Géologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La discordance de Siccar Point (Écosse) où des couches subhorizontales de grès rouges du Dévonien sont déposées sur des niveaux verticaux de grauwackes du Silurien.

La géologie (du grec ancien , la Terre, et logos, le discours)[note 1] est la science dont le principal objet d'étude est la Terre, et plus particulièrement les parties directement observables de la lithosphère. Discipline majeure des sciences de la Terre, son principal objectif est d'établir des hypothèses permettant d'expliquer l'agencement des roches et des structures les affectant et d'en reconstituer l'histoire, à partir du modèle de la tectonique des plaques. Le terme « géologie » est également utilisé pour désigner l'ensemble des caractéristiques géologiques d'une région et s'étend également aux études des caractéristiques similaires effectuées sur des astres autres que la Terre.

En raison de l'étendue de son champ d'étude, la géologie est une science disposant de nombreuses spécialités très variées; celle-ci est au coeur d'un ensemble de nombreux domaines scientifiques, tels que la biologie, la physique, la chimie, la science des matériaux, l'cosmologie, la climatologie, l'hydrologie… souvent essentiels dans les études géologiques. Outre le domaine de la recherche scientifique, la géologie s'applique de façon indispensable dans de nombreux domaines économiques et industriels, comme l'exploitation de matières premières, le génie civil, la gestion des ressources en eau, la gestion de l'environnement ou la prévention des risques naturels.

Bien que ses premières applications remontent la Préhistoire, la géologie moderne prend forme à partir du XVIIe siècle, du désir de comprendre la structure de la Terre et d'un certain nombre de mécanismes à l'origine de phénomènes naturels. L'évolution des théories de la géologie est très liée à l'évolution des théories de la cosmologie et de la biologie, mais aussi à l'amélioration croissante des techniques et des outils utilisables à partir de la fin du XIXe siècle. Le XXe siècle est le siècle de la mise en place des grandes théories régissant la géologie moderne, avec le développement du modèle de la tectonique des plaques dans les années 1960, mais aussi de l'amélioration des techniques d'observation, qui permettent de nombreuses avancées, et du développement de l'application de la géologie dans les domaines de l'économie et de l'industrie.

Disciplines de la géologie et disciplines associées[modifier | modifier le code]

Études des roches et de leur histoire[modifier | modifier le code]

Pétrographie et pétrologie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Pétrographie et Pétrologie.

La pétrographie désigne l'étude descriptive des roches ; selon le type de roche étudiée, on parle de « pétrographie magmatique », de « pétrographie sédimentaire » ou de « pétrographie métamorphique ». Une étude pétrographique consiste à décrire les différentes caractéristiques d'une roche (texture, assemblage minéralogique, porosité…) par le biais d'observations directes, macroscopiques comme microscopiques, et d'acquisition de données par soumission des échantillons à différentes méthodes d'analyses (diffractométrie de rayons X, microsonde…).

Si la pétrographie ne cherche qu'à décrire les roches, la pétrologie est la discipline dont l'objectif est de déterminer les mécanismes de formation et d'évolution d'une roche. Une étude pétrologique est expérimentale et cherche à modéliser les conditions de la formation et de l'évolution d'une roche au cours de son histoire, en se basant sur les données issues de diverses analyses (pétrographique, chimique…). On distingue la pétrologie exogène, qui s'intéresse aux processus de formation des roches sédimentaires à la surface de la Terre[1], de la pétrologie endogène, qui est axée sur les processus de formation des roches magmatiques et sur les processus métamorphiques au sein de la lithosphère[2].

Minéralogie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Minéralogie.

Branche associée à la fois à la chimie et à la géologie, la minéralogie désigne l'étude et la caractérisation des minéraux, substances solides et homogènes généralement inorganiques, dont l'assemblage forme les roches. En conséquence des nombreuses caractéristiques et propriétés chimiques et physiques des minéraux, ainsi que leur très grande diversité, la minéralogie s'appuie sur de nombreuses sous-disciplines, comme la cristallographie (structure), la physique (propriétés optiques, radioactivité…) ou encore la chimie (formule chimique…). La place des minéraux étant primordiale en géologie, la minéralogie est une discipline quasi-incontournable au sein de toute étude géologique et permet de renseigner sur de nombreux paramètres (dureté, clivage, cassure, chimie…) des différentes phases minérales et sur leurs interactions.

Stratigraphie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Stratigraphie.
Les couches géologiques se superposent normalement de la plus ancienne (bas) à la plus récente (haut)

La stratigraphie, parfois nommée géologie historique, est une branche pluri-disciplinaire étudiant l'agencement des différentes couches géologiques afin d'en tirer des informations temporelles. Elle se base sur plusieurs types d'études différentes, comme la lithostratigraphie (étude de la lithologie), la biostratigraphie (étude des fossiles et des biofaciès) ou la magnétostratigraphie (études magnétiques), dont la corrélation des informations permet de dater les couches géologiques de façon relative entre elles et de les placer de manière précise sur l'échelle des temps géologiques. Ces études reposent sur un certain nombre de principes qui permettent d'expliquer la logique de l'agencement des couches géologiques : le principe de superposition, le principe de continuité, le principe d'identité paléontologique, le principe d'uniformitarisme…[3]

La stratigraphie trouve de nombreuses applications, aussi bien scientifiques qu'industrielles. L'élaboration de l'échelle des temps géologiques s'effectue par le biais des différentes informations stratigraphiques acquises tout autour du globe ; c'est ce que l'on nomme la chronostratigraphie. L'utilisation des méthodes sismiques permet aussi d'étudier des séquences de dépôts à la bordure des bassins sédimentaires, où les successions de séquences sont contrôlées par les variations du niveau marin et les variations tectoniques ; on parle alors de stratigraphie séquentielle. Les études de ces agencements de couches sont par ailleurs utiles dans la recherche d'hydrocarbures[4].

Paléontologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Paléontologie.
Trilobita, un taxon caractéristique du Paléozoïque.

La paléontologie est une discipline conjointe à la géologie et à la biologie, dont le champ d'étude se concentre sur les êtres vivants disparus, à partir de l'analyse de fossiles, pour en tirer des conclusions sur leur évolution au cours des temps géologiques ; dans le cas de l'étude de fossiles microscopiques, on parle de micro-paléontologie. Les objectifs de la paléontologie sont de décrire les espèces fossilisées, afin d'en déduire des conclusions phylogéniques, et de déterminer la relation entre les êtres vivants disparus et actuels pour réfléchir à propos de leur évolution[5].

La paléontologie se raccorde à la géologie par le fait que l'utilisation de fossiles caractéristiques, nommés fossiles stratigraphiques, permet de dater précisément une couche géologique. Les types d'espèces présentes au sein de ces couches permet également de reconstituer le paléoenvironnement correspondant à l'époque du dépôt de la couche étudiée. Par l'étude de l'évolution des espèces de fossiles, les chercheurs peuvent aussi obtenir des informations sur les variations des milieux et du climat au cours des temps géologiques[5],[6].

Études de la dynamique terrestre[modifier | modifier le code]

Géodynamique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géodynamique.

Tectonique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tectonique.

La tectonique est la branche traitant des déformations au sein de la croûte terrestre ; elle se focalise principalement sur la relation entre les structures géologiques et les mouvements et les forces qui sont à l'origine de leur formation. La tectonique s'applique aux déformations à toutes les échelles d'espace et de temps au sein du globe terrestre. Selon l'échelle de l'objet étudié, on parle de micro-tectonique, pour les structures microscopiques, ou de tectonique globale, pour les structures de plusieurs milliers de kilomètres[7].

Cette discipline fait appel à de nombreuses notions de physique des matériaux et de mécanique des milieux continus qui permettent d'étudier la nature des contraintes sur une roche ou un ensemble de roches et d'étudier la réponse de ces dernières aux contraintes qu'elles subissent. Ces études permettent de localiser spatialement et temporellement les contraintes et les déformations qu'elles induisent ; par extension, elles permettent de renseigner sur les conditions de formation des roches, qui sont souvent conditionnées par le contexte tectonique.

Sédimentologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sédimentologie.

Études des structures géologiques[modifier | modifier le code]

Géomorphologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géomorphologie.

Géologie structurale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géologie structurale.

Parfois utilisée comme synonyme de « tectonique » dans la littérature française, la géologie structurale se démarque de sa consœur par une approche plus géométrique des déformations. Bien que les objets d'étude de la tectonique soient communs avec ceux de la géologie structurale, cette dernière reste sur une description purement géométrique des structures géologiques[7]. Les études structurales, réalisées à partir de données acquises sur le terrain, permettent de déterminer la géométrie des différents types de déformation (pendage d'une faille, plongement d'un axe de pli…). Ces résultats permettent de déterminer la direction des contraintes principales et fournissent des informations utiles dans le cadre d'une étude tectonique.

Volcanologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Volcanologie.

Glaciologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Glaciologie.

Disciplines associées[modifier | modifier le code]

Géophysique[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Géophysique et Géodésie.

Géochimie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géochimie.

Spéléologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Spéléologie.

Études de l'atmosphère et de l'hydrosphère[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Climatologie et Océanographie.

Géologie planétaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géologie planétaire.

Histoire de la géologie[modifier | modifier le code]

Cette science de la Terre connaît ses prémices vers 1660 dans les pays du Nord avec les premiers travaux du géologue danois Niels Stensen, connu en français sous le nom de Nicolas Sténon, aussitôt suivis par l'Angleterre et les régions britanniques, puis plus tardivement en France vers 1700[8]. En 1750, c'est une science établie en Europe occidentale. Dans son acception actuelle, le terme géologie est d'ailleurs utilisé pour la première fois en français en 1751 par Diderot, à partir du mot italien créé en 1603 par Aldrovandi. Le mot géologue est communément employé dans son essai de 1797 Nouveaux Principes de géologie par Philippe Bertrand[9] et en 1799 par Jean André Deluc ; il est fixé l’année suivante par Horace-Bénédict de Saussure. Au début du XIXe siècle, la science géologique prend son essor et se constitue dans ses fondements, échelle de temps en croissance et cartes de plus en plus précises, observations de terrain, coupes stratigraphiques et analyses pétrologiques en progrès[10].

Temps géologiques[modifier | modifier le code]

Échelle des temps géologiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Échelle des temps géologiques.
Les temps géologiques résumés sur une horloge de 24 h

L'échelle des temps géologiques est une classification temporelle utilisée principalement en géologie, mais également dans d'autres sciences, pour situer les événements de l'histoire de la Terre de sa formation (4,54 Ga[note 2]) jusqu'à la période actuelle. Cette échelle est subdivisée en quatre éons (Hadéen, Archéen, Protérozoïque et Phanérozoïque), eux-mêmes subdivisés en ères, dont la durée moyenne est de quelques centaines de millions d'années ; leurs limites correspondent à de grands bouleversements dans la biosphère et/ou dans la lithosphère et l'atmosphère. Au sein des ères, on retrouve des subdivisions (périodes, époques et étages) qui correspondent à des modes de sédimentation globaux dans les océans et qui sont définis par des stratotypes. Le découpage de l'échelle est détaillé sur le dernier éon, le Phanérozoïque, qui correspond aux 542 derniers millions d'années. La période antérieure, correspondant aux trois autres éons, est également nommée le Précambrien[11].

Les principaux événements ayant marqués l'histoire de la Terre sont souvent utilisés comme limite entre deux subdivisions de l'échelle :

Datation des événements géologiques[modifier | modifier le code]

Datation relative[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Datation relative.

La datation relative sert à hiérarchiser a priori les âges de strates voisines les unes par rapport aux autres. Elle permet de rapidement établir une chronologie du terrain étudié. Elle se résume en quelques principes :

  • Les couches sédimentaires supérieures sont postérieures à celles qui leur sont inférieures. Autrement dit, la couche sédimentaire qui en recouvre une autre est plus jeune que celle recouverte.
  • Tout événement géologique qui en recoupe un autre lui est postérieur.
  • Une strate a le même âge sur toute son étendue.
  • Deux terrains présentant les mêmes fossiles stratigraphiques sont du même âge.

Datation absolue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géologie isotopique.

La datation absolue permet d'établir plus ou moins précisément l'âge d'une roche. Elle est très utile dans le cadre de la chronostratigraphie et dans l'élaboration d'une échelle des temps géologique, mais aussi dans l'étude de l'histoire et de l'évolution des roches.

L'une des manières les plus courantes fait usage de la géologie isotopique. Une infime fraction des atomes présents dans les roches sont dans une forme isotopique instable. Cet isotope est voué à se transformer par le biais d'une émission radioactive en un autre élément, qui peut être lui-même sous la forme d'un isotope instable ou radioactif. Ces émissions radioactives ont lieu à une fréquence aléatoire que l'on peut statistiquement déterminer. L'idée est d'alors mesurer la proportion du premier élément (l'élément père), puis du second (l'élément fils) : au cours du temps, l'élément père va voir sa proportion diminuer, et l'élément fils va voir la sienne augmenter. Par conséquent, une roche où l'élément père est très présent est une roche récente, et inversement une roche où l'élément fils est très présent est une roche ancienne. Par le calcul et la comparaison par rapport aux modèles établis en laboratoire, on va pouvoir alors estimer l'âge de la roche avec une précision de l'ordre du million d'année.

Les couples classiques d'éléments père/fils étudiés sont le rubidium/strontium (le rubidium est présent à l'état de trace dans la muscovite, la biotite, le feldspath...) et potassium/argon, ou plus spécifiquement uranium/plomb et uranium/thorium.

Principes et théories[modifier | modifier le code]

Tectonique des plaques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tectonique des plaques.

Cycle des roches[modifier | modifier le code]

Structure interne de la Terre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Structure interne de la Terre.
Article connexe : Géophysique.
Coupe schématique à l'échelle de la structure de la Terre.

La Terre interne est constituée d'enveloppes successives de propriétés pétrographiques et physiques différentes, délimitées entre elles par des discontinuités. Ces enveloppes peuvent être regroupées en trois principaux ensembles, de la surface vers le centre de la planète, nommés : la croûte, le manteau et le noyau. Dans les 670 km les plus externes, la lithosphère et l'asthénosphère forment deux ensembles déterminés par des propriétés essentiellement mécanique, où la lithosphère forme un ensemble rigide flottant sur l'ensemble plastique de l'asthénosphère. Cette structuration s'est effectuée à l'Hadéen, peu de temps après l'événement d'accrétion à l'origine de la Terre primitive, où les éléments chimiques constitutifs de la toute jeune planète (alors dans un état de fusion complète) se sont différenciés pour d'abord constituer deux couches chimiques : un noyau ferro-nickelifère et un manteau alumino-silicaté.

Caractéristiques principales des enveloppes internes[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques des enveloppes inaccessibles directement par l'Homme (manteau et noyau principalement) ont été déduites à partir de l'analyse des ondes sismiques. Ces dernières traversent le globe en se déplaçant avec des vitesses variant selon les couches qu'elles franchissent et subissent des phénomènes de réfraction et de réflexion au niveau des discontinuités. La corrélation des données obtenues par les stations de mesure disposées tout autour du globe a principalement permis de déterminer l'épaisseur, les caractéristiques physiques et la constitution générale du manteau et du noyau[12]. D'autres méthodes géophysiques ont par la suite approfondies la connaissance de la structure interne de la Terre et des mécanismes en jeu, comme la tomographie sismique ou la gravimétrie.

Tableau récapitulatif des enveloppes de la Terre interne et de leurs principales caractéristiques[12],[13]
Enveloppe Profondeur
km
Densité
g/cm3
Pétrographie dominante[14] Éléments chimiques[note 3],[15]
Croûte
continentale
océanique

0 – 35[note 4]
0 – 10[note 5]

2,7 – 3,0
2,9 – 3,2

Granite et gneiss
Basalte, gabbro et péridotite

Si et Al
Si, Al et Mg
Manteau supérieur
lithosphérique et asthénosphère
zone de transition
35/10 – 670
35/10 – 400
400 – 670
3,4 – 4,4
Olivine, Pyroxène et Grenat
Wadsleyite → Ringwoodite[note 6] et Grenat
Si, Mg et Ca
Manteau inférieur 670 – 2890 4,4 – 5,6 Pérovskite et Ferropériclase Si, Mg, Fe et Ca
Noyau externe 2890 – 5100 9,9 – 12,2 Fe, Ni et S (état liquide)
Noyau interne 5100 – 6378 12,8 – 13,1 Fe, Ni et S (état solide)

Croûte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Croûte terrestre.

La croûte terrestre (aussi parfois appelée « écorce terrestre ») est l'enveloppe la plus externe de la Terre interne, en contact direct avec l'atmosphère et l'hydrosphère à la surface, mais aussi la moins épaisse et la moins dense. Elle est distinguée en deux entités de nature différente : la croûte continentale, de composition acide, et la croûte océanique, de composition basique.

La croûte océanique se forme au niveau des dorsales océaniques, par fusion partielle des péridotites du manteau sous-jacent ; le magma remonte vers la surface et cristallise pour donner des roches basiques (basaltes et gabbros essentiellement)[16]. Au fur et à mesure qu'elle s'éloigne de la dorsale, la croûte océanique s'épaissit, se refroidit et devient plus dense ; lorsque la densité générale de la lithosphère océanique (dont fait partie la croûte océanique) dépasse celle du manteau asthénosphérique, le processus de subduction s'engage et la lithosphère pénètre dans le manteau où elle est progressivement recyclée[17].

Manteau[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Manteau (Terre).

Le manteau terrestre est la plus importante enveloppe de la Terre, représentant plus 60 % du volume de la planète. Il est constitué de roches ultrabasiques, dont le type change avec la profondeur, principalement du fait de la hausse de la pression et de la température qui réorganise le système cristallin des minéraux. Le manteau est partiellement étudié de façon « directe » grâce aux inclusions de roches mantelliques préservées présentes dans certains complexes magmatiques affleurement aujourd'hui à la surface (pipes kimberlitiques…). Cependant, aucun échantillon n'a une provenance supérieure à 400 km de profondeur ; au-delà de cette valeur, l'étude du manteau se fait exclusivement par des techniques géophysiques et de la modélisation.

Noyau[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Noyau externe et Noyau interne.

Le noyau est constitué en très grande majorité de fer, ce qui le différencie chimiquement des autres enveloppes (croûte et manteau) qui sont parfois regroupées sous le nom de « Terre silicatée » pour souligner le contraste chimique entre ces dernières et le noyau. Le noyau externe et le noyau interne (aussi appelé la graine) sont chimiquement très semblable et se démarquent surtout par l'état de la matière qui est liquide dans la partie externe et solide dans la partie interne. Le noyau interne se forme au détriment du noyau externe où la matière en fusion cristallise ; cette réaction émet de la chaleur qui induit des mouvements de convection dans le noyau externe qui sont à l'origine du champ magnétique terrestre.

Structures géologiques et géodynamique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Couramment abrégé par le terme « géol ».
  2. Ga = milliards d'années ; Ma = millions d'années ; ka = milliers d'années.
  3. L'oxygène est également présent dans toutes les enveloppes, ce qui en fait le deuxième élément le plus abondant sur Terre (classement de l'abondance déterminée par fraction de masse).
  4. Valeur de la profondeur d'une croûte continentale stable (craton) ; celle-ci peut être réduite à quelques km seulement dans les zones de rift ou dépasser les 70 km sous les racines crustales orogéniques.
  5. Valeur moyenne de la croûte océanique ; celle-ci peut être réduite à environ 7 km dans le cas de croûtes de type LOT (Lherzolite Ophiolite Type) ou atteindre 15 km dans le cas de croûtes très anciennes.
  6. Avec la hausse de la pression, la structure cristalline de l'olivine change pour se présenter sous des phases minérales de même composition chimique, mais de structure différente (polymorphes).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Cauzid, « Pétrologie exogène », sur http://www.geologie.uhp-nancy.fr/, Université de Lorraine,‎ (consulté le 19 juin 2014).
  2. Jean Cauzid, « Pétrologie endogène », sur http://www.geologie.uhp-nancy.fr/, Université de Lorraine,‎ (consulté le 19 juin 2014).
  3. Foucault & Raoult 2010, p. 339
  4. « Stratigraphie séquentielle, Histoire, principes et applications », sur http://www.insu.cnrs.fr/,‎ 1er novembre 2009 (consulté le 19 juin 2014).
  5. a et b « Paléontologie - Présentation », sur http://www.isem.univ-montp2.fr/, Institut des Sciences de l'Évolution de Montpellier,‎ 2011 (consulté le 20 juin 2014).
  6. « Paléontologie », sur http://www.futura-sciences.com/ (consulté le 20 juin 2014).
  7. a et b Jacques Mercier, Pierre Vergély et Yves Missenard, Tectonique, Dunod, coll. « Sciences de la Terre »,‎ (réimpr. 1999), 3e éd. (1re éd. 1992), 232 p. (ISBN 978-2-10-057142-0, lire en ligne), chap. 1 (« Présentation »), p. 1 & 2.
  8. Histoire
    • G. Gohau, Une histoire de la géologie, Collection « Points – Sciences », No. S66, Éditions du Seuil, Paris, 1990 (ISBN 2-02-012347-9)
    • Alan Cutler, La montagne et le coquillage : comment Nicolas Sténon a remis en cause la bible et créé les sciences de la terre, JC. Lattès, Paris, 2006, 282 pages. Traduction par Stéphane Carr de l’ouvrage anglais The seashell on the mountaintop, William Heinemann, London, 2003.
  9. Texte in Google books
  10. Cartographie
    • Simon Winchester, La carte qui a changé le monde, William Smith et la naissance de la géologie, JC. Lattès, Paris, 2003, 390 pages. Traduction de The maps that changed the world, Viking, 2001. ISBN 2 7096 2353 6
    • Denis Sorel, Pierre Vergely, Atlas, Invitation aux cartes et aux coupes géologiques, 2e édition, Dunod, Brgm éditions, Paris, 1999-2010, 120 pages. ISBN 978 2 10 054645 9
  11. « Chronostratigraphic Units », sur http://www.stratigraphy.org/, International Commission on Stratigraphy,‎ (consulté le 20 juin 2014).
  12. a et b « La structure interne de la Terre », sur http://www2.ggl.ulaval.ca, Université de Laval (consulté le 17 mai 2015)
  13. (en) Eugene C. Robertson, « The Interior of the Earth », sur http://pubs.usgs.gov/, USGS,‎ (consulté le 17 mai 2015)
  14. Sébastien Merkel, « Structures minérales et composition de la Terre profonde », sur ttp://planet-terre.ens-lyon.fr/, ENS Lyon,‎ (consulté le 17 mai 2015)
  15. (en) John W. Morgan et Edward Anders, « Chemical composition of Earth, Venus and Mercury », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 77, no 12,‎ , p. 6973 – 6977 (lire en ligne)
  16. Dercourt et al. 2006, p. 152 – 153
  17. Dercourt et al. 2006, p. 294

Annexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Géologie.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article [Dercourt et al. 2006] Jean Dercourt, Jacques Paquet, Pierre Thomas et Cyril Langlois, Géologie : Objets, méthodes et modèles, Paris, Dunod, coll. « Sciences Sup »,‎ (réimpr. 1978, 1979, 1981, 1983, 1985, 1990, 1995, 1999, 2002), 12e éd. (1re éd. 1974), 193 mm × 265 mm, 544 p. (ISBN 978-2-10-049459-0, présentation en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article [Foucault & Raoult 2010] Alain Foucault et Jean-François Raoult, Dictionnaire de géologie, Paris, Dunod,‎ (réimpr. 1984, 1988, 1995, 2000, 2005), 7e éd. (1re éd. 1980), 388 p. (ISBN 978-2-10-054778-4)
  • L. Moret, Précis de géologie, 4e éd., Masson et Cie., Paris, 1962
  • Aubouin, Brousse et Lehman, Précis de géologie, Dunod, Paris, 1975.
  • J.Y Daniel et al., Sciences de la Terre et de l’univers, Vuibert, Paris, 1999.
  • Pierre Martin, Géologie appliquée au BTP, Eyrolles, Paris, 2010.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Contenus pédagogiques[modifier | modifier le code]

Organismes de référence[modifier | modifier le code]