Arnould Ier de Guînes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arnould Ier de Guînes
Fonctions
Comte de Guines
Prédécesseur Henri de Bourbourg
Successeur Baudouin II de Guînes
Biographie
Date de décès
Lieu de décès Newington
Père Wenemar de Gand
Mère Gisèle
Conjoint Mahaud de Saint-Omer
Héritier Baudouin II de Guînes

Arnould Ier, seigneur de Tornehen, comte de Guines (°? - †1169). Fils de Wenemar, châtelain de Gand, seigneur de Bornhem et de Gisèle ou Gilette, sœur de Manassès Ier de Guînes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Usurpateur du comté de Guines, il en devint légitime héritier après la mort de Béatrix de Bourbourg.

La mort de Manassès donna naissance à une longue guerre entre Béatrix de Bourbourg, petite-fille et héritière de Manassès, femme d'un noble anglais, nommé Albert le Sanglier, et Arnoul de Gand, fils de Wenemar, châtelain de la ville de ce nom, et de Gisèle, sœur de Manassès. Arnoul soutint ses prétentions malgré les ordres du comte Thierry d'Alsace, qui l'en punit en confisquant, après la mort de Wenemar, la châtellenie de Gand, qu'il donna au châtelain de Courtrai. Arnoul n'en persista pas moins dans son entreprise, qu'il parvint à conduire à bonne fin. Il envahit le comté de Guînes, en profitant du fait que Béatrix de Bourbourg était plus ou moins abandonnée par son mari retourné en Angleterre[1]. Appuyé par le châtelain de Saint-Omer, son beau-père, par Arnoul, vicomte de Mark, Baudouin d'Ardres (Seigneurs d'Ardres), etc., tandis que le Sanglier était rappelé en Angleterre, il s'empara d'Audruicq et pressa vigoureusement une forteresse que son adversaire avait fait construire à Aumerval. Baudouin d'Ardres l'abandonna après avoir épousé Béatrix, que l'on avait séparée de son premier mari ; mais cette dame mourut et Arnoul de Gand, après cinq années de combats, resta possesseur du comté de Guines, en 1144.

Il eut, lui aussi, un concurrent, Geofroi III, seigneur de Sémur en Brionnais, lequel prétendait à ce comté comme fils d'Alix, sœur de Manassès Ier de Guînes, dont Gisèle ou Gilette, mère d'Arnould, n'était que sœur cadette. Mais Alix était morte depuis longtemps, tandis que la mère d'Arnould était encore vivante ; ce qui donnait l'exclusion à Geofroi, la représentation n'ayant pas lieu dans le pays. Geofroi ne contesta pas.

Lambert d'Ardres, qualifie Arnould de très vaillant chevalier entre tous les chevaliers de son temps.

Il fut le bienfaiteur de nombreuses églises.

Il supprima péage et impôts aux voyageurs des dites églises passant sur ses terres.

Allé en Angleterre, il fut atteint d'une maladie à Newington où il mourut en 1169. Son corps fut ramené à l'hôpital de Saint-Inglevert , auquel il avait légué ses armes, chevaux, chiens et oiseaux de chasse.

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

Il épousa Mahaud de Saint-Omer (°v.1115 †?), fille de Guillaume II de Saint-Omer et de Mélissende de Picquigny. . Ils eurent pour enfants :

et six autres filles.

Sources[modifier | modifier le code]

  • L'art de vérifier les dates des faits historiques, des chartes, des chroniques et autres anciens… par Maur-François Dantine, Charles Clémencet, Saint-Allais (Nicolas Viton), Ursin Durand, François Clément
  • Notice historique sur l'état ancien et moderne du Calaisis, de l'Ardresis et des pays de… par Pierre Jean M. Collet.
  • M. Prevost, « Arnoul, comtes de Guînes », dans Dictionnaire de Biographie française, Tome 3, 1939, Paris, Letouzey et Ané.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Prevost cité dans les sources
  2. http://michel.soyez.online.fr/