Pierre-Henri Dumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pierre-Henri Dumont
Illustration.
Pierre-Henri Dumont dans les jardins de l'Assemblée nationale, en juin 2017.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(5 ans, 7 mois et 16 jours)
Élection 18 juin 2017
Réélection 19 juin 2022
Circonscription 7e du Pas-de-Calais
Législature XVe et XVIe (Cinquième République)
Groupe politique LR
Prédécesseur Yann Capet
Conseiller départemental du Pas-de-Calais

(2 ans, 3 mois et 18 jours)
Élection 29 mars 2015
Circonscription Canton de Marck
Prédécesseur Canton créé
Successeur Frédéric Melchior
Maire de Marck

(3 ans, 3 mois et 13 jours)
Élection 30 mars 2014
Prédécesseur Serge Péron
Successeur Corinne Noël
Biographie
Date de naissance (35 ans)
Lieu de naissance Grande-Synthe (France)
Nationalité Française
Parti politique UMP (2009-2015)
LR (depuis 2015)
NF (depuis 2022)
Diplômé de IEP de Paris

Pierre-Henri Dumont
Maires de Marck

Pierre-Henri Dumont, né le à Grande-Synthe (Nord), est un homme politique français.

Membre des Républicains, dont il est secrétaire général adjoint depuis 2019, il est élu député dans la 7e circonscription du Pas-de-Calais aux élections législatives de 2017, puis est réélu en 2022.

Il a été maire de Marck de 2014 à 2017 et conseiller départemental du Pas-de-Calais de 2015 à 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Pierre-Henri Dumont effectue ses études secondaires au lycée Saint-Pierre de Calais. Il étudie ensuite à l'Institut d'études politiques de Paris. Il effectue son année d'étude à l'étranger à l'université Johns-Hopkins. Parallèlement, il travaille comme stagiaire dans le cabinet de la femme politique américaine Carolyn McCarthy[1]. Il travaille ensuite pendant quatre mois dans celui du médiateur de la République Jean-Paul Delevoye et l'année suivante au cabinet d'Armoogum Parsooraman (en), secrétaire général de l'UNESCO[2].

En 2009, il est désigné président de l'association UMP Sciences Po.

En 2011, il sort diplômé d'un master d'affaires publiques[3].

Parcours militant[modifier | modifier le code]

Entre 2010 et 2011, il est responsable administratif des Jeunes Populaires et entre 2011 et 2015 délégué national de cette organisation et membre du bureau national. De 2015 à 2017, il est également vice-président et trésorier de l'organisation des Jeunes du Parti populaire européen[4].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Après son cursus universitaire à Sciences Po, il est, de 2012 à 2014, collaborateur parlementaire du député Charles Ange Ginésy[5].

Lors des élections municipales de 2014, il est élu maire de Marck. Le , il est élu troisième vice-président de la communauté d'agglomération du Calaisis, le premier vice-président du Pays du Calaisis, et le conseiller départemental du canton de Marck[5].

En 2016, il annonce que si la loi sur le non-cumul des mandats était maintenue et qu'il était élu député, un nouveau maire serait élu mais qu'il « resterai[t] le seul maître à bord » : « Je resterais aux manettes. Le nouveau maire ne porterait finalement que l'écharpe »[6].

Lors des élections législatives de 2017, il est élu député de la 7e circonscription du Pas-de-Calais à l'issue du second tour, face à Philippe Olivier (FN)[7],[8].

À l'issue de la session extraordinaire qui s'achève en , le journal Les Échos estime qu'il « s'est imposé en quelques semaines comme l'icône du renouvellement à l'Assemblée nationale chez les Républicains, alors que le parti a vu plusieurs de ses ténors balayés aux législatives. [...] C'est dans l'hémicycle que Pierre-Henri Dumont s'est distingué par ses interventions offensives, que ce soit contre la majorité ou contre les groupes de gauche, notamment lors des discussions sur le projet de loi de moralisation de la vie publique »[9].

Il soutient Christian Jacob pendant la campagne pour la présidence du parti en  ; à la suite de son élection, il est nommé secrétaire général adjoint chargé de la jeunesse et de la rénovation du parti[10],[11].

Membre de la commission des Affaires étrangères et de la commission des Affaires européennes, au sein de laquelle il pilote le groupe Les Républicains, il est spécialiste des questions européennes et migratoires[12]. En 2020, il est nommé co-rapporteur du groupe de travail parlementaire sur la négociation de l'accord entre l’Union européenne et le Royaume-Uni[13] et a co-rédigé un rapport sur la question de la pêche dans le contexte post-Brexit[14],[15].

Lors des élections municipales de 2020, il figure en 2e position sur la liste de la majorité sortante à Marck, qui remporte 73,9 % des suffrages dès le premier tour[16].

Il fait partie des 10 porte-paroles de la campagne de Xavier Bertrand pour l'élection présidentielle de 2022[17],[18].

Soutien d'Aurélien Pradié au premier tour du congrès des Républicains de 2022, il se range derrière Éric Ciotti pour le second tour[19].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Élimination des combattants de l'État islamique[modifier | modifier le code]

En , il s'oppose à ce que les ressortissants français ayant combattu dans les rangs djihadistes en Irak et en Syrie soient emprisonnés en France. Il se dit favorable à ce qu'« on les tue sur place » par des « éliminations ciblées », comme il en a déjà été réalisé. Cette déclaration suscite une polémique[20],[21].

Audition d'une étudiante voilée à l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Le , lors d'une audition de la commission d'enquête à l'Assemblée nationale sur le Covid-19 et la jeunesse, il refuse d'écouter Maryam Pougetoux, vice-présidente de l'Union nationale des étudiants de France (UNEF), qui se présente voilée. Il quitte l'audition, estimant qu'il s'agit d'un « acte communautariste délibéré qui enfreint le principe de laïcité auquel doit s'astreindre l'Assemblée »[22]. Il est suivi par ses collègues députés LR et par la députée LREM Anne-Christine Lang, qui quittent eux aussi l'audition[23],[24].

Mandats[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Métézeau, Vieux renards et jeunes loups, L'Archipel, (ISBN 978-2-8098-2587-9, lire en ligne)
  2. « Mon parcours », sur Pierre-Henri Dumont - député du Pas-de-Calais (consulté le )
  3. http://www.sciences-po.asso.fr/profil/pierrehenri.dumont11.
  4. (en) « YEPP - Youth of the European People's Party », sur Youth of European Popular Party (consulté le ).
  5. a et b « Qui est Pierre-Henri Dumont ? », ville-marck.fr, consulté le 19 juin 2017.
  6. Sylvia Flahaut, « Législatives : "Marck n’est pas une régence" pour Dumont », nordlittoral.fr, 17 juin 2017.
  7. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le ).
  8. Quentin Vasseur, « Législatives : Pierre-Henri Dumont (LR) élu à Calais face à Philippe Olivier (FN) », francetvinfo.fr, 18 juin 2017.
  9. Alexandre Rousset, « Assemblée : les cinq révélations de la session extraordinaire », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  10. Julie Carriat, « Christian Jacob élu président des Républicains dès le premier tour », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  11. « - Calaisis: le député Pierre-Henri Dumont devient secrétaire général adjoint des Républicains », sur La Voix du Nord, (consulté le )
  12. https://www.huffingtonpost.fr/author/pierre-henri-dumont/
  13. « Commission des affaires européennes - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  14. Assemblée Nationale, « Pêche européenne dans le contexte post Brexit », sur Assemblée nationale (consulté le )
  15. https://www.lavoixdunord.fr/764304/article/2020-06-12/brexit-le-depute-dumont-presente-un-rapport-sur-l-avenir-de-la-peche-l-assemblee
  16. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur https://www.interieur.gouv.fr/fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__municipales-2020 (consulté le )
  17. « Calaisis: comment Pierre-Henri Dumont est-il devenu porte-parole de Xavier Bertrand? », sur La Voix du Nord, (consulté le )
  18. France3 Régions.
  19. « Eric Ciotti élu président du parti Les Républicains », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  20. Maxence Kagni, « Djihadistes français détenus en Irak et en Syrie : Pierre-Henri Dumont (LR) estime qu'il faut les "tuer" », sur lcp.fr, (consulté le ).
  21. Ellen Salvi, « Peine de mort pour les djihadistes: l’exécutif devant ses contradictions », sur Mediapart, (consulté le ).
  22. « Le député du Pas-de-Calais Pierre-Henri Dumont s'indigne du voile d'une jeune femme à l'Assemblée », sur France Bleu, (consulté le ).
  23. « À l'Assemblée, des députés boycottent une commission qui auditionnait une étudiante voilée », sur BFMTV (consulté le ).
  24. « Polémique en France après l’audition d'une syndicaliste étudiante voilée à l'Assemblée », sur France 24, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]