Élections municipales françaises de 2014

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Résultats dans les villes de France métropolitaine de plus de 10 000 habitants, selon les nuances définies par le ministère de l'Intérieur[1].
Les plus grands cercles correspondent aux villes de plus de 100 000 habitants, les cercles moyens aux villes entre 30 000 et 100 000 habitants, les plus petits aux villes entre 10 000 et 30 000 habitants. En raison de leur mode de scrutin particulier, les villes de Paris, Lyon et Marseille ne sont pas représentées.

Les élections municipales françaises de 2014 ont eu lieu les 23 et 30 mars 2014 pour le renouvellement des conseils municipaux des 36 681 communes françaises. Pour la première fois, les conseillers communautaires représentant les communes de plus de 1 000 habitants au sein des intercommunalités à fiscalité propre sont également élus en même temps et sur le même bulletin, alors que les représentants des communes de moins de 1 000 habitants sont déterminés par l'élection des maires et adjoints[2].

Ce scrutin est une défaite pour la gauche, qui perd 121 villes de plus de 15 000 habitants, dont neuf villes de plus de 100 000 habitants en métropole [3] et une en Outre-mer. À l'issue du scrutin, la droite détient une majorité des villes de plus de 10 000 habitants : 572 contre 349 à la gauche. Le Front de Gauche remporte 56 villes[4]. L'extrême droite gagne 14 villes, dont onze pour le Front national.

Modes de scrutin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Élection municipale française.
Affiches électorales officielles des municipales de 2014 à Forcalquier (04).

Les élections municipales ont lieu tous les six ans dans l'ensemble des communes françaises.

Les dates du scrutin ont été fixées par un décret du 23 septembre 2013[5] : le premier tour a lieu le dimanche 23 mars et le second, dans les communes concernées, le dimanche 30 mars 2014. Ces dates ont été décalées de deux semaines par rapport à celles qui avaient été envisagées en raison des vacances scolaires de la zone A[6].

La loi du 17 mai 2013 a modifié le mode de scrutin : le seuil d'application du scrutin majoritaire a été abaissé et celui-ci ne concerne plus que les communes de moins de 1 000 habitants (au lieu de 3 500 auparavant)[7]. Cette réforme a notamment pour objet d'imposer le respect des règles de parité entre femmes et hommes dans les 6 659 communes dont la population est comprise entre 1 000 et 3 500 habitants[8] : « alors que les femmes représentent 48,5 % des conseillers municipaux dans les communes de 3 500 habitants et plus à l’heure actuelle, elles ne sont que 32,5 % dans les communes de moins de 3 500 habitants. Avec le nouveau seuil, ce sont environ 10 000 femmes supplémentaires qui doivent faire leur entrée dans les instances communales, au moins dans les assemblées délibérantes[9] ». Elle vise également à favoriser la parité dans les intercommunalités[9].

De plus, les électeurs des communes de 1 000 habitants et plus élisent désormais sur le même bulletin de vote les représentants de la commune aux conseils des EPCI à fiscalité propre[10].

Communes[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin (proportionnel ou majoritaire) et le nombre d'élus de chaque conseil municipal sont fixés par le nombre d'habitants de chaque commune au 1er janvier 2014, les données utilisées devant, selon l'article R. 25-1 du code électoral, être les dernières authentifiées par décret et publiées au Journal officiel.

Afin de permettre aux communes et aux candidats de préparer les élections, l'INSEE communique aux mairies les chiffres de populations municipales dès décembre 2013[11],[12]. En 2013, une centaine de communes ont franchi le seuil de 1 000 habitants à la hausse et une vingtaine à la baisse[12].

Les modes de scrutin sont donc les suivants :

  • Communes de moins de 1 000 habitants : scrutin majoritaire plurinominal avec panachage. Au premier tour, des candidats sont élus s'ils ont obtenu la majorité absolue et le vote d'au moins le quart des électeurs inscrits ; au second tour, la majorité relative suffit. Depuis la loi du 17 mai 2013, on ne peut plus être élu si l'on n'a pas préalablement fait acte de candidature[13].
  • Communes de 1 000 habitants et plus : scrutin proportionnel de liste avec prime majoritaire. Au premier tour, la liste qui remporte la majorité absolue et le vote d'au moins le quart des électeurs inscrits remporte 50 % des sièges, le reste est réparti entre toutes les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés ; si aucune liste n'obtient la majorité absolue, un second tour a lieu auquel peuvent se présenter les listes ayant réuni au moins 10 % des suffrages exprimés au premier tour (les listes ayant obtenu au moins 5 % peuvent fusionner avec une liste qualifiée pour le second tour). Au second tour, la liste arrivée en tête obtient 50 % des sièges et le reste est réparti entre toutes les listes ayant obtenu au moins 5 %. En application de la loi de 2007 sur la parité[14], les listes doivent être composées alternativement d'un candidat de chaque sexe.
  • Paris, Marseille et Lyon : le scrutin a lieu dans chacun des arrondissements (secteurs à Marseille) de la même manière que dans les communes de plus de 1 000 habitants. Dans chaque arrondissement (ou secteur), environ le tiers des élus siègent également au conseil municipal.

Le nombre de membres devant former le conseil municipal est déterminé en fonction de la population municipale légale au 1er janvier 2014[15] et a été abaissé par la loi du loi du 17 mai 2013 pour les plus petites communes (moins de 100 habitants) de 9 à 7 conseillers municipaux[16] :

Sièges au conseil municipal
Nombre d'habitants < 100 < 500 < 1 500 < 2 500 < 3 500 < 5 000 < 10 000 < 20 000 < 30 000 < 40 000 < 50 000
Conseillers municipaux 7 11 15 19 23 27 29 33 35 39 43
Nombre d'habitants < 60 000 < 80 000 < 100 000 < 150 000 < 200 000 < 250 000 < 300 000 > 300 000 Lyon Marseille Paris
Conseillers municipaux 45 49 53 55 59 61 65 69 73 101 163
Élection des maires et adjoints

Dans toutes les communes, le maire et les maires-adjoints sont élus au scrutin secret parmi les conseillers municipaux, au cours de la première réunion du conseil municipal, alors présidé par son doyen d'âge, et qui doit se tenir de plein droit entre le vendredi et le dimanche qui suit l'élection complète du conseil[17],[18]. Les deux premiers tours se font à la majorité absolue et le 3e tour, si nécessaire, se fait à la majorité relative. Le conseil municipal doit être convoqué par le maire sortant trois jours francs avant sa réunion, quel que soit le nombre d'habitants de la commune.

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

Exemple de bulletin de vote dans la commune de Gignac-la-Nerthe : à gauche, les candidats pour le conseil municipal de la commune et, à droite, les candidats pour le conseil communautaire de Marseille Provence Métropole.

À compter des élections municipales de 2014, les délégués des communes de 1 000 habitants et plus au sein du conseil des communautés de communes, des communautés d'agglomération, des communautés urbaines et des métropoles sont élus lors des élections municipales.

Chaque commune est représentée au conseil communautaire par un nombre de représentants tenant compte de sa population défini aux articles L. 5211-6-1 et L. 5211-6-2 du code général des collectivités territoriales[19] :

  • commune de moins de 1 000 habitants : les représentants de la commune au conseil communautaire sont les membres du conseil municipal désignés dans l'ordre du tableau[20]. Il n'y a donc pas d'élection directe de leurs représentants au conseil de l'intercommunalité dont elles sont membres, mais, en fonction du nombre de représentants attribués à la commune, le maire, des maires-adjoints et éventuellement des conseillers municipaux sont de droit membres du conseil communautaire ;
  • commune de plus de 1 000 habitants : les conseillers communautaires sont élus lors des élections municipales, en même temps et sur la même liste de candidats que les conseillers municipaux. Les bulletins de vote de ces communes comprennent, dans leur partie gauche, la liste des candidats au conseil municipal, et, dans la partie droite, la liste des candidats au conseil communautaire[21].

En revanche, les représentants des communes dans les EPCI sans fiscalité propre (syndicat intercommunal à vocation unique, syndicat mixte, syndicat intercommunal à vocations multiples), ainsi que les syndicats d'agglomération nouvelle, continuent d'être élus par chacun des conseils municipaux concernés, comme c'était le cas avant 2014 pour toutes les intercommunalités.

Candidatures[modifier | modifier le code]

L'ensemble des informations concernant les listes et les candidats de cette élection municipale 2014, pour l'ensemble des communes de France, est publié sur un site officiel du ministère de l'Intérieur[1].

À la clôture des dépôts le 6 mars 2014 à 18 h, 926 068 candidatures sont enregistrées[22]. Dans les 9 734 communes comportant, selon les données de population légales de 2011 entrées en vigueur au 1er janvier 2014, 1 000 habitants ou plus, 21 186 listes ont été déposées. Pour le premier tour, 3 032 n'ont qu'une seule liste de candidats, 4 107 n'en ont que deux. Dans les deux cas, et sauf égalité parfaite en nombre de voix entre deux listes, les sièges de conseillers municipaux de ces 7 139 communes doivent être pourvus dès le premier tour. Parmi elles, 1 235 communes ont plus de 3 500 habitants, par comparaison, elles étaient, en 2008, 1 292 à ne présenter qu'une ou deux listes[23].

Communes sans candidats[modifier | modifier le code]

Une seule commune de plus de 1 000 habitants, Gironde-sur-Dropt (Gironde)[22], n'a reçu aucune liste de candidats et 61 communes de moins de 1 000 habitants, parmi 26 930, n'ont aucune candidature[note 1]. Cette particularité, qui n'avait pas été observée lors du précédent scrutin[25], s'explique par plusieurs facteurs : les règles plus contraignantes pour les petites communes, notamment l'obligation de déclaration de candidature en préfecture ou en sous-préfecture deux semaines et demie avant le scrutin, ont compliqué la tâche d'éventuels candidats dans les 33 702 communes qui n'étaient jusqu'alors pas soumises à cette règle[26] ; l'ingratitude de la fonction de maire, mal rémunérée dans les petites communes mais engendrant malgré tout nombre de sollicitations et d'importantes responsabilités, provoque une crise de vocation[27] ; l'obligation de parité, étendue aux communes entre 1 000 et 3 500 habitants, rend plus difficile la constitution de listes.

Dans ce cas, le premier tour est annulé dans ces localités, mais de nouvelles candidatures peuvent se déclarer pour le second tour, qui se déroule normalement. En effet, si, à Gironde-sur-Dropt, l'obligation de déclaration pour le deuxième tour laisse une possibilité qu'une liste se forme avant le 25 mars, la loi prévoit, dans les communes de moins de 1 000 habitants, s'il y a moins de candidats que de sièges à pourvoir, la possibilité de nouvelles candidatures[28]. Dans le cas contraire, une délégation spéciale est mise en place par la préfecture, chargée de gérer les affaires courantes, à savoir, selon le Code général des collectivités territoriales, les « actes de pure administration conservatoire et urgente », à l'exclusion des affaires de finances ou de personnel non prévues au budget[29]. Elle est composée de trois membres (jusqu'à sept pour les villes de plus de 35 000 habitants), qui sont généralement des élus, d'anciens élus ou des fonctionnaires territoriaux. En cas d'absence persistante de candidats au terme d'un second scrutin, la préfecture peut ordonner la fusion de la commune avec une commune voisine[25].

Liste des communes de moins de 1 000 habitants sans candidature au premier tour[24]

Dans 57 de ces 62 communes, des candidatures ont été déposées pour le deuxième tour, ce qui rend possible la tenue du scrutin le dimanche 30 mars. En revanche, cinq communes restent sans candidats, dont une de plus de 1 000 habitants. De nouvelles élections doivent se tenir avant le 22 juin 2014, date d'expiration du mandat temporaire de la délégation spéciale[30] :

Une autre commune du Lot, Carnac-Rouffiac, n'ayant élu qu'un seul conseiller municipal, est elle aussi administrée provisoirement par une délégation spéciale, dans l'attente d'élections éventuelles au mois de mai[31].

Ministres candidats[modifier | modifier le code]

Dix-sept ministres du gouvernement de Jean-Marc Ayrault sur trente-huit sont candidats au premier tour de ces élections[32],[33]. Lors de la fusion des listes de gauche, certains membres du gouvernement se sont retirés[34].

Ministres du gouvernement Ayrault candidats aux élections municipales de 2014
Ministre Ministère Commune Population Liste Étiquette Position Résultat
Benguigui, Yamina Yamina Benguigui Francophonie Paris (10e secteur) 94 027 Paris qui ose[35],[36] PS-PCF-PRG EELV 4e/6e Élue au conseil (majorité)[37]
Canfin, Pascal Pascal Canfin Développement Paris (12e secteur) 144 402 Vivre mieux à Paris[38] EELV 29e Retiré au 2e tour
Carlotti, Marie-Arlette Marie-Arlette Carlotti Handicapés et exclusion Marseille (3e secteur) 94 133 Un nouveau cap pour les Marseillais[39] PS-EELV 1re Élue au conseil (opposition)[40]
Cuvillier, Frédéric Frédéric Cuvillier Transport, mer, pêche Boulogne-sur-Mer 42 680 J'aime Boulogne[41] PS-PCF-EELV 1re Élu maire[42],[43]
Delaunay, Michèle Michèle Delaunay Personnes âgées Bordeaux 239 399 Un grand Bordeaux pour changer d'ère[44] PS-EELV 2e Élue au conseil (opposition)[45]
Duflot, Cécile Cécile Duflot Logement Paris (11e secteur) 154 647 Vivre mieux à Paris[46] EELV 33e Retirée au 2e tour
Fabius, Laurent Laurent Fabius Affaires étrangères Le Grand-Quevilly 24 637 Grand-Quevilly ensemble[47] PS-PCF-EELV 11e Élu au conseil (majorité)[48]
Filippetti, Aurélie Aurélie Filippetti Culture et communication Metz 119 962 Fiers d'être Messins[49] PS-PRG-EELV 2e Élue au conseil (majorité)[50]
Fourneyron, Valérie Valérie Fourneyron Jeunesse et sport Rouen 111 553 Notre force c'est Rouen[51] PS-PCF 2e Élue au conseil (majorité)[52]
Garot, Guillaume Guillaume Garot Agroalimentaire Laval 50 843 Laval au cœur[53] PS-PCF-EELV-PRG 3e Élu au conseil (opposition)[54]
Hamon, Benoît Benoît Hamon Consommation Trappes 29 563 Union pour le développement de Trappes[55] PS 5e Élu au conseil (majorité)[56]
Lamy, François François Lamy Ville Palaiseau 30 316 Palaiseau passionnément[57],[58] PS-PCF 2e/8e Élu au conseil (opposition)[59]
Le Foll, Stéphane Stéphane Le Foll Agriculture Le Mans 143 240 Le Mans pour tous[60] PS-EELV 7e Élu au conseil (majorité)[61]
Lurel, Victorin Victorin Lurel Ministère des Outre-mer Vieux-Habitants 7 617 Unis pour Vieux-Habitants[62] FGPS 29e Battu[63]
Moscovici, Pierre Pierre Moscovici Économie et finances Valentigney 11 155 Aimer Valentigney[64] PS 3e Élu au conseil (opposition)[65]
Sapin, Michel Michel Sapin Travail Argenton-sur-Creuse 5 070 Liste de progrès et d'union pour Argenton[66] PS-PCF-EELV 3e Élu au conseil (majorité)[67]
Valls, Manuel Manuel Valls Intérieur Évry 52 184 Ensemble pour réussir à Évry[68] PS-PCF-EELV 3e Élu au conseil (majorité)[69]

Déclaration de nuance politique[modifier | modifier le code]

La réforme électorale qui abaisse de 3 500 à 1 000 habitants le seuil au-delà duquel le scrutin est proportionnel par liste entraîne un changement important, l'obligation de déclarer une nuance politique au moment de l'inscription de la liste en préfecture. Ainsi, les candidats des communes entre 1 000 et 3 500 habitants, qui ne sont habitués ni au principe de liste ni à une étiquette politique, ont été enjoints par les services de l'État de faire un choix, même dans les cas de listes uniques rassemblant des affinités politiques différentes. En outre, l'attribution forcée de ces indications a suscité des contestations[70].

Campagne[modifier | modifier le code]

Contexte général[modifier | modifier le code]

Lancement de la campagne du Front de gauche à Paris.

Lors des dernières élections municipales en 2008, la gauche, alors dans l'opposition au niveau national, avait remporté de nombreuses grandes villes, notamment Strasbourg, Toulouse, Amiens, Reims, Saint-Étienne, tout en conservant Paris et Lyon.

En 2014, les observateurs anticipent un possible « vote sanction » à l'égard de la gauche, en raison de la forte impopularité du président de la République François Hollande[71]. Une étude du journal L'Opinion menée dans 240 villes anticipe toutefois une bonne résistance de la gauche malgré quelques conquêtes de la droite[72].

Le Front national pourrait gagner quelques villes, notamment dans le sud-est[71],[73],[74],[75],[76], et jouer les arbitres dans environ 90 communes[72].

Primaires[modifier | modifier le code]

Sur le modèle de la primaire présidentielle de 2011, le Parti socialiste décide d'organiser des primaires ouvertes dans cinq villes les 13 et 20 octobre 2013 : Aix-en-Provence, Béziers, Boulogne-Billancourt, Le Havre et Marseille. La primaire de Marseille est particulièrement observée et, au premier tour, la participation y est considérée comme « particulièrement élevée »[77] avec 20 000 votants.

L'UMP organise également des primaires ouvertes en juin 2013 à Paris (via un vote par Internet, auquel participent 23 300 votants mais dont les modalités suscitent une polémique[78]) et Lyon (environ 10 000 votants[79]).

À noter qu'aucun des candidats désignés lors de ces primaires ouvertes n'est parvenu à remporter le scrutin municipal.

Primaires ouvertes
Ville Organisé par Participation Vainqueur
Aix-en-Provence Parti socialiste 2 821[80] (premier tour)
2 433 (second tour)
Édouard Baldo
Béziers Parti socialiste 1 119[81] (tour unique) Jean-Michel Du Plaa
Boulogne-Billancourt Parti socialiste 679[82] (tour unique) Pierre Gaborit
Le Havre Parti socialiste 1 472[83] (tour unique) Camille Galap
Lyon UMP env. 10 000[79] (second tour) Michel Havard
Marseille Parti socialiste 20 731[84] (premier tour)
24 037 (second tour)
Patrick Mennucci
Paris UMP 23 300[78] (tour unique) Nathalie Kosciusko-Morizet
La Rochelle Parti socialiste 3 656 (tour unique) Anne-Laure Jaumouillié

Sondages[modifier | modifier le code]

Ci-dessous figure la liste des intentions de vote nationales. Les intentions de vote dans les communes spécifiquement sondées peuvent se trouver dans la page qui leur est consacrée.

Institut Date Échantillon LO et NPA FG EELV PS, PRG et alliés MoDem UDI UMP et alliés FN (RBM) et alliés Autres
CSA 5 au 7 mars 2013 1 004 2 % 9 % 6 % 27 % 4 % 38 % 12 % 2 %
CSA 10 au 12 septembre 2013 993 2 % 10 % 4 % 26 % 4 % 35 % 16 % 3 %
CSA 17 au 21 janvier 2014 1 206 41 % 46 % 9 %
Ifop 7 au 8 février 2014 1007 / 11 % 8 % 21 % / 29 % 17 % 10 %
CSA 14 au 18 février 2014 1198 1% 43 % 46 % 8 % 2 %
CSA 14 au 19 mars 2014 1198 1 % 41 % 49 % 6 % 4 %
OpinionWay 19 et 20 mars 2014 1005 1 % 4 % 3 % 35 % 3 % 43 % 6 % 5 %

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats généraux[modifier | modifier le code]

Couleur politique des listes arrivées en première position lors des élections municipales françaises.
Listes ayant remporté le plus de sièges à l'issue des premier et deuxième tours, selon les nuances définies par le ministère de l'Intérieur[1].
  •      EXG
  •      FG - PG - PCF
  •      PS - Union de la gauche
  •      DVG
  •      EELV
  •      SE
  •      MoDem
  •      UDI - DVC
  •      UMP - Union de la droite
  •      DVD
  •      FN
  •      EXD
  •      Communes de moins de 1 000 habitants, non concernées par le vote par liste.
Listes ayant remporté le plus de voix à l'issue du premier tour, selon les nuances définies par le ministère de l'Intérieur[1].
  •      EXG
  •      FG - PG - PCF
  •      PS - Union de la gauche
  •      DVG
  •      EELV
  •      SE
  •      MoDem
  •      UDI - DVC
  •      UMP - Union de la droite
  •      DVD
  •      FN
  •      EXD
  •      Communes de moins de 1 000 habitants, non concernées par le vote par liste.
Résultats nationaux des élections municipales de 2014 par nuances de listes[85]
Liste Premier tour Second tour Sièges
Voix % Voix %
Divers droite 5 405 378 24,57 1 668 335 16,68 76 341
Union de la droite 2 554 108 11,61 1 973 309 19,72 11 334
UMP 1 518 167 6,90 724 654 7,24 11 151
UDI 511 541 2,33 132 033 1,32 5 373
MoDem 107 748 0,49 25 826 0,26 997
Union du centre 104 879 0,48 43 139 0,43 644
Droite parlementaire 10 201 821 46,38 4 567 296 45,65 105 840
Divers gauche 3 494 896 15,89 1 164 657 11,64 44 259
Union de la gauche 2 507 417 11,40 2 188 440 21,88 12 923
Socialiste 1 455 487 6,62 573 065 5,73 12 278
Front de gauche 417 618 1,90 93 417 0,93 1 015
EELV 254 828 1,16 46 937 0,47 333
Communiste 200 937 0,91 80 110 0,80 1 656
Parti de gauche 69 523 0,32 11 085 0,11 160
Gauche parlementaire 8 400 706 38,20 4 157 711 41,56 72 624
Front national 1 046 603 4,76 675 268 6,75 1 498
Extrême droite 26 400 0,12 12 102 0,12 102
Extrême droite 1 073 003 4,88 687 370 6,87 1 600
Extrême gauche 132 420 0,60 4 544 0,05 64
Extrême gauche 132 420 0,60 4 544 0,05 64
Divers 2 190 739 9,96 587 335 5,87 34 703
Résultats nationaux des élections municipales de 2014[85]
Communes à scrutin de listes Communes à scrutin majoritaire Toutes communes
Premier tour Second tour Premier tour Second tour Premier tour Second tour
Voix % Voix % Voix % Voix % Voix % Voix %
Inscrits 38 189 667 100,00 16 927 347 100,00 7 538 581 100,00 1 409 494 100,00 45 773 248 100,00 18 336 841 100,00
Abstentions 14 810 285 38,78 6 564 228 38,78 1 874 253 24,71 379 059 26,89 16 684 538 36,45 6 943 287 37,87
Votants 23 379 382 61,22 10 363 119 61,22 5 709 328 75,29 1 030 435 73,11 29 088 710 63,55 11 393 554 62,13
Blancs et nuls 1 380 693 5,91 358 863 3,46 215 547 3,78 48 153 4,67 1 596 240 5,49 407 016 3,57
Exprimés 21 998 689 94,09 10 004 256 96,54 5 493 781 96,22 982 282 95,33 27 492 470 94,51 10 986 538 96,43
Attribution des sièges lors des élections municipales[85]
Communes à scrutin de listes Communes à scrutin majoritaire
Sièges
à pourvoir
Sièges pourvus
au premier tour
Sièges pourvus
au second tour
Sièges
à pourvoir
Sièges pourvus
au premier tour
Sièges pourvus
au second tour
215 560 166 228 49 317 310 781 293 264 17 051

Conseil municipal élu dès le premier tour[modifier | modifier le code]

Villes restées à droite[modifier | modifier le code]

Agen, Aix-les-Bains, Alès, Amilly, Annecy-le-Vieux, Antibes, Antony, Arcachon, Arnouville, Arras, Aubenas, Aubergenville, Auchel, Avrillé, Basse-Terre, Bayeux, Beaune, Bellegarde-sur-Valserine, Bernay, Biscarrosse, Bischheim, Bois-Colombes, Bois-Guillaume, Bonneville, Bordeaux, Brunoy, Cagnes-sur-Mer, Caluire-et-Cuire, Cambrai, Canet-en-Roussillon, Carrières-sur-Seine, Caudry, Cernay, Challans, Chamalières, Chantepie, Chantilly, Charenton-le-Pont, Chartres, Château-Gontier, Châteaubriant, Châteaurenard, Châtenay-Malabry, Châtillon, Chatou, Chaville, Claye-Souilly, Colmar, Combs-la-Ville, Comines, Compiègne, Cormeilles-en-Parisis, Coulommiers, Courbevoie, Courcouronnes, Creutzwald, Croissy-sur-Seine, Dammarie-les-Lys, Dole, Domont, Drancy, Draveil, Dugny, Élancourt, Enghien-les-Bains, Épinal, Épinay-sur-Seine, Ermont, Étampes, Faches-Thumesnil, Freyming-Merlebach, Gagny, Gaillard, Garches, Genas, Gex, Gif-sur-Yvette, Gradignan, Guilherand-Granges, Guidel, Gujan-Mestras, Haguenau, Haubourdin, Hautmont, Hem, Herblay, Hérouville-Saint-Clair, Hoenheim, Illzach, Issy-les-Moulineaux, Joinville-le-Pont, L'Isle-Adam, La Baule-Escoublac, La Celle-Saint-Cloud, La Crau, La Garde, La Garenne-Colombes, La Madeleine, La Motte-Servolex, La Valette-du-Var, Landerneau, Laon, Lavaur, Laxou, Le Bourget, Le Bouscat, Le Cannet, Le Chambon-Feugerolles, Le Chesnay, Le Havre, Le Mée-sur-Seine, Le Pecq, Le Perreux-sur-Marne, Le Plessis-Robinson, Le Plessis-Trévise, Le Puy-en-Velay, Les Clayes-sous-Bois, Les Herbiers, Les Pavillons-sous-Bois, Levallois-Perret, Lingolsheim, Lons-le-Saunier, Lunéville, Mâcon, Maisons-Alfort, Maisons-Laffitte, Mandelieu-la-Napoule, Manosque, Marcq-en-Barœul, Marignane, Marly-le-Roi, Marquette-lez-Lille, Massy, Meaux, Mennecy, Meudon, Meyzieu, Mont-de-Marsan, Montargis, Montélimar, Montereau-Fault-Yonne, Montesson, Montfermeil Montigny-le-Bretonneux, Montigny-lès-Metz, Montluçon, Montrouge, Mougins, Moulins, Mouvaux, Nemours, Neuilly-Plaisance, Neuilly-sur-Seine, Obernai, Olivet, Ollioules, Olonne-sur-Mer, Orléans, Orvault, Osny, Oullins, Oyonnax, Ozoir-la-Ferrière, Pacé, Pernes-les-Fontaines, Persan, Plaisir, Plan-de-Cuques, Plougastel-Daoulas, Pont-à-Mousson, Pontarlier, Pontoise, Provins, Puteaux, Rive-de-Gier, Rixheim, Roncq, Roquebrune-Cap-Martin, Rueil-Malmaison, Rumilly, Sablé-sur-Sarthe, Saint-Amand-Montrond, Saint-André-les-Vergers, Saint-André-lez-Lille, Saint-Avertin, Saint-Avold, Saint-Brevin-les-Pins, Saint-Brice-sous-Forêt, Saint-Cyprien, Saint-Cyr-sur-Loire, Saint-Cyr-sur-Mer, Saint-Dizier, Saint-François, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Gratien, Saint-Jean-de-Luz, Saint-Just-Saint-Rambert, Saint-Leu-la-Forêt, Saint-Louis, Sucy-en-Brie, Saint-Maurice, Saint-Michel-sur-Orge, Saint-Quentin, Saint-Raphaël, Saint-Saulve, Saint-Sébastien-sur-Loire, Sainte-Maxime, Sallanches, Sarreguemines, Sartrouville, Sassenage, Saverne, Seyssinet-Pariset, Soisy-sous-Montmorency, Sorgues, Stiring-Wendel, Suresnes, Talence, Tarbes, Tinqueux, Toulon, Tournon-sur-Rhône, Troyes, Vaires-sur-Marne, Vannes, Vanves, Verneuil-sur-Seine, Verrières-le-Buisson, Versailles, Vertou, Vesoul, Vichy, Vidauban, Vienne, Ville-d'Avray, Villefranche-de-Rouergue, Villemomble, Villenave-d'Ornon, Villeneuve-la-Garenne, Villeneuve-le-Roi, Villeneuve-lès-Avignon, Villeneuve-Loubet, Vincennes, Viroflay, Vitré, Wattignies, Woippy, Yerres, Yutz

Villes restées à gauche[modifier | modifier le code]

Abbeville, Allonnes, Annonay, Arcueil, Argentan, Audincourt, Auch, Aurillac, Auriol, Avion, Bagneux, Baie-Mahault, Bègles, Berre-l'Étang, Betton, Bezons, Billère, Blanquefort, Bolbec, Bonneuil-sur-Marne, Bourg-de-Péage, Bourg-en-Bresse, Bressuire, Bruay-sur-l'Escaut, Bruges, Bully-les-Mines, Buxerolles, Cahors, Canteleu, Castelnaudary, Cenon, Cestas, Châlette-sur-Loing, Chambray-lès-Tours, Champs-sur-Marne, Château-Thierry, Clichy-sous-Bois, Coudekerque-Branche, Couëron, Cournon-d'Auvergne, Courrières, Denain, Déville-lès-Rouen, Douchy-les-Mines, Elbeuf, Équeurdreville-Hainneville, Erstein, Eysines, Fameck, Flers, Fos-sur-Mer, Foix, Gennevilliers, Gentilly, Gonesse, Grande-Synthe, Gravelines, Grigny, Guyancourt, Illkirch-Graffenstaden, Issoudun, Kingersheim, La Courneuve, La Flèche, Lamballe, Le Gosier, Le Grand-Quevilly, Le Moule, Le Petit-Quevilly, Le Pont-de-Claix, Le Pré-Saint-Gervais, Le Relecq-Kerhuon, Les Abymes, Les Lilas, Les Mureaux, Les Pennes-Mirabeau, Lieusaint, Liévin, Limay, Limoux, Lognes, Longuenesse, Lormont, Malakoff, Marly, Maromme, Mayenne, Méricourt, Miramas, Mons-en-Barœul, Montataire, Morsang-sur-Orge, Mouans-Sartoux, Nanterre, Neuilly-sur-Marne, Nogent-le-Rotrou, Nogent-sur-Oise, Noisiel, Oissel, Panazol, Pantin, Petit-Bourg, Pierrefitte-sur-Seine, Plérin, Ploufragan, Plouzané, Pointe-à-Pitre, Raismes, Riorges, Saint-Amand-les-Eaux, Saint-Avé, Saint-Claude, Saint-Egrève, Saint-Étienne-du-Rouvray, Saint-Jacques-de-la-Lande, Saint-Jean, Saint-Jean-de-Braye, Saint-Jean-de-la-Ruelle, Saint-Junien, Saint-Martin-Boulogne, Saint-Martin-de-Crau, Saint-Pierre-des-Corps, Sainte-Geneviève-des-Bois, Saran, Sarcelles, Seclin, Septèmes-les-Vallons, Somain, Tarnos, Tergnier, Torcy, Tournefeuille, Trélazé, Tremblay-en-France, Tulle, Val-de-Reuil, Valenton, Vandœuvre-lès-Nancy, Vauréal, Vaux-le-Pénil, Vernouillet, Wattrelos

Villes restées à l'extrême-droite[modifier | modifier le code]

Orange

Villes ayant basculé à droite[modifier | modifier le code]

Balma, Bois-d'Arcy, Brétigny-sur-Orge, Bruz, Chalon-sur-Saône, Châteauneuf-les-Martigues, Clamart, Cosne-Cours-sur-Loire, Florange, Juvisy-sur-Orge, L'Haÿ-les-Roses, Limeil-Brévannes, Maizières-lès-Metz, Montgeron, Niort, Onet-le-Château, Pierre-Bénite, Poissy, Saint-Fargeau-Ponthierry, Saint-Orens-de-Gameville, Sainte-Luce-sur-Loire, Tarare

Villes ayant basculé à gauche[modifier | modifier le code]

Vire

Villes ayant basculé à l'extrême-droite[modifier | modifier le code]

Hénin-Beaumont

Conseil municipal élu au deuxième tour[modifier | modifier le code]

Villes restées à droite[modifier | modifier le code]

Agde, Aix-en-Provence, Albi, Andernos-les-Bains, Andrésy, Annecy, Avon, Bayonne, Beausoleil, Beauvais, Biarritz, Bischwiller, Bouc-Bel-Air, Boulogne-Billancourt, Bourg-la-Reine, Bourges, Brignais, Bry-sur-Marne, Bussy-Saint-Georges, Calais, Cannes, Capesterre-Belle-Eau, Carquefou, Castanet-Tolosan, Castelnau-le-Lez, Castres, Cavaillon, Châlons-en-Champagne, Château-d'Olonne, Châteaudun, Châteauroux, Châtellerault, Chaumont, Chauny, Chennevières-sur-Marne, Chevigny-Saint-Sauveur, Cholet, Cluses, Concarneau, Corbeil-Essonnes, Croix, Cuers, Deuil-la-Barre, Dinan, Dinard, Douarnenez, Draguignan, Dreux, Dumbéa, Écully, Épernay, Épinay-sur-Orge, Fleury-les-Aubrais, Fontainebleau, Fontenay-le-Fleury, Franconville, Gap, Garges-lès-Gonesse, Gien, Grasse, Guérande, Houilles, Hyères, L'Isle-sur-la-Sorgue, La Ciotat, La Roche-sur-Foron, La Teste-de-Buch, La Trinité, Lagny-sur-Marne, Lambersart, Le Mont-Dore, Le Raincy, Le Vésinet, Les Sables-d'Olonne, Lisieux, Longjumeau, Lons, Lunel, Mantes-la-Jolie, Marseille, Mazamet, Melun, Menton, Méru, Meylan, Montauban, Montmagny, Morlaix, Mulhouse, Nancy, Neuville-en-Ferrain, Nice, Nîmes, Nogent-sur-Marne, Noisy-le-Sec, Nouméa, Païta, Pamiers, Parthenay, Passy, Perpignan, Pertuis, Pierrelatte, Pornic, Pornichet, Porto-Vecchio, Rambouillet, Riedisheim, Rognac, Romilly-sur-Seine, Roquebrune-sur-Argens, Rosny-sous-Bois, Royan, Saint-Brieuc, Saint-Cloud, Saint-Cyr-l'École, Saint-Estève, Saint-Genis-Laval, Saint-Laurent-du-Var, Saint-Lô, Saint-Malo, Saint-Mandé, Saint-Maur-des-Fossés, Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, Sainte-Foy-lès-Lyon, Sanary-sur-Mer, Sannois, Sarrebourg, Savigny-sur-Orge, Sceaux, Sélestat, Senlis, Sète, Sèvres, Seynod, Six-Fours-les-Plages, Solliès-Pont, Talant, Tarascon, Tassin-la-Demi-Lune, Thiais, Thonon-les-Bains, Trets, Triel-sur-Seine, Valenciennes, Vallauris, Vedène, Vélizy-Villacoublay, Vence, Vigneux-sur-Seine, Villefontaine, Villefranche-sur-Saône, Villiers-sur-Marne, Voisins-le-Bretonneux, Wasquehal, Wittelsheim

Villes restées à gauche[modifier | modifier le code]

Alençon, Alfortville, Allauch, Ambarès-et-Lagrave, Amboise, Annemasse, Anzin, Apt, Arles, Armentières, Arpajon, Aubervilliers, Autun, Auxerre, Bagnolet, Bagnols-sur-Cèze, Barentin, Besançon, Blagnac, Blois, Boissy-Saint-Léger, Bondy, Bouguenais, Boulogne-sur-Mer, Brest, Briançon, Brie-Comte-Robert, Bron, Bruay-la-Buissière, Cachan, Carpentras, Carros, Carvin, Cergy, Champigny-sur-Marne, Chenôve, Cherbourg-Octeville, Chevilly-Larue, Choisy-le-Roi, Clermont, Clermont-Ferrand, Clichy, Cognac, Colomiers, Corbas, Cran-Gevrier, Creil, Créteil, Dax, Dieppe, Digne-les-Bains, Dijon, Dunkerque, Échirolles, Évry, Firminy, Floirac, Fonsorbes, Fontaine, Fontenay-sous-Bois, Forbach, Fougères, Fresnes, Frontignan, Gardanne, Givors, Goussainville, Graulhet, Grenoble, Guéret, Guipavas, Harnes, Hennebont, Héricourt, Istres, Ivry-sur-Seine, Joigny, L'Isle-d'Abeau, La Chapelle-Saint-Luc, La Chapelle-sur-Erdre, La Riche, La Rochelle, La Seyne-sur-Mer, Lamentin, Lanester, Lannion, Lattes, Le Creusot, Le Kremlin-Bicêtre, Le Mans, Lens, Les Ulis, Lescar, Lézignan-Corbières, Les Ponts-de-Cé, Libourne, Lille, Lillers, Lorient, Lucé, Lyon, Mainvilliers, Martigues, Mauguio, Mende, Mérignac, Metz, Mèze, Mitry-Mory, Moissy-Cramayel, Monteux, Montigny-en-Gohelle, Montigny-lès-Cormeilles, Montlouis-sur-Loire, Montpellier, Montreuil, Morangis, Morne-à-l'Eau, Muret, Nantes, Nœux-les-Mines, Noisy-le-Grand, Noyon, Orly, Orsay, Orthez, Ostwald, Outreau, Paris, Plaisance-du-Touch, Poitiers, Pont-du-Château, Pont-Saint-Esprit, Pontault-Combault, Port-de-Bouc, Ramonville-Saint-Agne, Rennes, Rezé, Ris-Orangis, Rodez, Romainville, Romorantin-Lanthenay, Ronchin, Rouen, Saint-Denis, Saint-Gaudens, Saint-Herblain, Saint-Martin-d'Hères, Saint-Nazaire, Saint-Ouen-l'Aumône, Saint-Paul-lès-Dax, Saint-Rémy-de-Provence, Sainte-Savine, Savigny-le-Temple, Sedan, Sevran, Sotteville-lès-Rouen, Stains, Strasbourg, Thiers, Toul, Tourlaville, Trappes, Valbonne, Vaulx-en-Velin, Vénissieux, Vierzon, Vieux-Condé, Villeneuve-d'Ascq, Villeneuve-Saint-Georges, Villeneuve-sur-Lot, Villetaneuse, Villeurbanne, Villiers-le-Bel, Vitrolles, Vitry-le-François, Vitry-sur-Seine, Wittenheim, Yvetot, Yzeure

Villes restées à l'extrême-droite[modifier | modifier le code]

Bollène

Villes ayant basculé à droite[modifier | modifier le code]

Achères, Ajaccio, Albertville, Ambérieu-en-Bugey, Amiens, Angers, Anglet, Angoulême, Aniche, Argenteuil, Asnières-sur-Seine, Athis-Mons, Aubagne, Aulnay-sous-Bois, Auray, Bailleul, Bar-le-Duc, Beaumont, Belfort, Berck, Bergerac, Béthune, Bobigny, Bourg-lès-Valence, Bourgoin-Jallieu, Brignoles, Brive-la-Gaillarde, Caen, Carcassonne, Carrières-sous-Poissy, Cesson-Sévigné, Chambéry, Charleville-Mézières, Chelles, Chilly-Mazarin, Colombes, Conflans-Sainte-Honorine, Cugnaux, Cusset, Décines-Charpieu, Eaubonne, Épinay-sous-Sénart, Éragny, Étaples, Évreux, Fécamp, Fondettes, Fontenay-aux-Roses, Fontenay-le-Comte, Fourmies, Francheville, Gaillac, Gerzat, Gisors, Guebwiller, Halluin, Hazebrouck, Ifs, Igny, Issoire, Joué-lès-Tours, Jouy-le-Moutier, La Queue-en-Brie, La Roche-sur-Yon, Laval, Le Blanc-Mesnil, Le Pradet, Limoges, Livry-Gargan, Loos, Louviers, Lys-lez-Lannoy, Marmande, Maubeuge, Maurepas, Millau, Mions, Moissac, Mont-Saint-Aignan, Montbéliard, Montbrison, Montceau-les-Mines, Montivilliers, Montmorency, Narbonne, Oloron-Sainte-Marie, Palaiseau, Pau, Périgueux, Pessac, Ploemeur, Pont-Sainte-Maxence, Pontivy, Quimper, Reims, Rillieux-la-Pape, Riom, Roanne, Roche-la-Molière, Rochefort, Roissy-en-Brie, Romans-sur-Isère, Roubaix, Saint-Chamond, Saint-Claude, Saint-Dié-des-Vosges, Saint-Étienne, Saint-Fons, Saint-Gilles, Saint-Hilaire-de-Riez, Saint-Julien-en-Genevois, Saint-Médard-en-Jalles, Saint-Omer, Saint-Ouen, Saint-Priest, Saintes, Salon-de-Provence, Schiltigheim, Sens, Sin-le-Noble, Soissons, Taverny, Thionville, Toulouse, Tourcoing, Tours, Valence, Valentigney, Vendôme, Vernon, Villejuif, Villeparisis, Villepinte, Villers-lès-Nancy, Viry-Châtillon, Voiron

Villes ayant basculé à gauche[modifier | modifier le code]

Avignon, Castelsarrasin, Douai, Dourdan, Hendaye, L'Union, Longwy, Lourdes, Quimperlé, Sainte-Anne, Sainte-Rose, Saumur, Vauvert, Verdun

Villes ayant basculé à l'extrême-droite[modifier | modifier le code]

Beaucaire, Béziers, Cogolin, Fréjus, Hayange, Le Pontet, Mantes-la-Ville, Villers-Cotterêts

Autres villes ayant basculé[modifier | modifier le code]

Amnéville, Bastia, Crépy-en-Valois, Granville, Nevers

Maires des communes de plus de 100 000 habitants[modifier | modifier le code]

Résultats du scrutin dans les communes de plus de 100 000 habitants en France métropolitaine.

Avant les élections de 2014, la gauche (PS, EELV, Front de gauche et Pour La Réunion) détenait 29 villes de plus de 100 000 habitants contre 12 à la droite et au centre (UMP et UDI). À l'issue du scrutin, la droite détient 22 villes de plus de 100 000 habitants contre 19 pour la gauche, qui perd donc dix villes par rapport au scrutin de 2008.

Commune Maire sortant Parti Maire élu ou réélu Parti
Aix-en-Provence Joissains-Masini, Maryse Maryse Joissains-Masini UMP Joissains-Masini, Maryse Maryse Joissains-Masini UMP
Amiens Demailly, Gilles Gilles Demailly* PS Foure Brigitte Fouré UDI
Angers Beatse Frédéric Béatse PS Bechu Christophe Béchu UMP
Argenteuil Doucet, Philippe Philippe Doucet PS Mothron, Georges Georges Mothron UMP
Besançon Fousseret, Jean-Louis Jean-Louis Fousseret PS Fousseret, Jean-Louis Jean-Louis Fousseret PS
Bordeaux Juppe Alain Juppé UMP Juppe Alain Juppé UMP
Boulogne-Billancourt Baguet, Pierre-Christophe Pierre-Christophe Baguet UMP Baguet, Pierre-Christophe Pierre-Christophe Baguet UMP
Brest Cuillandre, François François Cuillandre PS Cuillandre, François François Cuillandre PS
Caen Duron, Philippe Philippe Duron PS Bruneau, Joël Joël Bruneau UMP
Clermont-Ferrand Godard, Serge Serge Godard* PS Bianchi, Olivier Olivier Bianchi PS
Dijon Rebsamen, François François Rebsamen PS Rebsamen, François François Rebsamen PS
Grenoble Destot, Michel Michel Destot* PS Piolle, Éric Éric Piolle EELV
Le Havre Philippe, Édouard Édouard Philippe UMP Philippe, Édouard Édouard Philippe UMP
Lille Aubry, Martine Martine Aubry PS Aubry, Martine Martine Aubry PS
Limoges Rodet, Alain Alain Rodet PS Lombertie, Émile-Roger Émile-Roger Lombertie UMP
Lyon Collomb, Gérard Gérard Collomb PS Collomb, Gérard Gérard Collomb PS
Le Mans Boulard, Jean-Claude Jean-Claude Boulard PS Boulard, Jean-Claude Jean-Claude Boulard PS
Marseille Gaudin, Jean-Claude Jean-Claude Gaudin UMP Gaudin, Jean-Claude Jean-Claude Gaudin UMP
Metz Gros, Dominique Dominique Gros PS Gros, Dominique Dominique Gros PS
Montpellier Mandroux, Hélène Hélène Mandroux* PS Saurel, Philippe Philippe Saurel DVG
Montreuil Voynet, Dominique Dominique Voynet* EELV Bessac, Patrice Patrice Bessac PCF
Mulhouse Rottner, Jean Jean Rottner UMP Rottner, Jean Jean Rottner UMP
Nancy Rossinot, André André Rossinot* UDI Hénart, Laurent Laurent Hénart UDI
Nantes Rimbert, Patrick Patrick Rimbert* PS Rolland, Johanna Johanna Rolland PS
Nice Estrosi, Christian Christian Estrosi UMP Estrosi, Christian Christian Estrosi UMP
Nîmes Fournier, Jean-Paul Jean-Paul Fournier UMP Fournier, Jean-Paul Jean-Paul Fournier UMP
Orléans Grouard, Serge Serge Grouard UMP Grouard, Serge Serge Grouard UMP
Paris Delanoë, Bertrand Bertrand Delanoë* PS Hidalgo, Anne Anne Hidalgo PS
Perpignan Pujol, Jean-Marc Jean-Marc Pujol UMP Pujol, Jean-Marc Jean-Marc Pujol UMP
Reims Hazan, Adeline Adeline Hazan PS Robinet, Arnaud Arnaud Robinet UMP
Rennes Delaveau, Daniel Daniel Delaveau* PS Appéré, Nathalie Nathalie Appéré PS
Rouen Robert, Yvon Yvon Robert PS Robert, Yvon Yvon Robert PS
Saint-Denis (La Réunion) Annette, Gilbert Gilbert Annette PS Annette, Gilbert Gilbert Annette PS
Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) Paillard, Didier Didier Paillard PCF Paillard, Didier Didier Paillard PCF
Saint-Étienne Vincent, Maurice Maurice Vincent PS Perdriau, Gaël Gaël Perdriau UMP
Saint-Paul Bello, Huguette Huguette Bello PLR Sinimalé, Joseph Joseph Sinimalé UMP
Strasbourg Ries, Roland Roland Ries PS Ries, Roland Roland Ries PS
Toulon Falco, Hubert Hubert Falco UMP Falco, Hubert Hubert Falco UMP
Toulouse Cohen, Pierre Pierre Cohen PS Moudenc, Jean-Luc Jean-Luc Moudenc UMP
Tours Germain, Jean Jean Germain PS Babary, Serge Serge Babary UMP
Villeurbanne Bret, Jean-Paul Jean-Paul Bret PS Bret, Jean-Paul Jean-Paul Bret PS
* Ne se représente pas

Analyse des résultats[modifier | modifier le code]

Analyse globale[modifier | modifier le code]

Ces élections sont marquées par une forte abstention[86] et de nombreuses pertes pour la gauche. Sur les 509 communes de plus de 10 000 habitants détenues par la gauche après les élections de 2008, elle n'en conserve que 349[4]. Parmi les pertes importantes : Toulouse, Amiens, Angers, Limoges, Saint-Étienne, Reims, Tours. Grenoble est perdue par le PS au profit d'une liste EELV-PG et Montpellier au profit d'un maire divers gauche. Le PS conserve tout de même Paris, Lyon, Lille et Strasbourg et s'empare d'Avignon.

La droite passe de 433 à 572 villes de plus de 10 000 habitants : elle garde notamment Marseille, Bordeaux, Nice, Nancy, Nîmes et Orléans et gagne de nombreuses villes[4].

Enfin, le FN réussit à gagner huit villes dont, pour la première fois, une ville dès le premier tour (Hénin-Beaumont)[4].

Conséquences dans les intercommunalités[modifier | modifier le code]

La direction de 51 % des 242 intercommunalités urbaines (communautés d’agglomération, communautés urbaines et métropoles) a été modifiée. Au terme du renouvellement des exécutifs à procéder au plus tard le 3 mai, la droite 62,8 % des présidences, 23% de ces structures ayant basculé de gauche vers la droite, comme à la Communauté urbaine de Bordeaux ou Marseille Provence Métropole. La gauche conserve cependant la présidence quelques agglomérations comme Le Grand Narbonne, Limoges Métropole ou le Grand Angoulême malgré la perte des communes-centre. 70 % des exécutifs associent des élus de gauche et de droite, en général les maires de l'EPCI concerné. De même environ 70 % des EPCI sont dirigés par un membre de la majorité municipale de la ville la plus peuplée de l'intercommunalité[87].

Les résultats du Front national[modifier | modifier le code]

Chercheur associé au Centre d’études européennes, Florent Gougou dément une « poussée historique » du Front national mais décrit un retour au niveau global de 1995. Il souligne que le FN n'a « quasiment jamais mis l'UMP sous tension » étant donné la forte poussée de la droite, due à l'effondrement de la gauche. Toutefois, il estime que la « frontière » entre les électorats de droite et d'extrême droite n'est plus « étanche », des électeurs de FN n'hésitant plus à voter à droite quand celle-ci est en position de battre la gauche au second tour, comme à Limoges. Le basculement de territoires ancrés à gauche vers l'extrême droite s'expliquerait selon lui d'abord par la radicalisation d'électeurs de droite[88].

Caractéristiques sociologiques des nouveaux élus[modifier | modifier le code]

Parité[modifier | modifier le code]

Un plus grand nombre de femmes sont candidates et élues du fait de l'obligation de parité abaissée aux villes de 1 000 habitants contre 3 500 précédemment et de l'obligation de parité dans la liste des élus intercommunaux[89]. Sur la France entière, 312 694 hommes et 211 546 femmes sont élus soit un rapport restant de 60 % à 40 %[90]. En effet, le taux d'élus tombe à 35% dans les communes de moins de 1000 habitants et au-delà, 87 % des têtes de listes sont des hommes alors que le nombre de sièges à pourvoir est impair[90]. Sur 4 095 listes enregistrées dans les communes de plus de 10 000 habitants, 20 % avaient une tête de liste féminine[89]. Toutefois, la progression est nette puisque le nombre d'élues est passée de 21 % en 1995, puis 34,8% en 2008 à 40 % en 2014[90].

Avant les élections de 2014, 13,9 % des maires étaient des femmes, un taux passant sous les 10 % dans le villes de plus de 3 500 habitants, dont six dans les communes de plus de 100 000 habitants : Hélène Mandroux (PS) à Montpellier, Martine Aubry (PS) à Lille, Adeline Hazan (PS) à Reims, Maryse Joissains-Masini (UMP) à Aix-en-Provence, Dominique Voynet (EELV) à Montreuil et Huguette Bello (PLR) à Saint-Paul[89].

Le projet de loi sur l'« égalité réelle » entre les hommes et les femmes, adopté en première lecture à l'Assemblée nationale le 28 janvier 2014 prévoit de nouvelles mesures telles que la parité entre le maire et son premier adjoint[89]. En 2014, la plus grande ville de France, Paris, élit une femme maire, Anne Hidalgo.

Seules 6 % des intercommunalités urbaines (15 sur 242) sont présidées par des femmes[87].

Diversité des origines[modifier | modifier le code]

Quatre maires des minorités visibles sont élus dans des villes de plus de 30 000 habitants. D'origine guadeloupéenne, la socialiste Hélène Geoffroy est élue à Vaulx-en-Velin (43 000 habitants, Rhône), tandis que le communiste Azzedine Taïbi[91], d'origine algérienne, est élu à Stains (35 000 habitants, Seine-Saint-Denis). L'ancienne ministre UMP Rachida Dati est réélue dans le 7e arrondissement de Paris, tout comme la sénatrice PS Samia Ghali dans le 8e secteur de Marseille[92]. À Yèbles (Seine-et-Marne, 700 habitants), la nouvelle maire est Marieme Tamata-Varin (sans étiquette), une femme noire et musulmane. Mohand Hamoumou, fils de harki, est réélu à Volvic (4 000 habitants) dès le premier tour, tout comme Blaise Diagne à Lourmarin (Vaucluse) ou encore Xavier Cadoret, né Karim Kadouri, à Saint-Gérand-le-Puy (Allier, 1 000 habitants)[92]. D'origine togolaise, le socialiste Simon Worou est élu maire de Sainte-Juliette-sur-Viaur (Aveyron, 577 habitants) sur une liste sans étiquette[93].

En raison de la vague bleue, des maires sortants ont été battus : Philippe N'Guyen Thanh à Vernon, Rafika Rezgui à Chilly-Mazarin, Eddie Aït à Carrières-sous-Poissy (Yvelines), battus par l'UMP. En Essonne, Sonia Dahou aux Ulis cède son siège à une liste divers gauche.

Le sociologue Éric Keslassy souligne un retard de la droite sur ces questions : « La question de la diversité, telle que mise en avant par Nicolas Sarkozy, est passée de mode à droite. [Même avant] l'UMP était dans une logique du symbole: elle mettait quelques personnes en avant mais sans mettre en place de politique structurelle. » Selon un étude du Haut Conseil à l'intégration, dans les villes de plus de 9 000 habitants, les conseillers municipaux d'origine extra-européenne étaient passé en 2008 de 1 069 à 2 343 (soit 6,68 % du total des élus)[92]. Selon une enquête du CRAN, les équipes sortantes comptaient 9 % d’adjoints issus de la diversité : « Ce n’est pas ridicule, puisque pour être équitable, il en faudrait 13 % ou 14 % » selon son président[94]. En 2014, un sondage OpinionWay montrait que 44 % des Français déclaraient « prioritaire » ou « important » pour leur choix que les listes reflètent une diversité des origines[92].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le communiqué de presse a été émis par le ministère de l'Intérieur le 6 mars 2014 alors que les préfectures n'avaient pas finalisé leurs listes, le nombre de communes sans candidats est donc bien de 61, comme dans la liste suivante[24].


Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d elections.interieur.gouv.fr Élections municipales et communautaires 2014
  2. Municipales 2014 : un mode de scrutin à géométrie variable, Le Point, 13 décembre 2013
  3. « Le match des déculottées aux municipales », sur LeMonde.fr (consulté le 2 avril 2014).
  4. a, b, c et d « Municipales 2014 : enseignements-clés d’un scrutin historique », sur LeMonde.fr (consulté le 2 avril 2014).
  5. Décret no 2013-857 du 26 septembre 2013 fixant la date de renouvellement des conseils municipaux et communautaires et portant convocation des électeurs, JORF no 0225 du 27 septembre 2013.
  6. « Les élections municipales se dérouleront les 23 et 30 mars 2014 », Sud Ouest, 4 septembre 2013.
  7. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013, art. 27 à 39.
  8. Chiffre de 2013
  9. a et b Verpeaux.
  10. art L. 276-3 du code électoral
  11. Question no 30183 de Jean-Pierre Barbier au ministre de l'Intérieur du 25 juin 2013, réponse du 10 septembre 2013, Assemblée nationale.
  12. a et b Question no 37313 de Marie-Jo Zimmermann au ministre de l'Intérieur du 17 septembre 2013, réponse du 22 octobre 2013, Assemblée nationale.
  13. art L. 257 du code électoral
  14. Loi no 2007-128 du 31 janvier 2007 tendant à promouvoir l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, JORF no 27 du 1er février 2007.
  15. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  16. Frédéric Potier, « L'architecte, la parité et le métronome : retours sur l'édification de nouvelles règles électorales pour les élections locales », La Semaine juridique, édition administrations et collectivités territoriales, no 2187,‎ 24 juin 2013 (ISSN 1637-5114)
  17. CGCT art L. 2121-7 du Code général des collectivités territoriales
  18. CGCT art L. 2122-4 du Code général des collectivités territoriales
  19. articles L. 5211-6-1 et L. 5211-6-2 du code général des collectivités territoriales
  20. art L. 257273-11 du code électoral
  21. Article R. 117-4 du Code électoral
  22. a et b « Élections municipales : clôture des inscriptions, 926 068 candidatures enregistrées », Le Figaro,‎ 7 mars 2014 (lire en ligne).
  23. « Plus de 7 000 maires seront connus dès le premier tour », Dominique Albertini, Libération, 18 mars 2014.
  24. a et b [PDF]Liste des communes de moins de 1 000 habitants sans candidatures à la date limite de dépôt le 6 mars 2014, communiqué du ministère de l'Intérieur.
  25. a et b « Municipales : 64 communes sans candidats », Les Échos,‎ 7 mars 2014 (lire en ligne).
  26. « Soixante-quatre communes n'ont pas de candidats aux municipales », Le Monde,‎ 6 mars 2014 (lire en ligne).
  27. « Élections municipales. Que doivent faire les communes sans candidat ? », Ouest-France,‎ 7 mars 2014 (lire en ligne).
  28. « Municipales : ces 64 communes où les candidats font défaut », Le Figaro,‎ 7 mars 2014 (lire en ligne).
  29. Section 6 : Délégation spéciale, Code général des collectivités territoriales, version du 23 mars 2014.
  30. « Municipales : toujours aucun candidat dans cinq communes », L'Express, 27 mars 2013.
  31. Carnac et Nadillac : on vote ou pas ? sur ladepeche.fr du 15 avril 2014.
  32. « A Paris, Marseille ou encore Argenton-sur-Creuse, seize membres du gouvernement sur trente-huit se présentent - mais un seul peut espérer être élu maire », Dominique Albertini, Libération, 14 mars 2014.
  33. « Municipales : certains ministres candidats en grande difficulté », Anne Rovan, Le Figaro, 24 mars 2014.
  34. « Municipales : au second tour l'UMP veut confirmer la vague bleue, le PS tenter de limiter les dégâts », Elsa Freyssenet et Isabelle Ficek, Les Échos, 27 mars 2014.
  35. Liste des candidats du 1er tour.
  36. Liste des candidats du 2e tour.
  37. Résultats du 2e tour pour le 10e arrondissement de Paris
  38. Liste des candidats du 1er tour.
  39. Liste des candidats du 1er tour.
  40. Résultats du 2e tour pour le 3e secteur de Marseille
  41. Liste des candidats du 1er tour.
  42. Résultats du 2e tour pour la commune de Boulogne-sur-Mer
  43. Boulogne : Frédéric Cuvillier a repris sa place de maire, Amandine Faraud, La Voix du Nord, 6 avril 2014.
  44. Liste des candidats du 1er tour.
  45. Résultats du 1er tour pour la commune de Bordeaux
  46. Liste des candidats du 1er tour.
  47. Liste des candidats du 1er tour.
  48. Résultats du 1er tour pour la commune du Grand-Quevilly
  49. Liste des candidats du 1er tour.
  50. Résultats du 2e tour pour la commune de Metz
  51. Liste des candidats du 1er tour.
  52. Résultats du 2e tour pour la commune de Rouen
  53. Liste des candidats du 1er tour.
  54. Résultats du 2e tour pour la commune de Laval
  55. Liste des candidats du 1er tour.
  56. Résultats du 2e tour pour la commune de Trappes
  57. Liste des candidats du 1er tour.
  58. Liste des candidats du 2e tour.
  59. Résultats du 2e tour pour la commune de Palaiseau
  60. Liste des candidats du 1er tour.
  61. Résultats du 2e tour pour la commune du Mans
  62. Liste des candidats du 1er tour.
  63. Résultats du 1er tour pour la commune de Vieux-Habitants
  64. Liste des candidats du 1er tour.
  65. Résultats du 2e tour pour la commune de Valentigney
  66. Liste des candidats du 1er tour.
  67. Résultats du 1er tour pour la commune d'Argenton-sur-Creuse
  68. Liste des candidats du 1er tour.
  69. Résultats du 2e tour pour la commune d'Évry
  70. « Municipales : le micmac des nuances continue », Dominique Albertini, Libération, 18 mars 2014.
  71. a et b Municipales 2014 : les villes à suivre, Libération, 29 mars 2013.
  72. a et b Municipales 2014 : ces villes qui pourraient basculer, L'Opinion, 2 juin 2013.
  73. Scores élevés du FN aux législatives
  74. Les points chauds des municipales
  75. Les villes que le FN pourrait gagner
  76. Ces dix villes que le FN espère gagner
  77. Primaires PS: participation "particulièrement élevée" à Marseille, Le Parisien, 13 octobre 2013.
  78. a et b Primaire UMP à Paris : NKM élue dès le premier tour, Le Monde, 3 juin 2013.
  79. a et b Primaires UMP à Lyon : Copé félicite Michel Havard pour sa victoire, Le Parisien, 9 juin 2013.
  80. http://resultats.lesprimairescitoyennes.fr/premier-tour/aix-en-provence/
  81. http://resultats.lesprimairescitoyennes.fr/premier-tour/beziers/
  82. http://www.liberation.fr/politiques/2013/10/14/primaires-ouvertes-du-ps-le-point-sur-les-duels_939381
  83. http://resultats.lesprimairescitoyennes.fr/premier-tour/le-havre/
  84. http://resultats.lesprimairescitoyennes.fr/premier-tour/marseille/
  85. a, b et c « Élections municipales 2014 », sur Ministère de l'Intérieur (consulté le 6 avril 2014).
  86. Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen, « Ce que s’abstenir veut dire : Une autre forme d’expression politique », Le Monde diplomatique,‎ mai 2014 (lire en ligne)
  87. a et b Xavier Sidaner, « La droite majoritaire dans les intercommunalités urbaines », Acteurs Publics,‎ 9 mai 2014 (consulté le 9 mai 2014)
  88. Marine Turchi, « La frontière des électorats UMP et FN n’est plus étanche », Mediapart.fr,‎ 12 avril 2014 (consulté le 12 avril 2014)
  89. a, b, c et d Patrick Roger, « Malgré la parité, à peine 14 % des villes sont dirigées par une femme », lemonde.fr,‎ 21 mars 2014 (consulté le 12 avril 2014)
  90. a, b et c Maxime Vaudano, « Municipales : pourquoi la parité a échoué », lemonde.fr,‎ 3 avril 2014 (consulté le 12 avril 2014)
  91. « Stains se choisit un maire issu de la diversité », Le Monde,‎ 31 mars 2014 (consulté le 6 avril 2014)
  92. a, b, c et d Joël Saget, « Maires de la diversité: ni "raz-de-marée" ni reflux », www.lexpress.fr,‎ 65 avril 2014 (consulté le 6 avril 2014)
  93. Laurence Boutreux, « Simon Worou, né à Lomé, séminariste, militaire et maire de village français », Yahoo !,‎ 11 avril 2014 (consulté le 12 avril 2014)
  94. Martine Kis, « Municipales : la diversité, absente du scrutin », Le Courrier des maires,‎ 2 avril 2014 (consulté le 6 avril 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]