Eutrophisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'eutrophisation (du grec eu : « bien, vrai » et trophein : « nourrir ») est le processus par lequel des nutriments s'accumulent dans un milieu ou un habitat (terrestre ou aquatique[1],[2]).

L’eutrophisation des milieux aquatiques est un déséquilibre du milieu provoqué par l'augmentation de la concentration d’azote et de phosphore dans le milieu. Elle est caractérisée par une croissance excessive des plantes et des algues due à la forte disponibilité des nutriments[3].

Les algues qui se développent grâce à ces substances nutritives absorbent de grandes quantités d'oxygène, lorsqu'elles meurent et se décomposent. Leur prolifération provoque l'appauvrissement, puis la mort de l'écosystème aquatique présent : il ne bénéficie plus de l'oxygène nécessaire pour vivre, ce phénomène est dit " Asphyxie des écosystèmes aquatiques"[4].

Les causes de l'eutrophisation sont multiples et peuvent donner lieu à des situations d'interaction complexes entre les différents facteurs (phosphore, nitrates, température, fonctionnement morphologique des milieux, débit, etc.).

Un excédent significatif à important d'azote est relevé presque partout en Europe
(ici pour 2005, selon les données disponibles de la Commission européenne et de l'Agence européenne de l'environnement)

Le degré d'eutrophisation décrit l'état trophique (agronomique ou écologique) d'un milieu terrestre ou aquatique ou d'un agroenvironnement où des êtres vivants sont exposés à un « excès » chronique de nutriments[1]. Quand elle a une origine anthropique, depuis les révolutions agricoles et industrielles, l'eutrophisation apparait généralement conjointement à une acidification du milieu, qui peut aussi rendre les espèces plus vulnérables à certaines pollutions et maladies[2]. Dans les cas extrêmes, on parle de dystrophisation.

Elle existe localement dans la nature (dans les milieux dits eutrophes et mésotrophes), mais quand elle est anormalement active sur des milieux naturellement pauvres en nutriments elle est considérée comme un phénomène indésirable, voire dangereux pour la biodiversité car l'eutrophisation favorise quelques espèces des milieux « riches » et à croissance rapide (et souvent envahissantes[5]), au détriment de la biodiversité quand elle affecte des milieux naturellement non-eutrophe. Elle pose aussi des problèmes de santé environnementale. Dans les milieux aquatiques, l'eutrophisation peut être source de phénomènes épisodiques ou chroniques d'anoxie du milieu et d'étouffement puis de mort de nombreuses espèces, car dans l'eau, ces nutriments dopent la production de phytoplancton et de quelques espèces aquatiques, en augmentant la turbidité et la sédimentation, ce qui prive le fond et la colonne d'eau de lumière et peut causer l'anoxie périodique ou chronique du milieu, en favorisant des biofilms bactériens et des bactéries dont certaines (cyanophycées) pouvant sécréter des toxines.

L'eutrophisation a des coûts sociaux-environnementaux[6] et juridiques et financiers[7] importants.

Les nutriments concernés sont principalement l'azote (provenant surtout des nitrates agricoles et des eaux usées, et secondairement de la pollution automobile), et le phosphore (provenant surtout des phosphates agricoles et des eaux usées). L'ensoleillement ou la température de l’eau (qui tend à augmenter avec le dérèglement climatique) peuvent exacerber l'eutrophisation.

Le processus inverse se ne nomme l'oligotrophisation.

Les fertilisants utilisés pour les cultures (phosphore et azote) dopent la croissance des plantes et des algues dans le ru jouxtant le champs cultivé. En France et en Europe,la mise en place de zones-tampons est obligatoire le long des cours d'eau et des lacs.

Histoire sémantique du concept d'eutrophisation[modifier | modifier le code]

Au contraire d'un milieu oligotrophe (mot désignant un milieu naturellement pauvre en éléments nutritifs), un milieu est dit eutrophe quand il est naturellement riche en éléments nutritifs, sans que cela interfère négativement avec ses fonctions écosystémiques et les services écosystémiques fournis par le milieu.

À partir des années 1970, alors que les milieux cultivés, semi-naturels et naturels étaient régulièrement enrichis en engrais ou modifiés par des apports d'eaux usées, de boues d'épuration et retombées atmosphériques riches en azote[8], le terme eutrophisation a été inventé et utilisé pour qualifier la dégradation des grands lacs comme le lac d'Annecy[9], le lac du Bourget, le Lac de Nantua ou le lac Léman[10] par excès de nutriments (de même pour les réservoirs de barrages[11],[12]). Au début du XXIe siècle, il a un sens proche de dystrophie et vient souvent comme qualificatif de sens négatif pour des milieux aquatiques d'eau douce ou marins.

Un milieu aquatique pauvre en éléments nutritifs est dit oligotrophe ; dans le cas intermédiaire, on qualifie le milieu de mésotrophe. Les facteurs naturels produisent des milieux plus ou moins chargés en nutriments (hors de toute intervention humaine) ; l'état d'eutrophisation d'un milieu aquatique doit donc être apprécié en fonction du contexte naturel et ne peut pas se baser sur des indicateurs absolus.

Les causes de l'eutrophisation[modifier | modifier le code]

Le lac Valencia (Venezuela) recueille des effluents agricoles, industriels et urbains. Les efflorescences algales sont détectables par satellite.
Zones vulnérables 'au sens de la Directive Nitrate telle qu'appliquée par la France en 2004)

L'eutrophisation devient un problème écologique et économique quand il y a déséquilibre entre un apport excessif et la consommation naturelle de nutriments par l'écosystème :

Ce milieu déséquilibré est dit dystrophe et peut devenir hypertrophe. Pour les trois nutriments évoqués ci-dessus, des variations de conditions du milieu abiotique (oxydo-réduction) ou biotique (sous l'influence de l'activité bactérienne et des racines, ainsi que du métabolisme végétal, fongique et animal) peuvent faire passer l'azote, le carbone et le phosphore de l'une de leurs formes à une autre. Or ces formes sont plus ou moins toxiques ou écotoxiques.

C'est dans les années 1960 avec la subite et rapide dégradation des lacs en aval de zones fortement urbanisées qu'on a pris conscience de ce phénomène[15].

Ce processus a comme principales origines :

  • des épandages agricoles de fumiers, lisiers ou engrais chimiques trop fréquents ou trop concentrés (en azote et phosphore). Une carence en potassium peut parfois aussi être en cause ;
  • des rejets industriels ou urbains d'eaux usées ou de boues d'épuration trop riches en nitrates, ammonium, phosphore et matières organiques incomplètement traitées ;
  • la déforestation et les coupes rases qui aggravent le ruissellement du phosphore (doublement ou triplement des teneurs de l'eau en aval après la coupe au Québec selon Carignan et al, 2000 et des nitrates (augmentation d'un facteur 6 au Québec), et les incendies de forêts qui sont suivis d'une augmentation des nitrates dans l'eau de ruissellement (jusqu'à 60 fois plus, selon des mesures faites au Canada)[16],[17],[18] ;
  • l'adjonction de polyphosphates dans les lessives...

La conjonction de ces phénomènes a fait de l'eutrophisation un processus fréquent, atteignant même les zones océaniques, pouvant provoquer l'extension de zones mortes), ou le développement d'algues toxiques, telles Dynophysis, sur les littoraux, par exemple en Bretagne (France). Dans certaines régions, comme en Bretagne, les marées vertes et certaines algues toxiques semblent principalement dues au rejet du lisier provenant de l'élevage porcins (densément implanté en Bretagne)[19].

Dans l'acception courante, l'eutrophisation est donc souvent synonyme de pollution, bien que cette dernière puisse revêtir bien d'autres aspects : contamination biologique (bactéries, parasites…), chimique (pesticides, métaux, solvants…) ou physique (chaleur, radionucléides…).

La pêche en milieux fermés ou cours d'eau très lents (canaux notamment) est une cause d'eutrophisation voire d'anoxie (eau) lorsque les réempoissonnements sont excessifs ou que des boules d'amorce riches en nutriments sont jetées dans des étangs fermés, canaux ou cours d'eau à courant lent (cause de turbidité). Une étude récente a montré que la pêche en mer est aussi à l'origine d'un impact important sur le cycle marin de l'azote.

Toutefois, les principaux facteurs de maîtrise sont connus :réduire les apports du bassin versant en phosphore (pour les cours d'eau, lacs et lagunes littorales) et en nitrates (impactant pour les lagunes littorales), améliorer la qualité physique du milieu (lutter contre l'érosion des sols, contre la diminution des zones humides périphériques des plans d'eau et lagunes, etc.)

Milieux touchés[modifier | modifier le code]

Les nitrates étant très solubles dans l'eau, les zones humides sont les milieux où l'eutrophisation est la plus directement et manifestement visibles : Par exemple, en grande quantité, Spirodela polyrhiza et Lemna minor sont des indicateurs d'eutrophisation.

Bien qu'il puisse aussi contenir des nutriments (nitrates, rabattus au sol par les pluies notamment), on ne parle pas d'eutrophisation de l'air (ou de l'atmosphère), car l'air n'est pas considéré comme un milieu vivant ou un habitat où une espèce pourrait accomplir la totalité de son cycle de vie en tant que tel. Le cycle de l'azote est néanmoins un cycle biogéochimique qui se déroule dans les trois milieux eau-air-sol et à leurs interfaces[20].

De manière générale, la notion d'eutrophisation décrit une modification ou une altération écologique du milieu (qui est à la fois une source et une conséquence) [21]. Dans ce domaine (comme dans d'autres[22], il existe un lien fort entre "eau" et "sol" notamment car les nitrates sont particulièrement solubles dans l'eau (qui est le vecteur principal de l'azote et du phosphore dans la plupart des cas d'eutrophisation ou de dystrophisation).

La notion d'eutrophisation décrit aussi les « réponses » de l'écosystème et du milieu concernés à l'apport de nutriments « supplémentaires ». On distingue généralement l'eutrophisation des sols et l'eutrophisation des milieux aquatiques, mais l'eau et les sols sont en interactions constantes du point de vue des échanges de nutriments et du cycle biogéochimique des nutriments. Les végétaux et les bactéries jouent un rôle majeur dans ces cycles.

Certains scientifiques vont cependant plus loin et n'hésitent pas à parler d'une eutrophisation généralisée de la biosphère (Peterson, B. J., & Melillo, J. M. (1985). The potential storage of carbon caused by eutrophication of the biosphere. Tellus B, 37(3), 117-127), ce qui ne signifie pas qu'elle soit homogène (et dans un contexte général d'eutrophisation, il peut exister des sols dont les complexes argilo-humiques ont été dégradés qui se sont appauvris en nutriments).

L'eutrophisation des milieux aquatiques et des zones humides[modifier | modifier le code]

L'eutrophisation des bassins versants et des eaux côtières entraine la prolifération d'algues vertes au bord de mer, pouvant contribuer dans certains cas à l'apparition de marées vertes

Pour l’OCDE l'eutrophisation de l'eau est l' « enrichissement des eaux en matières nutritives qui entraîne une série de changements symptomatiques, tels que l’accroissement de la production d’algues et de macrophytes, la dégradation de la qualité de l'eau et autres changements symptomatiques considérés comme indésirables et néfastes aux divers usages de l'eau »[23].

Elle peut concerner ou affecter les eaux douces (les plus concernées car proches des sources anthropiques de nitrates et phosphates), mais aussi saumâtres et salées (marines ou intérieures), le milieu marin (profond ou superficiel), des berges ou des sédiments, et en particulier :

  • les eaux dormantes (mares riches en feuilles mortes ou collectant des eaux usées, des eaux polluées par des engrais, étangs, lacs, lagunes[24]..);
  • les cours d'eau ayant un débit faible ou qui accueillent des effluents trop riches ou en trop grandes quantités issus par exemple, d'exploitations agricoles, humaines ou industrielles;
  • les estuaires, golfes, baies et autres étendues semi-fermées où l'eutrophisation est plus visible. Cette eutrophisation est en partie due au fait que ces milieux sont situés à l'aval des bassins versants qui drainent de grandes quantités de nutriments, surtout quand le ruissellement y a été accentué par les activités humaines (labour, drainage, déforestation, imperméabilisation, etc). Ainsi l'ONU alertait en 2003 dans son rapport GEO 3 sur le fait qu'en 1998, plus de 60 % des estuaires et baies des États-Unis étaient « modérément ou gravement dégradés par la contamination causée par les éléments nutritifs », en particulier à cause des apports d'azote principalement[25]. Une centaine de zones mortes sont apparues en mer, en aval des estuaires. La plus grande mesure plus de 20 000 km2, en aval du Mississippi.

L'eutrophisation des milieux terrestres[modifier | modifier le code]

Tout sols vivant et fonctionnels contient au moins un peu d'eau. Les plantes terrestres pompent de l'azote et du phosphore dans l'eau, et les sols perdent une partie de leurs nutriments dans l'eau, qui transportent aussi de l'azote et du phosphore issu des excrétas, excrément, urines et de la décomposition de la matière organique et de la nécromasse.

Un phénomène général d'« eutrophisation des sols » naturels et agricoles[26] est constaté dans une grande partie du monde par les agronomes et pédologues[27] dont en France par l'Inra[27],[28] et plus largement en Europe et dans tous les pays riches. Le droit européen de l'environnement prend ce problème en compte via notamment la Directive cadre sur l'eau, la Directive nitrate et des « plafonds d'émission nationaux de certains polluants atmosphériques »[29] et la lutte contre les pollutions transfrontières [30].

Dans le monde de la recherche, les spécialistes du domaine, à l'Inra par exemple en France, cherchent aussi à mieux comprendre les processus d'« eutrophisation des sols ». Des chercheurs alertent sur le fait que le développement de solutions présentées comme vertes (agrocarburants par exemple) peut aussi contribuer à aggraver l'eutrophisation[26].

Les espèces qui profitent le plus de l'eutrophisation sont souvent aussi des « mange-lumière » (c'est-à-dire qu'elles inhibent le développement des autres espèces en les privant de lumière [31].

Des relations complexes existent entre l'azote et le phosphore[32], avec des relations d'aggravation ou au contraire de pondération du phénomène d'eutrophisation (selon les conditions biogéochimiques [33] et édaphiques qui semblent également jouer un rôle atténuateur, neutre ou aggravant selon les cas [34]

Evolution de l'eutrophisation à l'échelle mondiale[modifier | modifier le code]

Les phénomènes d’eutrophisation ont été observés dès le début du XXe siècle, principalement dans les zones urbaines et industrielles de l’hémisphère nord. « Entre les années 1970 et 1990, l’action publique dans ces pays s’est concentrée sur le traitement des pollutions industrielles et domestiques, avec des effets positifs observés par exemple sur le lac Léman ou le lac Erié ». Depuis la situation s’est de nouveau dégradée, notamment dans les zones côtières où « le nombre et l’emprise des zones très pauvres en oxygène en milieu ont triplé depuis les années 1960. En 2010, on recensait 500 zones sur une superficie de 245 000 km² : mer Baltique, Grands Lacs laurentiens, baie de Chesapeake, golfe du Mexique, de très nombreux lacs et zones côtières en Chine, le lac Victoria, les côtes bretonnes, les lagunes méditerranéennes, etc »[35]. Ces données sont issues de l’expertise scientifique collective réalisée par des experts du CNRS, de l’Ifremer, de l'Inra et d'Irstea sur la base d’un ensemble de 4000 références bibliographiques, et rendue publique en 2017. Les experts ont notamment pointé les effets à venir du changement climatique qui va impacter l’ensemble des mécanismes intervenant dans l’eutrophisation et en amplifier les symptômes : transfert au sein des bassins versants, physico-chimie des milieux, dynamique des réseaux trophiques, etc. [36]

Le cas des grands lacs d'Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950 à 1970, les Grands Lacs d'Amérique du Nord étaient devenus les déversoirs naturels d'égouts des villes riveraines et de l'amont et du ruissellement agricole des bassins environnant.Riche en azote et en phosphore, l'urine des habitants suffisait à fortement dégrader la qualité du milieu aquatique. À cela s'ajoutaient d'autres pollutions comme celles liées au lessivage des intrants agricoles et celles issues des nombreux engins à moteur de l'époque, très polluants, qui pouvaient contaminer les eaux par le lessivage de leurs fumées et leurs rejets d'huile et de plomb tétraéthyle.

Le Lac Erié, l'un des Grands Lacs laurentiens, était qualifié dans les année 1950 de "Dead Sea of North America". Suite à un ambitieux programme de réduction de phosphore, son état s'est amélioré progressivement dans les années 1990. Il a cependant connu des épisodes très sévères de proliférations de cyanobactéries en 2001 et 2014 qui a donné lieu à un programme d'investigation et de travaux scientifiques pour comprendre les causes du phénomène et bâtir des stratégies d'action (contrôle des efflorescences de cyanobactéries en agissant sur le rapport N:P par exemple)[37].

Le cas du lac Léman[modifier | modifier le code]

De 1957 à 1977, les concentrations de phosphore ont été multipliées par neuf dans les eaux du lac Léman, ce qui a conduit les autorités à engager un programme de remédiation des émissions de phosphore d'origine urbaine (près d'un million de riverains et 500 000 touristes) basé sur l'interdiction des lessives phosphatées (Suisse 1986, France 2007) et l'équipement de déphosphatation des stations d'épuration. Quarante ans après, le taux est passé de 80-90 microgrammes/ L à 20 microgrammes /L. La CIPEL s'est fixé un objectif à 10-15 microgrammes/ L en 2020[37].

Des améliorations récentes très nettes ont aussi été constatées sur le lac du Bourget qui a fait également l'objet d'un plan de restauration, qui a permis l'amélioration de la qualité des eaux et le retour d'une espèce emblématique du lac, le lavaret[38].

Le processus[modifier | modifier le code]

L'eutrophisation peut se décomposer en plusieurs étapes :

  1. des nutriments phosphorés et azotés, notamment des orthophosphates et nitrate, sont déversés en grande quantité dans le milieu aquatique;
  2. les eaux ainsi enrichies permettent la multiplication rapide d'espèces aquatiques (efflorescence algale, ou bloom), en particulier la prolifération d'algue ou de Cyanobactéries[39]. Ces espèces sont difficilement éliminées par les organismes présent dans l'écosystème[40]. Elles vont donc se minéraliser et tomber au fond du milieu aquatique;
  3. la décomposition de la matière organique morte favorise la croissance des bactéries hétérotrophes qui consomment de l'oxygène dissous. Le dioxygène étant très limité dans l'eau (environ 30 fois moins que dans le même volume d'air), celui-ci est rapidement épuisé. Le développement éventuel de plantes flottantes — telles les lentilles d'eau (Lemna sp.), empêche le passage de la lumière et donc l'effet naturellement désinfectant des UV solaires, ainsi que la production photosynthétique d'oxygène dans les couches d'eau inférieures, tout en gênant les échanges gazeux avec l'atmosphère. La consommation d’O2 devient supérieure à la production d’O2;
  4. le milieu devient alors facilement hypoxique puis anoxique, favorable à l'apparition de composés réducteurs et de gaz délétères (thiols, méthane);
  5. des synergies aggravantes sont fréquentes avec l'acidification des océans, l'acidification des sols et le phénomène dit de pluies acides notamment observée dans les landes et en Forêt[41]. L'acidification, comme l'eutrophisation touche à la fois des milieux terrestres et aquatiques, parfois à longue distance via des apports aéroportés d'eutrophisants qui contribuent à des phénomènes d'eutrophisation transfrontaliers[42], via les précipitations notamment (cf Galloway, J. N., & Cowling, E. B. (1978). The effects of precipitation on aquatic and terrestrial ecosystems: a proposed precipitation chemistry network. Journal of the Air Pollution Control Association, 28(3), 229-235.)

Les oiseaux d'eau via leurs fientes et en raison de densité de population pouvant être très élevées sur les points migratoires et les zones de nidifications contribuent (via leur alimentation à la dispersion de leurs fientes) à transporter des nutriments d'un point à un autre, avec des effets tantôt localement réducteurs ou tantôt aggravants de l'eutrophisation[43]

Il peut résulter des processus listés ci-dessus la mort d'organismes aquatiques aérobies — insectes, crustacés, poissons, mais aussi végétaux —, dont la décomposition, consommatrice d'oxygène, amplifie alors le déséquilibre et entretient un cercle vicieux (Zone morte).

Effets[modifier | modifier le code]

Les eaux lentes polluées par les nitrates sont propices au développement des lentilles
Par forte chaleur, un voile d'algues et de bactéries peut couvrir l'eau stagnante et piéger les bulles de gaz. Ce type de bloom ne dure généralement pas plus de deux semaines.
L'algue Kalodinium micrum peut couvrir la totalité de la surface de l'eau et bloquer la pénétration de la lumière (Canning River, Australie).

Les effets d'un enrichissement en nutriments sont plus ou moins visibles et graves selon le milieu qu'elle affecte. Une partie de ces effets est réversible, et une autre définitive (c'est par exemple le cas pour le processus d'accélération de la transformation des zones humides ou lacs peu profonds en marais, puis en prairie ou en mégaphorbiaies et finalement en forêt. Le comblement d'une mare ou d'un marais peut être fortement accéléré par l'apport de nutriments « artificiels », avec d'autres facteurs connexes à l'occupation humaine à prendre en compte, dont la présence d'arbres au-dessus de l'eau (source de feuilles mortes) ou l'absence du spectre faunistiques naturel de l'eau et des berges qui se nourrissait dans l'eau tout en exportant les nutriments (par exemple, amphibiens, canards ou élan mangeant des algues, des invertébrés et des plantes aquatiques, par dizaines de kilogrammes par jour dans le cas de l'élan). L'atterrissement d'une petite mare en sous-bois peut se faire en quelques décennies, alors que les lacs naturels se comblent eux en dizaines de milliers voire en millions d'années). La disparition d'une espèce si elle concerne toute son aire de répartition est également irréversible.

Les inconvénients principaux de l'eutrophisation sont la diminution de la biodiversité et de la qualité de l'eau en tant que ressource.

Elle a aussi indirectement des effets négatifs sur le tourisme (à la suite de la perte de transparence de l'eau, du développement d'algues filamenteuses et de blooms planctoniques dans l'eau, et d'une flore banale et peu diversifiée sur terre, avec souvent l'apparition d'odeurs putrides et de phénomènes d'envasement, qui sont quelques-uns des indices visibles de problèmes trophiques :

  • augmentation du volume de microalgues et d'algues fixées ou en suspension[44];
  • augmentation de la biomasse du zooplancton gélatineux;
  • dégradation des qualités organoleptiques de l'eau (aspect, couleur, odeur, saveur);
  • envasement plus rapide et apparition de vase putride, sombre et malodorante source de méthane;
  • développement de phytoplancton ou bactéries cyanophycées éventuellement toxique;
  • développement de pathogènes par diminution de la pénétration des UV solaires (qui ont un pouvoir désinfectant);
  • diminution d'indice biotique;
  • diminution de la biodiversité (animale, fongique et végétale) sur terre, et de la biodiversité marine en mer [45];
  • diminution du rendement de la pêche (quoique l'effet puisse être contraire).

Parfois les algues peuvent boucher les prises d'eau, les filtres, entraver le fonctionnement d'écluses voire du moteur de petits bateaux pour les algues filamenteuses

Coûts économiques[modifier | modifier le code]

Outre le gaspillage financier dû au lessivage des engrais chimiques par les pluies et le ruissellementou à l'évaporation d'une partie des nitrates dans l'air.

À titre d'exemple :

  • une évaluation a porté à 2,2 milliards de dollars (1,75 milliard d’euros) le coût annuel de l’eutrophisation par l’azote et le phosphore aux États-Unis, ceci pour les seules eaux douces et hors coûts induits par la dégradation des ressources halieutiques et zones mortes liée aux blooms planctoniques et pullulations d’algues, qui n’ont pu être chiffrés ; En 2007 dans ce pays, 90 % des rivières dépassaient pour leur taux d’azote et de phosphore les seuils de l’EPA et toutes les écorégions étaient touchées. Les valeurs-seuil ont été dépassées en 2007 dans 12 des 14 écorégions. Les coûts pris en compte sont ceux des pertes d’usages récréatif et de valeur immobilière des berges de lacs et eaux eutrophes, ainsi que les coûts d’épuration, de gestion et restauration des milieux et des coûts liés la perte de biodiversité[46]).
  • Une autre étude, conduite par 200 experts, issus de 21 pays d'Europe, a chiffré le coût des effets de la pollution azotée sur l'air, les sols et les écosystèmes, et la santé environnementale en Europe à 70 à 320 milliards d’euros par an ; soit entre 150 et 735 euros par personne et par an ; C'est plus que le double du bénéfice estimé apporté à l'agriculture[47]. Selon les auteurs, « réduire notre consommation de protéines animales -qui dépasse de 70 % les recommandations nutritionnelles- aurait un impact significatif. 80 % de l'azote utilisé en agriculture sert en effet à produire de la nourriture pour l'élevage » et moins se déplacer en véhicule polluant, et changer les pratiques agricoles permettrait d'importants progrès.

Conséquences sur les maladies[modifier | modifier le code]

De par ses nombreux effets sur les milieux aquatiques, l'eutrophisation peut affecter la santé (aussi bien chez l'homme que chez d'autres organismes). Il nous faut ici distinguer les conséquences de l'eutrophisation sur les maladies non transmissibles de ses effets sur les maladies infectieuses et parasitaires.

Le manque d'oxygène et la présence de composés toxiques lors d'efflorescences algales peuvent causer la mort de nombreuses espèces dans la chaîne alimentaire. L'accumulation et la biomagnification de composés potentiellement nocifs peut alors atteindre l'homme lors de la consommation de poissons et de fruits de mer ou lors de l'ingestion d'eau non potable. Ceci peut causer une intoxication (symptômes: convulsion, ptyalisme, etc) et s'accompagner de séquelles neurologiques, voire entrainer la mort (un cas sur deux pour l'ingestion de cyanotoxines)[48].

Les conséquences de l'eutrophisation sur les maladies infectieuses sont encore mal connues à cause d'un manque de travaux scientifiques mais surtout de par la complexité des mécanismes sous-jacents aux épidémies[49]. Pour de faibles apports en nutriments, l'eutrophisation favorise la production primaire. Ceci peut notamment induire l'expression de facteurs de virulence par des pathogènes opportunistes et favoriser leur transmission. Ce phénomène a été notamment associé avec l'émergence de maladies fongiques chez les coraux[50]. L'augmentation de la production primaire favorise les populations d'herbivores, ce qui a pour conséquences directes d'augmenter leur densité et de favoriser la transmission de leurs parasites. Les parasites à cycle de vie complexe qui utilisent ces organismes pour se reproduire sont alors particulièrement abondants. C'est le cas de plusieurs trématodes qui se reproduisent asexuellement dans les mollusques aquatiques. Trois mécanismes majeurs ont été avancés pour expliquer les effets positifs de l'eutrophisation sur leur transmission[51]:

  • la forte densité d'hôtes facilite la transmission du parasite,
  • l'abondance des ressources pour l'hôte lui permet de mieux tolérer les infections, ce qui allonge la durée de l'infection et revient à augmenter le nombre de parasites produits par infection,
  • l'augmentation de la productivité dans le milieu attire les hôtes définitifs de ces parasites tels que des poissons, des oiseaux et des mammifères, ce qui leur permet de boucler leur cycle de vie.

Ces mécanismes ont été avancés pour expliquer l'augmentation des cas de malformations développementales (causées par des trématodes) chez les amphibiens[52] et de dermatites cercariennes[53].

Lorsque l'apport en nutriments est extrême, l'eutrophisation cause un stress général dans l'écosystème qui induit la disparition de plusieurs espèces d'hôtes et de leurs parasites. Ceci est supposé réduire la richesse spécifique de parasites dans les écosystèmes, favorisant les espèces à cycle de vie court avec le moins d'hôtes possible et les espèces généralistes, capables d'infecter une multitude d'espèces hôtes[49].

Cependant, il est important de mentionner que les effets de l'eutrophisation peuvent varier d'une espèce de parasite à l'autre, avec parfois des effets négatifs sur la transmission, même pour de faibles niveaux d'apports en nutriments[49]. Plus généralement, les conséquences de l'eutrophisation sur les maladies parasitaires restent mal compris[51],[49].

Les remèdes (déseutrophisation)[modifier | modifier le code]

L'orignal est l'un des seuls grands mammifères capables de brouter la tête sous l'eau (ici dans un étang formé par un barrage de castors dans le Parc national de Grand Teton). Les castors, en ouvrant des clairières tout en en faisant remonter le niveau de l'eau, ont créé les conditions favorables à une haute strate herbacée appréciée des grands herbivores. Castors et élans limitent ici conjointement l'eutrophisation de l'eau (de même que les risques de sécheresse, d'inondation en aval et d'incendie de forêt)

Les symptômes de l'eutrophisation révèlent que l'apport en un ou plusieurs nutriment(s) atteint ou dépasse la capacité immédiate des plantes et de l'écosystème à les absorber. Autrement dit : la limite des capacités auto-épuratrice des milieux aquatiques ou du sol et de l'écosystèmes qu'il supporte sont atteintes (momentanément ou de manière chronique).

Divers moyens de lutte et d'atténuation (« déseutrophisation »[54]) sont nécessaires et existent, d'abord testé pour les lacs, dont en France[55],[56] ; ils consistent par exemple[23],[57] à :

  • supprimer l'utilisation excessive d'eutrophisants en amont du bassin versant, notamment en utilisant des engrais verts (légumineuses en particulier[58]), ce qui ne règle cependant pas le problème des apports aéroportés d'azote issu d'épandages distants), tout en veillant aux respect des équilibres NPK et du rapport C/N ;
  • mettre en place des Culture intermédiaire piège à nitrates (CIPAN)
  • diminuer l'utilisation de pesticides et leur arrivée dans les cours d'eau, car en tuant de nombreux organismes, ou en limitant la flore "supérieure", ils peuvent contribuer à aggraver l'eutrophisation ou à l'induire ;
  • utiliser plus rationnellement les engrais en agriculture (analyser la valeur agronomique des sols et privilégier les engrais naturels) et utiliser moins d'engrais rapidement solubles dans l'eau. Ce sont deux actions qu'encouragent en France le programme Ferti-Mieux let le projet agro-écologique pour la France, tous deux initiés par le ministère en charge de l'Agriculture, respectivement en 1991 et 2012. C'est aussi le cas de certaines mesures agrienvironnementales en Europe.
  • aménager des bassins versants en y reconstituant des réseaux de bocage, talus, haies, et bandes enherbées, suffisants en taille et cohérents avec le relief et la pédologie ; le ruissellement des eaux pluviales peut favoriser l'entrainement de nutriments comme le phosphore qui seront mieux retenus si les capacités d'infiltration du sol et sa teneur en complexes argilohumiques sont restaurées;
  • protéger et restaurer des zones-tampon (idéalement combinant une ripisylve et des bandes enherbées) entre les champs et les cours d'eau[59]; créer des zones tampon humides artificielles permettant de collecter et de dépolluer (diminution du taux d'engrais et pesticides de 10 à 75%) les eaux de ruissellement issues des parcelles agricoles drainées avant leur retour dans le milieu naturel[60].
  • remplacer partout les phosphates des lessives par des agents anti-calcaires sans impact sur l'environnement, telles les zéolites.
  • mieux éliminer l'azote et le phosphore dans des stations d'épuration (qui peuvent être équipées de procédés de dénitrification et de déphosphatation[61]) et de lagunage tertiaire ou fonctionner sur le principe du lagunage naturel. Le phosphore des boues d'épuration et des lisiers d'élevage peut être recyclé par de nouveaux procédés issus de la recherche[62].
  • Des systèmes de réoxygénation de l'hypolimnion et de « déstratification »[63] de la masse d'eau retenue par les barrages artificiels (ou de sous-tirage) peuvent aussi être mis en place et modélisés[64].
  • Limiter la pollution azotée non agricole, dont les NOx issus des chauffages et chaudières industrielles, et de la pollution automobile et routière.
  • utiliser des indicateurs de déseutrophisation. On cherche à mettre au point un test efficace de « déphosphatation biologique », par exemple basé sur les Acides gras volatils ou « AGV »[65].
  • Planifier à large échelle la lutte contre les blooms d'algues vertes et les marées vertes et contre le « transfert diffus du phosphore dans les bassins agricoles »[66]

Les traitements algicides ne sont pas une solution, et certains traitemens à base de carbonate de calcium sous forme de craie pulvérisée ou de sable corallien sont discutés ou controversés[67],[68],[69] car s'ils suppriment (très provisoirement) le « symptôme », ils relarguent dans le milieu une grande partie des nutriments contenus par les algues, ou facilitent l'évacuation de la vase vers l'aval, mais en déplaçant alors le problème vers l'aval, ce déplacement pouvant en outre être freinée par les plantes aquatiques).

De manière générale, il faut d'abord bien connaître le fonctionnement des cycles biogéochimiques dans les écosystèmes concernés, et donc le fonctionnement et l'état du réseau trophique ainsi que la rémanence (stock du sol[14] et stock sédimentaire dont le rôle ne doit pas être sous-estimé[70],[71],[72]...) et l'importance des sources de nutriments (dont sources cachées ou discrètes telles que les apports d'azote via les eaux météoritiques, ou les apports d'azote et de phosphore via fuites d'égouts, le drainage de zone dystrophes, des épandages illégaux ou non déclarés, etc.), que l'on commence à savoir modéliser[73]

Prospective[modifier | modifier le code]

L'azote met jusqu'à plusieurs décennies pour percoler du sol aux nappes phréatiques, et il peut remonter capillairement avec l'eau ou diffuser horizontalement dans les nappes, sur des centaines de kilomètres.

La dénitrification et le cycle de l'azote seront influencés par la productivité végétale, par les changements de température de l'air de l'eau et du sol et par de probables changements dans les précipitations (force et distribution)[74].

Les teneurs du sol en matière organique et les taux atmosphériques de dioxyde de carbone auront aussi une incidence sur la persistance ou le lessivage des nitrates agricoles, via les modes de travail du sol (agriculture sans labour ou avec labour…, avec ou sans bandes enherbées ou zones-tampon. Les modifications pédologiques (y compris via les populations de vers de terre par exemple affectées par les pesticides ou métaux lourds). Nombre de ces facteurs seront contrôlés en partie par un probable dérèglement climatique[74] qui aura indirectement un impact sur la dénitrification des sols. La production urbaine d'émissions azotées pourrait aussi augmenter (transport, chauffage). Certains scénarios tendanciels prévoient une augmentation du lessivage des nitrates avec des conséquences allant d'une augmentation limitée à un doublement possible des taux de nitrates dans les aquifères en 2100. Ces changements peuvent être en partie masqués par des réductions de nitrate permises par des améliorations des pratiques agricoles[74].

A l'issu de l'expertise scientifique collective sur l'eutrophisation menée de 2015 à 2017, les chercheurs préconisent la mise en oeuvre de travaux de recherche très intégrateurs, à l'échelle des territoires, prenant en compte, les hydrosystèmes, les espaces urbains et agricoles, les modes de production, d'alimentation et de recyclage, mais aussi une réflexion à partir des données issus des études scientifique et des réseaux de suivi pour dégager les espaces à risque de demain[36].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Smith, V. H., Tilman, G. D., & Nekola, J. C. (1999). Eutrophication: impacts of excess nutrient inputs on freshwater, marine, and terrestrial ecosystems. Environmental pollution, 100(1), 179-196
  2. a et b Bouwman, A. F., Van Vuuren, D. P., Derwent, R. G., & Posch, M. (2002). A global analysis of acidification and eutrophication of terrestrial ecosystems. Water, Air, and Soil Pollution, 141(1-4), 349-382 (résumé)
  3. Loïc Chauveau,, « « Eutrophisation des eaux : ça ne s’arrange pas », », Sciences et avenir,,‎
  4. « Eutrophisation des milieux aquatiques », Écotoxicologie.fr,‎ (lire en ligne)
  5. Dutartre, A., Les invasions biologiques en milieu aquatiques, 2012, Sciences Eaux &Territoires
  6. [1]
  7. [2]
  8. Bobbink, R., Boxman, D., Fremstad, E., Heil, G., Houdijk, A. L. F. M., & Roelofs, J. (1992). Critical loads for nitrogen eutrophication of terrestrial and wetland ecosystems based upon changes in vegetation and fauna [alpine heathlands, deposition]
  9. Carlet Y (1985) Lutte contre l'eutropoisation des lacs : exemple d'une réussite, le Lac d'Annecy (Thèse de doctorat).
  10. Gerdeaux D, Lods-Crozet B, Loizeau JL & Rapin F (2013) Le Léman, du diagnostic aux nouveaux enjeux de protection. Archives des Sciences, 66(2), 101 (résumé).
  11. S.O.Ryding et W.Rast (1994) Le contrôle de l’eutrophisation des lacs et des réservoirs, Masson, Unesco, 294p.
  12. UNEP International Environmental Technology Centre (2000) Planning and management of lakes and reservoirs : an integrated approach to eutrophication, Technical publication series, 67p.
  13. Michel Merceron, Pollutions diffuses : du bassin versant au littoral, Editions Quae, (ISBN 978-2-84433-017-8)
  14. a et b Renneson, M., Vandenberghe, C., Marcoen, J. M., Bock, L., & Colinet, G. (2009) Évaluation de la pertinence du taux de saturation en phosphore en tant qu'indicateur de bonnes pratiques en matière de fertilisation phosphorée dans les sols agricoles en Région wallonne (Belgique). Actes des 10èmes journées d'étude des sols
  15. Vollenweider R.A., 1968, Les bases scientifiques de l’eutrophisation des lacs et des eaux courantes sous l’aspect particulier du phosphore et de l’azote comme facteurs d’eutrophisation. Paris, OCDE, Rapport technique DAS/CIS 68-27, 250 p.
  16. Carignan R, D’Arcy P & Lamontagne S (2000) Comparative impacts of fire and forest harvesting on water quality in Boreal Shield lakes, Canadian Journal of Fisheries and Aquatic science, v57, suppl 2, p. 105-117 (résumé).
  17. Steedman RJ (2000) Effects of experimental clearcut logging on water quality in three small boreal forest lake trout (Salvelinus namaycush) lakes. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences, 57(S2), 92-96. (résumé)
  18. Lamontagne, S., Carignan, R., D'Arcy, P., Prairie, Y. T., & Paré, D. (2000). Element export in runoff from eastern Canadian Boreal Shield drainage basins following forest harvesting and wildfires. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences, 57(S2), 118-128.
  19. Institut français de l’environnement (IFEN), 1999 L’eutrophisation des rivières en France : où en est la pollution verte? , no 48, octobre 1999, 4p
  20. Gruber, N., & Galloway, J. N. (2008). An Earth-system perspective of the global nitrogen cycle. Nature, 451(7176), 293-296.
  21. Vitousek, P. M., Aber, J. D., Howarth, R. W., Likens, G. E., Matson, P. A., Schindler, D. W., ... & Tilman, D. G. (1997). Human alteration of the global nitrogen cycle: sources and consequences. Ecological applications, 7(3), 737-750.)
  22. G. E., & Bormann, F. H. (1974). Linkages between terrestrial and aquatic ecosystems. BioScience, 24(8), 447-456
  23. a et b Galvez-Cloutier, R., Ize, S., & Arsenault, S. (2002). Manifestations et moyens de lutte contre l’eutrophisation. Vecteur environnement, 35(6), 18 (PDF, 20 pages)
  24. Daloz, A., Gaertner-Mazouni, N., Barral, M., Malet, N., Moragues, L., Fiandrino, A., ... & Munaron, D. (2009, December). Le Réseau de Suivi Lagunaire: un outil de diagnostic et d’aide à l’action pour la lutte contre l’eutrophisation des lagunes. Une stratégie d’information et de transfert aux acteurs. In 4 th European Conference on coastal lagoon Research.
  25. page ONU de GEO 3 sur l'eutrophisation (d'après chiffres de NOAA, 1998 ; Howarth et al. 2000)
  26. a et b (avec par exemple la notion d' "eutrophisation des sols utilisables." citée ici dans un article intitulé "Nouvelles données sur le bilan écologique des biocarburants"...
  27. a et b http://www7.inra.fr/internet/Directions/DIC/ACTUALITES/NATURE/pdf/foretsols.pdf (voir page 1/3)
  28. Les réflexions d'un ancien Chercheur de l'INRA sur l'environnement, la démographie, le Darwinisme...
  29. exemple 1 avec Europa.eu/communiqué de presse intitulé "La Commission propose des plafonds d'émission nationaux de certains polluants atmosphériques et des objectifs de qualité de l'air ambiant pour l'ozone", daté de 1999
  30. EurLex "La pollution transfrontière contribue à l'acidification, à l'eutrophisation des sols et à la formation de l'ozone au sol dont la réduction exige une action ")
  31. Hautier, Y., Niklaus, P. A., & Hector, A. (2009). Competition for light causes plant biodiversity loss after eutrophication. Science, 324(5927), 636-638.
  32. Vitousek, P. M., Porder, S., Houlton, B. Z., & Chadwick, O. A. (2010). Terrestrial phosphorus limitation: mechanisms, implications, and nitrogen-phosphorus interactions. Ecological applications, 20(1), 5-15.)
  33. Asner, G. P., Townsend, A. R., Riley, W. J., Matson, P. A., Neff, J. C., & Cleveland, C. C. (2001). Physical and biogeochemical controls over terrestrial ecosystem responses to nitrogen deposition. Biogeochemistry, 54(1), 1-39.
  34. LeBauer, D. S., & Treseder, K. K. (2008). Nitrogen limitation of net primary productivity in terrestrial ecosystems is globally distributed. Ecology, 89(2), 371-379.(résumé
  35. « L’équilibre des cours d’eau et milieux marins face à une nouvelle vague d’eutrophisation d’envergure mondiale », sur Irstea, (consulté le 24 juillet 2018)
  36. a et b CNRS, Ifremer, Inra et Irstea, Synthèse de l'expertise scientifique collective Eutrophisation, Paris, (lire en ligne)
  37. a et b G. Pinay et al., L'eutrophisation, Manifestations, causes, conséquences et prédicitibilité, Paris, Editions Quae, 175 p. (ISBN 978-2-7592-2756-3), p. 50-53
  38. J. Guillard et al., « Le retour du lavaret : une action d’ingénierie écologique réussie à l’échelle d’un lac (Le Bourget) », Sciences Eaux & Territoires, vol. 16,‎ , p. 18-23 (lire en ligne)
  39. http://www.eaubretagne.fr/Pollutions-et-menaces/Impacts-des-pollutions/L-eutrophisation/Effets-de-l-eutrophisation-des-eaux-sur-la-sante-l-economie-et-les-milieux-aquatiques
  40. http://webworld.unesco.org/water/ihp/db/glossary/glu/FRDIC/DICEUTRO.HTM
  41. Thimonier, A., Dupouey, J. L., Bost, F., & Becker, M. (1994). Simultaneous eutrophication and acidification of a forest ecosystem in North‐East France. New Phytologist, 126(3), 533-539.)
  42. Matson, P., Lohse, K. A., & Hall, S. J. (2002). The globalization of nitrogen deposition: consequences for terrestrial ecosystems. AMBIO: A Journal of the Human Environment, 31(2), 113-119.)
  43. Dobrowolski K.A, Halba R & Nowicki J (1976) The role of birds in eutrophication by import and export of trophic substances of various waters ; Limnologica, 10 (2) (1976), p. 543–549
  44. Garnier, J., Billen, G., Hanset, P., Testard, P., & Coste, M. (1998) Développement algal et eutrophisation dans le réseau hydrographique de la Seine. La Seine en son bassin: Fonctionnement écologique d’un système fluvial anthropisé. Elsevier, Paris, 593-626.
  45. Chapelle A (1990) Modélisation d'un écosystème marin côtier soumis à l'eutrophisation: la baie de Vilaine(Sud Bretagne). Étude du phytoplancton et du bilan en oxygène (Doctoral dissertation).(Notice Inist-CNRS)
  46. Étude de l’université du Kansas ; Eutrophication of U.S. freshwaters: analysis of potential economic damages, Walter K. Dodds et al., Environmental science and technology (télécharger l'étude, 2011)
  47. The European Nitrogen Assessment et publication (ouvrage de 664 pages ; (ISBN 9781107006126)
  48. Bertrand, « Les intoxinations par les cyanobactéries », Le Point Vétérinaire,‎ , p. 46-50 (lire en ligne)
  49. a, b, c et d (en) Alexandre Budria, « Beyond troubled waters: the influence of eutrophication on host–parasite interactions », Functional Ecology, vol. 31, no 7,‎ , p. 1348–1358 (ISSN 1365-2435, DOI 10.1111/1365-2435.12880, lire en ligne)
  50. (en) John F. Bruno, Laura E. Petes, C. Drew Harvell et Annaliese Hettinger, « Nutrient enrichment can increase the severity of coral diseases », Ecology Letters, vol. 6,‎ , p. 1056–1061 (ISSN 1461-0248, DOI 10.1046/j.1461-0248.2003.00544.x, lire en ligne)
  51. a et b (en) Pieter T. J. Johnson, Alan R. Townsend, Cory C. Cleveland et Patricia M. Glibert, « Linking environmental nutrient enrichment and disease emergence in humans and wildlife », Ecological Applications, vol. 20,‎ , p. 16–29 (ISSN 1939-5582, DOI 10.1890/08-0633.1, lire en ligne)
  52. (en) Pieter T. J. Johnson, Jonathan M. Chase, Katherine L. Dosch et Richard B. Hartson, « Aquatic eutrophication promotes pathogenic infection in amphibians », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 104,‎ , p. 15781–15786 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 17893332, PMCID 2000446, DOI 10.1073/pnas.0707763104, lire en ligne)
  53. Miroslava Soldánová, Christian Selbach, Martin Kalbe et Aneta Kostadinova, « Swimmer's itch: etiology, impact, and risk factors in Europe », Trends in Parasitology, vol. 29,‎ , p. 65–74 (DOI 10.1016/j.pt.2012.12.002, lire en ligne)
  54. La déseutrophisation est définie en 2011 par Le Gall & al. comme une « réduction de l’excès de substances nutritives, de matière organique notamment » in Le Gall, A. H., Jézéquel, I., Bernard, D., & Canard, A. (2011) http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/61/18/04/PDF/Le_GAll.pdf Rapport d'activité 2008-2010 Culture Scientifique et Technique ; Université de Rennes, voir page 36/76
  55. Vinconneau, J. C. (1992). Lutte contre l'eutrophisation en France. Bull. Cons.
  56. ex : Lair, N., & Restituito, F. (1976) Projet alpin OCDE pour la lutte contre l’eutrophisation. Lacs du Massif Central français. II. Le lac de Tazénat, interrelations entre paramètres. Ann. Stn Biol. Besse-en-Chandesse, 10, 100-45.
  57. Organisation de coopération et de développement économiques, 1982, Eutro- phisation des eaux : méthodes de surveillance, d’évaluation et de lutte, Paris, 164p.
  58. Munier‐Jolain N & Carrouée B (2003) Quelle place pour le pois dans une agriculture respectueuse de l'environnement ; Argumentaire agri-environnemental. Cahiers Agricultures, 12(2), 111-120.
  59. « Les zones tampon », sur Irstea, (consulté le 27 juillet 2018)
  60. « Dépollution des eaux agricoles : une mare innovante réunit les acteurs du territoire », sur Irstea, (consulté le 24 juillet 2018)
  61. Montastruc, L., Domenech, S., Pibouleau, L., & Azzaro‐Pantel, C. (2005). Méthodologie d'étude et de modélisation de la déphosphatation d'effluents aqueux. The Canadian Journal of Chemical Engineering, 83(4), 742-754.(résumé)
  62. « Les boues d’épuration : une nouvelle mine de phosphore », sur Irstea, (consulté le 24 juillet 2018)
  63. Levet D & Martin X (1988) Lutte contre l'eutrophisation de la retenue du Cébron par déstratification. Premiers résultats. TSM. Techniques sciences méthodes, génie urbain génie rural, (6), 339-344.
  64. Gourchane, M. (2001) Contribution à la modélisation mathématique des moyens de lutte contre l'eutrophisation des barrages: Déstratification artificielle et soutirage.
  65. Bourdon, C. (2005). Vers une validation du test BAP comme outil de prédiction du rendement de déphosphatation biologique. Créteil (France, 94), Doctorat Sciences de l’environnement, Engref Paris, École polytechnique de Montréal (CAN) ; résumé PDF - 2pages
  66. Dorioz, J. M., & Trevisan, D. (2008) Le transfert diffus du phosphore dans les bassins agricoles: ordres de grandeur, mécanismes, maîtrise. Ingénieries-eau, agriculture, territoires, numéro spécial Azote, phosphore et pesticides ; Stratégies et perspectives de réduction de flux, 27-47.
  67. Marty C & Sechet J (1982). Action du carbonate de calcium sur la vase d'un étang. I-Essais comparatifs dans l'étang et au laboratoire. Bulletin Français de Pisciculture, (285), 221-232 (résumé).
  68. Marty C & Sechet J (1982) Action du carbonate de calcium sur la vase d'un étang. II - Effets d'un épandage en mélange avec la vase Bull. Fr. Piscic. (1983) 288 : 57-67
  69. Rofes G (1975) Influence de la craie en poudre sur les fonds envasés en eau courante ONEMA, Bull. Fr. Piscic. (1975) 258 : 1-14
  70. Dorioz JM, Pilleboue E & Ferhi A (1989) Dynamique du phosphore dans les bassins versants : importance des phénomènes de rétention dans les sédiments. Water research, 23(2), 147-158 (résumé).
  71. Dorioz JM, Pelletier JP, Benoit P (1998) Proprietes physico-chimiques et biodisponibilite potentielle du phosphore particulaire selon l'origine des sediments dans un bassin versant du Lac Leman (France) Physico-chemical properties and bioavailability of particulate phosphorus of various origin in a watershed of Lake Geneva (France) ; Volume 32, Issue 2, February 1998, Pages 275–286(résumé)
  72. Abdallaoui, A. (1998) Contribution à l’étude du phosphore et des métaux lourds contenus dans les sédiments et de leur influence sur les phénomènes d’eutrophisation et de la pollution: Cas du bassin versant de l’Oued Beht et de la retenue de barrage El Kansera.
  73. Ménesguen A (1999) L'utilisation de modèles écologiques dans la lutte contre l'eutrophisation des eaux côtières françaises. Actes de colloques-IFREMER, 31-48.
  74. a, b et c M.E. Stuart, Science of The Total Environment Volume 409, Issue 15, 1 July 2011, Pages 2859-2873 ; doi:10.1016/j.scitotenv.2011.04.016 A review of the impact of climate change on future nitrate concentrations in groundwater of the UK (Résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]