Boeschepe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Boeschepe
Boeschepe
Le moulin de l'Ingratitude (Ondankmeulen).
Blason de Boeschepe
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Intercommunalité Communauté de communes de Flandre Intérieure
Maire
Mandat
Luc Van Inghelandt
2020-2026
Code postal 59299
Code commune 59086
Démographie
Gentilé Boeschèpois
Population
municipale
2 155 hab. (2019 en diminution de 1,28 % par rapport à 2013)
Densité 159 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 48′ 01″ nord, 2° 41′ 31″ est
Altitude Min. 28 m
Max. 153 m
Superficie 13,59 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Boeschepe
(ville-centre)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bailleul
Législatives Quinzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Boeschepe
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Boeschepe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boeschepe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boeschepe
Liens
Site web http://www.boeschepe.fr/

Boeschepe [bɔskɛp], parfois écrit Boeschèpe, est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Boeschepe est située au cœur des monts des Flandres, entre Lille et Dunkerque, et à proximité de la frontière franco-belge. La commune se trouve à 10 km de Steenvoorde, 42 de Dunkerque, 16 d'Hazebrouck, 36 de Lille.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Boeschepe se trouve à une altitude moyenne de 74 m[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,5 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 812 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Richebourg », sur la commune de Richebourg, mise en service en 1990[8] et qui se trouve à 25 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11 °C et la hauteur de précipitations de 762,1 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 38 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,8 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[14].

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Boeschepe est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[15],[16],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine de Boeschepe, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[18] et 4 234 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[21],[22].

La commune compte plusieurs hameaux ou lieux-dits.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (95,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (83,6 %), zones urbanisées (7,2 %), zones agricoles hétérogènes (6,5 %), prairies (1,9 %), forêts (0,7 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

Hameaux[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Boeschepe signifierait la source (schep en langue germanique) de Boso.

En 1318 : Bouscep

En 1330 : Boescepe

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin, où fut tué Géry Ghysel.

Boeschepe était avant la Révolution française, située dans le diocèse de Thérouanne puis dans le diocèse d'Ypres, doyenné de Poperinge[25]. En 1562, Ghislain Damman, adepte de la religion réformée ou protestantisme, organise des prêches à Boescèpe, ce qui entraine de sévères répressions[1].

En fin 1792, alors que la France de la Révolution française, est menacée par la coalition des monarchies voisines, (contexte de La Patrie en danger), de nombreux volontaires sillonnent la région, prêts à défendre les frontières du département du Nord. Tous n'ont pas un comportement exemplaire : en octobre 1792, soixante d'entre eux jettent l'épouvante dans le village de Boeschepe[26].

En 1793-1794, pendant la Révolution, les habitants ont organisé un corps franc de « Chasseurs-Braconniers » pour repousser les incursions des troupes alliées, coalisées contre la France[1].

En , à l'occasion des inventaires qui suivirent la séparation de l'Église et de l'État, des affrontements eurent lieu entre les forces de la préfecture et des habitants du village. Les gendarmes tirent sur la foule dans l'église. Un Boeschèpois est tué à l'intérieur de l'église, le curé est blessé. C'est l'un des deux morts recensés lors des inventaires de 1906 (le deuxième étant André Régis, dans la Haute-Loire). La tombe de la victime, Géry Ghysel[27], père de trois enfants, est visible dans le cimetière. L'évènement va provoquer le lendemain la chute du gouvernement : le gouvernement Maurice Rouvier (3)[28].

Pendant la Première Guerre mondiale, Boeschepe est une des communes avec Hondschoote, Abeele, Caestre, Oost-Cappel, Winnezeele, Hardifort... à faire partie du commandement d'étapes, c'est-à-dire un élément de l'armée, installé à Steenvoorde puis transféré à Rexpoëde, organisant le stationnement de troupes, comprenant souvent des chevaux, pendant un temps plus ou moins long, sur les communes dépendant du commandement, en arrière du front[29].

Le village a été bombardé en 1918 : l'estaminet Lahaye, rue Neuve, et le presbytère furent touchés, ainsi que l'attestent des cartes postales des années 1920.

Boeschepe a bénéficié entre 1870 et 1954 d'un passage d'une ligne de chemin de fer : Ligne d'Hazebrouck à Boeschepe passant par la gare de Godewaersvelde.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Boeschepe dans son canton et son arrondissement.

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1935 septembre 1975
(démission)
Joseph Decanter MRP Conseiller général du canton de Steenvoorde (1945-1970)
septembre 1975 juin 1995 Jean-François Raoult   Médecin
juin 1995 mars 2001 Roger Hallosserie    
mars 2001 mai 2020 Pierre Bourgeois PS  
mai 2020 En cours Luc Van Inghelandt [30]   Animateur de mission
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2005[31].

Depuis 2009, Boeschepe fait partie du réseau Village Patrimoine, coordonné par les Pays de Flandre[Quoi ?].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[33].

En 2019, la commune comptait 2 155 habitants[Note 8], en diminution de 1,28 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7581 4731 6921 8621 9351 9751 9381 9531 985
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9542 0112 1032 2012 2412 1752 2222 2342 208
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1842 2842 1802 0642 0931 9692 0582 1112 089
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 0852 0151 8831 7471 9062 0122 1772 2012 188
2017 2019 - - - - - - -
2 1832 155-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 34,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,1 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 096 hommes pour 1 083 femmes, soit un taux de 50,3 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,23 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
0,8 
5,4 
75-89 ans
8,1 
17,3 
60-74 ans
16,3 
23,0 
45-59 ans
21,2 
19,8 
30-44 ans
19,0 
14,6 
15-29 ans
15,0 
19,6 
0-14 ans
19,6 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Boeschepe fait partie de l'académie de Lille.

Sports[modifier | modifier le code]

Se trouve sur la commune, une société des archers de Saint-Sébastien, le tir à l'arc demeure une tradition vivante dans cette région des Flandres.

Autre sport/jeu traditionnel à Boeschepe : les boules flamandes[38].

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Boeschepe se distingue par sa production de houblon.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Les fêtes communales avaient traditionnellement lieu le dimanche avant le 4 juillet (3 jours) et le lundi de Pentecôte (2 jours)[1]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Festivités[modifier | modifier le code]

  • Ducasse début juillet
  • Les géants, Djoos de Bolder (1994) et Jérôme le Meunier (1993).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Boeschepe

Les armes de Boeschepe se blasonnent ainsi :"D'or à trois chevrons de sable."


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Tome 3 Année 1979, p. 9524.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  8. « Station Météo-France Richebourg - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Boeschepe et Richebourg », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Richebourg - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Boeschepe et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Unité urbaine 2020 de Boeschepe », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. Mémoire de la Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, 1862-1864, neuvième volume, p. 66, lire en ligne.
  26. Joseph Deschuytter, L'esprit public et son évolution dans le Nord, de 1791 au lendemain de Thermidor, An II, Tome I, 1er janvier 1959 (ISBN 978-2-307-02260-2), lire en ligne.
  27. Maison de Géry Ghysel.
  28. Cent ans de vie dans la région, Tome 1 : 1900-1914, éditions la Voix du Nord, 1998, page 49
  29. « Journaux des marches et opérations des corps de troupe - Mémoire des hommes », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le ).
  30. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598579
  31. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Boeschepe, consultée le 26 octobre 2017
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Boeschepe (59086) », (consulté le ).
  37. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  38. « Un village des Monts de Flandre - Boeschèpe - Site officiel de la commune », sur www.boeschepe.fr (consulté le ).
  39. Notice no IA59000124.