Benoît Poelvoorde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poelvoorde.

Benoît Poelvoorde, né le à Namur, est un acteur et humoriste belge.

Révélé durant les années 1990 par le film culte belge C'est arrivé près de chez vous (1992), la série humoristique Les Carnets de Monsieur Manatane (1997) et la comédie française Les Randonneurs (1997), il s'impose durant les années 2000 comme une valeur sûre du cinéma franco-belge.

Il est ainsi la tête d'affiche des comédies Le Vélo de Ghislain Lambert (2001), Le Boulet (2002) et surtout Podium (2004), qui lui vaut une nomination pour le César du meilleur acteur 2005.

Il confirme ensuite avec des seconds rôles remarqués dans Akoibon (2005) et Astérix aux Jeux olympiques (2008). Mais il porte surtout des comédies plus expérimentales : Du jour au lendemain (2006), Les Deux Mondes (2007) ou encore Cowboy (2007).

Il s'impose parallèlement dans un registre dramatique, d'abord sous la direction de la réalisatrice Anne Fontaine. Il donne en effet la réplique à Isabelle Carré pour la romance Entre ses mains (2005), Audrey Tautou pour le biopic Coco avant Chanel et Isabelle Huppert pour la comédie dramatique Mon pire cauchemar (2010). Ses performances dans les deux premiers films lui valent de nouvelles nominations aux Césars.

Acteur prolifique, il tourne dans plus de vingt films durant la décennie 2010 : citons les comédies grand public Les Émotifs anonymes (2010), Rien à déclarer (2011), Le Grand Méchant Loup (2013) et Le Grand Bain (2018).

Mais il est surtout la tête d'affiche de plusieurs films d'auteur : L'Autre Dumas (2010), Une histoire d'amour (2013), La Rançon de la gloire (2014), Trois cœurs (2014), Le Tout Nouveau Testament (2015) et Saint-Amour (2016).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Benoît Poelvoorde est le fils cadet d'un père routier et d'une mère épicière (que l'on peut voir dans son propre rôle dans le film C'est arrivé près de chez vous). À 12 ans, après la mort de son père, il est placé chez les Jésuites à l'internat de Godinne en Belgique[1]. À 17 ans et demi, Poelvoorde quitte le domicile familial pour suivre des cours d'arts appliqués à l'institut technique Félicien Rops à Namur où il rencontre Rémy Belvaux.

Poelvoorde se passionne pour le théâtre et se fait remarquer grâce à ses interprétations atypiques. Durant ses études de graphisme à l'École de recherche graphique de Bruxelles, il se lie d'amitié avec André Bonzel et, avec Rémy Belvaux, ils réalisent Pas de C4 pour Daniel Daniel[2].

Quatre ans plus tard, en 1992, le trio récidive en réalisant le long métrage : C'est arrivé près de chez vous. Inspiré de la célèbre émission belge Strip-Tease, mélangeant cynisme, humour et drame et réalisé avec relativement peu de moyens (200 000 francs)[3], ce film obtient rapidement un succès retentissant, qui le propulse au rang de film culte. Cette même année, Poelvoorde rencontre sa future épouse, Coralie, alors assistante à la Semaine de la Critique au Festival de Cannes[4].

Révélation comique en France (1996-2004)[modifier | modifier le code]

Benoît Poelvoorde au festival de Cannes 2004, où il est membre du jury.

Poelvoorde passe ensuite au café-théâtre, en jouant Modèle déposé de Bruno Belvaux, le frère de Rémy Belvaux, puis se met au service du petit écran avec deux projets humoristiques : Jamais, au grand jamais (série de sketches diffusés en 1996) et les célèbres Carnets de Monsieur Manatane, diffusés sur Canal+. Les textes de ces deux séries ont été publiés en 2009 aux éditions Points.

En 1997, il se fait remarquer au sein de la distribution chorale de la comédie Les Randonneurs, de Philippe Harel, et en 1998, il est l'acteur principal d'une autre comédie, une co-production européenne à petit budget, Les convoyeurs attendent, de Benoît Mariage.

Les années 2000 le propulsent en tête d'affiche de comédies populaires : en 2000, sort Les Portes de la gloire, de Christian Merret-Palmair, et en 2001, il retrouve Philippe Harel pour un nouveau projet remarqué : dans Le Vélo de Ghislain Lambert, il évolue dans un monde qui deviendra l'une de ses passions, le cyclisme[5].

En 2002, il partage l'affiche de la comédie d'action Le Boulet avec Gérard Lanvin, et sous la direction de Alain Berberian. La même année, il défend un film belge plus modeste, la satire politique La Vie politique des Belges, de Jan Bucquoy. Puis en 2003, il donne la réplique à José Garcia, tête d'affiche de la comédie dramatique Rire et Châtiment d'Isabelle Doval.

En 2002, Benoît Poelvoorde se voit attribuer le prix Jean-Gabin, récompensant les meilleurs acteurs en devenir.

Reconnaissance critique (2004-2010)[modifier | modifier le code]

Benoît Poelvoorde invité au Cinéma Imagix en Belgique, en mars 2007, pour la présentation de Les Deux Mondes.
Et en 2008, à l'avant-première de la superproduction Astérix aux Jeux Olympiques.

L'année 2004 marque un tournant : il est à l'affiche de trois long-métrages : il donne la réplique à Vanessa Paradis pour la comédie fantastique décalée Atomik Circus, le retour de James Bataille, de Didier Poiraud et Thierry Poiraud. Puis il tient un second rôle dans la comédie Narco, de Tristan Aurouet et Gilles Lellouche. Enfin, il s'impose en tête d'affiche avec la comédie Podium, premier long-métrage du romancier Yann Moix. L'acteur y incarne le rôle d'un sosie de Claude François, et le film connaît un succès critique et commercial. L'acteur reçoit une nomination pour le César du meilleur acteur.

La même année, il est membre du jury du festival de Cannes, présidé par Quentin Tarantino, qui a affirmé avoir été fasciné par le film C'est arrivé près de chez vous, découvert lors de sa sortie en 1992[6].

Après ce succès, Moix envisage d'engager Poelvoorde pour son second long-métrage, Cinéman, sorti, en 2009. Le scénario ne convient pas au comédien, qui affirme au réalisateur que son « film n'est ni fait ni à faire »[7]. En mai 2015, Yann Moix annonce le tournage prochain de la suite de Podium, avec Benoît Poelvoorde dans le rôle principal[8],[9]. En juillet 2017, l'intéressé nie l'information, affirmant n'avoir « jamais entendu parlé d'un Podium 2 » et jugeant l'idée d'une suite incohérente avec la fin du premier volet[10],[11].

En 2005, il confirme comme valeur sûre du cinéma français en étant au casting de la comédie Akoibon, d'Édouard Baer, puis en partageant l'affiche de la romance Entre ses mains avec Isabelle Carré. La réalisatrice Anne Fontaine lui permet ainsi de surprendre dans un registre dramatique. Sa performance lui vaut une nomination pour le César du meilleur acteur aux Césars 2006.

En 2006, il est la tête d'affiche de la comédie Du jour au lendemain, de Philippe Le Guay, et fait partie du casting masculin quatre étoiles réuni par Nicole Garcia pour son nouveau film choral, Selon Charlie.

En 2007, il est la tête d'affiche d'un film indépendant belge, Cowboy, de Benoît Mariage, et d'une comédie fantastique française, Les Deux Mondes, de Daniel Cohen.

L'année suivante, il revient aux grosses productions en incarnant Brutus dans l'attendu Astérix aux Jeux Olympiques, puis en retrouvant Philippe Harel pour la suite du film qui l'a lancé, Les Randonneurs à Saint-Tropez. Cependant, il tient aussi un second rôle dans le film indépendant acclamé par la critique Louise-Michel, de Gustave Kervern et Benoît Delépine.

En 2009, si la comédie dramatique La Guerre des miss, de Patrice Leconte, dont il tient le premier rôle, passe inaperçu, il se distingue en prêtant ses traits à Étienne Balsan dans le biopic Coco avant Chanel, d'Anne Fontaine, où il fait face à Audrey Tautou. Sa performance lui vaut en France une nomination au César du meilleur acteur dans un second rôle et en Belgique le prix du public aux Magritte du cinéma, ainsi qu'une nomination pour le Magritte du meilleur acteur dans un second rôle.

En 2010, il continue sur cette lancée en faisant face à Gérard Depardieu pour le biopic L'Autre Dumas, de Safy Nebbou, où il incarne Auguste Maquet. Il reste aux côtés de l'acteur français pour la comédie noire Mammuth, de Benoît Delépine et Gustave Kervern. Il retrouve ensuite Isabelle Carré pour la comédie romantique Les Émotifs anonymes, de Jean-Pierre Améris. Enfin, il est l'affiche du thriller belge Kill Me Please, de Olias Barco.

En février 2010, Poelvoorde annonce son intention d'arrêter d'être comédien, tout en envisageant de continuer la production et l'écriture[12]. L'année suivante, il enchaîne pourtant les projets.

Diversification (années 2010)[modifier | modifier le code]

Benoît Poelvoorde en 2013 à une avant-première du film Une place sur la Terre.

En 2011, il fait son grand retour à la comédie populaire en partageant l'affiche de Rien à déclarer, avec Dany Boon, également réalisateur. Puis il retrouve la réalisatrice Anne Fontaine, qui l'oppose cette fois à Isabelle Huppert pour la comédie dramatique Mon pire cauchemar.

En 2012, le duo Gustave Kervern / Benoît Delépine lui confie enfin un premier rôle : celui de la comédie noire acclamée par la critique Le Grand Soir. La même année, l'acteur se fait diriger par l'acteur Jean-Paul Rouve pour la comédie dramatique Quand je serai petit, qui passe quant à lui inaperçu.

L'année suivante, l'acteur fait un grand écart artistique : il partage l'affiche du drame psychologique Une histoire d'amour avec Laetitia Casta, devant la caméra d'Hélène Fillières. Puis il fait partie du trio d'acteurs comiques réunis par Nicolas & Bruno pour la comédie noire Le Grand Méchant Loup. Le film est un flop.

Passionné de littérature, Benoît Poelvoorde crée en 2013 l'Intime Festival au Théâtre de Namur. Il lance une invitation à chacun pour découvrir une sélection littéraire personnelle et singulière (S. Tesich, J.C. Oates, B. Constant), pour explorer des textes avec des écrivains (Tom Lanoye, Laurent Gaudé, Olivia Rosenthal, David Vann, Louis-Henri de la Rochefoucauld) et des acteurs (Edouard Baer, Catherine Frot), pour découvrir les intersections avec le cinéma, la photographie, l’illustration ou encore la musique.

La même année, l'acteur tourne en Belgique la comédie dramatique Une place sur la Terre, de Fabienne Godet, puis Les Rayures du zèbre, de Benoît Mariage.

L'année 2014 est marquée par la sortie de deux collaborations avec des grands cinéastes français : il partage l'affiche de Trois cœurs, de Benoît Jacquot, avec Chiara Mastroianni, puis donne la réplique à Roschdy Zem pour La Rançon de la gloire, de Xavier Beauvois.

En 2015, il joue dans deux comédies : Une famille à louer, son deuxième long-métrage avec Jean-Pierre Améris, qui l'oppose à sa compatriote Virginie Efira, puis l'expérimental Le Tout Nouveau Testament, de Jaco Van Dormael, où l'acteur incarne Dieu.

L'année suivante, il retrouve Depardieu, Gustave Kervern et Benoît Delépine pour le road-movie Saint-Amour. Il participe aussi à un segment du film à sketchs Ils sont partout, d'Yvan Attal.

En 2017, il défend le drame indépendant 7 jours pas plus, écrit et réalisé par Héctor Cabello Reyes, mais tourne dans la foulée trois films attendus : tout d'abord la comédie de bande Le Grand Bain, de Gilles Lellouche, puis le plus indépendant Au poste !, de Quentin Dupieux, et enfin fait confiance au jeune acteur Félix Moati, passé à la réalisation pour Deux fils.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Lors de ses interventions médiatiques, Benoît Poelvoorde ne cache pas son décalage avec l'univers des médias. Il compte d'ailleurs focaliser les promotions de ses films sur le Web, qu'il juge plus interactif que la télévision, trop formatée, « extrêmement ringarde et répétitive »[13]. Interrogé par Mouloud Achour en 2016, il explique que, selon lui, « la télévision, c'est la mort de l'imagination. Il n'y a plus rien (...) Tout est simplifié alors que la vie est beaucoup plus complexe »[14].

Poelvoorde dit s'apparenter volontiers à Michel Simon et à Raimu, des comédiens qui alliaient humour et gravité : « La gravité n'est pas exempte de rire et le rire n'est pas exempt de gravité ».

L'acteur a souffert de dépression et a été hospitalisé brièvement à sa demande dans l'unité psychiatrique du CHR de Namur du 17 au 19 novembre 2008[15]. Il a repris immédiatement après le tournage de Coco avant Chanel d'Anne Fontaine. Le 6 décembre de la même année, il fait partie du jury pour l'élection de Miss France au Puy du Fou[16].

Benoît Poelvoorde est également un ami de l'acteur Jean-Claude Van Damme, avec qui il a pu jouer dans Narco.

Depuis 2014, il est en couple avec Chiara Mastroianni, rencontrée sur le tournage de Trois coeurs[17].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Café-théâtre[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Web série[modifier | modifier le code]

Publicité[modifier | modifier le code]

Benoît Poelvoorde a prêté sa voix à de nombreuses reprises pour des spots publicitaires radiophoniques, notamment pour Décathlon ou McDonald's[20],[21].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Benoît Poelvoorde, Pascal Le Brun, Les Carnets de Monsieur Manatane, Paris, Points, mars 2009, 288 p. ISBN 9782757806586

Récompenses, Distinctions et nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Prisma Média, « Benoît Poelvoorde - La biographie de Benoît Poelvoorde avec Gala.fr », sur Gala.fr (consulté le 19 mars 2018)
  2. AlloCine, « Benoît Poelvoorde », sur AlloCiné (consulté le 19 mars 2018)
  3. Jacques Mandelbaum, « Benoît Poelvoorde : démentiellement vôtre », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. « Benoît Poelvoorde et sa Coralie : “Je me suis battu, et c'est toujours ma femme” », PurePeople.com,‎ (lire en ligne)
  5. Sophie Grassin, « Poelvoorde pédale dans Le Vélo de Ghislain Lambert », L'Express,‎ (lire en ligne)
  6. Alain Grasset, « Béart et Poelvoorde seront jurés à Cannes », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  7. Kevin Boucher, « Yann Moix revient sur l'échec de "Cinéman", son "film malade" », ozap.com,‎ (lire en ligne)
  8. Kevin Boucher, « Yann Moix prépare "Podium 2" », ozap.com,‎ (lire en ligne)
  9. Nicolas Crousse, « Michel Polnareff jouera dans Podium 2 », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  10. « Benoît Poelvoorde : "Je suis plus apaisé, j'ai l'impression" », sur www.europe1.fr (consulté le 16 mars 2018)
  11. « Benoît Poelvoorde : "Je suis plus apaisé, j'ai l'impression" - vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le 16 mars 2018)
  12. Eric Libiot, « Benoît Poelvoorde: "Je suis condamné à être un homme de cirque" », L'Express,‎ (lire en ligne)
  13. Interview
  14. « Clique x Benoît Poelvoorde - Clique.tv », sur Clique.tv (consulté le 2 mars 2016)
  15. « Benoît Poelvoorde en psychiatrie, à sa demande », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  16. « Benoît Poelvoorde est sorti de l'hôpital de Namur », LeFigaro.fr,‎ (lire en ligne)
  17. « Benoît Poelvoorde : "Avec Chiara Mastroianni, on est en couple" », Premiere.fr,‎ (lire en ligne)
  18. Snuls - Allo les Américains par Benoît Poelvoorde
  19. Crédité sous ce pseudonyme au générique
  20. Jean-Philippe Danglade, Marketing et célébrités, Paris, Dunod, , 208 p. (ISBN 978-2100584826, lire en ligne), p. 63
  21. « Le CV de Benoît Poelvoorde », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  22. Récompenses 2005 attribuées par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Communauté Francophone de Belgique)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]