Virgile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Virgile (homonymie).

Virgile

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait présumé de Virgile. Gravure de F. Huot dans l'édition des Œuvres de Virgile par l'abbé Des Fontaines (Paris, Billois, 1802).

Nom de naissance Publius Vergilius Maro en latin
Activités Écrivain, Poète
Naissance 15 octobre 70 av. J.-C.
Andes, République romaine
Décès 21 septembre 19 av. J.-C. (à 50 ans)
Brindes, Empire romain
Langue d'écriture latin
Genres poésie

Œuvres principales

Virgile, en latin Publius Vergilius Maro (né vers le 15 octobre 70 av. J.-C. à Andes, dans l'actuelle Lombardie et mort le 21 septembre 19 av. J.-C. à Brindes), est un poète latin contemporain de la fin de la République romaine et du début du règne de l'empereur Auguste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon la tradition[1], Virgile naît à Andes[2] (qui porte aujourd'hui le nom de Virgilio en son honneur), près de Mantoue, en Gaule Cisalpine, sous le consulat de Crassus et de Pompée, dans une famille modeste[2]. Les historiens actuels considèrent plutôt qu'il est issu d'une famille bourgeoise, sa mère Polla Magio étant la fille d'un riche marchand et son père Vergilius Maro, dont le praenomen n'est pas connu[3], étant un petit propriétaire terrien de Mantoue vivant de l'apiculture, de l'agriculture et de l'élevage et qui veille scrupuleusement à ses études[4].

Crassus et Pompée sont à nouveau consuls lorsque le jeune homme revêt la toge virile, le jour même où disparaît Lucrèce. Tout un symbole, sans doute, bien que l’empreinte de l’auteur du De rerum natura sur l’œuvre de Virgile soit probablement moins forte que celle de Catulle, son voisin de Vérone, dont il y a tout lieu de supposer qu’il le connut personnellement, ainsi que d’autres poètes en vue, qu’il salue dans les Bucoliques, tels que Aemilius Macer (est-ce le Mélibée des Bucoliques ?), C. Helvius Cinna, du cercle de Catulle, L. Varius Rufus, futur éditeur de l’Enéide[5], et Q. Horatius Flaccus (Lycidas dans la Buc. 9 ?). Mais c'est Horace qui devient son ami le plus intime, au point que ce dernier l'appellera animae dimidium meae, « la moitié de mon âme »[6].

De même, il se lie très tôt amitié avec Quintilius Varus, le futur grand critique[7], et Cornelius Gallus, le fondateur de la poésie élégiaque romaine. Il fait des études approfondies dans les domaines les plus divers, lettres, philosophie, droit, médecine, mathématiques en particulier, d’abord à Crémone[2], puis à Milan[2], ensuite à Rome[2], et enfin à Naples, ville de culture grecque où il suit les cours de professeurs de rhétorique et de philosophie grecque, notamment de maîtres prestigieux comme Siron et Philodème, l’un et l’autre de sensibilité épicurienne[4].

C’est sans doute durant la guerre civile (elle éclata quand il avait vingt ans) qu’il entre en relation avec Asinius Pollion, homme de lettres qui appartient au cercle de Catulle et des « poètes néotériques », mais aussi figure politique importante et chef militaire qui prendra parti pour Marc Antoine dans la rivalité qui opposera celui-ci à Octave, petit-neveu et héritier de Jules César. Pollion commande plusieurs légions en Cisalpine lorsque Octave, au lendemain de la victoire de Philippes (-42), entreprend de déposséder en masse les paysans italiens afin de récompenser les légionnaires césariens. La guerre fait rage de nouveau, mais le parti des spoliateurs prend le dessus, et Pollion, en infériorité, doit se replier. Le domaine paternel de Virgile est, semble-t-il, confisqué, et ses légitimes propriétaires manquent même d'y laisser la vie[8]. Cependant, les interprétations des Bucoliques varient.

Selon la tradition, après trois années passées à se documenter en Asie Mineure et en Grèce pour composer l’Énéide, il est victime d'une insolation près de Mégare, interrompt son voyage de documentation et meurt peu après son retour à Brindes en -19[9]. Bien que Virgile ait demandé à ses amis et exécuteurs testamentaires Lucius Varius Rufus et Plotius Tucca de brûler après sa mort l’Énéide inachevé, donc imparfait, Auguste s'y oppose et fait publier l'œuvre par L. Varius Rufus[5].

Incinéré, ses cendres sont conformément à son désir transportées à Pouzzoles. C'est à l'entrée de la grotte de Pouzzoles, appelée Crypta Neapolitana, qu'est située une grande ruine que la tradition honore comme le tombeau présumé de Virgile (en) sur lequel une épitaphe rappelle sa vie résumée en un distique qu'il aurait composé à ses derniers moments[10] :

« Mantua me genuit, Calabri rapuere, tenet nunc (Mantoue m'a donné la vie, la Calabre me l'a ôtée, et maintenant)
Parthenope. Cecini pascua, rura, duces. (Naples garde mon corps. J'ai chanté les pâturages, les campagnes, les héros.) »

— Épitaphe de Virgile

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bucoliques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bucoliques.
Page du Vergilius romanus, manuscrit du Ve siècle des œuvres de Virgile

Cette œuvre visait à ramener les Romains à l'agriculture.[réf. souhaitée] La première édition se composait des neuf premières bucoliques[11] (du grec ancien βουκόλος/boukólos, le bouvier), harmonieusement disposées en deux groupes de quatre autour de la cinquième pièce, comme autant de planètes gravitant autour d’un astre. Cet astre, c’est Daphnis, souvent assimilé à Jules César fraîchement assassiné, ce qui sous-estime gravement la subtilité virgilienne. En fait, la cinquième bucolique pourrait bien nous présenter deux « Daphnis », l’un ténébreux, celui de Mopse (masque d’Octavien), et qui figure en effet le feu dictateur, l’autre lumineux, celui de Ménalque (masque de Virgile), qui représente Catulle, secrètement éliminé par le premier.

On ne peut qu’admirer les impeccables proportions de ce petit « temple pythagoricien », pour reprendre la métaphore de Paul Maury qui fut le premier à les mettre en évidence en 1944. L’architecture la plus visible, qui donc équilibre les quatre premières pièces (83, 73, 111 et 63 vers = 330) par les quatre dernières (86, 70, 110, 67 vers = 333) autour du pivot central (90 vers), se redouble d’une autre, plus secrète, qui les couple par cercles concentriques (I + IX ; II + VIII ; III + VII ; IV + VI)[12], lesquels correspondent à des thèmes (malheurs des paysans expropriés ; tourments de l’amour ; joutes poétiques ; élévation au niveau universel et cosmique) autant qu’à des formes (alternance de dialogues et de chants continus), et obéissent aux mêmes proportions numériques que dans la première architecture, soit : I + IX + II + VIII (333 vers), face à III + VII + IV + VI (330 vers).

Géorgiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géorgiques.

Ce poème didactique, terminé en -29[13], se divise en quatre livres (514, 542, 566, 566 vers), abordant successivement la culture des champs, l’arboriculture (spécialement la vigne), l’élevage et l’apiculture[13] :

  • Livre I - blé et saison du laboureur ;
  • Livre II - vigne et olivier ;
  • Livre III - élevage du bétail ;
  • Livre IV - le rucher.

S’inspirant surtout d’Hésiode[14], de Lucrèce[14] et d’Aratos, mais aussi de Théophraste[14], de Varron[14], de Caton l'Ancien, voire d’Aristote[14], Virgile trace son chemin propre en infusant à l’intérieur de la matière proprement didactique, souvent aride et ingrate en soi, ce que l’on pourrait appeler « l’âme virgilienne », faite d’une extraordinaire empathie à l’égard de tous les êtres, qui anime l’inanimé, comprend de l’intérieur végétaux et animaux, participe activement au travail à la fois pénible et exaltant du paysan.

Les Géorgiques sont beaucoup moins un traité d’agriculture (aussi ne visent-elles pas à l’exhaustivité) qu’un poème sur l’agriculture ; elles s’adressent au moins autant à l’homme des villes qu’à l’homme des champs. Elles offrent à l’amateur de poésie un plaisir sans cesse renouvelé, autant par leur sujet même qui ressource les Muses dans la fraîcheur et l’authenticité de la nature, que par le souffle qui les soulève de bout en bout, et par l’extraordinaire variété de leur style. Virgile sait agrémenter son sujet d’épisodes variés et de véritables morceaux de bravoure qui sont autant de « respirations » dans le poème. On peut citer les Pronostics de la guerre civile, l’Hymne au Printemps, l’Éloge de l’Italie, l’Éloge de la vie champêtre, l’Épizootie du Norique, le Vieillard de Tarente, Aristée et ses abeilles, Orphée et Eurydice.

Énéide[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Énéide.
Virgile écrivant l’Énéide entre Clio et Melpomène, mosaïque du Musée national du Bardo, Tunis

Offrir à Rome une épopée nationale capable de rivaliser en prestige avec l'Iliade et l’Odyssée, tel est le premier défi que Virgile avait à relever en entreprenant l’Énéide au cours des 11 dernières années de sa vie. Mission réussie, puisque, l’œuvre à peine publiée, son auteur fut communément salué comme un alter Homerus, le seul capable de disputer à Homère sa prééminence au Parnasse.

Virgile ne cache d’ailleurs nullement son ambition. Au niveau architectural le plus visible (car l’Enéide fait jouer simultanément plusieurs « géométries »), le poème se compose d’une Odyssée (chants I à VI : les errances d’Énée, rescapé de Troie, pour atteindre le Lavinium) suivie d’une Iliade (chants VII à XII : la guerre menée par Énée pour s’établir au Lavinium)[15].

Mais l’émulation avec Homère se manifeste surtout par le nombre considérable des imitations textuelles, dont les critiques s’employèrent très tôt à dresser la liste, cela quelquefois dans une intention maligne, et pour accuser Virgile de plagiat. À quoi celui-ci répliquait qu’il était plus facile de dérober sa massue à Hercule que d’emprunter un vers à Homère[16] [réf. incomplète]. Et de fait, loin d'être servile ou arbitraire, l’imitation virgilienne obéit toujours à une intention précise et poursuit un projet qu’il appartient au lecteur de découvrir à travers l’écart, parfois minime, qui la sépare de son modèle - Homère ou l’un des nombreux autres écrivains, tant grecs que latins, auxquels Virgile se mesure tout en leur rendant hommage. Ce jeu intertextuel presque illimité n’est pas la moindre source de la fascination qu’exerça toujours l’Énéide sur les lettrés.

Dante et Virgile visitent l'Enfer, peinture de William Bouguereau.

Le second défi consistait à filtrer l’actualité de Rome à travers le prisme de la légende. Deux fils s’entrelacent constamment pour former la trame de l’Énéide, celui des origines troyennes de Rome et celui de la Rome augustéenne. Plus d’un millénaire sépare ces deux fils. Pour franchir un tel abîme temporel, et annuler en quelque sorte le temps, le poète, outre l’usage systématique qu’il fait de l’allégorie, ne s’interdit pas de recourir éventuellement à la prophétie, et peut même, au beau centre de l’œuvre, descendre jusqu’aux enfers afin d’en ramener une vision panoramique, sub specie aeternitatis, de la grandeur romaine vue comme devant encore advenir.

Il fallait montrer comment, à partir de presque rien, Rome s’était élevée jusqu’à l’empire du monde. Il fallait faire ressortir le dessein providentiel qui avait présidé à cette irrésistible ascension. Surtout, il fallait montrer comment, à travers la personne sacrée d’Auguste, l’Histoire venait trouver son achèvement et son couronnement dans une paix et un bonheur universels. C’est du moins ce qu’Auguste attendait, ou plutôt ce qu’il exigeait de lui.

Jacques Perret, dans sa préface de l’Enéide, écrit « Le poème (…) devait dire cela précisément : la naissance de la paix, (…) après d’horribles guerres (…) Ce résultat serait l’œuvre d’un homme sage, pieux (…) Mais (…) une substitution décisive était intervenue. Le protagoniste du poème ne serait pas Octave Auguste mais Énée. »[17]. Le personnage d’Énée dissimule donc une seconde identité, celle du princeps. Dès lors, toutes les descriptions du fils de Vénus étaient censées être des odes à Auguste. Mais pour sauvegarder sa liberté d'expression, Virgile avait recours à un système de double écriture, cacozelia latens, dont, selon M. Vipsanius Agrippa[18], il était l'inventeur.

Appendix Vergiliana[modifier | modifier le code]

La gloire de Virgile repose fermement sur ces trois piliers que sont les Bucoliques, les Géorgiques et l’Enéide. Dans l'Antiquité, on lui attribuait également un certain nombre d'autres poèmes, que Scaliger, dans son édition de 1573, réunit sous le titre d'Appendix Vergiliana.

Ce recueil comprend :

  • le Culex (« moucheron » ou « moustique ») : ce moucheron (ou moustique) alerte un berger en le piquant, lui sauve la vie ; l'insecte mort se voit honoré d'une tombe par le berger ;
  • les Dirae : ces « malédictions » sont prononcées par un amant contre la terre qu'il a dû abandonner (chassé par des vétérans de l'armée romaine), en abandonnant sa bien-aimée ; celle-ci, Lydia, est honorée par un poème d'amour portant son nom (en annexe aux Dirae), avec un éloge de la campagne où elle vit ;
  • l'Aetna, consacré au volcan Etna ;
  • le Ciris : évocation de la métamorphose en oiseau (Ciris) de Scylla, fille du roi de Mégare ;
  • le Catalepton : recueil de poèmes courts, dont certains semblent être d'authentiques œuvres de jeunesse de Virgile[19].

Dans une phase postérieure, on a encore ajouté à la collection :

  • la Copa : poème portant le nom d'une cabaretière syrienne qui invite un voyageur au plaisir en dansant devant son établissement ;
  • les Elegiae in Maecentatem : pièce nécrologique rapportant les dernières paroles de Mécène, bienfaiteur de Virgile, à l'empereur Auguste ;
  • le Moretum : poème gastronomique décrivant en détail la préparation d'un plat local de Cisalpine.

Postérité[modifier | modifier le code]

Ayant acquis l'immortalité littéraire grâce à son épopée, Virgile va influencer nombre d'écrivains du Moyen Âge et de la Renaissance, tel Ronsard, qui rédige La Franciade (inachevée) dans la volonté de donner un équivalent français et de l'époque moderne à l'Énéide. En littérature, il deviendra également un personnage de roman, d'abord dans la Divine Comédie de Dante Alighieri, où il guide Dante lui même dans un voyage à travers l'Enfer, le Purgatoire et le Paradis, mais aussi notamment dans La Mort de Virgile (de) de l'auteur autrichien Hermann Broch, qui relate (fictivement) le dernier jour de l'écrivain latin.

Le départ de Virgile pour la Grèce est l'occasion d'un propempticon (poème d'adieu) d'Horace[20].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions de son œuvre[modifier | modifier le code]

  • Consulter la liste des éditions des œuvres de cet auteur liste des éditions
  • Virgile (trad. Jacques Perret), Énéide, vol. 1, Paris, Belles Lettres,‎ 2002, 314 p. (ISBN 2-251-01302-4)
  • Virgile. Œuvres Complètes. Tome 1 : Enéide. Tome 2 : Bucoliques-Géorgiques. Traduction, Jean-Pierre Chausserie-Laprée. Avant-propos de Cl. Michel Cluny. Éditions de la Différence, 1993-2007

Études[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Hubert Zehnacker et Jean-Claude Fredouille, Littérature latine, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige manuels »,‎ 2005 (ISBN 2-13-055211-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La tradition biographique de Virgile pose problème car elle repose sur les Vies de Virgile qui datent du IVe siècle (commentaires de Maurus Servius Honoratus et Donatus) et qui s'inspirent d'une biographie perdue de Varius, son éditeur, reprise au Ier siècle dans la biographie de Suétone et des commentaires de Valérius Probus, ces Vies étant interprétées différemment selon les critiques actuels.
  2. a, b, c, d et e Zehnacker et Fredouille (2005), p. 138.
  3. P. Dr. Hans H. Gärtner, dans : Der Kleine Pauly. Lexicon der Antike in fünf Bänden, Munich, 1979, p. 1191 : "V. * am 15. Okt. 70 als Sohn des V. Maro und der Magia Polla". Selon une biographie peu crédible du Moyen Âge, la Vita Noricensis, conservée dans le monastère bénédictin de Saint-Paul au Lavanttal dans le manuscrit Samblasianus 86, "La personne de Virgile est le fils d'un potier dont le nom était Stimichon et de Maia sœur de Lucrèce" : "Persona Virgilli filii figuli, cui Stimichon nomen erat et Maiae sororis Lucretii. (lire : Jan M. Ziolkowski et Michael C. J. Putnam, The Virgilian Tradition: The First Fifteen Hundred Years, 2008, p.278). Cette légende est reprises par certains adeptes du New Age, pour qui le père de Virgile était un Mage... qu'ils identifient au berger imaginaire portant le nom grec de Stimichon cité dans les Bucoliques, V, 55 : iam pridem Stimichon laudauit carmina nobis ; lire : The Romans: Vergil as Magus, dans : New-wisdom : "Vergil's father Stimichon was a magus and an astrologer who worked for a courier of the state called Magius". En réalité pour la plupart des commentateurs Stimichon représentait Mécène : Les œuvres de Virgile traduites en prose: enrichies de figures, Rome, 1649, p. 142 : Quelques-uns entendent Mécène sous le nom de Stimichon".
  4. a et b Paul Veyne, « L’Enéide, Virgile et les poètes latins », émission Au cœur de l'histoire sur Europe 1, 11 janvier 2013
  5. a et b Zehnacker et Fredouille (2005), pp. 144-145.
  6. Horace, Odes, I, 3.
  7. Horace, Odes, I, 24.
  8. Bucoliques, IX.
  9. J.-Y. Maleuvre, « Virgile est-il mort d’insolation ? », L’Antiquité Classique, vol. 60,‎ 1991, p. 171-181
  10. Mémoires pour l'histoire des sciences et des beaux-arts, Jean Boudot,‎ 1736 (lire en ligne), p. 470
  11. Zehnacker et Fredouille, p. 140
  12. Zehnacker et Fredouille (2005), pp. 140-141.
  13. a et b Zehnacker et Fredouille (2005), p. 141.
  14. a, b, c, d et e Zehnacker et Fredouille (2005), p. 142.
  15. Zehnacker et Fredouille, p. 147.
  16. Jean-François de La Harpe, Marie-Joseph Chénier et Saint-Marc Girardin, Cours de littérature ancienne et moderne, Firmin-Didot,‎ 1840 (lire en ligne), p. 69–
  17. Perret (2002), p. V
  18. Aelius Donatus, Vie de Virgile, 185-188
  19. Zehnacker et Fredouille (2005), p. 152
  20. Horace, Odes, I, 3

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :