Eugène Galien-Laloue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Eugène Galien-Laloue
Laloue00 c. 1920.jpg

Portrait présumé d'Eugène Galien-Laloue,
photographie anonyme non sourcée.

Naissance
Décès
(à 86 ans)
Chérence
Nom de naissance
Eugène Gallien Laloue
Nationalité
Activité
Maître
Influencé par

Eugène Galien-Laloue, nom d'usage d’Eugène Gallien Laloue, également connu sous les pseudonymes[1] de Léon Dupuy, Eugène Dupuy, Juliany, Eugène Galiany, Jacques Liévin, Eugène Lemaitre, Maurice Lenoir et Dumoutier, est un peintre et graveur français, né à Paris le , et mort à Chérence le , célèbre pour ses paysages urbains parisiens.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, le peintre décorateur de théâtre Charles Laloue, épouse Marie Eudoxie Lambert à Paris aux Batignolles le . Eugène Gallien[2] Laloue naît le 11 décembre de l'année suivante à Montmartre, rue Léonie. Il est baptisé au mois de janvier suivant dans la paroisse Saint-Pierre de Montmartre.

Il est l'élève de Léon Germain Pelouse (1838-1891), peintre de l'École de Barbizon, dont il subit une influence mais sans en faire partie.

En 1870, son père meurt et il doit quitter l’école pour chercher du travail, étant l'aîné d'une famille de neuf garçons. Sa mère le place chez un notaire. Trichant sur son âge, il s'engage pour faire la Guerre de 1870. En 1874, il habite rue de Clignancourt, il est recruté par la Société française des chemins de fer pour dessiner le tracé des rails de Paris vers les gares de province ; il en profite pour peindre les paysages avoisinants, puis les quartiers de Paris, dont il produit un nombre considérable de gouaches, en prenant soin de respecter le tracé de la perspective des immeubles. Il varie la tonalité du ciel, l'aspect des arbres et de l'éclairage en fonction des saisons en animant les lieux de personnages, affectionnant particulièrement les effets de trottoirs mouillés sous la pluie ou la neige. Son œuvre est aussi étroitement liée aux paysages de villages de la campagne francilienne[3]. En 1874, il séjourne à Fontainebleau où il peint des couchers et levers du soleil, ainsi que des scènes de basses-cours, des cours de ferme à Samois-sur-Seine, en compagnie de Charles Jacque et de Léon Dupuy, artiste qui ne fera pas de carrière, mais dont Eugène Galien-Laloue reprendra le nom comme pseudonyme, lui donnant une seconde vie pour le faire connaître des milieux artistiques[4]. Sur la Butte Montmartre, il peint La Foire de Montmartre, Place Pigalle, ainsi que le chantier du Sacré-Cœur.

En 1879, il épouse Flore Bardin (1861-1887) qui lui donne un fils le , qu'ils prénomment Fernand. En 1892, il épouse en secondes noces la sœur de sa première femme, Ernestine Bardin, qui lui donne une fille, Flore Marie Agnès, le . Cette même année, il travaille au Bateau-Lavoir, mais sa nature solitaire ne s'accorde pas à ce lieu. À la déclaration de la Première Guerre mondiale, il n'est pas mobilisé du fait de son engagement volontaire en 1870 et de son âge, mais il fit de très nombreux dessins, aquarelles des scènes militaires en 1914. Sa fille quitte le domicile paternelle après son mariage en 1919. Ernestine Bardin meurt en 1925. Il se marie alors avec la troisième sœur de ses épouses précédentes, Claire Bardin, en 1930. De nouveau veuf en 1933, il emménage chez sa fille Flore en 1935. En 1940, il part en exode à Bordeaux, ne pouvant plus peindre à cause de son bras cassé.

Il meurt le dans la maison de campagne de sa fille, à Chérence (Val-d'Oise), et est inhumé dans le cimetière communal.

Il a peint des paysages de Normandie, de Seine-et-Marne, de Marseille, d'Italie et de Venise. La production picturale de cet artiste, sous son nom ou sous pseudonyme, fut pléthorique, et son succès commercial attira des imitateurs dont les pastiches sont courants sur le marché de l'art.

Il possédait deux ateliers à Montmartre : l'un au no 4 rue Ravignan en 1877, et le second au no 24 rue Houdon où il est actif en 1886. En 1906, il s'installe à Fontainebleau.

Salons[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Salon des artistes français :
    • 1877 : deux tableaux dont En Normandie, et deux gouaches ;
    • 1878 : deux peintures ;
    • 1879 : deux peintures ;
    • 1887 : Les Bords du Loing, gouache ;
    • 1889 : Bernay ; Bords de la Meuse, gouaches ;
    • 1904 : Le Boulevard de Bonne-Nouvelle ;
    • 1905 : La Porte Saint-Denis ;
    • 1906 : Place Pigalle ;
    • 1907 : Boulevard Magenta ; Église Saint-Médard ;
    • 1908 : Boulevard de la Madeleine ; Boulevard Bonne-Nouvelle ;
    • 1909 : Place de la Bastille ; Porte Saint-Martin ;
    • 1911 : Quai de l'hôtel de ville ;
    • 1914 : Marché aux fleurs à la Madeleine.

Expositions[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Collections publiques[5][modifier | modifier le code]

Aux États-Unis
En France

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pseudonymes qui lui permettaient de contourner le contrat d'exclusivité passé avec un marchand de tableaux (Notice biographique sur peintre-galien-laloue.com.
  2. Gallien est son deuxième prénom
  3. Site dédié à l'artiste.
  4. Noé Willer, Eugène galien-laloue (1854-1941), catalogue raisonné ; le triomphe de paris, Paris : Noé Willer, New York : Alexander Kahan Fine Arts, 1999.
  5. galien-laloue-collector.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • Noé Willer, Eugène galien-laloue (1854-1941), catalogue raisonné ; le triomphe de paris, Paris : Noé Willer, New York : Alexander Kahan Fine Arts, 1999 (ISBN 9782951405608)
  • André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Éd. A. Roussard, Paris, 1999, 640 p., p. 251 (ISBN 9782951360105)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :