame.
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 394
  2. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  3. Mémoire de la Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, Année 1858, p. 81-83, lire en ligne
  4. Henri Piers, Histoire de la ville de Bergues-Saint-Winoc:notices historiques sur Hondschoote, Wormhoudt, Gravelines, Mardick, Bourbourg, Watten, etc.,, Imprimerie de Vanelslandt, (lire en ligne), p. 90
  5. Georges Dupas, Seigneuries et seigneurs de la châtellenie de Bourbourg, Coudekerque-Branche, Gallaad Graal, , p. 265
  6. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VII, 2ème partie, Année 1221.
  7. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VII, 2ème partie, Année 1222.
  8. Wauters, option citée, Tome VII, 2ème partie, Année 1229.
  9. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome IV, Année 1232.
  10. Stanislas Bormans, Joseph Halkin, Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome XI, 2e volume, Année 1257.
  11. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VI, Année 1298.
  12. Almanach du commerce Département du Nord 1854
  13. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1883 et 1887 à 1900
  14. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1901 à 1913
  15. Annuaire Ravet-Anceau Département du Nord Année 1914
  16. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1922 à 1925
  17. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1926-1927
  18. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1928 à 1935
  19. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598216
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  24. « Évolution et structure de la population à Lederzeele en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  25. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  26. « D'une motte à l'autre », sur Cirkwi (consulté le 29 octobre 2020)