Troène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligustrum

Ligustrum (les troènes ou troënes) est un genre de plantes dicotylédones de la famille des Oleaceae, originaire d'Eurasie et d'Afrique du Nord, qui comprend une cinquantaine d'espèces.

Ce sont des arbustes ou de petits arbres au feuillage caduc, semi-persistant ou persistant. Beaucoup d'espèces de troènes sont utilisées en horticulture pour créer des haies taillées. En France seul le troène commun (Ligustrum vulgare) est indigène.

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon The Plant List (1 juin 2018)[3] :


Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom « troène » remonte à l’ancien français troine (XIIe s.), altéré (d'après chêne, frêne) d’un troile[4] (cf. poitevin troulle, lorrain troille, wallon trôye), emprunté à l’ancien haut-francique trugil « bois dur ; auget », trugilboum, harttrugil « troène ; cornouiller », conservé en allemand régional Trögel, Trügel, au sens de « auget, coffret », et Hartriegel « cornouiller ».

Le nom générique, « Ligustrum », est le nom latin du troène. Ce terme dérive du verbe ligare « lier », car ses tiges flexibles servaient à faire des liens.

Ennemis[modifier | modifier le code]

Les chenilles des papillons de nuit (hétérocère) suivants se nourrissent de troène :

Toxicité[modifier | modifier le code]

Le troène peut être mortel en cas d'ingestion de feuilles (chevaux, ruminants) ou de baies (chien, enfants). La mort peut survenir quelques heures après l'ingestion[5],[6]. Cet arbuste est un neurotoxique (convulsivant) et un entérotoxique (diarrhée) du fait qu'il renferme un hétéroside, la ligustrine. Il renfermerait aussi des saponosides. Chez l'enfant, l'ingestion de 30 baies entraîne une intoxication grave, les baies noires sont attirantes pour les enfants, elles sont confondues avec des myrtilles.

Caractère envahissant[modifier | modifier le code]

Certaines espèces de troènes se sont révélées êtres des plantes envahissantes dans des régions d'Amérique du Nord et d'Australie où elles ont été introduites[7].

Symbolique[modifier | modifier le code]

Dans le calendrier républicain, le Troène était le nom attribué au 4e jour du mois de ventôse[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tropicos, consulté le 1 juin 2018
  2. a b c d e et f BioLib, consulté le 1 juin 2018
  3. The Plant List, consulté le 1 juin 2018
  4. Louis Guinet, Les Emprunts gallo-romans au germanique, Paris, Klincksiek, 1982, p. 122.
  5. Troëne (Ligustrum) : consulté le 28/04/2013
  6. op. cit. bibl. J. Fabre et al. (2012) p. 163
  7. (en) « Is There a Form of Ligustrum that Is Not Invasive? », sur homeguides.sfgate.com (consulté le 1er juin 2018).
  8. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 24.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Josette Fabre, Léon Vesper, Josy Aurenson, Jean-Marie Coste et Claude Lafille (préf. Pierre Delaveau), Plantes et Toxicité, Montpellier, Société Horti. et Hist. Nat. Hérault, , 180 p., 10 × 19,5 cm (ISBN 978-2-954-1468-0-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :