Haverskerque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Haverskerque
Église Saint-Vincent de Haverskerque.
Église Saint-Vincent de Haverskerque.
Blason de Haverskerque
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Canton Hazebrouck
Intercommunalité Communauté de communes Flandre Lys
Maire
Mandat
Jean-Michel Laroye
2016-2020
Code postal 59660
Code commune 59293
Démographie
Gentilé Haverskerquois
Population
municipale
1 475 hab. (2014)
Densité 161 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 38′ 29″ nord, 2° 32′ 30″ est
Altitude Min. 14 m – Max. 19 m
Superficie 9,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Haverskerque

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Haverskerque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Haverskerque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Haverskerque
Liens
Site web http://www.haverskerque.fr/

Haverskerque (en néerlandais : Haverskerke[1]) est une commune de France située dans le département du Nord (59), en région Hauts-de-France. Située en bordure de la Vieille Lys, Haverskerque est une commune en Flandre française limitrophe de l'Artois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Haverskerque dans son canton et son arrondissement.

Situation[modifier | modifier le code]

Village situé dans la Flandre française.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Haverskerque
Morbecque
Thiennes Haverskerque Merville
Saint-Venant Saint-Floris

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Havekerke vers 1140, Haviskerka en 1047, Haveskerke en 1139, Haveskerca en 1158, Hefskerka en 1202[2].

Il s'agit d'un type toponymique germanique (flamand) en -kerke « église », dont le premier élément Havers- représente vraisemblablement un nom de personne. En effet, les noms en -kerke, -kirch (-glise en domaine roman, calque du germanique), -crique (Normandie) sont généralement construits avec un anthroponyme germanique. Albert Dauzat propose le nom de personne Hawirih, sans certitude, qu'il croit également reconnaître dans Havrincourt (Pas-de-Calais, Haverencort en 1125)[3], Ernest Nègre le nom de personne Abugo[4].

Remarque : l'hypothèse de Dauzat basée sur le nom de personne Hawirih est contredite par le fait que le r du toponyme n'apparaît qu'en 1759. Celle d'Ernest Nègre repose sur le fait que le [b] après voyelle du germanique commun est passé en [v] en néerlandais et en anglais, alors qu'il est resté [b] en allemand (germanique *bebruz « castor » > allemand Biber, néerlandais bever), cependant rien n'atteste de l'absence du [h] initial, ni de l'existence d'un u et d'un [g], qui se serait, effectivement, régulièrement amuï. Les formes anciennes montrent clairement qu'il ne s'agit pas non plus du néerlandais haven « port » (le mot havre n'est pas attesté en français avant le XIIIe siècle et passe généralement pour un emprunt au néerlandais haven ou au vieux norrois hafn, altéré en hable, havre). En fin de compte, l'étymologie du premier élément, probablement un nom de personne, est obscure.

Histoire[modifier | modifier le code]

Accord pour l’établissement du projet de réalisation du verger communal sur une partie de l’ancien terrain de football, la commune ne pouvant pas prendre en charge le coût financier trop important de remise en état du terrain prévu dans le projet de création d’une équipe de football. 3. Demande de remplacement de matériels pour l’activité « Baby gym »

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Condé-sur-l'Escaut (59) Nord-France.svg

Les armes de Haverskerque se blasonnent ainsi :"D'or à la fasce de gueules."

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
An I 1792 François Garbe    
6 février 1801 25 septembre 1815 Antoine Carpentier    
25 septembre 1815 13 janvier 1830 François Duriez    
13 janvier 1830 12 octobre 1830 Jean-Baptiste Delassus    
12 octobre 1830 20 décembre 1834 Jean-Baptiste Lotte    
20 décembre 1834 11 janvier 1847 David Pruvost    
11 janvier 1847 2 mai 1859 Jean-François D'Hem    
2 mai 1859 7 octobre 1865 François Dequirez    
7 octobre 1865 8 août 1901 Louis Delassus    
8 août 1901 17 mai 1908 Etienne Pruvost    
17 mai 1908 1er janvier 1918 Amédée D'Hem    
1er janvier 1918 6 décembre 1919 Paul Blondel    
6 décembre 1919 22 février 1923 Augustin Delbecque    
22 février 1923 4 septembre 1964 Augustin Vandaele    
4 septembre 1964 14 mars 1971 Louis Martel    
14 mars 1971 18 mars 1989 Albert Gravelaine    
19 mars 1989 mars 2014 Hubert Bouquet    
2014 en cours Jean-Michel Gallois DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 475 habitants, en diminution de -0,2 % par rapport à 2009 (Nord : 1,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 260 1 260 1 366 1 428 1 864 1 933 2 018 1 630 1 563
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 593 1 594 1 607 1 633 1 613 1 607 1 642 1 576 1 561
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 554 1 533 1 433 1 248 1 129 1 113 1 141 1 211 1 208
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 207 1 165 1 160 1 193 1 330 1 432 1 483 1 472 1 475
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Haverskerque en 2007 en pourcentage[9].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
2,9 
5,2 
75 à 89 ans
6,8 
11,0 
60 à 74 ans
13,6 
18,5 
45 à 59 ans
18,6 
22,3 
30 à 44 ans
20,9 
19,9 
15 à 29 ans
16,4 
22,9 
0 à 14 ans
20,7 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[10].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Créé en mars 1918 par les forces du Commonwealth, le Cimetière Anglais « Haverskerque British Cemetery » contient les tombes de 89 soldats et aviateurs britanniques tombés lors de l’offensive alliée d’avril 1918.
  • Une "fête de la tomate et des légumes anciens" est organisée chaque année le deuxième dimanche de septembre par l’association "Des Paysages, des Jardins et des Hommes". La dernière s'est tenue le dimanche 8 septembre 2013

Le cimetière anglais :

Créé en mars 1918 par le Commonwealth War Graves Commission, le Cimetière Anglais contient les tombes de 89 soldats et aviateurs britanniques tombés lors de l’offensive alliée d’avril 1918 et celle d’un aviateur allemand.

Il contient aussi les tombes de la Seconde Guerre Mondiale : 40 soldats britanniques tombés essentiellement au cours de l’invasion allemande de mai 1940 en défendant le passage de la Lys... ..notamment le lieutenant colonel Harrison, du 1er bataillon des Welch Fusiliers, et les hommes de son bataillon, les Welchmen, sacrifiés le 27 mai 1940 au cours du repli des alliés vers Dunkerque.

On y trouve aussi les tombes de 5 aviateurs de la Royal Air Force et 2 aviateurs canadiens.

Le terrain de ce cimetière a été cédé gratuitement par la Nation Française pour aménager un lieu de sépulture perpétuelle aux héros des armées alliées de 14/18 et 39/45 tombés en ces lieux. La commune a honoré la mémoire du Lieutenant Colonel Harrison en baptisant de son nom la rue qui mène au dit cimetière.

La passerelle de la Fosse Bourdon:

L’édifice de fer a pris récemment une belle couleur rouge qui la met en valeur dans l’environnement verdoyant des berges de la Lys qu’elle relie, toute pimpante, aérienne et légère, sa nouvelle infrastructure terrestre habillée de bois s’intégrant parfaitement au paysage...

Située au bout d’un sentier agreste partant de l’église St Vincent et longeant l’antique rivière, la passerelle de la Fosse Bourdon qui enjambe la Lys canalisée, permet aux promeneurs de rallier Haverskerque au Bas Hamel, sis sur la commune de St Venant.

C’est il y a un peu moins d’un siècle que cette passerelle a été construite pour remplacer l’ancien bac qui permettait aux habitants d’Haverskerque et de St Venant de franchir la Lys, véritable frontière naturelle entre les départements du Nord et du Pas de Calais.

C’est en effet en mai 1909 que Gaston Colson demande la construction d’une passerelle à la suite d'accidents tragiques survenus lors de traversées en bac. En octobre 1911, la commune d’Haverskerque contracte l’emprunt nécessaire (1500Fr) et en 1913, une première passerelle est enfin édifiée avec un accès en plan incliné.

Lors de la débâcle de 1944, elle est dynamitée par les Allemands puis reconstruite en 1946 sur ses anciennes fondations avec les éléments d’un pont de voie ferrée : on accède cette fois au tablier surplombant la Lys canalisée par un escalier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Antoine Perel, né en 1986 à Haverskerque, médaille d'or, à Colorado Springs, aux États-Unis, le 7 août 2005, pour un saut en longueur de 6,50 m améliorant le record du monde de 4 cm. Sur le sol de la salle des Fêtes pavoisée aux couleurs nationales, une bande adhésive de 6 m 50 matérialise le saut prodigieux d’Antoine pour que chacun réalise mieux l’exploit du champion du monde.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]