Psychologue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Psychologue
Appellation
Psychologue
Secteur d'activité
Médico-social - Libérale - Santé - Éducation - Recherche-Enseignement sup. - Association - Formation
Compétences requises
Écoute - Analyse - Adaptation - Détachement
Niveau de formation
Universitaire (Bac + 5 à Bac + 8)
Salaire
Drapeau : France : de 1200 € à 2300 € net mensuel en début de carrière
Professions voisines
Codes
CITP
IDEO (France)
ROME (France)
K1104

Un psychologue est un professionnel de la psychologie, discipline complexe qui regroupe de nombreux courants théoriques et pratiques autour de l'étude scientifique des faits psychiques. Le psychologue, qui est spécialisé dans un courant scientifique spécifique, peut donc être un professionnel du fonctionnement psychique et des psychopathologies, du comportement humain, de la cognition, de la personnalité ou même des relations interpersonnelles.

Il intervient dans tous les domaines de la société (éducation, santé, médico-social, justice, travail, sport, etc.) avec pour objectif de préserver, évaluer, maintenir ou améliorer le bien-être, l'état psychique parfois plus spécifiquement cognitif ou encore la qualité de vie de l'individu et sa santé psychique, développer ses capacités ou favoriser son intégration sociale. Par conséquent, selon sa spécialisation (psychologie clinique, psychologie cognitive, psychologie du développement, psychologie du travail, orientation professionnelle, etc.), le psychologue utilise des méthodes d'intervention spécifiques basées sur des approches théoriques variées.

Réglementation et cadre légal de la profession[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

En France, le titre de psychologue est protégé et reconnu par l’État depuis 1985[1]. Pour faire usage du titre, le psychologue a fait des études de psychologie permettant l'obtention d'une licence et d'un Master 1 et 2 accompagnées de la réalisation d'un mémoire professionnel et de recherche et de stages annuels professionnalisants. L'École de psychologues praticiens, basée à Paris et à Lyon, permet également d'accéder au titre protégé de psychologue (en vertu du décret no 90-255 du fixant la liste des diplômes permettant de faire usage professionnel du titre de psychologue).

Les psychologues sont par ailleurs tenus de faire enregistrer leurs diplômes auprès de l'agence régionale de santé (ARS) de leur secteur d'exercice (activité salariée, libérale ou mixte). Cette dernière établit et porte à la connaissance du public une liste actualisée des professionnels médicaux et paramédicaux - à ce titre, les psychologues ne sont pas soumis à la prescription médicale, ce n'est pas une profession paramédicale. Les psychologues en activité sont répertoriés par l'ARS qui leur attribue un numéro de référence (listes ADELI).

La Code de déontologie des psychologues est une référence incontournable pour l'exercice de la profession de psychologue en France. Le Code de déontologie affirme que « ces règles protègent le public des mésusages de la psychologie et de l'utilisation de méthodes et techniques se réclamant abusivement de la psychologie. » Par ailleurs, le Code de déontologie des psychologues n'est pas réglementé et n'a aucune valeur juridique. La mise en place d'une instance représentative qui serait chargée de légaliser un Code légalisable ouvre une réflexion sur la possibilité d'habiliter ou non un organisme professionnel tel qu'un Haut conseil des psychologues. Ce projet a pour vocation d'être force de propositions, de protéger la profession de psychologue, tout en préservant le public d'exercice illégal de la psychologie.

Au Canada[modifier | modifier le code]

Au Canada, le psychologue est un professionnel de la santé titulaire d'un doctorat en psychologie (D.Psy. ou Ph.D. Clinique) et membre d'un ordre ou collège professionnel (ex.: Ordre des psychologues du Québec[2]).

Pour entreprendre des études afin de devenir psychologue au Québec, il faut être titulaire d'un DEC en sciences de la nature et détenir une cote de rendement minimale de 25. ou être titulaire d'un diplôme d'études collégiales (DEC) ou l'équivalent et avoir réussi les cours suivants ou leur équivalent : MAT360-300 et MAT201-300 (1) et un cours parmi les suivants : BIO101-301 (objectifs de formation 01Y5 ou 022V ou leur équivalent) ou 401 ou 911 ou 921. Le futur psychologue doit compléter un BAC et un Doctorat en psychologie (la Maîtrise de parcours pouvant ou non être délivrée) et réussir un cours portant sur la déontologie équivalent à un cours d'une durée d'au moins 45 heures offert par l'Ordre ou à un cours universitaire reconnu par l’Ordre, conformément aux dispositions du Règlement sur la condition et les modalités de délivrance des permis de l'Ordre professionnel des psychologues du Québec. Après tout ce parcours scolaire, le futur psychologue est prêt à s'exercer soit dans des secteurs publics ou à son propre compte.

En Belgique[modifier | modifier le code]

En Belgique, le titre de psychologue est protégé par la loi du  : le titre y peut être porté seulement par les personnes inscrites sur la liste de la Commission des Psychologues, une instance publique au niveau fédéral[3].

La Commission des Psychologues vérifie si des études universitaires en psychologie d’une durée de cinq ans ont été validées. Dans certains cas bien particuliers, la Commission des Psychologues peut reconnaître des personnes ayant une formation universitaire de quatre ans (diplômes étrangers ou obtenus avant la publication de la loi) ou une formation en haute école complétée d’une pratique professionnelles jugée suffisante (mesure de transition maintenant obsolète)[4].

Activités[modifier | modifier le code]

Selon leur lieu d'activités, les psychologues peuvent se spécialiser dans l'un ou l'autre de ces secteurs, toucher un public très diversifié (enfants, adolescents, adultes, personnes âgés, couples, entreprises, chômeurs, etc.), travailler en entretiens individuels ou dans des groupes. Ils peuvent exercer soit de manière indépendante, dans leur propre cabinet, soit de manière salariale, au sein d'institutions, d'associations, d'entreprises, d'administrations, etc. Ils collaborent souvent avec d'autres professionnels de l'action sociale (assistants sociaux, éducateurs sociaux, orthophonistes, psychomotriciens, psychiatres, etc.).

Les compétences professionnelles sont diverses :

  • Conception et élaboration d'interventions psychologiques et thérapeutiques à visée préventive et curative auprès des patients et de leurs familles (soutien psychologique par ex.)
  • Éclairage sur le fonctionnement psychique d'un patient (notamment analyse clinique, supervision)
  • Intervention auprès d'équipes pluridisciplinaires internes ou externes au lieu d'intervention (formation, analyse de la pratique, analyse institutionnelle, régulation d'équipe, etc.)
  • Pratiques d'entretiens individuels ou collectifs (groupes de parole par exemple)
  • Psychothérapies individuelles et de groupe (psychodrame par exemple)
  • Réalisation d'études et recherche en psychologie en lien avec les activités cliniques, l'enseignement, la formation personnelle et les expertises
  • Recueil et analyse des besoins et des demandes d'interventions
  • Evaluation de la personnalité ou encore de la cognition des individus dans des cadres diagnostics ou pronostics
  • Travail d'évaluation par le biais de groupes de réflexion et de supervision théorico-clinique entre professionnel ou par toutes autres méthodes spécifiques

Psychothérapie[modifier | modifier le code]

Conseil et animation[modifier | modifier le code]

Évaluation psychologique[modifier | modifier le code]

  • Évaluer le fonctionnement de la personne et proposer une réflexion sur un diagnostic au moyen d'entretiens, d'une batterie de tests, etc. Au Canada les psychologues ont l'autorisation légale de poser un diagnostic. En France, un diagnostic médical ne peut être posé que par un médecin.
  • Proposer et/ou assurer une prise en charge selon une approche théorique spécifique (variable selon les psychologues) : orientation psychanalytique, systémique, comportementale, centrée sur la personne, etc.

Recherche[modifier | modifier le code]

Le psychologue peut réaliser des travaux de recherche dans tous les domaines de la psychologie, à l'université ou dans des services de recherche appliquée. Suivant une démarche scientifique, il élabore alors des hypothèses, construit une enquête ou une expérimentation, dépouille les données et fait la synthèse des résultats.

Formation, information, recherche[modifier | modifier le code]

En France, le psychologue intervenant en milieu hospitalier bénéficie d'un statut spécifique prévoyant la subdivision en tiers de ses activités. Si deux tiers de son temps de travail sont consacrés à son activité principale (soin, prévention, évaluation...), la rapidité d'évolution de la recherche, les constantes et nécessaires mises à jour de connaissances, et la formation particulière des futurs psychologues, ont entraîné la mise en place d'un tiers-temps consacré aux activités F.I.R. (Formation, information, recherche)[5]. Ainsi, le psychologue actif doit théoriquement consacrer un tiers de son temps de travail à l'une de ces trois activités, bien qu'en pratique, le temps F.I.R. ait tendance à se révéler souvent inexistant.

Organisations professionnelles[modifier | modifier le code]

En France, quelques associations nationales de psychologues se sont regroupées depuis 2003 dans la Fédération française des psychologues et de Psychologie (FFPP) sans toutefois réussir à fédérer les grandes organisations existantes, tel le Syndicat national des psychologues (SNP).

Il existe également une certification européenne en psychologie : la certification Eurospy qui regroupe 36 états[6]. Cette certification atteste que le psychologue qui en est titulaire satisfait à un certain nombre de critères de formation initiale et continue élevés et supérieurs aux critères initiaux nécessaires à la pratique de cette profession dans chacun de ces états. L'objectif est ainsi de tendre vers une harmonisation par le haut de la profession de psychologue en Europe. Il existe une certification de premier niveau Europsy, puis deux autres certifications supérieures nécessitant davantage de formation : la certification de psychologue spécialisé en psychothérapie et la certification de psychologue spécialisé en psychologie du travail et des organisations. La certification Europsy est la certification en psychologie nécessitant le plus haut niveau de formation initiale et continue en Europe.

Au Canada, l'encadrement de la profession de psychologue est assurée par un Ordre professionnel dans chaque province. Afin de pouvoir légalement utiliser le titre de psychologue et pratiquer les actes qui lui sont réservés, dont la psychothérapie, il est impératif d'une part d'être titulaire d'un doctorat en psychologie et d'être membre de l'ordre des psychologues de sa province. Afin de maintenir l'inscription de son nom au tableau de l'ordre, le psychologue doit également justifier d'un certain nombre d'heures de formation continue et de supervision.

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article 44 de la loi no 85-772 du portant diverses dispositions d'ordre social.
  2. « Obtenir un permis », sur le site de l'ordre des psychologues du Québec (consulté le 16 mars 2016)
  3. « Evolution du titre de psychothérapeute en Belgique », sur www.mon-psychotherapeute.com (consulté le 31 janvier 2017)
  4. « Belgique : la réglementation de la psychothérapie évolue », sur www.mon-psychotherapeute.com (consulté le 31 janvier 2017)
  5. Fonction clinique et F.I.R., Dossier Le métier de psychologue clinicien. Psychologie.psyblogs.net (online). Lu au 31 décembre 2011.
  6. « EUROPSY.FR », sur Europsy.fr, la certification européenne en psychologie (consulté le 29 avril 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Armand Touati, Devenir psychologue, Marseille, Hommes et Perspectives, coll. « Devenir et exercice », , 2e éd. (1re éd. 1991), 159 p. (ISBN 978-2-907713-06-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]