2002 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une chronologie ou une date image illustrant la France
Cet article est une ébauche concernant une chronologie ou une date et la France.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Chronologie de la France

Événements de l'année 2002 en France.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

  • 1er janvier : l'Euro devient officiel. Pas de problème technique majeur ni de dérapage apparent des prix mais, malgré une campagne officielle louangeuse, pas d'enthousiasme populaire.
  • 17 janvier : loi sur la modernisation sociale.
  • 22 janvier : loi autorisant l'accouchement sous X.
    • Nouveau statut de la Corse.

Février[modifier | modifier le code]

Mars[modifier | modifier le code]

Avril[modifier | modifier le code]

  • 4 avril : loi prévoyant que tout enfant pourra recevoir soit le nom de sa mère, soit le nom de son père,
  • 21 avril : premier tour de l'élection présidentielle française. Situation inédite. Le candidat du RPR, Jacques Chirac (5 665 855 voix, 19,88 %) et le candidat du FN Jean-Marie Le Pen (4 804 713 voix, 16,86 %) accèdent au second tour. Le candidat du PS, Lionel Jospin, est éliminé avec 16,2 %. Séisme politique; la gauche ne comprend pas, hésite puis se rallie à J. Chirac pour le second tour. Le chef de l'Etat sortant refuse de débattre avec son adversaire de second tour; pour la première fois depuis 1965, les Français sont privés de débat entre les deux protagonistes. Les 2 semaines séparant l'entre-deux tours sont marquées par d'importantes manifestations spontanées contre le Front National.

Mai[modifier | modifier le code]

Juin[modifier | modifier le code]

Juillet[modifier | modifier le code]

  • 14 juillet : à h 58, lors du défilé de la fête nationale, un militant d'extrême droite lié à Unité radicale, Maxime Brunerie, tente d'abattre le président de la République Jacques Chirac.
  • 18 juillet : l’Assemblée nationale vote une baisse de 5 % de l’impôt sur le revenu.
  • 25 juillet : la lenteur de la procédure pénale française est une nouvelle fois condamnée par la Cour européenne des droits de l'homme dans l'affaire Papon. La France consacre moins de 0,2 % de son PIB à la justice.
  • 31 juillet : vote de la loi LOPSI, accroissement de la surveillance d'internet, sauvegarde des données personnelles, coopération et coordination renforcée sur la sécurité intérieure entre l’État, la police, la justice et les pouvoirs locaux sur la sécurité, réponse pénale aggravée. 13 500 postes de policiers créés. 5,6 milliards d'euros seront consacrés sur 5 ans à la Sécurité intérieure. Cette loi se veut être une réponse à la forte augmentation des crimes et délits constatés depuis 5 ans.

Août[modifier | modifier le code]

  • 1er août : loi portant création d'un dispositif de soutien à l'emploi des jeunes en entreprise.
  • 3 août : vote par l'Assemblée nationale de la Loi Perben I : création d’établissements pénitentiaires pour mineurs et renforcements des sanctions contre les mineurs. Création des juridictions de proximité.
  • 6 août : dissolution d'Unité radicale, le groupuscule auquel appartenait Maxime Brunerie.
  • 29 août : malgré la polémique sur une possible censure du net et des atteintes aux libertés publiques, la loi LOPSI est définitivement validée par le Conseil constitutionnel et promulguée.

Septembre[modifier | modifier le code]

  • 8 et 9 septembre : inondations dans le sud de la France (23 morts dont 22 dans le Gard, 1,2 milliard d'euros de dégât pour six départements)
    • L'épisode de pluies qui a frappé le Gard, est un épisode record, avec plus de 684 mm de pluie en moins de 24h, observés sur Anduze. La quantité d'eau qui s'est abattue sur le département est prodigieuse : 2 078 millions de m3, par comparaison, la capacité annuelle du barrage de Serre-Ponçon (plus important barrage d'Europe) est de 1 300 millions de m3.
    • Depuis le 3 octobre 1988, et le déluge qui frappa la capitale départementale, Nîmes, le Gard n'avait plus subi d'épisode de pluies important.
  • 9 septembre : promulgation de la Loi Perben I réformant l'ordonnance de 1945 sur la justice des mineurs.
  • 10 septembre : à la suite des fortes pluies qui ont frappé le sud de la France le 8 et 9 septembre, le Rhône connait sa plus importante crue, depuis mai 1856.
  • 18 septembre : Maurice Papon est libéré pour des raisons médicales par la cour d'appel de Paris.
  • 21 septembre : congrès fondateur de l’UMP (Union pour un Mouvement Populaire). Alain Juppé président.

Octobre[modifier | modifier le code]

Novembre[modifier | modifier le code]

Décembre[modifier | modifier le code]

Économie & Société[modifier | modifier le code]

  • Chômage à 7,9 %.
  • Forte baisse de la croissance (0,9 % du PIB).
  • La stagnation de l'économie aggrave le déficit public (-4,1 % du PiB).

Culture[modifier | modifier le code]

Mode[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Article connexe : 2002 en littérature.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films français sortis en 2002[modifier | modifier le code]

Autres films sortis en France en 2002[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Naissance en 2002[modifier | modifier le code]

Décès en 2002[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]