Flines-lez-Raches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Flines-lez-Raches
Flines-lez-Raches
L'église Saint-Michel, classée aux monuments historiques.
Blason de Flines-lez-Raches
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Intercommunalité Douaisis Agglo
Maire
Mandat
Annie Goupil-Deregnaucourt
2020-2026
Code postal 59148
Code commune 59239
Démographie
Gentilé Flinois
Population
municipale
5 598 hab. (2019 en augmentation de 1,39 % par rapport à 2013)
Densité 291 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 25′ 38″ nord, 3° 11′ 02″ est
Altitude Min. 15 m
Max. 40 m
Superficie 19,22 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Flines-lez-Raches
(ville isolée)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Orchies
Législatives Seizième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Flines-lez-Raches
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Flines-lez-Raches
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Flines-lez-Raches
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Flines-lez-Raches
Liens
Site web http://www.flines-lez-raches.fr/

Flines-lez-Raches (aussi Flines-lez-Râches) est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur la route nationale 50.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Flines-lez-Raches
Faumont Coutiches
Râches Flines-lez-Raches Bouvignies
Anhiers Lallaing Marchiennes

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 690 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Pecquencourt », sur la commune de Pecquencourt, mise en service en 1962[7] et qui se trouve à 6 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,8 °C et la hauteur de précipitations de 743,8 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 19 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,8 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Flines-lez-Raches est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Flines-lez-Raches, une unité urbaine monocommunale[17] de 5 570 habitants en 2017, constituant une ville isolée[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (58 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (62,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (46,1 %), zones urbanisées (18,1 %), forêts (17,2 %), zones agricoles hétérogènes (8,8 %), mines, décharges et chantiers (4,6 %), prairies (3,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La nom Flines viendrait du verbe germanique flean, flihen, couler. La ville se trouve sur la gauche de la Scarpe et proche du gigantesque marais des Six-Villes. Flines était alors sujette à des inondations.

D'après les registres de l’état civil, cette commune a porté les noms suivants :

  • avant 1802 : Flines
  • de 1803 à 1806 : Flines-lez-Marchiennes
  • de 1807 à Septembre 1813 : Flines-lez-Raches
  • d'octobre 1813 à janvier 1848 : Flines-lez-Marchiennes
  • depuis février 1848 : Flines-lez-Raches

Ses habitants sont appelés les Flinois[24].

Histoire[modifier | modifier le code]

Flines-lez-Raches dans son canton et son arrondissement
  • En 2008, des fouilles archéologiques réalisées sur le boulevard des Alliés par le service archéologique de la Communauté d'agglomération du Douaisis, ont permis de découvrir un centre de production de tuiles gallo-romaines[25] :
  • En direction de Coutiches le site regroupe les traces de plusieurs bâtiments datant des IIe et IIIe siècles.
  • Ces bâtiments servaient d'ateliers de tuiliers, dont un de 6,50 mètres sur 20 mètres de long avec un sol pavé de tuiles et des traces de canalisations en terre cuite.
  • Le sol étant très argileux, la matière première était à proximité.

Après le début de la Première Guerre mondiale, Flines-lez-Raches est occupé au mois de septembre 1914 et devient base arrière des troupes allemands. La « Kommandantur » installée face à la mairie impose le couvre-feu, réquisitionne bétail, vivres, bois et métaux et dépouillera, en 1917, l'église de ses cloches. La « maison des Dames de Flins », communément appelée « couvent » devient caserne avant d'être aménagée en « Lazarett ». La fabrique de briques réfractaires Duthoit-Soufflet est transformée en étable pour les chevaux de cavalerie, la « ferme Desprez » en étable de vaches laitières — avec laiterie, atelier de production fromagère et cantine. La brasserie Lespagnol[26] est réquisitionnée pour l'établissement d'un centre d'abattage qui fournit l'armée allemande dans toute la région. Dans l'usine de confection de vêtements du groupe Halimbourg-Akar est installé un atelier de réparation d'armes et de canons. La faïencerie Dubus devient prison. Les écoles sont occupées par des entrepôts de vivres et de matériel militaire. Un cinéma pour la troupe fonctionne dans la grande salle de l'école Saint-Michel[27].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour des élections municipales le , vingt-neuf sièges sont à pourvoir ; on dénombre 4 467 inscrits, dont 1 873 votants (41,93 %), 22 votes blancs (1,17 %) et 1 815 suffrages exprimés (96,90 %). La liste étiquetée divers gauche Agir durablement pour bien vivre ensemble menée par la maire sortante Annie Goupil-Deregnaucourt[28] recueille 1 186 voix (65,34 %) et remporte ainsi vingt-quatre sièges au conseil municipal contre cinq pour la liste divers droite Rassemblement flinois menée par Jean-Michel Zablinski avec 629 voix (34,66 %)[29],[30].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Titulaires de la fonction de maire de Flines-lez-RachesVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Daniel Henno (d)[31],[32]
( - )

(démission)
28 ans Parti communiste français
Daniel Lemaire (d)[33],[34]
( - )

(démission)
12 ans Parti communiste français
Annie Goupil-Deregnaucourt (d)[35],[36]
(née le )
En cours10 ans et 6 mois Parti communiste français
Front de gauche
divers gauche

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune abrite un site à risque Seveso, EPC france (EPC groupe), pour lequel le sous-préfet, le 22 janvier 2009, à la suite de l'arrêté préfectoral du 2 mars 2007, a installé un centre local d'information et de coordination (CLIC) qui a été consulté sur le contenu et les orientations stratégiques du plan de prévention des risques technologiques (PPRT), les cartes d'aléa et d'enjeux, le projet de zonage brut de l'usine.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[37]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[38].

En 2019, la commune comptait 5 598 habitants[Note 8], en augmentation de 1,39 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 2002 3162 4522 7673 2413 4713 5743 6643 660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 6723 8494 0424 1154 1874 0204 0584 0164 074
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 3544 5424 5924 1404 2144 2594 3504 3864 812
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
5 0945 1165 0475 0985 2945 4415 4465 4485 521
2018 2019 - - - - - - -
5 5975 598-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[39] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement agée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,0 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,2 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 751 hommes pour 2 846 femmes, soit un taux de 50,85 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[41]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
0,8 
4,9 
75-89 ans
7,3 
17,3 
60-74 ans
17,8 
22,4 
45-59 ans
21,3 
18,6 
30-44 ans
19,0 
16,2 
15-29 ans
15,6 
20,3 
0-14 ans
18,0 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Sports[modifier | modifier le code]

  • L'Olympique Flinois, club de football créé en 1949 évolue désormais en D1 après son titre de champion durant la saison 2019-2020 stoppé précipitamment, la plus haute division dans laquelle le club a évolué depuis sa création.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Folklore[modifier | modifier le code]

Flines-lez-Raches a pour géants Prosper, Prosperine, Marcel et Saint-Michel[46].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Flines-lez-Raches (59) Nord-France.svg

Les armes de Flines-lez-Raches se blasonnent ainsi : D'or au lion de sable, armé et lampassé de gueules.


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Pecquencourt - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Flines-lez-Raches et Pecquencourt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Pecquencourt - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Flines-lez-Raches et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Flines-lez-Raches », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  25. Source La Voix du Nord du 6 avril 2008.
  26. Louis Lespagnol, Historique des brasseries Lespagnol, Pays de Pélèle, no 46, pp. 20-27.
  27. Monique Heddebaut, La vie quotidienne à Flines-lez-Raches pendant la Première Guerre mondiale (en ligne).
  28. D. D., « Annie Goupil, maire sortante, veut plus de développement durable », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24162,‎ , p. 13.
  29. « Élections municipales, Flines-lez-Raches », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24165,‎ , p. 33.
  30. « Élections municipales 2020 - 1er tour, Flines-lez-Raches », L'Observateur du Douaisis, no 897,‎ , p. 9.
  31. « Flines-lez-Raches: le maire honoraire Daniel Henno tire sa révérence », La Voix du Nord,  : « Au terme de quarante-trois années de mandats successifs, dont vingt-huit en tant que premier magistrat, Daniel Henno, maire honoraire, a décidé de ne plus se présenter. À l’occasion du dernier conseil municipal de la présente mandature, Annie Goupil, maire, a souhaité lui rendre un hommage officiel au nom de la municipalité. »
  32. Nicolas Foissel, « Flines-lez-Râches : l’ancien maire Daniel Henno est décédé », L'Observateur du Douaisis,  : « Celui qui a dirigé la commune durant vingt-huit ans rejoint Daniel Lemaire, décédé il y a deux ans et à qui il avait laissé son fauteuil en 1999. »
  33. Christophe Benoit, « Après plus de 40 années de mandats électoraux, le maire de Flines-lez-Râches Daniel Lemaire décide de passer la main », La Voix du Nord,
  34. Bruno Place, « L’ancien maire de Flines-lez-Raches, Daniel Lemaire, est décédé », L'Observateur du Douaisis,  : « Plus de 45 années de mandat électif pour cet ingénieur flinois de naissance, directeur de l’ENTE à Valenciennes, devenu président du SIRFAG en 1983, maire de Flines les Râches en 1999 puis vice-président de la CAD jusqu’en 2014. Il avait succédé sous l’étiquette du Parti Communiste comme premier magistrat de Flines lez Râches à Daniel Henno. Adjoint au maire dès 1971, Daniel Lemaire avait déjà été premier adjoint de 1977 à 1999. En 2011, suite à sa démission, sa première adjointe Annie Goupil était devenue maire de la commune. »
  35. Marie-Caroline Debaene, « Orchésis : à un an des municipales, votre maire se représente-t-il ? », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428) :

    « Flines-lez-Râches. Annie Goupil, 65 ans, souhaite encore écrire un nouveau chapitre pour sa commune. Maire depuis 2011, après avoir remplacé Daniel Lemaire, aujourd’hui décédé. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  36. Benjamin Dubrulle, Julien Gilman et Stéphane Labdant (infographie), « Municipales : la nouvelle carte politique du Douaisis », La Voix du Nord, no 24270,‎ , p. 10 (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428) :

    « Flines-lez-Raches : divers gauche »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  37. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  38. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  39. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  41. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Flines-lez-Raches (59239) », (consulté le ).
  42. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  43. Derode, Histoire de Lille, p. 21 et 31.
  44. Essai de géologie pratique sur la Flandre française, M. Meugy, membre résident, in Mémoires de la Société royale des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille, imprimerie L. Danel, 1852 (Livre numérique Google : [1])
  45. Monique Heddebaut, Sur les traces de l'abbaye de Flines, Pays de Pévèle, 1995.
  46. Benjamin Dubrulle, « Le SOS de passionnés pour sauver des géants abandonnés », La Voix du Nord, no 24596,‎ , p. 14-15