Aller au contenu

Adèle Exarchopoulos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Adèle Exarchopoulos
Description de cette image, également commentée ci-après
Adèle Exarchopoulos au Festival de Cannes 2019.
Naissance (30 ans)
14e arrondissement de Paris, France
Nationalité Française
Profession Actrice
Films notables La Vie d'Adèle
Sybil
Éperdument
Orpheline
Je verrai toujours vos visages
Séries notables La Flamme
Le Flambeau : Les Aventuriers de Chupacabra

Adèle Exarchopoulos [adɛl ɛgzaʁkɔpulɔs][1], née le à Paris 14e, est une actrice française.

Elle est révélée en par le film La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche. Steven Spielberg, alors président du jury du Festival de Cannes 2013, obtient une dérogation exceptionnelle afin qu'elle reçoive la Palme d'or avec le réalisateur et sa partenaire Léa Seydoux. Quelques mois plus tard, elle reçoit le César du meilleur espoir féminin lors de la 39e cérémonie des César. En 2024, elle reçoit le César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Je verrai toujours vos visages.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Adèle[Note 1] Exarchopoulos naît d'un père français d'origine grecque, Didier Exarchopoulos, né en 1967[2], professeur de guitare puis gérant de restaurants au Palais omnisports de Paris-Bercy[3], et producteur de cinéma, président de la société 1660 Productions[4],[2], et d'une mère française infirmière, Marine Niquet[3]. C'est son père qui lui transmet la fibre artistique[5]. Elle a deux frères, Baptiste et Émile Exarchopoulos[6]. Son arrière-grand-père paternel était grec et boxeur[3],[7].

Elle grandit à Clichy puis à Paris[3] et prend des cours de théâtre de 2001 à 2005 à l'Acte Neuf à Paris[6], où elle pratique entre autres l'improvisation théâtrale. C'est en faisant la promotion d'un spectacle d'improvisation théâtrale de sa troupe, dans la rue, qu'elle est repérée pour la première fois par un agent artistique[8]. En parallèle, elle poursuit son cursus scolaire au collège Condorcet, dans le 9e arrondissement de Paris, où elle obtient son brevet. Elle entre au lycée Racine où elle échoue au baccalauréat, « raté à un point » précise-t-elle[9]. Elle décide de ne pas le repasser et souhaite arpenter (sic) les castings[9].

En 2005, une directrice de casting lui propose de participer au casting d'un long métrage avec Jean Rochefort[5]. Elle n'obtient pas le rôle, mais sa vidéo fait le tour des agences et lui permet de jouer dans le moyen-métrage, tourné en Bretagne, Martha, de Jean-Charles Hue[5].

Révélation et reconnaissance critique (2006-2014)[modifier | modifier le code]

La jeune actrice au festival de Cannes 2013, pour La Vie d'Adèle.

En 2006, elle est repérée par Denis Planat, agent d'un acteur ayant joué avec elle dans Martha, qui la fait débuter à la télévision dans RIS police scientifique (2006)[6].

Elle joue ensuite dans Boxes de Jane Birkin (2006), Les Enfants de Timpelbach de Nicolas Bary (2007), Tête de turc de Pascal Elbé (2009), La Rafle de Roselyne Bosch (2010), Chez Gino de Samuel Benchetrit (2011), Carré blanc de Jean-Baptiste Leonetti (2011), Des morceaux de moi de Nolwenn Lemesle (2013), et enfin La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche[10].

Le casting de ce dernier long-métrage s'éternise sur deux mois[5], le tournage est difficile, étiré sur six mois et avec de multiples prises de la part du réalisateur[9],[5]. Si le réalisateur a l'habitude de « puiser dans l'intimité de ses comédiens[5] », elle précise toutefois : « La Vie d'Adèle, ce n'est pas du tout ma vie à moi[9]. » Le succès critique du film la rend célèbre et elle reçoit, en compagnie du réalisateur et de sa partenaire Léa Seydoux, la Palme d'or du Festival de Cannes 2013. Évoquant le tournage du film dans une interview pour Le Parisien en novembre 2017, Adèle Exarchopoulos a déclaré : « Avec le recul, je ne garde que de bons souvenirs de ce film. Sur les plateaux, Abdel me manque. J'aimerais qu'il soit le génie qui sort de sa lampe et me conseille. »[11]

En 2014, elle remporte le César du meilleur espoir féminin[12].

Confirmation (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

L'actrice au Festival de Cannes 2014.

En 2014, elle apparaît dans deux projets : le drame Qui vive, de Marianne Tardieu[9], où elle joue une institutrice donnant de l'espoir à un vigile, incarné par Reda Kateb ; et le drame franco-russe Voyage vers la mère de Mikhaïl Kossyrev-Nesterov, elle incarne une Française à la rencontre de son demi-frère russe.

En 2015, elle partage l'affiche du drame Les Anarchistes, d'Élie Wajeman, avec Tahar Rahim. Elle joue également dans un clip réalisé par Louis de Caunes, Apnée, aux côtés de Jérémie Laheurte.

L'année 2016 est marquée par deux déceptions : en premier lieu, le drame Éperdument, de Pierre Godeau (qui l'oppose à un autre « césarisé », Guillaume Gallienne), est reçu fraîchement[13]. Puis l'ambitieux drame américain The Last Face, réalisé par Sean Penn, qui lui donne pourtant la possibilité de côtoyer Javier Bardem et Charlize Theron, connaît une réception catastrophique au Festival de Cannes 2016[14].

En 2017, l'actrice partage l'affiche du film-concept Orpheline, d'Arnaud des Pallières, où elle incarne, avec Adèle Haenel, Solène Rigot et Véga Cuzytek, l'héroïne à des âges différents. Enfin, elle évolue aux côtés de Matthias Schoenaerts dans le drame Le Fidèle, coécrit et réalisé par Michaël R. Roskam.

Entretemps, elle pose dans des séries de photos pour Stéphane Sednaoui, Patrick Demarchelier avec lequel elle fait la couverture du Vogue Russia en [15] ou pour David Sims[5] ; elle fait également de la publicité pour Miu-Miu[16].

Trois ans après l'échec de The Last Face, elle revient au Festival de Cannes 2019 pour jouer dans le thriller Sibyl : elle y incarne une actrice obsédant sa psy, interprétée par Virginie Efira, titulaire du rôle-titre[17].

En 2020, elle s'essaye pour la première fois à la comédie dans Mandibules[18],[19] du réalisateur Quentin Dupieux présenté en avant-première de la Mostra de Venise 2020, où elle joue un personnage inspiré de la militante écologiste suédoise et autiste Greta Thunberg[20]. Cette même année, elle est aussi l'interprète du personnage de Soraya, dans la série comique La Flamme, réalisée par Jonathan Cohen. Elle reprend son rôle 2022 dans Le Flambeau : Les aventuriers de Chupacabra.

En 2021, elle est l'invitée de la saison 2 de True Story diffusé sur Prime Video animé par Bilal Hassani et Léna Situations où dans un épisode qui lui est consacré, elle raconte une histoire folle qui lui est arrivée.

Sorti en mars 2022, le film Rien à foutre par Emmanuel Marre et Julie Lecoustre lui vaut un nouveau bon accueil critique, dans un rôle de jeune hôtesse de l'air absorbée par le rythme déboussolant de son travail[21],[22],[23].

En 2023, elle participe à la troisième saison de LOL : qui rit, sort ! sur Prime Video. En mars 2023, elle est à l'affiche de Je verrai toujours vos visages, un film de Jeanne Herry, entourée d'une distribution réunissant notamment Gilles Lellouche, Leïla Bekhti, Miou-Miou et beaucoup d'autres, Adèle Exarchopoulos interprète une jeune femme en quête de réparation après un événement traumatisant[24]. Pour cette interprétation, elle reçoit le César de la meilleure actrice dans un second rôle lors de la 49e cérémonie des César[25].

Vie privée et déclarations[modifier | modifier le code]

Jusqu’en 2016, elle a été en couple avec l'acteur Jérémie Laheurte, qu'elle avait rencontré sur le tournage de La Vie d'Adèle[26].

De février 2016[27] à 2017, elle a été en couple avec le rappeur Doums[28],[11], avec qui elle a eu un fils, né en avril 2017[29],[27],[30].

En novembre 2020, alors qu'Abdellatif Kechiche a été accusé d'agression sexuelle par une actrice de 29 ans, Adèle Exarchopoulos se confie sur sa relation avec le réalisateur de La Vie d'Adèle dans une interview au magazine Elle : « Même si on ne se voit pas, c'est quelqu'un que j'aimerai toute ma vie. Je pense à lui souvent, j'espère qu'il est heureux. Ma rencontre avec lui a été déterminante sur mon envie de faire du cinéma. Certes, Abdellatif est un être complexe. Mais il me bouleverse parce que je le connais vraiment[31]. ». Adèle Exarchopoulos a remercié Abdellatif Kechiche lors de son discours à la 49e cérémonie des César le [25].

Elle déclare être croyante et y voir cependant une expérience très personnelle. Elle a une religion, mais ne souhaite pas préciser laquelle[3],[32].

Elle s'oppose à l'interdiction de l'abaya en milieu scolaire public[33].

Elle est voisine et amie[34] de l'actrice franco-algérienne Leïla Bekhti, qui la soutient en tant que mère célibataire, et leurs fils respectifs sont aussi proches[35],[36].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Adèle Exarchopoulos lors de la cérémonie des César 2014.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son prénom est choisi par son père le soir où sa mère accouche : « il a bu une bière Adelscott, il s'est dit que c'était un signe »Adèle Exarchopoulos dévoile l'étonnante origine de son prénom, 8 mars 2016 sur parismatch.com
  2. Normalement, la Palme revient toujours uniquement au réalisateur. Mais, outre la mise en scène, l'interprétation d'Adèle Exarchopoulos et de sa partenaire Léa Seydoux a été, pour ce prix, co-distinguée par le jury et mentionnée comme l'une des principales raisons de cette victoire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en français de France standardisé retranscrite selon la norme API.
  2. a et b « Didier Exarchopoulos, 03/03/1967 », sur Verif.com (consulté le ).
  3. a b c d et e Caroline de Bodinat, « La vraie vie d'Adèle Exarchopoulos », sur Libération, (consulté le ).
  4. « 1660 Productions », sur Pappers.com (consulté le )
  5. a b c d e f et g Jean-Sébastien Chauvin (photogr. David Sims), « L'adulée », Vogue Paris, no 941,‎ , p. 322 à 325 (ISSN 0750-3628)
  6. a b et c Morgane Giuliani, « Cinq choses à savoir sur Adèle Exarchopoulos », lefigaro.fr, .
  7. Françoise Delbecq, « Adèle Exarchopoulos : "J'ai une voix d'homme, ça me dégoûte !" », sur Elle,  : « À propos de ses origines grecques, elle évoque un arrière-grand-père à Athènes, qui exerçait la profession de boxeur »
  8. « Adèle Exarchopoulos - Son étrange casting pour La Vie d'Adèle | Konbini » [vidéo] (consulté le )
  9. a b c d et e Gilles Médioni (photogr. Stéphane Sednaoui), « Adèle Exarchopoulos & Tahar Rahim », L'Express Styles, no supplément à L'Express n° 3253,‎ 6 au 12 novembre 2013, p. 82 à 85.
  10. AlloCine, « Adèle Exarchopoulos », sur AlloCiné (consulté le )
  11. a et b Catherine Balle, « «Le Fidèle» : la nouvelle vie d'Adèle Exarchopoulos », sur Le Parisien, .
  12. Canal+, « César 2014 - Meilleur espoir féminin - Adèle Exarchopoulos _ La vie d'Adèle... », (consulté le )
  13. Théo Ribeton, « "Eperdument" : un ratage embarrassant », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. (en) Brent Lang, « Sean Penn's 'Last Face' Bombs at Cannes », sur variety.com, (consulté le ).
  15. (en) « Vogue Russia June 2016 Adele Exarchopoulos by Patrick Demarchelier », sur fashioneditorials.com
  16. Catherine Castro, « Adèle Exarchopoulos en liberté non surveillée », sur marieclaire.fr
  17. Thomas Baurez, « Cannes 2019 : Virginie Efira en mode majeur dans Sibyl [Critique] », sur Première, .
  18. Mandibules : Adèle Exarchopoulos nous fait mourir de rire, elle.fr, 18 mai 2021, par Pauline Bosquet
  19. Cinq bonnes raisons pour dévorer « Mandibules » en salle, lepoint.fr, 19 mai 2021, par Damien LeBlanc : « Elle excelle ici dans un registre comique aux frontières du malaise, comme elle le faisait déjà l'an passé dans la série La Flamme. »
  20. (it) Maria Laura Giovagnini, « Adèle Exarchopoulos: "Basta scandali, ora vi faccio ridere" », sur IO Donna, .
  21. « Rien à foutre », atours de contrôle, liberation.fr, 2 mars 2022, par Camille Nevers : « Quant à Adèle Exarchopoulos, seule actrice à pouvoir encore s'habiller de sweat-shirt roses au XXIe siècle, tout ce qu'elle touche est bleu et or. Comédienne de génie elle concentre tout, la lumière, le travail, cette larme qui coule sur sa joue, au téléphone, sa douceur puissante et son sérieux total. Elle peut tout, avec presque rien. »
  22. Adèle Exarchopoulos, hôtesse de l'ère mélancolique, lemonde.fr, 2 mars 2022, par Clarisse Fabre
  23. « Rien à foutre » : Pourquoi Adèle Exarchopoulos s'en bat les ailes, 20minutes.fr, 2 mars 2022, par Caroline Vié : « “Rien à foutre” brosse un portrait sensible d'une jeune hôtesse de l'air qui vit au jour le jour et tente de fuir un passé familial douloureux. La comédienne Adèle Exarchopoulos lui apporte une force incroyable. »
  24. AlloCine, « Je verrai toujours vos visages » (consulté le ).
  25. a et b « «Mon père, ma mère, mes frères, mon fils... Vous êtes ce que j’ai de plus précieux» : Adèle Exarchopoulos, la voix qui se brise pour recevoir son César », sur Madame Figaro, .
  26. Audrey Kucinskas, « Adèle Exarchopoulos est enceinte de son premier enfant », sur L'Express, .
  27. a et b « Anniversaire: Adèle Exarchopoulos a 25 ans », sur FranceSoir, .
  28. Louise Beliaeff, « Adèle Exarchopoulos enceinte : qui est son compagnon, Doums ? », sur Gala, .
  29. Tanguy Jaillant, « "Je vis seule mais il voit son papa…" : les rares confidences d’Adèle Exarchopoulos sur son fils Ismaël, âgé de 5 ans », sur Télé 2 semaines, (consulté le )
  30. « Adèle Exarchopoulos : l’actrice fait de rares confidences sur son fils Ismaël », sur Elle, (consulté le ).
  31. Emilie Meunier, « "Je pense souvent à lui" : Adèle Exarchopoulos se confie sur sa relation actuelle avec le cinéaste décrié Abdellatif Kechiche », sur Elle,
  32. « Adèle Exarchopoulos : “L’humour est le dernier SOS de notre génération” », sur www.telerama.fr, (consulté le ).
  33. « Adèle Exarchopoulos dénonce l’interdiction de l’abaya : « C’est presque risible » - Elle », sur elle.fr, (consulté le ).
  34. Marine Thoron, « Adèle Exarchopoulos : pourquoi elle ne veut absolument pas tourner un film avec Leïla Bekhti », sur Télé Star, (consulté le )
  35. Victoria Buisson, « Adèle Exarchopoulos : comment sa célèbre voisine, Leila Bekhti, l’aide dans son quotidien de maman solo », sur Public.fr, (consulté le )
  36. Philippe Azoury, « Leïla Bekhti et Adèle Exarchopoulos : « On ne peut plus se fâcher, nos enfants sont trop proches ! » », sur Madame Figaro, (consulté le )
  37. « Adèle Exarchopoulos et Vincent Lacoste sont les voix françaises du prochain Pixar », sur Disneyphile
  38. « Découvrez l'affiche et les voix françaises de Vice-versa 2, le nouveau Disney.Pixar au cinéma le 19 juin », sur www.newsroom.disney.fr
  39. « Cannes : la Palme d'or pour La Vie d'Adèle », sur Le Point,
  40. « Awards 2023 winners | Paris Film Critics Association », sur Paris Film Critics A (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :