Ligne de Bully - Grenay à Brias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Bully - Grenay à Brias
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Bruay-la-Buissière
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 309 000
Longueur 30,837 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

Non électrifiée

Pente ou rampe maximale 15 ‰
Nombre de voies ligne déposée
(Anciennement à voie unique)
Trafic
Propriétaire RFF

La ligne de Bully-Grenay à Brias était une ligne ferroviaire française de la région Nord-Pas-de-Calais non électrifiée à voie unique reliant la gare de Bully - Grenay à celle de Brias. La ligne prend naissance à Bully-les-Mines, près de la gare, à partir de la ligne d'Arras à Dunkerque-Locale, et se termine en rejoignant la ligne de Fives à Abbeville, près de la gare de Brias. Au XXIe siècle, la ligne n'est plus utilisée. La voie est conservée mais abandonnée de Bully-les-Mines à Bruay-la-Buissière et déposée au-delà.

Elle constitue la ligne no 309 000[1] du réseau ferré national.

Historique[modifier | modifier le code]

La ligne est déclarée d'utilité publique au titre de l'intérêt local par décret le 24 février 1876[2]. Ce même décret approuve la convention passée le 30 janvier 1875 entre le conseil général du Pas-de-Calais et la Compagnie des chemins de fer du Nord pour la concession de la ligne.

La ligne est reprise définitivement par la Compagnie des chemins de fer du Nord selon les termes d'une convention signée entre le Ministre des travaux publics et la compagnie le 5 juin 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant qui reclasse la ligne dans le réseau d'intérêt général[3].

La section entre Bully - Grenay et Bruay n'accueille plus de trafic voyageurs depuis les années 1950. Le fret a cessé toute activité en 1990[4].

Description de la ligne[modifier | modifier le code]

Tracé - Parcours[modifier | modifier le code]

Dès sa construction, le chemin de fer est utilisé pour transporter le charbon.

La Compagnie des mines de Béthune raccorde ses fosses situées au sud-ouest de la concession : nos 1 - 1 bis - 1 ter et 10 - 10 bis[note 1].

La Compagnie des mines de Nœux y raccorde ses fosses via des embranchements, certains sont très courts, puisque la ligne passe à proximité des fosses nos 4 - 4 bis et 5 - 5 bis[C 1]. Les fosses nos 7 - 7 bis et 9 - 9 bis bénéficient d'un embranchement plus long[note 1]. Grâce aux embranchements de la Compagnie, les produits peuvent être exportés via la ligne de Bully-Grenay à Brias, sans qu'aucune fosse ne soit isolée. À Ruitz, le puits d'aérage no 7 ter a été relié au réseau par un court embranchement.

La Compagnie des mines de Bruay, bien qu'expédiant aussi ses produits par son rivage à Béthune est raccordée via un long embranchement à la ligne d'Arras à Dunkerque-Locale, mais elle raccorde aussi son réseau au niveau de la fosse no 4 - 4 bis - 4 ter, près de la gare de Bruay-en-Artois, et au niveau du puits d'aérage no 5 ter à Divion[note 1].

La ligne quitte ensuite le bassin minier en se dirigeant vers le sud pour traverser Houdain, Beugin, Bajus, et se raccorde finalement à la ligne de Fives à Abbeville, au nord de la gare de Brias.

Exploitation[modifier | modifier le code]

Plus aucun train ne circule sur la ligne de Bully-Grenay à Brias. Les rails sont toutefois conservés de Bully-les-Mines à Bruay-la-Buissière, d'où la voie est déposée à partir de la fosse no 4 - 4 bis - 4 ter des mines de Bruay. L'ouverture du Tramway Artois-Gohelle pourrait permettre à long terme la réutilisation de la voie sur une partie de sa section, sans que rien ne soit prévu actuellement (2011).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. a, b et c D'après la géolocalisation des fosses dans les articles des Compagnies des mines de Béthune, Nœux et Bruay, les vues aériennes de Google Earth, et une carte au un-vingt-cinq-millième de Béthune et ses environs, par l'Institut géographique national
Références
  1. Fascicule Gares et lignes du nord édité par le COPEF (Cercle Ouest Parisien d'Études Ferroviaires) en 1985.
  2. « N° 5171 - Décret qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer d'intérêt local de Bully-Grenay à la ligne de Béthune à Abbeville, près Bryas : 24 février 1876 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 12, no 301,‎ 1876, p. 497 - 513 (lire en ligne).
  3. « N° 14214 - Loi qui approuve la convention passée le 5 juin 1883, entre la Ministre des travaux publics, et la compagnie des chemins de fer de du Nord : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ 1884, p. 333 - 339 (lire en ligne).
  4. Christine Cerdeiro, « Le train repassera-t-il un jour par le Bruaysis ? », sur lavenirdelartois.fr, L'Avenir de l'Artois,‎ 4 décembre 2008
Références à Émile Vuillemin, Le Bassin Houiller du Pas-de-Calais. Tome I, Imprimerie L. Danel,‎ 1880
  1. Vuillemin 1880, p. 169

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens internes[modifier | modifier le code]