Bourbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bourbourg
Bourbourg
La mairie de Bourbourg lors de la fête de Gédéon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Intercommunalité Communauté urbaine de Dunkerque
Maire
Mandat
Éric Gens
2020-2026
Code postal 59630
Code commune 59094
Démographie
Gentilé Bourbourgeois
Population
municipale
7 097 hab. (2017 en augmentation de 1,36 % par rapport à 2012)
Densité 184 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 56′ 50″ nord, 2° 11′ 55″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 10 m
Superficie 38,49 km2
Élections
Départementales Canton de Grande-Synthe
Législatives Quatorzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bourbourg
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Bourbourg
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourbourg
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourbourg
Liens
Site web http://www.bourbourg.fr/

Bourbourg est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Petite bourgade de Flandre maritime, située dans l'arrondissement de Dunkerque. Bourbourg se situe à 18 km de Dunkerque, 30 km de Calais, 77 km de Lille.


Communes limitrophes de Bourbourg
Saint-Georges-sur-l'Aa Craywick
Saint-Folquin Bourbourg Brouckerque
Sainte-Marie-Kerque Saint-Pierre-Brouck - Cappelle-Brouck Looberghe

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

À Bourbourg passe le canal de Bourbourg. Il relie l'Aa à Dunkerque. Il existe depuis le XVIIe siècle (1670) et a été mis au gabarit européen en 1967.

Le canal permet d'assurer le transport de marchandises.


Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune compte de nombreux hameaux ou lieux-dits ː l'Ancre, le Guindal, Coppenaxfort, le Laurier, Quathove, Saint-Nicolas[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Brucburgh en 1035, Brucburch en 1037[2], Borburc en 1150[2], Broburg en 1056, Borburc en 1150, Brouburg en 1187[2], Bourbough en 1268, Brouborgh en 1309.

  • Le nom de la ville vient du flamand « Broek burg », qui signifie « la forteresse du marais »[2], en référence à l'implantation de la commune.
  • En néerlandais : Broekburg, en flamand occidental : Burburg[3].


Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française[modifier | modifier le code]

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Bourbourg est apparue sur des terres en partie formées des alluvions descendant de la partie supérieure du bassin de l'Aa.

Son nom rappelle l'omniprésence des marais sur le territoire qui forme la commune actuelle de Bourbourg, même si par endroits, des îlots de terre émergeaient. Ainsi, en quelques endroits, dont le lieu-dit le Guindal, ont été retrouvés des vases de terre rouge ou grise d'époque gallo-romaine[1], mais le bourg n'a pu apparaître que progressivement, au fur et à mesure que les marais ont été asséchés, notamment par les moines (watringue).

Vers 800, sur une carte de Malbrancq qui représente la partie orientale du delta de l'Aa, le village Burgus in broco est indiqué, entouré de Ecclesia in broco (Brouckerque), Grunberga (Bergues), Saint-Wilbrordi (Gravelines), Koudekerke (Coudekerque), Spikere (Spycker) ou Loo berga (Looberghe)[4].

Les Normands ruinent la cité vers 880. Le comte de Flandres Baudouin II (Baudouin le Chauve) entoure la ville reconstruite de remparts et de fossés vers 900. Baudouin III de Flandre poursuit cette action en 958[5].

À cette époque, Bourbourg est le chef-lieu d'un doyenné de chrétienté chapeautant plusieurs églises et chapelles, dont Gravelines, même si l'ensemble dépendait de l'abbaye Saint-Bertin de Saint-Omer, qui y prélevait de nombreuses dîmes[6]. Cette situation des droits de Saint-Bertin et de la ville de Saint-Omer à Bourbourg va durer, ce qui va amener plus tard plusieurs conflits entre les autorités de Bourbourg, dont l'abbaye fondée deux siècles plus tard, soucieuses d'échapper à la tutelle de Saint-Bertin ː en 1177-1178, le pape Alexandre III détermine les droits de procuration auxquels l'abbaye de Saint-Bertin était astreinte à Bourbourg à l'égard de l'évêque de Thérouanne; en 1180, Didier évêque des Morins (ou de Thérouanne) charge le doyen R. et les autres prêtres de Bourbourg de faire payer la 7e partie de la dîme des harengs à l'abbaye de Saint-Bertin, sous peine d'anathème; en 1181, le pape Alexandre charge les abbés d'Auxy et de Saint-Jean de Thérouanne d'examiner un différend qui s'est élevé entre l'abbaye de Saint-Bertin et le doyen de Bourbourg; en 1232, Pierre évêque des Morins (de Thérouanne) et le chapitre de Thérouanne notifient les droits attribués à l'évêque en fait de gîte dans les dépendances de Saint-Bertin à Bourbourg et à Merken (en Flandre)[7]; en 1303, des paroissiens de Bourbourg, désignés par le curé de Bourbourg, doivent aller répondre à un interrogatoire mené par le chantre de Saint-Bertin, agissant en qualité de conservateur des privilèges de l'abbaye[8]. Le 13 juin 1310, le Parlement de Paris condamne Walter, bailli de Bourbourg et les maire, échevins et jurés de Gravelines à payer des amendes pour avoir attaqué et emprisonné deux jurés et deux échevins de Saint-Omer, qui étaient sous le sauf-conduit du roi de France (les mis en cause, contestaient les privilèges dont les maire, échevins et habitants de Saint-Omer se prévalaient à Gravelines, privilèges confirmés par le Parlement[9]). En 1318, le roi de France Philippe V le Long confirme aux bourgeois de Saint-Omer la charte par laquelle sous approbation de Philippe, comte de Flandre et de Vermandois, les échevins et les élus de la terre de Bourbourg avaient réglé les droits dont jouissaient les bourgeois de Saint-Omer à Bourbourg[10].

En 1057, Baudouin V de Flandre accorde à l'abbaye Saint-Pierre de Gand, laquelle possédait déjà des terres à Bourbourg, le droit de lever la dîme de la pêche à Bruchburch ; cet acte s'explique par la proximité de la mer et des marais, et donc de la pêche, autour de Bourbourg à l'époque[11].

Puis Bourbourg devient le siège d'une châtellenie créée au XIe siècle. Elle contient les paroisses suivantes : Bourbourg, Saint Georges sur l'Aa, Saint Pierre Brouck, Cappelle-Brouck, Craywick, Loon, Drincham, Eringhem, Looberghe (en partie, une partie relève de la châtellenie de Bergues Saint Winoc), Millam, Merckeghem, Holque[12]. Les premiers châtelains appartiennent à la famille de Bourboug, puis elle passe aux comtes de Guînes avant d'arriver à d'autres possesseurs, alors que dans le même temps les seigneurs de Bourbourg sont les comtes de Flandre successifs, avant de relever au fil des successions et mariages des possessions des rois de France (voir châtellenie de Bourbourg).

Lors de l'affrontement en 1071 entre Robert Ier de Flandre, dit Robert le Frison, et Richilde de Hainaut pour la possession du comté de Flandres, Bourbourg comme la plupart des villes flamandes prend parti pour Robert contre Richilde, estimée comme abusant de son pouvoir (bataille de Cassel (1071)[13]. Plus de 1000 hommes venus de Bourbourg participent à la bataille[1].

Vers 1099, au retour de la première croisade de son mari et comte de Flandres, Robert II de Flandres, Clémence de Bourgogne fonde une abbaye à Bourbourg au sud de la ville, abbaye réservée aux jeunes filles nobles, plus tard transformée en chapitre noble de chanoinesses[1]. Clémence de Bourgogne s'y fera inhumer[14]. L'abbaye de bénédictines, ou couvent des sœurs noires, sera intégrée à la ville en 1551, par ordre de Charles Quint, à l'abri des remparts[6]. Le 10 septembre 1782, la reine Marie-Antoinette donne à l'abbaye de Bourbourg le titre de chapitre de la Reine et prend le titre de 1re chanoinesse[15].

Bourbourg abrite encore trois couvents supplémentaires au fil du temps : un couvent de religieuses capucines créé en 1614 par Mme Maes-Taffin, native de Saint-Omer (en religion Françoise de Saint-Omer), demeurant à Bourbourg, à l'origine d'un ordre religieux, un couvent de sœurs noires ou grises du Tiers-Ordre de Saint-François (religieuses hospitalières) et un couvent de frères mineurs capucins en 1621. Les quatre établissements disposent d'un îlot particulier dans la ville[6]'[16].

Vers 1132, une maison des lépreux, desservie par des religieuses, et plus tard par les sœurs noires, est fondée à environ un kilomètre au sud de la ville[6] par un dénommé Malger, avec l'assentiment de l'évêque des Morins et de l'abbé de Saint-Bertin. Il y assigne la somme de 12 livres de Flandre pour y fonder une chapellenie[17]. Milon, évêque de Thérouanne, de concert avec Simon, abbé de Saint-Bertin, pourvoit au service religieux de la chapelle de cette maison[18]. Il s'agit sans doute du même établissement que l'hôpital de charité pour les vieillards[19], appelé hôpital Saint-Nicolas. L'hôpital va recevoir plusieurs dons, de terres ou d'argent ː don du châtelain Henri de Bourbourg confirmé par son fils Baudouin devenu châtelain (famille de Bourbourg); en 1150, don de Baudouin Paledig, confirmé par le comte de Flandre Thierry d'Alsace[20]; en 1181, le comte de Flandre Philippe d'Alsace confirme le don d'un fief de 12 mesures (environ 5 hectares) situées près du nouveau port (Gravelines) fait par Robert le Fauconnier de Gravelines[21]. Cet établissement va bénéficier de la protection de plusieurs papes qui vont réaffirmer ses droits (sans doute était-il l'objet de la convoitise de laïcs et/ou d'ecclésiastiques) ː vers 1241, Grégoire IX prend sous sa protection l'hôpital de Bourbourg et en confirme le maître et les frères dans la possession de leurs biens; en 1245, Innocent IV fait de même, en 1246, il charge le doyen de Saint-Pierre de Cassel de faire cesser les troubles apportés à la possession des biens de la maison des lépreux de Bourbourg, en 1249, il déclare que l'hôpital doit être exempt des droits de tonlieu (taxe sur le transport) pour tous les objets servant à la consommation des personnes de l'hôpital, en 1250, il charge de nouveau le doyen de Cassel de veiller à la cessation des troubles sur la possession de leurs biens; en 1259, Alexandre IV intervient à son tour, à la demande du maître et des frères de l'hôpital, et charge le prieur de Notre Dame Capelle (abbaye liée à l'abbaye Saint-Jean-du-Mont de Thérouanne) de juger quelques débats relatifs à leurs biens[22]. Ces interventions répétées montrent les difficultés rencontrées par l'hôpital pour garder son indépendance.

Les échevins de Bourbourg ont souvent des tensions avec ceux de Saint-Omer à propos d'un ancien avantage des habitants de cette ville (exemption de tonlieu, taxe sur le transport de marchandises, à Gravelines). En 1165, le comte de Flandre intervient pour définir les avantages et droits de chacune des parties ː Bourbourg, Gravelines, et Saint-Omer[23].

En 1192, Bourbourg fait partie, entre autres, du douaire (biens réservés à la veuve d'un seigneur) de Mathilde de Portugal, veuve du comte de Flandre Philippe d'Alsace, ce qui ne manque pas de poser des problèmes avec les châtelains de Bourbourg, suite aux prétentions de cette dernière (voir Béatrice III de Bourbourg sur la page famille de Bourbourg déjà citée).

Vers 1200, un Jean de Bourbourg est abbé de Saint-Winoc de Bergues. À la même époque, les bourgeois de Bourbourg s'engagent à prendre le parti du roi de France (Philippe II Auguste) contre leur suzerain le comte de Flandre (Baudouin VI de Hainaut), si celui-ci ne respecte pas le traité conclu entre lui et le roi, (traité de Péronne) datant de 1200 (il s'agit d'un moyen de pression de Philippe Auguste contre le comte de Flandre pour s'assurer de sa fidélité; la majorité des villes de Flandre prennent le même engagement[24].

Bourbourg compte à l'époque une maison appartenant à l'ordre du temple (Templiers) ː en 1226, elle est donnée par l'ordre à Baudouin III de Guînes, comte de Guînes, châtelain de Bourbourg et seigneur d'Ardres[25].

En 1237, comme de très nombreuses villes et de très nombreux seigneurs de Flandre, les échevins et la ville de Bourbourg déclarent qu'ils soutiendront le roi de France (Louis IX autrement dit saint Louis) si la comtesse de Flandre (Jeanne de Constantinople) n'observe pas les conditions du traité de Péronne[26]. Pour la ville, il s'agissait d'éviter ainsi des déboires ou taxations supplémentaires mais les échevins ne se sentaient pas plus engagés que cela par cette promesse, même si les rois de France comptaient bien s'en servir pour les déclarer parjures le cas échéant s'ils revenaient dessus). La ville dut renouveler la promesse en 1238 après le mariage de Jeanne de Constantinople avec Thomas II de Piémont dit Thomas de Savoie[27]. Une promesse du même ordre devra être faite en 1305 après la victoire de Philippe IV le Bel lors de la bataille de Mons-en Pévèle sur les troupes flamandes[28].

En 1240, la comtesse Jeanne accorde à la ville de Bourbourg une keure, c'est-à-dire une charte permettant à la ville de s'administrer de façon plus autonome. Cette attribution s'effectue dans le cadre du mouvement d'émancipation des communes cf. commune (Moyen Âge). À la même époque, toutes les villes environnantes de quelque importance reçoivent ou bénéficient déjà de ce genre de droits (ex Bergues en 1240 également, Lille reçut la sienne en 1235...)[6]. Ces libertés communales se symbolisent entre autres par le sceau propre à la ville porté sur les actes officiels de celle ci. Celui-ci pouvait évoluer au fil du temps, mais souvent après de graves évènements politiques[29]. En 1293, les échevins et coriers (ou Keurheerens, soit hommes de la keure) reconnaissent que le prévôt (équivalent de l'abbé) et le couvent de Watten (abbaye de Watten), les ont autorisé à percer la digue à Wisch, près de Gravelines, mais sans pouvoir porter préjudice au monastère; il s'agit probablement dans cette région de marais de problèmes d'irrigation et/ou d'évacuation des eaux (voir watringue)[30].

En septembre 1297, le roi Philippe IV le Bel, vainqueur du comte de Flandre Gui de Dampierre, confirme aux villes de Flandre, dont Bergues, Bourbourg, Mardyck, leurs lois et libertés, moyen d'assurer le calme dans ces villes[31].

Les échevins de Bourbourg vont rencontrer quelques difficultés avec le roi de France : en février 1301, Philippe Le Bel renvoie devant son lieutenant en Flandre un appel interjeté par un nommé J. Richier d'une sentence prononcée par les keuriers (échevins) de Bourbourg. L'affaire ne progresse pas, le roi demande alors en septembre 1301 que l'appel de J. Richier soit porté devant des personnes neutres, les keuriers de Furnes et de Bergues, et il en informe les bailli et sous-bailli de Bergues. La situation parait figée, après un rappel de ses consignes en novembre 1301, le roi enjoint en janvier 1302 au bailli de Bergues de citer les échevins de Bourbourg devant le Parlement de Paris. Néanmoins en février 1302, le roi enjoint à son lieutenant en Flandre, Jacques Ier de Châtillon, de veiller à ce que le bailli royal de la châtellenie de Bourbourg ne prélève pas des amendes exagérées sur les habitants de la châtellenie[32].

Les châtelains et la ville de Bourbourg, vassaux du comte de Flandres, participent aux combats menés par leur suzerain ou se révoltent contre celui-ci lorsqu'ils estiment qu'il outrepasse ses droits : voir l'exemple de 1071 ci-dessus; en 1328, quasi toute la Flandre (y compris Bourbourg, Bergues, Mardick, Gravelines, Bailleul, Dunkerque, Bruges, Courtrai, Ypres etc.) se révolte contre le comte de Flandre Louis de Nevers, les villes sont excommuniées , le roi de France Philippe VI de Valois secourt le comte et écrase les Flamands à la bataille de Cassel, en 1329, le roi autorise l'archevêque de Reims, l'évêque de Senlis et le doyen de Rouen à lever l'interdit (l'excommunication) encouru du chef d'infraction à la paix, mais les flamands révoltés des châtellenies de Furnes, Bergues, Bourbourg, Dunkerque, Cassel, etc., se verront infliger amendes et confiscations, notamment en 1336[33]; en 1382, les milices de Bourbourg, rangées au côté du comte de Flandres Louis de Male et du Roi de France Charles VI s'illustrent par leur bravoure lors de la célèbre bataille de Roosebeke[6].


Époque moderne[modifier | modifier le code]

Bourbourg, ville fortifiée par les comtes de Flandre connait plusieurs moments difficiles au cours des siècles : ville assiégée et/ou pillée dans le cadre de la guerre de Cent Ans (croisade d'Henri le Despenser) ou lors de l'affrontement entre la France et les successeurs des Comtes de Flandre (duc de Bourgogne, puis Autriche, puis Espagne). Les adversaires se disputent la suprématie sur la région qui, au fil des guerres, passe des mains des uns à celles des autres. Bourbourg subit ainsi plusieurs envahissements, destructions : 1479 pillage par les Français qui incendient la ville, puis retour à l'Espagne, 1636, année où la peste se déclare à Bourbourg, dont les fortifications sont renforcées par l'Espagne en 1639, 1645 reprise par les Français, reprise par les Espagnols en 1651; 1657 Turenne prend la ville pour la France et la rase plus ou moins (le bois des charpentes des ruines fut utilisé pour le siège de Gravelines qui suit celui de Bourbourg), nouveau pillage en 1675. La paix n'est durablement retrouvée qu'en 1678, avec le traité de Nimègue, Bourbourg devient définitivement française (elle l'était déjà depuis 1659 par le traité des Pyrénées mais eut à subir les agressions espagnoles jusqu'en 1678)[6].

Pendant une partie de cette période, la ville connait une situation paradoxale ː à partir de Henri IV, en 1562 à la mort de son père, les rois de France sont les propriétaires de la seigneurie qui fait toujours partie des possessions de l'Espagne. La situation dure jusqu'en 1659 et le traité des Pyrénées qui attribue définitivement la châtellenie de Bourbourg à la France.

En 1669, la France décide, dans le cadre de la volonté de favoriser le développement de Dunkerque au détriment de Bergues, cité prédominante jusque là, de creuser le canal de Bourbourg, destiné à relier l'Aa à Dunkerque de façon plus directe que le canal de la Colme qui oblige à passer par Bergues, Vauban en sera l'ingénieur[19].

Pendant toute cette période, plusieurs comtes de Flandre, ducs de Bourgogne, empereur ou roi d'Espagne se rendent à Bourbourg : ainsi en juillet 1549, Charles Quint effectue une tournée en Flandre afin d'y faire reconnaître son fils Philippe II comme comte de Flandre, il vient à Bourbourg après être passé à Bergues, Dunkerque, Gravelines[34].

Jusqu'en 1789, Bourbourg appartient à un seigneur dont la Cour était dite du Ghiselhuys[35]. Ce seigneur partage le pouvoir avec la châtelain évoqué ci dessus.

Bourbourg relevait du diocèse de Thérouanne puis du diocèse de Saint-Omer lorsque Thérouanne fut détruite sur ordre de Charles Quint. L'église était placée sous le patronage de l'abbaye de Saint-Bertin de Saint-Omer[19].

Bourbourg au XVIIe siècle (par Antoine Sandérus dans Flandria Illustratasa - 1641).

Bourbourg est divisée en plusieurs sections au XVIIIe siècle.

En 1771, le délégué de la ville et de la châtellenie de Bourbourg obtient le privilège de tenir un marché dans la ville[6]. Celui-ci s'est perpétué et a toujours lieu de nos jours. S'y tenaient également des franches foires (foires avec taxes réduites pour faciliter le commerce) en juin et septembre[15].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1790, les habitants de la campagne veulent obtenir leur indépendance à l'égard des bourgeois de la ville. La sécession aboutit à la mise en place de deux municipalités : Bourbourg-Ville et Bourbourg-Campagne (qui ne seront réunies qu'après la Seconde Guerre mondiale, le 12 décembre 1945). La séparation se fait en suivant les fossés des anciennes fortifications[6]

À la fin du XVIIIe siècle, Bourbourg cesse d'être ville de guerre et se développe alors grâce au commerce puis à l'industrie. La ville profite de son canal « en tout temps navigable », de communications faciles, y compris par voie d'eau avec Dunkerque, Bergues, Saint-Omer, Calais et Ardres et de chemins soigneusement pavés ou empierrés. Son marché est réputé et la ville voit sa population croître jusqu'à près de deux mille âmes (vers 1820). Le drainage des marais périphériques met au jour des sols tourbeux riches qui donnent des jardins et pâturages produisant beaucoup de légumes et engraissant beaucoup de volailles et bestiaux.

En 1825, J.F. Grille signale[36] la présence d'une structure vaguement bocagère « Il y a du bois le long des clôtures », « mais il n'est pas à bon marché à Bourbourg et aux environs. On y supplée par le charbon de terre qui vient de Valenciennes, et par une espèce de tourbe qu'on tire en creusant la terre à quatre ou cinq pieds de profondeur. On trouve alors un banc de deux pieds d'épaisseur, qui est composé de bois pourri ; on y reconnaît des arbres entiers avec leurs feuilles et leurs fruits. On distingue des glands, des noisettes ; et des découvertes du même genre ont eu lieu dans plusieurs cantons du département. Comment les expliquer autrement que par des invasions subites et considérables de la mer, qui se sera ensuite retirée, et qui, traversant les forêts, déracinant les arbres, les aura laissés couchés sur la terre spongieuse. Ces arbres, s'étant couverts de sable et de terre dans la suite des siècles, fournissent aujourd'hui à l'homme, sous une forme, le combustible qu'ils avaient été, dans l'origine, destinés à lui donner sous une autre ».

En 1888, la prison de Bourbourg sert encore de "chambre de sûreté", utilisée pour incarcérer les coupables de braconnage etc avant de les déférer à Dunkerque[37].

La même année, après la victoire en mai aux élections municipales des républicains, le 14 juillet, qui était un samedi, donna lieu à une grande fête avec multiplication d'animations dès le vendredi 13 au soir : annonce de la fête par la sonnerie des cloches et le carillon, retraite aux flambeaux dans les rues de la ville avec en tête la musique municipale et les sapeurs pompiers, jeux de bengale, chants patriotiques. Le 14 au matin, le drapeau est arboré sur les édifices publics et les habitants invités à le faire également. Dès 7h00 nouvelle sonnerie des cloches et carillon, à 9h00 distribution de secours aux pauvres, à 11h30 passage en revue sur la grand place des corps municipaux (musique, sapeurs pompiers) par le conseil municipal. À partir de 14h00, jeux divers avec remise de prix aux vainqueurs : tir à la cible (la liste des gagnants montre qu'on est venu de loin pour y participer : Dunkerque, Saint-Omer, Calais, Béthune ; à l'époque, les concours de tir étaient prisés et considérés comme un entrainement en vue de la guerre plus ou moins latente dans les esprits afin de récupérer l'Alsace et la Lorraine perdues pendant la guerre de 1870), mât de cocagne sur la place de l'Hôtel de ville, jeu de bascule hydraulique, jeu de tourniquet breton, carrousel à pied pour les jeunes gens, grande tombola gratuite pour les enfants, concert de musique par la musique municipale, et en soirée, feu d'artifice, bal public avec entrée gratuite dans le parc de l'Hôtel du commerce, édifices publics illuminés avec invitation aux habitants de le faire également. Les installations foraines étaient exemptées de droit de place pour cette journée, les établissements publics autorisés à rester ouverts pendant la nuit du 14 au 15 pouvaient organiser des jeux et divertissements[38].

Vers 1890, ont été découvertes dans le cimetière, des monnaies du XIVe siècle, on présume qu'elles ont été enfouis lors du siège de Bourbourg en 1383 (croisade d'Henri le Despenser)[1].

Le dimanche 30 décembre 1894, dans l'après-midi, un incendie se déclare dans l'église de Bourbourg, a priori à partir des décorations de Noël (des enfants auraient fait tomber une petite lampe à huile sur du papier doré décorant la crèche). Les pompiers de Bourbourg doivent lutter contre deux foyers. Il neige et il y a du vent, on craint que les vitraux ne cèdent et que le vent attise le feu. Grâce au courage des pompiers et de l'abbé, le feu est éteint en deux heures, l'église est préservée mais une chapelle récemment restaurée et un tableau offert par la famille Schallier (famille d'un des deux notaires de Bourbourg) ont beaucoup souffert. L'incendie a mis en lumière un problème ancien à Bourbourg : le manque d'eau et de prises d'eau, malgré la présence du canal où il a fallu aller puiser[39].

Pendant la première guerre mondiale, Bourbourg est à l'arrière du front qui part de Nieuport, suit le cours de l'Yser vers les monts des Flandres. En 1916 et 1917, Bourbourg-ville et Bourbourg-Campagne placés sous l'autorité du commandement d'étapes de Gravelines, de même que Saint-Pierre-Brouck, Cappelle-Brouck, Loon-Plage, Grande Synthe, sont le lieu de passage et de cantonnement de troupes, d'hôpitaux auxiliaires (de la Croix-Rouge) ou temporaires, de répartition entre les communes concernées de travailleurs agricoles (136 en 1916), .... Ce commandement d'étapes dispose de l'autorité, pour, par exemple, en fin septembre 1916, ordonner la fermeture temporaire de cafés ayant donné à boire à des militaires en dehors des heures réglementaires[40]. La ville dépend également, un temps, du groupement d'étapes installé à Saint-Folquin[41].

En mai 1940, au début de la Seconde Guerre mondiale, lors de l'invasion allemande, l'église Saint-Jean-Baptiste est incendiée et quasi détruite, de même que de nombreuses maisons[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Bourbourg est membre de la communauté urbaine de Dunkerque (Dunkerque Grand Littoral).

La commune a longtemps été le siège du canton de Bourbourg ː de 1789 à 2014, date à laquelle il disparait suite au redécoupage cantonal de cette année là.

Bourbourg dans son canton et son arrondissement.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[42][modifier | modifier le code]

Maire en 1853- 1854 : M. Demeuninck Louis, docteur en médecine, membre du Conseil d'arrondissement, chevalier de la Légion d'honneur (décoré à l'occasion de l'épidémie cholérique de 1848-1849)[43],[44].

Maire de Bourbourg Campagne en 1854 : M. Waguet[43].

Maire de Bourbourg-Campagne en 1887 et 1888 : Edmond Duriez[45].

Maire de Bourbourg-Campagne de 1888 à 1914 : Art. Belle[46].

Maire de Bourbourg-Campagne de 1922 à 1929 : Victor Leuliette[47].

Maire de Bourbourg-Campagne de 1929 à 1939 : Eugène Decrocq[48]. (Bourbourg-Campagne rattachée à Bourbourg en 1945)

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1828 Ignace Depape   Héritier de Benoit Depape (Depaepe), avocat, subdélégué de l'Intendant de la Généralité de Lille, 1er conseiller pensionnaire à Bourbourg
1874 1876 Edmond de Coussemaker   Conseiller général du canton de Bourbourg (1849-1876)[49]
1876 1888 Jérémie Vandebroucque Républicain  
1888 1908 Victor Vandebroucque    
1908 1914 Octave Longueval    
1914 1919 Noël Pilon    
1919 1937 Benjamin Vandebroucque    
1937 1945 Gustave Meesemaecker    
1947 1965 Jean Vilain MRP Conseiller général du canton de Bourbourg (1945-1958)[50]
1965 1975 Jean Varlet SFIO Sénateur du Nord (1974-1983)
Conseiller général du canton de Bourbourg (1958-1984)
Vice-président du conseil général du Nord[51]
1975 1978 Michel Nicolet DVG Conseiller communautaire à la communauté urbaine de Dunkerque
Vice-président de la communauté urbaine de Dunkerque
1978 1983 Jean Varlet PS Sénateur du Nord (1974-1983)
Conseiller général du canton de Bourbourg (1958-1984)
Vice-président du conseil général du Nord[51]
1983 1995 Olivier Varlet PS Conseiller général du canton de Bourbourg (1984-1994)
1995 2001 Michel Nicolet DVG Conseiller communautaire à la communauté urbaine de Dunkerque
Francis Bassemon PRG puis MRSL Vice-président de la communauté urbaine de Dunkerque depuis 2014[52].
En cours Eric Gens[53] Sans étiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2003[54].

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Le CCAS, le centre social, le Trésor public.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[55]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[56].

En 2017, la commune comptait 7 097 habitants[Note 1], en augmentation de 1,36 % par rapport à 2012 (Nord : +0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0841 9662 0042 2732 3782 5272 4742 3252 528
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5972 6152 6342 5742 4772 3922 4142 4682 513
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5862 4822 4222 4892 2032 1982 1245 4695 564
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
5 8686 0767 2927 3417 1066 9086 6757 0327 112
2017 - - - - - - - -
7 097--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[57] puis Insee à partir de 2006[58].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Bourbourg en 2007 en pourcentage[59].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
1,6 
4,7 
75 à 89 ans
9,9 
12,7 
60 à 74 ans
13,9 
20,0 
45 à 59 ans
20,6 
20,4 
30 à 44 ans
18,2 
20,7 
15 à 29 ans
18,2 
21,3 
0 à 14 ans
17,6 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[60].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

Santé[modifier | modifier le code]

La ville de Bourbourg, il y a 8 maisons médicales, 3 pharmacies, 10 infirmiers, 4 dentistes, 3 pédicures podologues, 1 dermatologue, 2 orthophonistes, 3 kinésithérapeutes et 1 audioprothésistes.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bourbourg fait partie de l'académie de Lille.

Deux collèges , un public (collège Jean-Jaurès) et un privé (collège Notre-Dame) accueillent les élèves de Bourbourg et des villages voisins.

Ecoles [61]:

  • École Sévigné
  • École Lamartine
  • École Jean-Michel-Billaut
  • École la Campagne
  • École Saint-Joseph (privé)

Collèges :

  • Collège Notre Dame Dame (privé)
  • Collège Charles-Brasseur (privé)
  • Collège Jean-Jaurès (public)

Lycée :

  • Lycée agricole Charles-Brasseur

Sports[modifier | modifier le code]

Le ministère des Sports a décompté 39 équipements sportifs sur le territoire de la commune en 2013[62]. Il y a du football, de la pétanque, du basket-ball, du tennis, du tennis de table, du tir à l'arc, de la musculation ,tous les sports de combat, un groupe de majorettes...

Média[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle deux journaux paraissent à Bourbourg :

  • Le Journal de Bourbourg et du canton de Gravelines, hebdomadaire puis" bi-hebdomadaire "puis" hebdomadaire, politique, d'intérêt local, agricole et littéraire,paraissant le mercredi, commence en 1882 (et parait toujours en 1895), édité par l'imprimeur Spas, de tendance conservatrice[63].
  • La Gazette de Bourbourg et de ses environs, ou Gazette de Bourbourg et du canton de Gravelines, journal d'intérêt local, commercial, agricole et littéraire ... : désigné pour la publication des annonces judiciaires et légales, paraît de 1898 à 1940, de tendance plus progressiste[64].

Culte[modifier | modifier le code]

La fête de Saint-Martin le 10 novembre.

Les habitants de Bourbourg fêtent Gédéon le dernier dimanche de chaque mois de juin.

Économie[modifier | modifier le code]

Tous les mardis matins a lieu à Bourbourg un marché (il existait déjà en 1893[65]) attirant des personnes venant de tout l'ancien canton. Il existait également un marché aux bestiaux.

La ville, située dans une plaine fertile propice à l'agriculture, est réputée pour deux types de volailles ː le canard de Bourbourg et surtout la poule de Bourbourg.

Bourbourg, ancien chef-lieu de canton, compte de nombreux commerces et entreprises au service de la population, ainsi que des structures telles que maison de retraite (maison Jean-Varlet), association d'aide à domicile[66],[67]. La ville a un passé industriel notable (tréfileries, chocolaterie, sècherie de café, minoterie avec « Les Moulins de Bourbourg », ...).


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Les fêtes communales ont traditionnellement lieu le dernier dimanche de juin et le 3e dimanche de septembre[1].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste.
  • L'église Saint-Jean-Baptiste. Selon le doyen Dominicus, l’église a été construite par les religieux de l'abbaye Saint-Bertin, dont elle dépendait, vers le XIIIe siècle. À l'intérieur on peut admirer le reliquaire, « La Châsse de Notre Dame de Bourbourg », de la fin du XVe siècle. Le chœur de l'église, dans lequel un avion s'est écrasé au cours de la Deuxième Guerre mondiale, a été restauré et abrite depuis le 11 octobre 2008 une œuvre imposante du sculpteur britannique Anthony Caro appelée « Chœur de Lumière ». Il est classé à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1920[68].
  • La prison : toute proche de l'église Saint-Jean-Baptiste, édifiée au XVIIe siècle[69], se trouvent encore les anciens cachots de ce qui fut la prison de la ville. Construite en 1539, en briques jaunes, avec l'encadrement des fenêtres en pierre, le bâtiment est inscrit, depuis 1992, aux monuments historiques[70].
  • Le château de Withof - ancien restaurant devenu un gite d'hôtes - 238 chambres.
  • En 1979, l'hôtel de ville contient une table-bureau en bois de rose avec application de cuivre ciselé d'époque Louis XV et vingt-deux chaises en bois mouluré du XVIIIe siècle[1].

Tradition[modifier | modifier le code]

Les Géants historiques : Gédéon, Arthurine, Florentine Soupe Sans Pain et Binbin sortent en cortège lors de la fête patronale

Les Nouveaux Géants : « Maxou, le Joueur de Tambour » et « Chouyout » de l'association Les Amis de Maxou.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Bourbourg (Nord).svg

Les armes de Bourbourg étaient décrites ainsi : au chef de Flandre, surmontant les trois tierces d'or, évocation de la fameuse neuvaine celtique, où durant trois fois trois jours, au neuvième mois de l'année, les druides célébraient leurs mystères[72]. Elles se blasonnent maintenant en ces termes : D'azur à trois tierces d'or, au chef du même chargé d'un lion de sable armé et lampassé de gueules[73],[74].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Gustave Monteuuis, Notice sur Bourbourg suivie de Le siège de Bourbourg en 1383, Lille, 1896, 67 pages.
  • Abbé Gustave Monteuuis, Deux chatelains de Bourbourg : Thémard le Martyr mort en 1127, Henri le glorieux (1127-1169), Lille : Impr. V. Ducoulombier, 1897. (lire en ligne).
  • Georges Dupas, Le clergé, les couvents et leurs biens dans la châtellenie de Bourbourg avant la Révolution, Coudekerque-Branche, Galaad, 2000.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Annuaire Ravet Anceau département du Nord, Année 1979, Tome 3, p. 9530.
  2. a b c et d Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1027
  3. http://www.roepstem.net/vlaanderen.html#inhoud
  4. Aymard Drieux et Yves Lemaire, Brouckerque, Coppenaxfort, 2005, (ISBN 2-9525621-0-5)
  5. Henri Piers, Histoire de la ville de Bergues-Saint-Winoc : notices historiques sur Hondschoote, Wormhoudt, Gravelines, Mardick, Bourbourg, Watten, etc, Imprimerie de Vanelslandt, (lire en ligne), p. 123
  6. a b c d e f g h et i Abbé G. Monteuuis cité dans la bibliographie
  7. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VII, 2ème partie, Années 1177, 1180, 1181, 1232.
  8. Wauters, option citée, Tome VIII, Année 1303.
  9. Wauters, Tome VIII, Année 1310.
  10. Wauters, p., Tome VIII, Année 1318.
  11. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome I, Année 1057
  12. Georges Dupas, Seigneuries et seigneurs de la châtellenie de Bourbourg, Coudekerque Branche, Galaad Graal, , introduction
  13. Louis de Baecker, Recherches historiques sur la ville de Bourbourg (lire en ligne), p. 16
  14. Henri Piers op. cit., page 124.
  15. a et b Henri Piers option citée page 128
  16. Georges Dupas, Le clergé, les couvents..., cité dans la bibliographie, p. 21.
  17. A. Wauters, option citée, Tome VII, 2ème partie, Année 1168.
  18. A. Wauters, option citée, Tome VII, 2ème partie, Année 1132.
  19. a b et c Henri Piers option citée page 126
  20. A. Wauters, option citée, Tome VII, 2ème partie, Année 1150.
  21. A. Wauters, option citée, Tome VII, 2ème partie, Année 1181.
  22. Wauters, option citée, Tome VII, 2ème partie, Années 1242, 1245, 1246, 1249, 1250, 1259.
  23. A. Wauters, option citée, Tome VII, 1re partie, Année 1165.
  24. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome 3, janvier 1200
  25. A. Wauters, option citée, Tome III, Année 1226
  26. A. Wauters, option citée, Tome IV, Année 1237.
  27. A. Wauters, option citée, Tome IV, Année 1238
  28. Wauters, option citée, Tome VIII, Année 1305.
  29. Mémoire de la Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts Année 1853-1854 page 157 lire en ligne
  30. Alphonse Wauters, Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VI, Année 1293.
  31. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VI, Année 1297, mois de septembre.
  32. Stanislas Bormans, Joseph Halkin, Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1946. Tome XI, 3e partie, Année 1301-1302.
  33. Stanislas Bormans, Joseph Halkin, Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1946. Tome XI, 3e partie, Année 1336.
  34. Louis de Baecker, Recherches historiques sur la ville de Bergues (lire en ligne), p. 58
  35. « Notice historique sur la commune de Drincham », sur http://www.westhoekpedia.org/bibliotheque-numerique/
  36. Description du département du Nord par François Joseph Grille (d'Angers) Paris, éd. Sazerac & Duval, 1825-1830 (livre commencé en 1824)
  37. Journal de Bourbourg et de Gravelines, n° 312 du 1er février 1888
  38. Journal de Bourbourg et du canton de Gravelines, n° 335 du 11 juillet 1888 et 336 du 18 juillet 1888
  39. Le Journal de Bourbourg et du canton de Gravelines, n° 744 du 2 janvier 1895
  40. « Journaux des marches et opérations des corps de troupe - Mémoire des hommes », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le 21 juin 2020)
  41. « Journaux des marches et opérations des corps de troupe - Mémoire des hommes », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le 19 juillet 2020)
  42. http://www.francegenweb.org/mairesgenweb/resultcommune.php?id=1178
  43. a et b Almanach du commerce Département du Nord 1854
  44. « Demeunynck Josse François Louis », sur Base Léonore
  45. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1887 et 1888
  46. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1889 à 1914
  47. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1922 à 1929
  48. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1930 à 1939
  49. Secretariat général Mairie de Bourbourg
  50. http://www.gennpdc.net/lesforums/index.php?showtopic=35914
  51. a et b http://www.senat.fr/senateur/varlet_jean000377.html
  52. http://www.communaute-urbaine-dunkerque.fr/fr/informations/actualites/index.html?tx_ttnews%5Btt_news%5D=8459&cHash=1102a7e96660527988a1f81b4a8a9b3a
  53. « - Bourbourg: Éric Gens met fin à dix-neuf ans de règne de Francis Bassemon », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2020).
  54. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Bourbourg, consultée le 26 octobre 2017
  55. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  56. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  57. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  58. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  59. « Évolution et structure de la population à Bourbourg en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  60. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)
  61. En mai 1888, l'école communale de Bourbourg était dirigée depuis trente ans par les Frères de la doctrine chrétienne- Source : le Journal de Bourbourg de mai 1888
  62. « Recensement des équipements sportifs, espace et sites de pratiques - détail par communes - », sur Site ministériel du recensement des équipements sportifs (consulté le 6 février 2014)
  63. « Journal de Bourbourg et du canton de Gravelines », sur presselocaleancienne.bnf.fr
  64. « La Gazette de Bourbourg et de ses environs », sur presselocaleancienne.bnf.fr
  65. Annuaire Ravet Anceau 1893
  66. « Entreprise Bourbourg 59630, annuaire professionnel bourbourg », sur www.118000.fr (consulté le 26 juillet 2017)
  67. « Entreprises, commerces et services à Bourbourg (code postal insee_departement_appartenance%... », sur www.journaldunet.com (consulté le 26 juillet 2017)
  68. Notice no PA00107383, base Mérimée, ministère français de la Culture
  69. « Les histoires cachées de la prison de Bourbourg », sur www.lejournaldesflandres.fr, (consulté le 23 mai 2015)
  70. « Monuments historiques : Ancienne prison de Beaubourg », sur www.culture.gouv.fr, (consulté le 23 mai 2015)
  71. Clément Codron, Procédés de forgeage dans l'industrie : C. Codron, ingénieur-conseil, professeur du cours des arts mécaniques, du cours des organes de machines, directeur du laboratoire des essais mécaniques à l'Institut industriel du Nord, professeur du cours de constructions industrielles à l'École nationale des industries agricoles de Douai, lauréat de l'Institut de France, de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, de la Société des anciens élèves des écoles nationales des arts et métiers., Paris, Albin Michel, (notice BnF no FRBNF31955526, présentation en ligne)
  72. Site de la mairie
  73. La page du généalogiste fou
  74. « Lions de sable », dans Armorial au lion, Wikipedia