Cesare Luccarini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cesare Luccarini
Naissance
Castiglione dei Pepoli Drapeau : Italie
Décès (à 21 ans)
Mont Valérien, France
Nationalité Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale

Compléments

Cesare Luccarini, né le à Castiglione dei Pepoli en Italie et fusillé le 21 février 1944 au fort du mont Valérien, est un résistant, soldat volontaire de l'armée française de libération (FTP-MOI / Groupe Manouchian).

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, anti-fasciste, émigre en France et sa famille le rejoint en 1930[1]. Ouvrier du bâtiment, il s'engage dans le mouvement jeunes communistes de France en 1940 et entre en résistance après la dissolution du parti communiste et l'invasion de la France.
Arrêté au début de l'année 1942, il est condamné à 2 ans de prison pour distribution des tracts. Il est alors incarcéré à la prison de Cuincy puis au camp de travail de Watten-Éperlecques duquel il s'évade en août 1943.
Il rejoint un groupe de résistant FTP mais recherché par l'occupant et la police il est envoyé, en 1943, en région parisienne afin de poursuivre le combat dans les FTP-MOI du groupe Manouchian sous le matricule 10 612[1],[2].
Caché au no 9 rue Charles-Bertheau sous le nom de Marcel Châtelain, il intègre le 3e détachement des (FTP-MOI), le détachement italien et participe à plusieurs actions :
Le 17 septembre 1943 à Argenteuil, il exécute, avec Robert Witchitz et Antoine[3], un collaborateur.
Le 25 septembre 1943 il fait partie d'une équipe qui attaque à la grenade le Café de l'autobus, situé 77 rue de la Voie-Verte, fréquenté par l'occupant. Il y eut 9 blessés dont 5 soldats allemands.
Le 8 octobre, Cesare Luccarini lance une grenade dans un restaurant au 22 bis avenue Mac-Mahon, qui n'explose pas.
Le 12 novembre 1943, il participe, en protection, à l'attaque d'un convoyeur de fonds allemand au no 56 rue La Fayette. C’est un échec, Rino Della Negra blessé et Robert Witchitz sont arrêtés. Il est arrêté, à son hôtel, quelques heures plus tard par la 2e Brigade spéciale, qui ne trouve rien de compromettant. Il est toutefois emmené dans les locaux de la BS2 ou il est battu et torturé.

Il comparait, le 18 février 1944, devant le tribunal militaire allemand du Gross Paris, rue Boissy-d'Anglas, qui le condamne à mort.
Comme l'ensemble du groupe il est fusillé au fort du Mont-Valérien le 21 février 1944[4].

Liste des membres du groupe Manouchian exécutés[modifier | modifier le code]

Mémorial de l'Affiche rouge à Valence.

La liste suivante des 23 membres du groupe Manouchian exécutés par les Allemands signale par la mention (AR) les dix membres que les Allemands ont fait figurer sur l'Affiche rouge :

Distinction et Hommages[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Pierre Besse, Daniel Grason, « LUCCARINI (ou LUCARINI) Cesare [dit Marcel] », sur maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr (consulté le 8 octobre 2018).
  2. « Le groupe Manouchian », sur ivry94.fr (consulté le 10 février 2017)
  3. Il s'agit d'un nom de guerre dont le titulaire n'est pas connu
  4. Hommage à Cesare Luccarini et à son groupe de résistants, La Voix du Nord, 7 avril 2012
  5. « César LUCARINI, Mort pour la France le 21-02-1944 », sur memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le 8 octobre 2018).