Retable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le retable (du latin retro tabula altaris : en arrière d'autel) est une construction verticale qui porte des décors sculptés et/ou peints en arrière de la table d'autel d'un édifice religieux (église, chapelle). L'étymologie du mot français est la même que le catalan retaule ou l'espagnol retablo, alors que le terme italien est pala d'altare.

Orné de représentations historiées ou figurées, le retable peut être en différents matériaux (métal, ivoire, bois, émail, pierre) et ses décors sont souvent dorés. Il a l'avantage sur l'antependium de l'autel d'être largement visible. Il est fréquent qu'un retable se compose de plusieurs volets, deux pour un diptyque, trois pour un triptyque voire davantage pour un polyptyque.

Le retablier est un sculpteur ou un architecte qui réalise des retables. Il s'associe les compétences de nombreux artisans-artistes (sculpteurs, peintres, doreur, polychromeur, huchier) pour les réaliser.

Historique[modifier | modifier le code]

Revers en grisailles des volets du triptyque du buisson ardent fermé, cathédrale Saint-Sauveur d'Aix-en-Provence.

La table d’autel est le symbole du Christ, et dans la liturgie chrétienne primitive il est interdit d’y poser quoi que ce soit. Puis vers la fin du IXe siècle, d'abord en France semble-t-il, est pris l'habitude de disposer de nombreux autels latéraux et d'y placer les reliques des saints, bientôt suivies par d’autres objets liturgiques. Cette pratique est confirmée par l’Admonitio synodalis, texte pontifical qui préconise de ne garder sur l’autel que les urnes des saints (capsae), l’évangéliaire et la pyxide. À l'origine, le retable est ainsi un simple rebord situé à l'arrière de l'autel où sont posés ces objets[1].

À la fin du XIe siècle, le retable devient un véritable écran de pierre ou de bois sculpté, cette paroi surélevée et historiée n'étant plus seulement placée derrière les autels latéraux. Avec la réforme grégorienne et la nouvelle pratique du mystère de l’eucharistie, le maître-autel est en effet placé au fond de l'abside et le prêtre célèbre face à lui, dos aux fidèles. Peu à peu, les parois représentant les fêtes liturgiques que l'on place derrière se transforment en grands retables mobiles (posés lors de certaines cérémonies) ou fixes (pour les autels adossés à un mur)[2]. À partir du XIVe siècle, le développement de la peinture sur panneau propose diverses formules d'agencement, triptyques ou polyptyques, accompagnés ou non d'une prédelle et d'un couronnement[3]. Ces tableaux d'autel servent à honorer essentiellement la vierge Marie, mais aussi les deux ordres principaux, franciscains et dominicains. L'un des premiers retables[4] qui comporte cette structure classique (couronnement, prédelle et tableau principal) est le Maestà peint par Duccio di Buoninsegna pour la cathédrale de Sienne au début du XIVe siècle.

Le revers des volets est alors fréquemment peint en grisaille, couleur apparentée aux périodes liturgiques de pénitence pendant lesquelles les retables restent fermés. Ce n’est que pendant certaines époques de l’année liturgique – les cycles des grandes fêtes religieuses et les jours de fête du patron d’une église ou de celui d’une guilde ou corporation qui possède un autel – que les retables restent ouverts ; l’éclat de l’or et de la polychromie contribuent à accentuer la signification de la commémoration ou de la fête liturgique[4].

Simple et peu élevé jusqu'au début du XVe siècle, le retable prend progressivement des dimensions considérables et devient le plus souvent fixe. L'âge d'or du retable est la Contre-Réforme : le tabernacle contenant les hosties consacrées est placé au milieu du maître-autel à la fin du XVIe siècle et le retable baroque qui peut se déployer jusqu'à la voûte supplante l'autel. Servant à mettre en valeur le Saint-Sacrement et le tabernacle, le retable témoigne alors de la théâtralisation du culte et du goût pour l'ostentation, le décor exubérant. Se met en place à cette époque la typologie qui s'est maintenue jusqu'au XIXe siècle : retables proprement architecturaux, retables-lambris, retables-tabernacles[5].

Au XVIIIe et XIXe siècles, beaucoup de retables disparaissent, faute de restauration, certains de leurs éléments étant réemployés. Les retables forment aujourd'hui souvent des ensembles hétérogènes, conséquence de leur histoire mouvementée : il n'est pas rare qu'ils soient déplacés ou que les statues originales aient disparu et soient remplacées par d'autres[6].

Composition d’un retable[modifier | modifier le code]

Retable à tourelles du maître-autel de l'église Saint-Germain de Pleyben : la prédelle est constituée de deux gradins[7], le centre de la huche est occupé par un tabernacle polygonal à trois étages, les ailes comportent le médaillon de la Vierge et du Christ et la corniche est couronnée de balustrades, clochetons, lanternons et frontons[8].

Le retable simple est composé de trois parties principales : la caisse ou huche qui détermine la forme de l'ensemble, les volets peints qui s'y adaptent, et la prédelle peinte ou sculptée, parfois munie de volets peints sur laquelle il repose. Les piliers de bois qui entourent ou séparent les panneaux sont appelés pilastres, ceux qui enserrent le retable sont les contreforts. Le retable est structuré en compartiments horizontaux (les registres) et verticaux (les travées). La plupart des retables s'inscrivent dans une tendance au compartimentage de la huche, le plus souvent tripartite (triptyque) L'encadrement architectural est souvent réalisé avec des colonnes ou des volutes et un entablement à l'antique (entablement droit ou cintré, parfois pourvu de décrochements, de ruptures de ligne, de ressauts). Le retable architecturé comporte un ou plusieurs corps (avec généralement un corps central unique ou tripartite).

Retable tripartite avec superciel surmonté d'une petite galerie ajourée.

La retable est souvent percé de niches abritant des bustes ou statues de saints. La plus importante est la niche d'exposition du tabernacle central. Le retable peut être paré d'un superciel, encorbellement qui protège la peinture et la sculpture de la poussière et d'éventuelles chutes de gravats. Les panneaux et piliers sont souvent ornés de guirlandes ou chutes de feuillage ou de fruits, d'arabesques, de volutes, de rinceaux, d'anges thuriféraires. Sa partie supérieure est surmontée le plus souvent par un entablement et un couronnement orné d'éléments décoratifs (fronton, console, tourelle, lanternon, clocheton, gâble, pinacle, pyramidion, pot à feu, gloire)[9].

Caisse ou huche[modifier | modifier le code]

Depuis le XIVe siècle, l’intérieur de la huche et de la face correspondante des volets est partagé en compartiments verticaux comportant des reliefs sculptés qui sont couronnés par des décors architectoniques finement taillés. Le revers des volets ou portes est pourvu de panneaux peints. Jugeant que la manipulation des volets était trop lourde, leurs sculptures intérieures furent de plus en plus souvent remplacées par des peintures.

Les retables de commande de la fin de l’époque gothique sont pourvus d’une double paire de portes ; l’intérieur de la première est occupé par des reliefs sculptés tandis que l’extérieur forme, avec l’intérieur des secondes portes, un polyptyque peint que l’on peut également fermer.

La caisse d’un retable est toujours de forme rectangulaire. Depuis la fin du XIIIe siècle, la travée centrale est surélevée. L’encadrement profilé de la huche évolue cependant vers l’accolade. Le contour des volets fermés épouse étroitement celui de la partie antérieure de la caisse.

La caisse peut être équipée d'éléments de protection : portes parfois confondues avec les volets fermants, courtines, gardes-poussières (moulures en plus forte saillie)[10].

Volets[modifier | modifier le code]

Retable d'Issenheim à quatre volets à double face, susceptible de deux ouvertures.

Les volets sont les panneaux latéraux du polyptyque reliés au panneau central ou aux autres volets. Ces volets peuvent être fixes (volets non fermants) ou mobiles (volets fermants articulés par des charnières) . Dans ce dernier cas, ils sont obligatoirement deux fois moins larges que la huche de manière à se refermer sur elle. Les volets ferment le retable en fonction du calendrier liturgique et offrent à la vue leur revers[11].

Prédelle[modifier | modifier le code]

La prédelle est la partie inférieure du retable, développée horizontalement, qui sert de support aux panneaux principaux. Cette frise qui constitue une sorte de gradin intermédiaire posé sur la table d'autel, est peinte ou sculptée. Elle peut être composée d'une seule planche en longueur, ou de plusieurs panneaux (le plus souvent trois) correspondant au découpage de la composition ou du récit iconographique qui illustre sous forme narrative ou allégorique des épisodes bibliques. La prédelle servait parfois de socle au retable, ce qui permettait de fermer ses volets sans ôter les objets posés sur l’autel. Ce gradin isole également les panneaux principaux supérieurs des risques présentés par les flammes des cierges sur la table d'autel[12].

Fabrication[modifier | modifier le code]

Retable de l'église de san Francisquito, Campeche.
Article détaillé : Retable lavallois.

Au XVe siècle l’exécution d’un retable était une entreprise qui engageait diverses personnes. En premier lieu, le huchier qui confectionne la caisse et l’ébéniste qui réalise la menuiserie décorative ; ensuite, l’imagier taille les reliefs d’après un modèle livré par un peintre ; suivent le polychromeur et le doreur qui étoffe le tout ; ils sont payés davantage que le sculpteur ou le peintre parce qu’ils travaillent la coûteuse feuille d’or ; finalement le peintre livre les panneaux peints des volets.

Au début du XVIIe siècle, naît un nouvel élément de décor intérieur d'église : le retable de tuffeau et de marbre qui fera la renommée des architectes lavallois dans tout l'ouest de la France.

Retables célèbres[modifier | modifier le code]

Retables exposés à la Galerie nationale hongroise (Budapest)

Retables en France[modifier | modifier le code]

Classés par département.

Aube[modifier | modifier le code]

Retable de Pont-sur-Seine, bordé de colonnes torses garnies de pampres, le soubassement de l'autel contenant un reliquaire.
  • Retable de la chapelle de l'Assomption de l'église de Pont-sur-Seine

Bouches du Rhône[modifier | modifier le code]

  • Retable du passage au Nouveau Testament de l'église Notre-Dame de Nazareth (Saint-Nicolas) à Marignane
  • Retable du buisson ardent, cathédrale Saint Sauveur à Aix-en-Provence

Côtes d'Armor[modifier | modifier le code]

Finistère[modifier | modifier le code]

Ille et Vilaine[modifier | modifier le code]

Le retable du maître-autel de l'église Saint-Pierre de Piré-sur-Seiche, représentatif de l'école lavalloise.

L'Ille-et-Vilaine conserve de nombreux retables de l'école lavalloise, essentiellement situés dans la zone toilière couvrant la région vitréenne et le sud du pays fougerais. D'autres styles de retables sont également présents (Louis XIII, Louis XV, Louis XVI, baroque).

  • Retable du maître-autel de l'église Saint-Martin d'Acigné
  • Retable du maître-autel et retable latéral de l'église paroissiale d'Amanlis
  • Retable-tabernacle au-dessus du maître-autel de l'église Saint-André à Antrain œuvre de Le Bezot menuisier d'Antrain en 1753 (XVIII°)
  • Retable du maître-autel et 2 petits retables de l'entrée du cœur (1704) de l'église Notre-dame d'Arbrissel (XVII°), œuvre de l'angevin Barauderie
  • Retable du maître-autel et 2 retables latéraux de l'église Saint-Pierre d'Availles-sur-Seiche, œuvres de Tugal Caris
  • Retable du maître-autel de l'église Saint-Marse (ou Mars) de Bais (1678)
  • Retable du maître-autel (XVII°)de l'église Saint-Médard de Billé, œuvre de Jean Martinet et 2 retables latéraux (1764 et 1766) œuvres de Thory, menuisier de Fougères.
  • Retable du maître-autel œuvre du lavallois Jean-François Huguet établi à Rennes en 1686 et 2 retables latéraux de l'église de Boistrudan
  • Retable du maître-autel et 2 retables latéraux en marbre, tuffeau et bois de l'église Notre-Dame de Brie, œuvres de Pierre Corbineau en 1638 et Gilles Corbineau son fils en 1653
  • Retable de la collégiale Sainte-Madeleine de Champeaux (XVII°)et son baldaquin du (XVI°)
  • Retable du maître-autel, œuvre de Jean et Michel Langlois et 2 retables des croisillons Nord (1647), et Sud (1658), œuvre des angevins Jean Simonneau et Pierre Robin de l'église de Coësmes
  • Retable du maître-autel d'influence lavalloise et retable du rosaire de l'église Saint-Mélaine de Cornillé (XVII°)
  • Retable du maître-autel, œuvre de pierre Corbineau en 1937 et 2 retables latéraux (1682) de l'église de Domalain
  • Retable du maître-autel, œuvre de jean Langlois en 1657 et 2 petits retables latéraux, œuvres de François Langlois en 1699 de l'église Saint-Pierre de Dompierre-du-Chemin
  • Retable du maître-autel, œuvre de Michel Langlois et 2 petits retables latéraux, celui de gauche étant une œuvre de Pierre Corbineau entre 1637 et 1640 de l'église de Drouges
  • Ensemble de Retable et boiseries parmi les plus beaux de Bretagne, œuvres du sculpteur de Fougères La Fontaine et Antoine Violard retable du maître-autelet œuvres de La Fontaine et thory et 2 petits retables latéraux, œuvre du lavallois Thomas Thory entre 1760 et 1762. Retables de pierre de la chapelle Notre-Dame et de la chapelle de la confrérie des tanneurs de l'église Saint-Sulpice de Fougères (XVIII°)
  • Retable du maître-autel et 4 retables latéraux de l'église Saint-Sulpice de Gennes-sur-Seiche, œuvres de François II Houdault en 1676
  • Retable du maître-autel de l'église Saint-Martin de Javené
  • Retable latéraux de l'église Saint-lézin de La Chapelle-Janson (XVIII°)
  • Retable du maître-autel , œuvre de François II Houdault en 1667 et 2 retables latéraux 1771-1775 de l'église de La Gouesnière
  • 3 retables lavallois, œuvre de François Langlois (1686-87) de l'église Saint-Jean-Baptiste de La Selle-en-Luitré
  • Retable du maître-autel et 2 retables latéraux de l'église des Iffs (XVIII°)
  • Retable tabernacle, doré en 1699-1700 par le sculpteur Pierre Aubrée et 2 retables latéraux œuvre de Jean et Michel Langlois pour le retable nord en 1653 et François Langlois en 1671 pour le retable de Notre-Dame-de-Pitié de l'église Saint-jean-Baptiste de Louvigné-de-Bais. Retable monumental de la chapelle de Saint-Job de Louvigné-de-Bais en 1671
  • Retable du maître-autel (XVII°) et 2 retables latéraux dont un du Rosaire de l'église de Mont-Dol
  • Ensemble de retables de style Louis XVI de l'église Montgermont
  • Retable du maître-autel et 2 retables latéraux de l'église Saint-Martin de Moulins, œuvres de Jean et Michel Langlois
  • Retable du maître-autel et 2 retables latéraux de style Louis XIII de l'église Saint-Martin de Moutiers
  • Retable du maître-autel de l'église Saint-Martin de Noyal-sur-Seiche, œuvre lavalloise qui paraît être de François Langlois
  • Retable du maître-autel et 2 retables latéraux de l'ancienne église abbatiale de Paimpont (XVII°)
  • Retable du maître-autel, œuvre de Pierre Corbineau et du sculpteur du Mans Pierre Biardeau en 1632 et 2 retables latéraux de Saint-Jean et du Rosaire en 1637 par Pierre Corbineau de l'église Saint-Pierre de Piré-sur-Seiche. Retable de la chapelle du cimetière de Piré-sur-Seiche œuvre probable de François II Houdault en 1684
  • Retable du maître-autel et 2 retables identiques du chœur (1642) et 2 autres retables dont un du Rosaire (1652) de l'église Saint-Crépin et Saint-Crépinien de Rannée
  • Grand retable de pierre et marbre de l'ancienne abbatiale Saint-Sauveur de Redon (1634-1636) œuvre lavalloise de Tugal Caris, l'une des plus belle de Bretagne et 2 retables latéraux de Tugal Caris vraisemblablement
  • Retable du maître-autel œuvre du frère Charles Turnel 1653-1658 et 2 retables latéraux œuvre de François II Houdault 1672-1674 de l'église Toussaints de Rennes,
  • Retable flamand (XV°) de la cathédrale Saint-Pierre de Rennes
  • Retable du maître-autel et 2 retables latéraux de l'église de Saint-Léger-des-Prés
  • Retable du maître-autel (1642) de style baroque campagnard de l'église de Saint-Melaine
  • Retable du maître-autel (1674) œuvre de René Soudier et 2 retables latéraux (XVII°) de l'église de Saint-Pern
  • Retable-tabernacle de style Louis XV de l'église de Saint-Sauveur-des-Landes
  • Retable du maître-autel (1664) œuvre des Angevins Jean Simonneau et Pierre Robin et 2 retables latéraux de l'église de Sainte-Colombe
  • Grand retable en pierre blanche et marbre (1652) œuvre de Pierre Corbineau et 2 retables latéraux (XVII°) de l'église de Torcé
  • Retable-tabernacle de l'église Saint-Martin de Tremblay (XVIII°)
  • Retable du maître-autel œuvre du lavallois François II Houdault et 2 retables latéraux (XVII°) de l'église paroissiale de Vergéal
  • Grand retable du chevet et 2 autres retables dont un du Rosaire de l'église Saint-Pierre de Visseiche
  • 5 retable latéraux (XVII°) de l'ancienne collégiale Notre-Dame de Vitré, œuvres lavalloises
  • Retable-lambris de la chapelle du Château des Rochers habité un temps par la Marquise de Sévigné.

(XVIII°)[15]

Morbihan[modifier | modifier le code]

Loire Atlantique[modifier | modifier le code]

Mayenne[modifier | modifier le code]

La Mayenne a connu une production intense de retables baroques au XVIIe siècle, à l'époque de l'école lavalloise. Beaucoup de ces retables sont encore visibles dans les églises du département, mais l'œuvre des artisans lavallois est aussi visible dans des régions voisines, notamment la Bretagne. L'école lavalloise a péréclité à la fin du XVIIe siècle, cédant la place aux artistes angevins. Elle a néanmoins connu un bref renouveau au milieu du XIXe siècle.

Les ensembles les plus conséquents sont[16] :

Meurthe-et-Moselle[modifier | modifier le code]

Meuse[modifier | modifier le code]

Moselle[modifier | modifier le code]

  • Retable de la crucifixion à Vry (XIV°)

Nord[modifier | modifier le code]

Haut-Rhin[modifier | modifier le code]

Vosges[modifier | modifier le code]

Retables de Flandres et de Brabant[modifier | modifier le code]

Au cours de la seconde moitié du XVe siècle, le retable évolue vers une forme de décor d'autel de plus en plus demandée et commanditée, ce qui incite la collaboration entre maîtres de centre de production différents. La difficulté d'attribuer un retable à un auteur spécifique explique explique le regroupement des œuvres sur la base de critères sylistiques (ateliers malinois, bruxellois, anversois)[17]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Archdale Arthur King, Liturgy of the Roman Church, Longmans, Green and Company,‎ 1957, p. 88
  2. S. de Montessus de Ballore Lecointre, Retables et tabernacles des XVIIe et XVIIIe siècles dans les églises de la Creuse, Nouvelles Editions Latines,‎ 1988, p. 23
  3. Jean-Christophe Attias, Esther Benbassa, Des cultures et des dieux, Fayard,‎ 2007, p. 152
  4. a et b Lacas M, Images de dévotion, De Sienne à Florence, les primitifs italiens, Connaissance des Arts, Hors série no 391, p. 10–18
  5. Léonce Bouyssou, Rétables de Haute-Auvergne: XVII-XIXe siècles, Éditions Créer,‎ 1991, p. 163
  6. Retables d'Anjou, exposition réalisée par le Service départemental de l'Inventaire du patrimoine du Maine-et-Loire, 2005.
  7. Ces gradins sont ornés d'arabesques et de cartouches enserrant des oves bleutés et des angelots jouant avec des dauphins.
  8. Guy Leclerc, Pleyben : son enclos et ses chapelles, Éditions Jean-Paul Gisserot,‎ 2007, p. 20
  9. Glossaire. Retables
  10. Retable. La protection
  11. Roland Recht, Le grand atelier. Chemins de l'art en Europe, Ve-XVIIIe siècle, Actes sud,‎ 2008, p. 128
  12. La structuration du retable
  13. Étage inférieur amorti par un entablement droit à denticules, étage supérieur couronné d'un fronton cintré à modillons.
  14. Description du retable de Dortmund
  15. a et b les retables bretons, Yannick Pelletier, ed. Ouest-France, 1984, (ISBN 2-85882-450-9)
  16. « Base Palissy, ensembles de retables en Mayenne », Ministère de la Culture
  17. Marjan Buyle, Christine Vanthillo, Retables flamands et brabançons dans les monuments belges, Ministerie van de Vlaamse Gemeenschap - Afdeling Monumenten & Landschappen,‎ 2000, 256 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]