Waziers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Waziers
Waziers
L'église Notre-Dame-des-Mineurs, inscrite sur la liste du patrimoine mondial par l'Unesco.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Douaisis
Maire
Mandat
Laurent Desmons
2020-2026
Code postal 59119
Code commune 59654
Démographie
Population
municipale
7 427 hab. (2018 en diminution de 1,86 % par rapport à 2013)
Densité 1 711 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 23′ 16″ nord, 3° 06′ 50″ est
Altitude Min. 17 m
Max. 27 m
Superficie 4,34 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Douai-Lens
(banlieue)
Aire d'attraction Douai
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Sin-le-Noble
Législatives Seizième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Waziers
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Waziers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Waziers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Waziers

Waziers est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. La Compagnie des mines d'Aniche y a ouvert ses fosses Gayant, Notre Dame et Bernicourt. L'extraction a cessé en 1978.

Géographie[modifier | modifier le code]

Waziers dans son canton et son arrondissement.

Situation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Commune urbaine située sur l’ancien bassin minier, la ville de Waziers est juxtaposée à la ville de Douai (3 km au Nord Est de Douai). Traversée par plusieurs départementales telles que la D 917 à l’Ouest, la D35, ainsi que par la voie ferrée, certains quartiers de la commune se trouvent isolés du centre-ville. Ces barrières rendent, en effet, les déplacements difficiles à l’intérieur même de la commune, les populations se trouvant captives de leur quartier, isolées socialement et économiquement.
La ville de Waziers est, également, délimitée par deux rocades (la rocade Est et la rocade Nord Lille - Valenciennes) limitant la mobilité des habitants vers l’extérieur. Ce problème est d’autant plus important dans les quartiers défavorisés classés zone urbaine sensible.

Communes limitrophes de Waziers
Douai
Douai Waziers Sin-le-Noble
Sin-le-Noble

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 683 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Douai », sur la commune de Douai, mise en service en 1962[7] et qui se trouve à 3 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 10,6 °C et la hauteur de précipitations de 716,8 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Cambrai-Épinoy », sur la commune d'Épinoy, dans le département du Pas-de-Calais, mise en service en 1954 et à 18 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,5 °C pour 1981-2010[12], puis à 10,9 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Waziers est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Douai-Lens, une agglomération inter-départementale regroupant 67 communes[17] et 503 966 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Douai-Lens est la dixième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse, Bordeaux, Nice, Nantes et Toulon[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Douai, dont elle est une commune du pôle principal[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 61 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (62,7 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (53,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (51,3 %), terres arables (20,3 %), zones agricoles hétérogènes (13,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (11,4 %), prairies (3,3 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cartulaire de Wasiers (XVIe siècle) dans l'Album de Croÿ par Adrien de Montigny( -1615)

Le mot « wazier » est apparu au XIIIe siècle. Il désigne une étendue de terre marécageuse détrempée par l'eau. Plusieurs termes se sont succédé, parmi lesquels Wasers, Wassers, Wasiers.

« Il y a eu deux châteaux à Waziers. Le plus ancien était érigé à un endroit qu'au XIIIe siècle on appelait déjà le Viès-Motte. C'était le chef-lieu de la seigneurie de Waziers-Hainaut qui subsistait encore au commencement du XVIe siècle. Le Grand Chastel de Waziers, chef-lieu de la seigneurie de Waziers-FIandre, fut bâti dans la première moitié du XIIIe siècle. Il était situé derrière l'église sur les confins du Frais Marais et du Marais de Sin »[24]

De la monnaie gallo-romaine y a été trouvée en 1905. Aujourd'hui exposé au Musée de la Chartreuse de Douai, ce « trésor » atteste que le territoire de Waziers était habité dès le IIIe siècle.

Le , est rendue une sentence de noblesse de l'élection d'Artois pour Jean de Waziers, écuyer, seigneur de Femy, demeurant à Lagnicourt[25].

Waziers est une ville dont l'histoire plus récente est fortement liée à l'exploitation minière: le charbon a été mis en évidence en 1851. Le , la catastrophe de la Fosse Notre-Dame tue onze mineurs. En 1945, au lendemain de la guerre, le ministre communiste Maurice Thorez est venu à Waziers faire son discours historique sur l'augmentation indispensable de la production de charbon.

La ville de Waziers est considérée comme un bastion du Parti communiste français, puisque depuis la fondation du Parti en 1920, la ville a toujours eu un maire communiste, à l'exception de la période 1939-1945 (Seconde Guerre mondiale).

À la fin des années 2010 naît le projet d'installer sur l'ancien site de Grande Paroisse une centrale solaire photovoltaïque[26].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Wasers en 1117[27], Villa de Wasers en 1123[28], Wasers en 1125 et en 1163[29], Wasiers 1189 et au XIIIe siècle[24].

Le mot « wazier » est apparu au XIIIe siècle. Le nom provient de Wasarius (terrain marécageux), issu de la racine germanique wasa (marais)[30]. Il désigne une étendue de terre marécageuse détrempée par l'eau.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Waziers

Les armes de la commune de Waziers se blasonnent ainsi :

D'azur à l'écusson d'argent, à la bande de gueules brochant sur le tout[31].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les maires sont communistes à Waziers depuis 1919[32].

Jacques Michon devient maire en 2002[32]. Il est conseiller général du canton de Douai-Nord de 1994 à 2015, suppléant du député Jean-Jacques Candelier puis d'Alain Bruneel.

Lors des élections municipales de mars 2014, Laurent Desmons échoue à quatre-vingt-onze voix près[33]. Jacques Michon est réélu maire[34].

Lors du second tour des élections municipales de 2020, la liste menée par Jacques Michon perd face à la liste divers gauche de son challenger Laurent Desmons[32].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Titulaires de la fonction de maire de WaziersVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquetteFonction
DébutFin
Jean-Pierre Fossiez (d)3 ans
Louis Caulet (d)6 ans
Jean-Pierre Fossiez (d)11 ans
Auguste Anselin (d)7 ans
Alfred Sede (d)1 an
Maurice Guironnet (d)
( - )
1 an Section française de l'Internationale ouvrière
Alexandre Henocq (d)1 anPrésident de la délégation spéciale (d)
Alfred Humery (d)4 ans
Maurice Guironnet (d)
( - )
19 ans Parti communiste français
Georges Larue (d)
( - )
1 an Parti communiste français
Jules Bassée (d)Président de la délégation spéciale (d)
Georges Larue (d)
( - )
14 ans Parti communiste français
Roger Miquet (d)
( - )

(mort en cours de mandat (en))
15 ans Parti communiste français
Marc Duquesne (d)
( - )
18 ans Parti communiste français
Michel Monsieur (d)[35]
( - )

(démission)
10 ans Parti communiste français
Jacques Michon (d)[36],[37]
(né le )
17 ans et 7 mois Parti communiste français
Laurent Desmons (d)[38]
(né le )
En cours1 an, 3 mois et 19 jours divers gauche

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[40].

En 2018, la commune comptait 7 427 habitants[Note 7], en diminution de 1,86 % par rapport à 2013 (Nord : +0,41 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2185846656688368868949231 026
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2111 4541 6301 6561 9632 1342 3402 2952 516
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 0443 8765 2916 0329 9329 9599 7779 94110 351
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
10 50711 14910 2519 2678 8247 9107 8617 6177 497
2018 - - - - - - - -
7 427--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[41] puis Insee à partir de 2006[42].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Waziers en 2007 en pourcentage[43].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,4 
4,9 
75 à 89 ans
8,6 
11,4 
60 à 74 ans
12,1 
18,8 
45 à 59 ans
19,0 
18,5 
30 à 44 ans
19,2 
22,0 
15 à 29 ans
19,3 
24,4 
0 à 14 ans
21,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[44].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Folklore[modifier | modifier le code]

Andréa et l'Zeph.

Waziers a pour géants Andréa, L'Zeph et Émilien[45].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Waziers: notice sur ce village dans la Gallo Flandria du Père Buzelin 1624 [24]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Douai - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Waziers et Douai », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Douai - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Waziers et Épinoy », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Cambrai-Épinoy - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Cambrai-Épinoy - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Cambrai-Épinoy - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Douai-Lens », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Douai », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. a b et c Statistique archéologique du département du Nord, vol. 2, Quarré, (lire en ligne).
  25. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 13, lire en ligne.
  26. Gauthier Clausse, « Waziers. Une centrale photovoltaïque pourrait voir le jour sur l’ancien site Grande Paroisse », sur https://www.lobservateur.fr/douaisis/, L'Observateur du Douaisis, .
  27. Dans un titre de Saint-Pierre de Douai.
  28. Dans un titre de l'abbaye de Marchiennes (Le Glay)
  29. Dans des titres de Saint-Pierre de Douai (Mirœus)
  30. Jean-Marie Cassagne, Mariola Korsak, Origine des noms de villes et villages du Nord, page 308 - (ISBN 2916344454).
  31. http://www.labanquedublason2.com/lecture_fiche_commune.php3?page=f59654
  32. a b et c Laurent Decotte et Sébastien Leroy, « Aubry sur le fil, Bruay au RN et autres leçons », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24269,‎ , p. 2-3.
  33. J. G., « Quatre des 26 engagements pour Waziers du candidat Laurent Desmons à la loupe », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24162,‎ , p. 18.
  34. « Jacques Michon félicite son opposant », L'Observateur du Douaisis, no 587,‎ , p. 14.
  35. Julien Gilman, « Waziers : un an avant les élections, trois candidats pour un fauteuil de maire », La Voix du Nord,  : « Maire communiste depuis que Michel Monsieur lui a cédé l’écharpe en 2002, Jacques Michon brigue un quatrième mandat et une troisième élection sur son nom. «  Oui, je me représente, comme la santé est bonne et qu’il paraît que j’ai toujours la pêche  ». »
  36. Nicolas Foissel, « Waziers: Quel bilan pour le mandat de Jacques Michon ? », L'Observateur du Douaisis,  : « Le 30 mars 2014, à 51,4%, les Wazierois renouvelaient leur confiance en Jacques Michon et lui confiaient le soin de mettre en œuvre les seize promesses listées durant l’entre-deux tours. »
  37. Christophe Benoit, « Waziers : en 2019, Jacques Michon compte bien poursuivre le développement du commerce et du logement », La Voix du Nord,  : « [...] avant de devenir premier adjoint en 1989 puis maire depuis 2002. »
  38. Benjamin Dubrulle, Julien Gilman et Stéphane Labdant (infographie), « Municipales : la nouvelle carte politique du Douaisis », La Voix du Nord, no 24270,‎ , p. 10 (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, notice BnF no FRBNF34418428) :

    « Waziers : divers gauche »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  42. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  43. « Évolution et structure de la population à Waziers en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  44. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le ).
  45. Benjamin Dubrulle, « Le SOS de passionnés pour sauver des géants abandonnés », La Voix du Nord, no 24596,‎ , p. 14-15