Réserve naturelle régionale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RNR.

Une réserve naturelle régionale (RNR) est une aire protégée faisant partie des réserves naturelles de France et dont le statut est défini par la loi relative à la démocratie de proximité du . Ce statut peut être complété par d'autres statuts juridiques de protection, tel que l'Arrêté préfectoral de protection de biotope.

Législation[modifier | modifier le code]

La loi relative à la démocratie de proximité du 27 février 2002[1] a modifié le Code de l'environnement en instituant trois nouveaux types de réserves naturelles en France :

Pour ce qui concerne les réserves naturelles régionales, la compétence de classement est désormais confiée au Conseil régional. La responsabilité des anciennes Réserves naturelles volontaires lui est également confiée. Celles-ci doivent passer par une procédure de reclassement pour pouvoir accéder au statut de réserve naturelle régionale.

La publication du décret d'application de cette loi le 18 mai 2005 rend possible le classement de nouveaux sites naturels en RNR. Depuis cette date, les Conseils régionaux ont la possibilité de définir leur propre politique de classement de sites naturels en réserve naturelle régionale.

Inventaire[modifier | modifier le code]

Nombre de RN classées en France

Au 1er décembre 2015, on compte[2] 167 réserves naturelles régionales couvrant 39 019 ha réparties en :

La plus petite[3] RNR est celle de la Mine du Verdy avec 0,05 ha. La plus grande est celle du massif du Pibeste-Aoulhet avec 5 110 ha.

Évaluation, évolutions[modifier | modifier le code]

Des évaluations périodiques sont faites dans le cadre des plans de gestion, destinées à réorienter ceux-ci, si nécessaire. Ces évaluations s'appuient sur l'observation de tendances, via le suivi des habitats, d'espèces-cibles ou bioindicatrices (incluant d'éventuelles espèces invasives) et éventuellement sur d'autres moyens (biomonitoring, éco-épidémiologie, analyses de l'eau, de l'air, du sol, de la faune ou des champignons pour détecter d'éventuels problèmes de circulation (bioturbation) ou bioaccumulation de toxiques.
Dans le cadre du réseau écologique paneuropéen et en France de la Trame verte et bleue qui doit le décliner on cherche aussi à évaluer la connectivité écologique du milieu avec les habitats naturels ou semi-naturels qui l'entourent, et le cas échéant la qualité des zones-tampon, y compris sur le plan de la qualité d'environnement nocturne (présence absence de pollution lumineuse dans l'environnement proche).

À partir de 2009, ces réserves sont appelées à jouer un rôle croissant dans la stratégie nationale de création d'aires protégées métropolitaines terrestres (engagement n° 74 du Grenelle de l'environnement). Dans ce cadre, et dans celui de l'inventaire national du patrimoine naturel[4], le Muséum national d'histoire naturelle de Paris a été missionné par le ministère chargé de l'environnement pour faire un premier diagnostic patrimonial de l'ensemble de ces réserves (Habitats et espèces choisis dans une liste élaborée par le Museum) du réseau des aires protégées.

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]