Pierre Carrier-Belleuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Carrier-Belleuse
Pierre Carrier-Belleuse dessiné par lui-même.png

Pierre Carrier-Belleuse, Autoportrait (1898).

Naissance
Décès
(à 81 ans)
Paris
Nom de naissance
Pierre-Gérard-Albert Carrier de Belleuse
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Mouvement
Père
Mère
Louise-Anne Adnot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Louis-Robert Carrier-Belleuse
Marie Carrier-Belleuse (d)
Jeanne Carrier-Belleuse (d)
Henriette Carrier-Belleuse (d)
Clément Carrier-Belleuse (d)
Suzanne Carrier-Belleuse (d)
Octavie Carrier-Belleuse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Thérèse Duhamel-Surville (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Pierrette Carrier-Belleuse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Deux ballerines, Flint Institute of Arts[1].

Pierre Gérard Albert Carrier de Belleuse dit Pierre Carrier-Belleuse, né le à Paris, et mort dans la même ville le [2], est un peintre français. Il est l’auteur de nombreux portraits de danseuses de l’Opéra. On lui doit également trois panoramas.

Il est le fils du sculpteur Albert-Ernest Carrier-Belleuse et le frère du peintre Louis-Robert Carrier-Belleuse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Carrier-Belleuse est le fils du sculpteur Albert-Ernest Carrier-Belleuse et de Louise Anne Adnot. D’abord élève de son père, puis d'Alexandre Cabanel à l’École des beaux-arts de Paris, il expose pour la première fois au Salon de 1875. Il y reçoit une mention honorable en 1887. À l’instar de son père, son œuvre porte essentiellement sur la Femme. Ses dessins de danseuses furent fréquemment reproduits dans Le Figaro illustré.

Pierre Carrier-Belleuse participe à l'Exposition universelle de 1889 et y remporte une médaille d'argent qui le met hors-concours. Il entre en 1890 à la Société nationale des beaux-arts, et y est nommé sociétaire en 1893. Il y expose tous les ans des pastels qui font son succès. En 1895, Carrier-Belleuse est nommé président de la Société internationale de peinture et de sculpture.

À partir de 1885, il ne travaille pratiquement plus qu’au pastel. Cette même année, il épouse Thérèse Duhamel-Surville, petite nièce d'Honoré de Balzac. De ce mariage nait une fille, Pierrette.

Pierre Carrier-Belleuse a beaucoup peint sur la côte d’Opale. Il possédait une villa sur le sommet d’une falaise, à Wissant. Les dunes avoisinantes lui ont fourni le cadre de plusieurs de ses œuvres. Il a participé à l’école de Wissant, fondé par ses amis les peintres Adrien Demont et Virginie Demont-Breton.

En 1920, il est nommé Rosati d'honneur[3].

Les panoramas[modifier | modifier le code]

Pierre Carrier Belleuse est l'auteur de trois panoramas :

  • le Panorama de Notre Dame de Lourdes, 1881 ;
  • le Panorama de Jeanne d’Arc (1889) se composait de huit tableaux représentant chacun une scène de l’épopée de la sainte. On pouvait donc voir Jeanne d’Arc dans son jardin écoutant ses voix, le roi Charles VII et ses seigneurs à Chinon, le siège d’Orléans, la bataille de Patay, le sacre de Reims, la tentative sur Paris, la capture de Jeanne d’Arc, la place de Rouen, et enfin Jeanne d’Arc sur le bûcher ;
  • le Panthéon de la guerre (entre 1914 et 1916), réalisé en collaboration avec Auguste François-Marie Gorguet et avec l'assistance d'une vingtaine d'artistes, était le plus grand tableau du monde (45 m de haut et 402 m de large), contenant près de 5 000 portraits de notables de la guerre français et alliés. L'œuvre était exposée dans un bâtiment spécialement édifié pour la contenir, à côté de l'hôtel des Invalides à Paris.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :