Tramway de Dannes-Camiers à Sainte-Cécile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tramway de Dannes-Camiers à Sainte-Cécile
Le tramway hippomobile sur la route de la plage
Le tramway hippomobile sur la route de la plage

Ouverture 1898
Fermeture 1914
Exploitant Société de la plage de Sainte-Cécile
Matériel utilisé Tramway hippomobile
Longueur 2,74 km

Le tramway de Dannes-Camiers à Sainte-Cécile est un petit réseau de tramway qui fonctionna durant les dernières années du XIXe siècle et les premières années du XXe siècle dans le département du Pas-de-Calais. Il était exploité sous le nom de Tramway de la Plage Ste-Cécile.

Historique[modifier | modifier le code]

Près de la mer, avec les dunes en arrière-plan à gauche.

À la fin du XIXe siècle, comme en d'autres lieux du littoral de la Manche, une société privée décida l'établissement d'une petite station balnéaire à Sainte-Cécile au sud de Boulogne-sur-Mer, près de l'estuaire de la Canche et de la pointe de Lornel. Pour lui permettre d'acheminer les matériaux de construction nécessaires à l'édification des différentes lieux d'hébergement et des villas de la station, la Société de la plage de Sainte-Cécile obtint, en 1897, l'autorisation de construire une voie ferrée reliant la gare de Dannes - Camiers (au nord d'Étaples), située sur la ligne d'Amiens à Calais, à la plage de Sainte-Cécile[1]. L'année suivante, le 24 février 1898, la société parvint à étendre l'autorisation au transport des voyageurs[1] qui était assuré, durant la période estivale, en correspondance avec certains des 12 trains s'arrêtant quotidiennement à la gare de Dannes-Camiers[2]. Aucune concession n'a jamais été accordée, le tramway vivant sous le régime de l'autorisation précaire, ce qui ne permet pas de disposer d'amples renseignements sur son exploitation[3].

La voie étroite du tramway de Sainte-Cécile devant le bâtiment-voyageurs de la gare Nord de Dannes - Camiers assurant la correspondance avec la ligne d'Amiens à Calais.

Longue de 2,74 kilomètres, la ligne à traction hippomobile fut construite en voie étroite de 0,60 m (type Decauville)[1]. Son exploitation était simplifiée à l'extrême, un convoi - une baladeuse à deux essieux tirée par un cheval - faisait la navette quatre fois par jour durant la période d'activité de la station (du 1er juillet au 30 septembre)[1]. Le trajet durait 20 minutes; en 1914, les horaires de départ de Sainte-Cécile étaient fixés à 8 h, 10 h 45, 14 h 15 et 18 h 08, ceux de Dannes-Camiers à 9 h, 12 h 40, 16 h et 18 h 35[1]. Le personnel se limitait à deux personnes : le propriétaire et un employé faisant office de cocher, receveur, palefrenier et charron[3]. Les indicateurs de chemins de fer permettent de savoir que l'exploitation fut arrêtée en août 1914 avec le début de la Première Guerre mondiale et ne fut jamais reprise[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Domengie et José Banaudo, Les petits trains de jadis : Nord de la France, vol. 9, Breil-sur-Roya, Éditions du Cabri, , 251 p. (ISBN 2908816296) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Encyclopédie générale des transports - Chemins de fer, vol. 9, Valignat, Éditions de l'Ormet, (ISBN 2906575135) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • René Courant, Le Temps des tramways, Menton, Éditions du Cabri, (ISBN 290331022X) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]