Colonie artistique d'Étaples

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la région Nord-Pas-de-Calais image illustrant l’art
Cet article est une ébauche concernant la région Nord-Pas-de-Calais et l’art.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La colonie artistique d'Étaples (en anglais : Etaples Art Colony), appelée aussi école des peintres d'Étaples, est un regroupement de peintres et de sculpteurs qui se sont installés, entre la fin du XIXe et le début du XXe siècles, dans la commune d'Étaples située sur la Côte d'Opale, dans le nord de la France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le peintre Charles-François Daubigny, précurseur de l'impressionnisme, choisissait déjà ce lieu pour son inspiration et comme refuge après la chute du Second Empire[1].

Une colonie d'artistes s'y forme à partir de 1882, et s'y maintient jusqu'en 1914, après quoi elle s'est disloquée du fait de la Première Guerre mondiale. Largement internationale, elle a été constituée principalement d'anglophones d'Amérique du Nord, d'Australie et des îles britanniques, mais aussi d'Allemagne et de Scandinavie. Alors que certains artistes se sont installés dans la région, d'autres n'y sont restés qu'une saison, ou un temps encore plus court. Certains venaient de colonies artistiques installées le long des côtes de la Normandie et de la Bretagne, d'autres, tout proches, du Touquet, de Wissant, de Montreuil-sur-Mer et de Berck-sur-Mer, ou le long de la Canche, ainsi que de l'arrière-pays, depuis Douai et Arras.

Le Salon de 1888 à Paris, fut particulièrement représenté par ces peintres où plusieurs de leurs œuvres furent exposées. L'exposition universelle de 1893 à Chicago inaugure un pavillon des artistes de dimension international, de nombreux peintres français y furent invités, notamment par le biais de créateurs américains installés dans cette région : cette manifestation, très médiatisée, assure le rayonnement de la colonie. En mars 1900, la galerie Georges Petit inaugure à Paris la première exposition de la « Société nouvelle des peintres et sculpteurs » comprenant un certain nombre d'artistes installés dans cette ville[2].

On ne peut les regrouper tant que postimpressionnistes, car ces artistes ne présentent pas, en fin de compte, d'uniformité de style, mais il y avait plusieurs intérêts communs : culturels, recherche de la lumière, du calme, et aussi un effet de mode. Alors que la plupart des peintres ont quitté la ville en 1914, l'activité artistique de qualité variable a été poursuivie pendant la guerre par les bénévoles, les artistes et les artistes mobilisés sur le front tout proche — la ville fut d'ailleurs bombardée en mai 1918. Avec le retour de la paix, certains anciens résidents sont rentrés chez eux et la persistance d'une petite colonie a attiré quelques visiteurs, mais peu de travaux innovants ont aboutis.

Un musée est en cours de construction à Étaples, consacré à cette école[3].

Artistes représentatifs[modifier | modifier le code]

Anglo-saxons[modifier | modifier le code]

Français[modifier | modifier le code]

Scandinaves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bateaux sur la côte à Étaples (1871), huile sur panneau, 34.3 x 58.1 cm, New York, Metropolitan Museum of Art.
  2. « Lieux qui ont inspiré les peintres. La côte d’Opale Wissant, Etaples et Berck », in Masmoulin, blog du journal Le Monde, 15 juillet 2012.
  3. « Étaples : les peintres de la Côte d’Opale auront bientôt leur musée au port », in La Voix du Nord, 8 mai 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]