Tourterelle des bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Streptopelia turtur

Streptopelia turtur
Description de cette image, également commentée ci-après
Deux tourterelle des bois
Classification (COI)
Règne Animalia
Classe Aves
Ordre Columbiformes
Famille Columbidae
Genre Streptopelia

Espèce

Streptopelia turtur
(Linnaeus 1758)

Statut de conservation UICN

( VU )
VU A2bcd+3bcd+4bcd : Vulnérable

Tourterelle des bois en Vendée, sur des tournesols dont elles apprécient les graines.

La tourterelle des bois (Streptopelia turtur) est une espèce d'oiseaux de famille des Columbidae et qui se reproduit dans le Paléarctique occidental, essentiellement dans les régions de basse-altitude[1],[2]. C'est le seul colombidé migrateur à longue distance d'Europe[3], et aussi l'une des espèces connaissant un déclin parmi les plus rapides en Europe[4].

Dénominations[modifier | modifier le code]

L'espèce est décrite par Elizabeth Lauretta Conway en 1758 sous le nom de Streptopelia turtur[5].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le plumage de cette espèce la rend relativement discrète dans le sous-bois.

La tourterelle des bois est le columbidé le plus svelte et élancé d’Europe. Son manteau n'est pas uniforme comme chez la tourterelle turque mais écaillé apparaissant tacheté de noir. Le plumage du cou est marqué de chaque côté d'une tache blanche rayée de noir, la poitrine est délicatement rosée. Terminée par une barre blanche, la queue noire et bien soulignée en vol par la blancheur des sous-caudales.
Son vol est rapide, brusque au décollage et apparaît comme saccadé.

Cet oiseau mesure 25 à 28 cm de longueur pour une envergure de 49 à 55 cm et une masse généralement de 120 à 150 g (valeurs extrêmes de 85 et 208 g).

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

Chants[modifier | modifier le code]

C’est le plus souvent par son chant que l’on repère la tourterelle des bois car elle reste volontiers confinée dans la végétation. Son roucoulement est doux, comme étouffé.

Alimentation[modifier | modifier le code]

La tourterelle des bois cherche sa nourriture à terre ; elle est composée essentiellement de petites graines (blé, orge, tournesol…) et principalement de plantes adventices ou satellites des cultures, mais également de graines de pin tombées au sol.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Streptopelia turtur turtur - Muséum de Toulouse.
Tourterelle des bois, dans Nederlandsche vogelen.

En Europe, la tourterelle des bois, migratrice, a le cycle de reproduction le plus court des colombidés. Une partie des couples semblent déjà formés avant d'atteindre le site de nidification (les oiseaux volent alors par deux durant la migration post-nuptiale)[6], mais d'autres couples se font sur les lieux choisis. De longs roucoulements, souvent émis par les mâles, en en sourdine sous le couvert végétal durant des heures président à la formation des couples[7]. Les mâles font des courbettes en gonflant la gorge et des grattages mutuels se font, avec contacts « bec à bec ». Le mâle effectue ensuite un vol nuptial en se lançant à la verticale, puis en planant en cercles avant de se laisser tomber. Des mouvements de « révérence » et roucoulements informent d'autres couples de Colombiformes que le territoire est déjà pris[7]. En France, de mai au début de juillet, des roucoulements et vols de mâles s'exhibant sont observés le matin, déclinant dans l'après-midi, et reprenant en soirée[8].

Aire de nidification[modifier | modifier le code]

La tourterelle des bois niche dans les zones au tempérées de l'Eurasie, mais aussi au sud de la méditerranée et en zones semi-désertiques d'Afrique du nord[9],[10] (mais pas dans le nord des îles britanniques et de la Scandinavie). Elle se reproduit dans l'Est de la Sibérie occidentale, au sud de la Sibérie centrale, au nord de la Mongolie, au nord du Moyen-Orient, en Afrique du nord et dans une partie du Niger[11] ; elle semble rechercher pour nidifier un climat estival plutôt chaud et sec (au sud de l'isotherme de 16 °C en juillet (19 °C en Grande-Bretagne), du 10e méridien Ouest (Portugal) au 60e méridien Est (Oural), et entre le 35e parallèle Nord jusqu'aux environs du 60e parallèle Nord[12]. Exceptionnellement elle est observée plus au nord de la Russie occidentale, vers Arkhangelsk (environ 63e parallèle Nord), entre les mois de juin et d'août[13], parfois avec des comportements nuptiaux (mais sans reproduction observée), peut être à la faveur du réchauffement climatique.

Migration[modifier | modifier le code]

Après avoir élevé une ou deux nichées (1 à 2 œufs blancs), les tourterelles des bois repartent sur leurs quartiers d’hivernage africains dès fin juillet, la migration battant son plein en France dans la deuxième quinzaine d’août, les derniers individus disparaissent du territoire français fin septembre début octobre.

La migration est plutôt nocturne (selon les conditions météorologiques)[14] avec, dans certaines régions, un passage matutinal marqué (Médoc en prénuptiale, cols de Sare, Pays basque, en post-nuptiale). Si l’espèce est abondante au cours des migrations sur la zone côtière, des rassemblements post-nuptiaux peuvent être également observés dans certaines régions agricoles (Entre-deux-Mers, Béarn…). Le voyage est fait d'une traite pour les tourterelles ayant constitué d'importantes réserves de graisse. Les autres doivent faire des étapes (par exemple en Camargue, Algérie ou Tunisie) pour se reposer et se réalimenter. Comme d'autres espèces se reproduisant tardivement, sa mue s'effectue sur toute la période de migration post-nuptiale[15].

Selon leur zone de reproduction et d'hivernage, ces oiseaux traversent une partie de l'Europe, la Méditerranée et le désert du Sahara (généralement sur 4 000 km environ) via trois principaux corridors de migration[16] :

  1. Europe de l'Ouest - Détroit de Gibraltar - Sahara (via la Tunisie) vers l'Afrique équatoriale ;
  2. Europe centrale vers Tunisie et Libye (via la Grèce et la péninsule italienne) ;
  3. Russie, Balkans et Asie vers l'Égypte (via la mer Noire, la Turquie, l'Irak, l'Arabie).

Pour le corridor « Ouest » :

  • Les premières tourterelles des bois (venues du Sahel) s'installent pour se reproduire au sud du Maroc dès février, mais au nord du pays après le 1er mars[17].
  • Mi-avril elles sont observées en Algérie (où cependant quelques groupes, de la sous-espèce hoggara, le plus souvent, sont sédentarisés dans les oasis dans le sud-aérien[18]
  • Vers le 10 avril les premiers oiseaux sont observés au Portugal (et à la mi-mai presque tous sont sur leurs lieux de nidification)[19].
  • En France, les nicheurs arrivent de mi-avril à mi-mai.
  • Les effectifs remontant ou descendant par l'ouest vers l'Europe, via le détroit de Gibraltar n'ont cessé de se réduire durant les années 1970 à 1990 (notamment à cause des changements de pratiques agricoles et sylvicoles). Ils semblent s'être stabilisés (sur ce corridor) depuis que l'oiseau est protégé ou classé vulnérable dans de nombreux pays[20] depuis le milieu des années 1990 environ[8].
  • Le golfe de Gascogne peut aussi être traversé (tant en migration pré- que post-nuptiale), comme l'ont montré les observations de marins pêcheurs faites jusqu'à 120 miles au large des côtes charentaises[21]. Mais il semble que la tourterelle évite de traverser l'estuaire de la Gironde de jour et à basse altitude, sans doute en raison d'un risque de chasse (et prédation)[8] très augmenté sur ces zones où elles sont vulnérables.

Pour la migration post-nuptiale, les données de baguage d'oiseaux tchèques, hongrois, britanniques, allemands et français confirment trois grandes voies de migration principales[22]. Une grande partie des tourterelles françaises (62 %), allemandes (92 %) et britanniques (94 %) empruntent le corridor Ouest, mais les oiseaux tchèques utilisent plutôt le corridor central (56 %) alors que 55 % des oiseaux hongrois utilisent le corridor oriental. Les populations tchèque et allemande seraient ainsi deux groupes relativement distincts[22].

Les moments de départ et d'arrivée sont à peu près identiques sur ces trois voies de migration[22].

Habitat[modifier | modifier le code]

La tourterelle des bois se nourrit principalement au sol, dans les milieux ouverts ou semi-ouverts (lisières…).
Cette espèce apprécie aussi la présence d'eau, notamment en zone semi-désertique.

Cet oiseau, essentiellement granivore utilise divers habitats naturels (ou de nos jours plus ou moins artificialisés mais riches en écotones tels que vergers, cultures, bocage, taillis, lisières de forêts, berges où il trouve la plupart de sa nourriture[23],[24], mais souvent en évitant les zones très fréquentées par les humains[25]. Les cultures (blé, orge…) offrent une ressource alimentaire devenues essentielles, y compris en hivernage en Afrique[26] puis lors de l'élevage des petits plus au nord (dans les deux cas, les cultures peuvent l'exposer aux pesticides). Par ailleurs, les arbres, haies, buissons, lui offrent des lieux de nidification[27],[28],[29]. Dans les aires d'hivernage, les graines cultivées sont les principaux éléments nutritifs de ces tourterelles[26],[30]. La faible productivité céréalière africaine, due aux sécheresse et à la réduction des surfaces céréalières, est l'un des éléments menaçant la survie de cette espèce, ainsi que sa capacité à s'adapter à des trajectoires migratoires difficiles[31],[32]. Outre la chasse et de la prédation, des études récentes montrent que la disponibilité réduite de la nourriture, la destruction et la modification des habitats d'alimentation[33],[34], sont parmi les principaux facteurs menaçant la population de tourterelles[35],[9],[36],[10],[32].

La population des tourterelles des bois en Europe de l’Ouest est passé de 15 millions à 3 millions d’individus en 35 ans (1980-2015), soit une chute de 78 %[37].

Répartition[modifier | modifier le code]

La sous-espèce nominale se reproduit de l’Atlantique à la Sibérie occidentale et à la Syrie, atteignant le nord de la Grande-Bretagne et jusqu’au 58° nord en Russie ; au sud, elle occupe la rive septentrionale du bassin méditerranéen tandis que la sous-espèce arénicole niche aux Baléares, au nord-ouest de l’Afrique, à l’est de la Méditerranée[38] jusqu’à la Mongolie. D’autres sous-espèces occupent les régions sub-sahéliennes de l’Afrique. La tourterelle des bois hiverne en Afrique sahélienne dans les savanes buissonnantes où elle forme des dortoirs importants.

Répartition en France[modifier | modifier le code]

Autrefois très répandue en plaine dans presque toute la France, la tourterelle des bois a toujours été absente des hauts massifs montagneux.

En Aquitaine : la tourterelle des bois est présente dans toute la région sauf dans les secteurs montagneux pyrénéens où la limite altitudinale se situerait à environ 650 m. Ses densités varient selon les disponibilités alimentaires. La tourterelle des bois fréquente tout type de milieux présentant des écotones ; elle utilise des paysages variés : bocager ou boisé, agricole, prairials mais à la différence des pigeons et de la tourterelle turque, évite la proximité les habitats urbains.

Les tourterelles des bois perdent chaque année 1 à 2 % de leurs effectifs en France[39].

Menaces et conservation[modifier | modifier le code]

Cette espèce, très appréciée des chasseurs[40], notamment au Maroc (plus de 150 000 individus sont tués par saison de chasse, alors que cette chasse est prohibée en Algérie depuis les années quatre-vingt-dix) et en France dans le Médoc (milliers de ces oiseaux tués durant la saison de reproduction au début des années 2000[41],[8],[42] est à considérer comme menacée au niveau mondial en raison d'un fort déclin, l'Union internationale pour la conservation de la nature la classe sous le statut vulnérable depuis 2015.

En Europe l'espèce est classée vulnérable, avec des effectifs en fort déclin (- 78 % de 1980 à 2015, selon Birdlife International (2015). Une étude récente (thèse publiée en 2018) à la fois basée sur les signatures isotopiques (isotopes stables de l'hydrogène) et sur les données de bagage visait à évaluer le degré de connectivité des populations européennes de cet oiseau ; ces deux méthodes « n'ont pas permis d'identifier les zones de reproduction spatialement explicites, mais ont clairement démontré le fort impact de la chasse sur les oiseaux migrateurs en Europe, en particulier sur ceux originaires d'autres pays que ceux où la chasse a lieu »[43].

C'est en France, pays situé sur le corridor de migration le plus occidental pour l'espèce, qu'elle a le plus régressé[44]. Dans ce pays l'espèce est aussi classée vulnérable.

Les densités et l’état de conservation des populations de tourterelles des bois en Aquitaine est mal connue. La présence de plantes commensales des cultures, les jachères et les paysages ouverts ou semi-ouverts (vergers, bocages) sont favorables à la dynamique de ses populations[45], alors que l'intensification de l'agriculture se fait à son détriment (comme pour tous les oiseaux de milieux ruraux[46]). La conservation de la tourterelle des bois, espèce migratrice, dépend également des conditions d’hivernage qu’elle rencontre dans les savanes africaines. La prédation par les chats domestiques, certains pesticides et la chasse constitue les principales menaces pendant la migration [réf. nécessaire]. Comme d'autres espèces proches telles que le pigeon ramier (Columba palumbus), la tourterelle Columba livia, la tourterelle Columba oenas ou la tourterelle triste 'Zenaida macroura[47]), la tourterelle des bois peut aussi être victime de saturnisme aviaire, ainsi que la perdrix à pattes rouges (Alectoris rufa), la perdrix de Barbarie (Alectoris barbara) et la caille commune (Coturnix coturnix) qui partagent une partie de ses habitats[48]. En effet, pour digérer leurs aliments, notamment les graines dures, tous les oiseaux, tous dépourvus de dents, ingèrent de petits cailloux plutôt arrondis (dits « grit ») qui dans le gésier aident à broyer la nourriture. Parfois, sur les zones de gagnage (ou à proximité de zones de ball-trap ou de stand de tir)[49], en guise de grit, ils ingèrent de la grenaille de plomb (qui s'est répandue au sol lors de tirs précédents). S'ils ne meurent pas directement de saturnisme, ces oiseaux, victimes de troubles neurologiques et musculaires ont plus de risque de mourir accidentellement, victimes de maladies, de prédateurs ou de collisions[50]. L'ingestion de plomb induit aussi « un stress oxydatif accru et une diminution des enzymes antioxydantes dans les tissus hépatiques et rénaux. Le système immunitaire aviaire est également une cible du plomb et présente un certain nombre de fonctions altérées suggérant une suppression immunitaire »[50] et enfin « le plomb inhibe clairement les capacités de reproduction des oiseaux adultes et altère la croissance et le développement des nouveau-nés »[50].

A proximité de la rivière Jándula, des granulés de plastique vierge (en forme de billes) ont été retrouvés dans 3,8% des tubes digestifs des tourterelles examinées (tout au long de 3 ans d'étude de leur alimentation)[51]. Ce phénomène était jusqu'alors inédit chez les colombidés sauvages, alors que l'ingestion de billes de grenaille de chasse (plomb et depuis peu acier) est bien documenté chez ces oiseaux[52],[53] ; on suppose que ces tourterelles ont confondu ces billes déposés par le courant le long des berges avec des graines de légumineuses. Cette consommation pourrait être liée à la disponibilité de granulés de plastiqueur les berges[54].

Un pathogène fréquent de cet oiseau est Trichomonas gallinae (maladie aviaire considérée comme émergente[55],[56] et pouvant aussi toucher la volaille) ; une étude de 2018 n'a pas trouvé de lignée hautement pathogène pour cette tourterelle, mais suggère de rester vigilant à cet égard, car des lignées pathogènes ont antérieurement déjà été trouvées chez les tourterelles des bois britanniques et étaient présentes chez le Pigeon colombin (Columba oenas) en Allemagne, autre espèces en forte régression[3].

Dans le cadre notamment du nouveau Plan biodiversité validé en juillet 2018 qui a officiellement introduit en France la méthode de « gestion adaptative par quotas de prélèvements cynégétiques » pour un groupe d'espèces en forte voie de régression ou menacées de disparition, incluant la tourterelle des bois[57], le comité scientifique chargé de l'évaluation de l'état de ses populations de tourterelle a préconisé de ne plus la chasser du tout, car sa population totale avait chuté de 80 % en Europe en 40 ans, « ou, au pire, de tuer 1,3 % des effectifs estimés en France, soit 18 300 oiseaux ».

Un premier projet d'arrêté ministériel prévoyait d'autoriser 30 000 oiseaux tués. Puis à partir de 2019 un arrêté[58] fixe annuellement le nombre de prélèvements autorisés, avec dans un premier temps un maximum de 18 000 tourterelles des bois qui pourra être tué au cours de la saison de chasse 2019-2020 (soit cinq fois moins que le nombre de tourterelles estimées tuées par an les années précédentes[59]. Le chasseur a obligation d'enregistrer la capture d'un oiseau sur une application mobile[60]. La Ligue pour la protection des oiseaux, dénonçant cette décision « qui en dit long sur la persistance du lobby cynégétique en France » selon elle, a annoncé vouloir porter l'affaire devant le Conseil d’État[59]. Pour la saison 2020-2021 le nombre, fixé par arrêté, est de 17 460[61]. La LPO a critiqué le fait que l'arrêt n'ait été publié que la veille de l’ouverture de la chasse, « afin de permettre, même en cas de recours de la LPO à la procédure d’urgence [référé-suspension], la chasse pendant dix à quinze jours, avant toute décision du Conseil d’Etat »[62].

Finalement, le 11 septembre, le Conseil d'État suspend l'autorisation, suite à une assignation du ministère de l'Écologie par la Ligue pour la protection des oiseaux et One Voice[63]. L'ONG One Voice a estimé qu'au 10 septembre, « déjà 6 287 tourterelles des bois avaient péri dans le cadre de cet arrêté »[62].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Cyril Eraud, Jean-Marie Boutin, Marcel Riviere et Jacques Brun, « Survival of Turtle Doves Streptopelia turtur in relation to western Africa environmental conditions », Ibis, vol. 151, no 1,‎ , p. 186–190 (DOI 10.1111/j.1474-919X.2008.00876.x, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2020)
  2. (en) Ismail Mansouri, Mohammed K. Al-Sadoon, Mouad Rochdi et Bilal Ahamad Paray, « Diversity of feeding habitats and diet composition in the turtle doves Streptopelia turtur to buffer loss and modification of natural habitats during breeding season », Saudi Journal of Biological Sciences, vol. 26, no 5,‎ , p. 957–962 (PMID 31303825, PMCID PMC6600778, DOI 10.1016/j.sjbs.2018.11.006, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2020)
  3. a et b Marx, M. (2018). Population Connectivity of European Turtle Doves (Streptopelia Turtur): Threats Affecting European Populations and Modelling of Species-habitat Relationships at German Breeding Grounds (Doctoral dissertation, Justus-Liebig-Universität Gießen) (résumé).
  4. Hayhow, D., Bond, A., Douse, A., Eaton, M.A., Frost, T., Grice, P.V., et al., 2017. The state of the UK's birds 2016. Bedfordshire, UK: The RSPB, BTO, WWT, DEFRA, JNCC, NE and NRW, Sandy, Bedfordshire
  5. Linneus, Systema Naturae ed.10 p. 164
  6. Biscaichipy J.P (1989) Étude comparative de deux espèces de tourterelles : La tourterelle des bois (Streptopelia turtur) et la tourterelle turque (Streptopelia decaocto) Thèse: Med. Vet. Toulouse, 1989-TOU 3, 4109, 39 p.
  7. a et b Marraha M (1992) La reproduction de la tourterelle des bois (Streptopelia turtur) dans la région de Tadla.-Annales de la recherche forestière au Maroc, 26, 158-172.
  8. a b c et d Dubois, M. (2002). Contribution à l'étude de la tourterelle des bois (Streptopelia turtur) : biologie, zoologie, chasse (Doctoral dissertation).
  9. a et b (en) Stephen J. Browne, Nicholas J. Aebischer et Humphrey Q.P. Crick, « Breeding ecology of Turtle Doves Streptopelia turtur in Britain during the period 1941–2000: an analysis of BTO nest record cards », Bird Study, vol. 52, no 1,‎ , p. 1–9 (ISSN 0006-3657 et 1944-6705, DOI 10.1080/00063650509461368, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2020)
  10. a et b (en) D. E. Bakaloudis, C. G. Vlachos, E. Chatzinikos et V. Bontzorlos, « Breeding habitat preferences of the turtledove (Streptopelia turtur) in the Dadia-Soufli National Park and its implications for management », European Journal of Wildlife Research, vol. 55, no 6,‎ , p. 597–602 (ISSN 1612-4642 et 1439-0574, DOI 10.1007/s10344-009-0287-y, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2020)
  11. Yeatman-Berthelot D, Jarry G (1994) Nouvel Atlas des oiseaux nicheurs de France 1985-1989. Société ornithologique de France, Paris, 381-383
  12. Veiga J (1998) Éléments d'un plan en faveur de la tourterelle des bois (Streptopelia turtur). Bulletin de liaison et d'information d'O.M.P.O. (oiseaux migrateurs du paléarctique occidental), Juin, 17, 7-16.
  13. Rouxel R (2000) La tourterelle des bois: Synthèse de données bibliographiques russes.-Bulletin de liaison et d'information d'O.M.P.O. (Oiseaux Migrateurs du Paléarctique Occidental) – Octobre, 22, 5-15.
  14. Genard M (1989) Contribution à la connaissance de la tourterelle des bois (Streptopelia turtur) en Gironde (France) : migration et nidification. Nos Oiseau, 40, 11-24.
  15. Tucker G.M. (1994) HEATH M.F.-Birds in Europe : their conservation status.- Cambridge, U.K. : Birdlife international (Birdlife Conservation series no 3)
  16. Alerstam T (1992) Bird Migration. Cambridge University Press, 420 p.
  17. Fontoura A.P & Dia S (1995) Productivity of the turtle dove (Streptopelia turtur) in the northwest of Portugal. - Proceedings of the international union of game biologists. XXII Congress: "the Game and the Man", Sofia, Bulgaria, Septembre, 1-6.
  18. Marraha M (1996) Opération : Tourterelle des bois.-Annales de la recherche forestière au Maroc. Rapport annuel de la recherche forestière 1994-1995, 101-102.
  19. Cordeiro M, Tavares J., Santos E (2001) La reproduction de la tourterelle des bois au Portugal continental.-Faune Sauvage, Janvier-Février, 253, 44
  20. Usuraga J (2001) Migration de la tourterelle des bois par le détroit de Gibraltar. Faune Sauvage, Janvier-Février, 253, 24
  21. Veiga (1994) Que sait-on au juste sur la tourterelle des bois et sa chasse dans le médoc. Fédération départementale des chasseurs de la gironde, Décembre | 26 p.
  22. a b et c (en) Melanie Marx, Fränzi Korner-Nievergelt et Petra Quillfeldt, « Analysis of Ring Recoveries of European Turtle Doves Streptopelia turtur — Flyways, Migration Timing and Origin Areas of Hunted Birds », Acta Ornithologica, vol. 51, no 1,‎ , p. 55–70 (ISSN 0001-6454 et 1734-8471, DOI 10.3161/00016454AO2016.51.1.005, lire en ligne, consulté le 13 septembre 2020)
  23. (en) Linda Kleemann, « Knowing Where Organic Markets Move Next – An Analysis of Developing Countries in the Pineapple Market », Economics: The Open-Access, Open-Assessment E-Journal, vol. 8, nos 2014-14,‎ , p. 1 (ISSN 1864-6042, DOI 10.5018/economics-ejournal.ja.2014-14, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2020)
  24. F. Kafi, K. Hanane, A. Zeraoul, H. Brahmia, M.H. Houhamdi (2015) Les facteurs déterminant le succès de la reproduction des tourterelles des bois (Streptopelia turtur) dans un milieu agricole nord-africain ; Rev. D Ecol. Terre La Vie, 70, pp. 271-279
  25. Westmoreland D & Best L.B (1985) The effect of disturbance on Mourning dove nesting success. Auk, 102: 774- 780
  26. a et b Guy J (1991) Hivernage de la Tourterelle des bois (Streptopelia turtur) au Sénégal.
  27. G. Rocha, P. (2015) Quillfeldt Effect of supplementary food on age ratios of European turtle doves (Streptopelia turtur L.) Anim. Biodivers. Conserv., 38 , pp. 11-21
  28. Hanane S (2016) Effects of location, orchard type, laying period and nest position on the reproductive performance of Turtle Doves (Streptopelia turtur) on intensively cultivated farmland Avian Res., 7 , pp. 1-11
  29. (en) Ramesh Roshnath et Palatty Allesh Sinu, « Nesting tree characteristics of heronry birds of urban ecosystems in peninsular India: implications for habitat management », Current Zoology, vol. 63, no 6,‎ , p. 599–605 (ISSN 1674-5507 et 2396-9814, PMID 29492020, PMCID PMC5804217, DOI 10.1093/cz/zox006, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2020)
  30. D. Roux, J.M. Boutin, J.L. Tesson, F. Dej, P. Landry (2006) Tourterelle des bois, Streptopelia turtur (Linné, 1758) Cah. d’Habitat « Oiseaux », pp. 1-6
  31. (en) Cyril Eraud, Marcel Rivière, Hervé Lormée et James W. Fox, « Migration Routes and Staging Areas of Trans-Saharan Turtle Doves Appraised from Light-Level Geolocators », PLoS ONE, vol. 8, no 3,‎ , e59396 (ISSN 1932-6203, PMID 23544064, PMCID PMC3609750, DOI 10.1371/journal.pone.0059396, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2020)
  32. a et b (en) Hervé Lormee, Jean-Marie Boutin, David Pinaud et Herve Bidault, « Turtle Dove Streptopelia turtur migration routes and wintering areas revealed using satellite telemetry », Bird Study, vol. 63, no 3,‎ , p. 425–429 (ISSN 0006-3657 et 1944-6705, DOI 10.1080/00063657.2016.1185086, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2020)
  33. S.J. Browne, N.J. Aebischer (2003) Habitat use, foraging ecology and diet of Turtle Doves Streptopelia turtur in Britain ; Ibis (Lond. 1859), 145 , pp. 572-582
  34. G. Rocha & P. Quillfeldt (2015) Effect of supplementary food on age ratios of European turtle doves (Streptopelia turtur L.) Anim. Biodivers. Conserv., 38 , pp. 11-21
  35. Alés E (1996) Gestión cinegética en los ecosistemas mediterráneos.
  36. Browne S, Aebischer N, Yfantis G, Marchant J (2004) Habitat availability and use by turtledoves Streptopelia turtur between 1965 and 1995: an analysis of Common Bird Census data. Bird Study 51:1–11
  37. « Le gouvernement souhaiterait autoriser la chasse de 36 000 oiseaux menacés », sur LCI,
  38. Adnène BELABED, Khalil DRAIDI, Imed DJEMADI, Hassiba ZEDIRI, Cyril ERAUD et Zihad BOUSLAMA, « Deux nouvelles espèces de tourterelles nicheuses Streptopelia turtur arenicola et Streptopelia senegalensis phoenicophila dans la ville d’Annaba (Nord-est algérien). », Alauda, 80(4):,‎ , p. 299-300 (ISSN 0002-4619, lire en ligne)
  39. « L’alarmante disparition des oiseaux », sur www.franceinter.fr (consulté le 28 septembre 2019)
  40. Alés E (1996) Gestión cinegética en los ecosistemas mediterráneos
  41. C. Eraud, M. Rivière, J. Brun, J.-M. Boutin, H. Lormée (2011) Tourterelles des bois et turques ; Dynamique de population chez la tourterelle des bois : l’influence des conditions d’hivernage en Afrique ; ONCFS ; Revue Faune Sauvage, pp. 26-27
  42. Eraud, C., Jacquet, A., & Legagneux, P. (2011) Post-fledging movements, home range, and survival of juvenile Eurasian Collared-Doves in Western France. The Condor, 113(1), 150-158.
  43. Marx, M. (2018). Population Connectivity of European Turtle Doves (Streptopelia Turtur): Threats Affecting European Populations and Modelling of Species-habitat Relationships at German Breeding Grounds (Doctoral dissertation, Justus-Liebig-Universität Gießen).
  44. voir figure 1 in
  45. Dunn J.C, Morris A.J & Grice P.V (2017) Post-fledging habitat selection in a rapidly declining farmland bird, the European Turtle Dove Streptopelia turtur. Bird Conservation International, 27(1), 45-57.
  46. DONALD, P.F., GREEN, R.E. & HEATH, M.F .(2001) .— Agricultural intensification and the collapse of Europe’s farmland bird populations. Proc Roy Soc Lond. B Biol., 268: 25-29
  47. Schulz, J., Millspaugh, J., Washburn, B., Wester, G., Lanigan, J., & Franson, J. (2002). Spent-Shot Availability and Ingestion on Areas Managed for Mourning Doves. Wildlife Society Bulletin (1973-2006), 30(1), 112-120. Retrieved September 13, 2020, from http://www.jstor.org/stable/3784644 (résumé)
  48. (en) Diego Romero, Antonio de José, Juan M. Theureau et Andrés Ferrer, « Lead in terrestrial game birds from Spain », Environmental Science and Pollution Research, vol. 27, no 2,‎ , p. 1585–1597 (ISSN 0944-1344 et 1614-7499, DOI 10.1007/s11356-019-06827-y, lire en ligne, consulté le 13 septembre 2020)
  49. J. R. Craig, J. D. Rimstidt, C. A. Bonnaffon et T. K. Collins, « Surface Water Transport of Lead at a Shooting Range », Bulletin of Environmental Contamination and Toxicology, vol. 63, no 3,‎ , p. 312–319 (ISSN 0007-4861 et 1432-0800, DOI 10.1007/s001289900982, lire en ligne, consulté le 13 septembre 2020)
  50. a b et c (en) Robert J. Williams, Steven D. Holladay, Susan M. Williams et Robert M. Gogal, « Environmental Lead and Wild Birds: A Review », Reviews of Environmental Contamination and Toxicology, Springer International Publishing, vol. 245,‎ , p. 157–180 (ISBN 978-3-319-75036-1, DOI 10.1007/398_2017_9, lire en ligne, consulté le 13 septembre 2020)
  51. (en) Alejandro Gutiérrez-Galán et Carlos Alonso, « European Turtle Dove Streptopelia turtur diet composition in Southern Spain: the role of wild seeds in Mediterranean forest areas », Bird Study, vol. 63, no 4,‎ , p. 490–499 (ISSN 0006-3657 et 1944-6705, DOI 10.1080/00063657.2016.1236070, lire en ligne, consulté le 13 septembre 2020)
  52. Schulz, J.H., Millspaugh, J.J., Washburn, B.E., Wester, G.R., Lanigan III, J.T. & Franson, J.C. 2002. Spent-shot availability and ingestion on areas managed for mourning doves. Wildl. Soc. Bull. 30: 112–120.
  53. Schulz, J.H., Millspaugh, J. J., Bermudez, A.J., Gao, X., Bonnot, T.W., Britt, L.G. & Paine, M. 2006. Acute lead toxicosis in mourning doves. J. Wildl. Manag. 70: 413–421.
  54. Gregory, M.R. & Ryan, P.G. (1997) Pelagic plastics and other seaborne persistent synthetic debris : a review of Southern Hemisphere perspectives. In Coe, J.M., Rogers, D.B. (eds.) Marine Debris, 49–66. Springer, New York.
  55. Robinson, R.A., Lawson, B., Toms, M.P., Peck, K.M., Kirkwood, J.K., Chantrey, J., Clatworthy, I.R., Evans, A.D., Hughes, L.A., Hutchinson, O.C., John, S.K., Pennycott, T.W., Perkins, M.W., Rowley, P.S., Simpson, V.R., Tyler, K.M. & Cunningham, A.A., 2010. Emerging infectious disease leads to rapid population declines of common British birds. PLoS One, 5 (8), 1-12. Article (2 Mo)
  56. Forzán, M.J., Vanderstichel, R., Melekhovets, Y.F. & McBurney, S., 2010. Trichomoniasis in finches from the Canadian Maritime provinces — An emerging disease. The Canadian Veterinary Journal, 51 (4), 391–396. Article en ligne
  57. Bacon, L., Lormée, H., & Guillemain, M. Modalités de gestion de la tourterelle des bois envisageables en France pour la saison de chasse 2019-2020 |PDF, 22 p.
  58. arrêté publié le 31 août 2019 au Journal officiel
  59. a et b [SEAActu17h-20190902 Le gouvernement fixe pour la première fois un quota pour la chasse de la tourterelle des bois] ; Sciences et Avenir & AFP | 02.09.2019
  60. Arrêté du 30 août 2019 relatif à la chasse de la tourterelle des bois en France métropolitaine pendant la saison 2019-2020
  61. Arrêté du 27 août 2020 relatif à la chasse de la tourterelle des bois en France métropolitaine pendant la saison (2020-2021)
  62. a et b « Le Conseil d’Etat suspend la chasse à la tourterelle des bois », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2020)
  63. « Suspension de l'autorisation de la chasse de la tourterelle des bois »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bacon L (2012) Estimation de la taille de la population de Tourterelle des bois nicheuse en France. Master1 IEGB. Université Montpellier 2
  • Nabila Boukhemza-Zemmouri, Mohamed Belhamra, Mohamed Boukhemza, Salahedine Doumandji et Jean-François Voisin, « Biologie de reproduction de la Tourterelle des bois Streptopelia turtur arenicola dans le Nord de l’Algérie », Alauda, revue internationale d'ornithologie, vol. 76, no 3,‎ , p. 207-222 (ISSN 0002-4619, lire en ligne).
  • Boutin J.M. & Lutz M (2007) Management plan for Turtle Dove (Streptopelia turtur) 2007-2009. European Commission. Luxembourg.
  • (en) Xabier Cabodevilla, Lara Moreno‐Zarate et Beatriz Arroyo, « Differences in wing morphology between juvenile and adult European Turtle Doves Streptopelia turtur: implications for migration and predator escape », Ibis, vol. 160, no 2,‎ , p. 458-463 (e-ISSN 1474-919X, DOI 10.1111/ibi.12564).
  • (en) Mario Sáenz, Alejandro Onrubia, José María Fernández-García, Miguel Ángel Campos, Felipe Canales et José María Unamuno, « Breeding Habitat Use and Conservation Status of the Turtle Dove Streptopelia turtur in Northern Spain », Ardeola, vol. 59, no 2,‎ , p. 291-300 (ISSN 0570-7358, e-ISSN 2341-0825, lire en ligne).
  • (en) Susana Dias, Francisco Moreira, Pedro Beja, Mariana Carvalho, Luís Gordinho, Luís Reino, Vanessa Oliveira et Francisco Rego, « Landscape effects on large scale abundance patterns of turtle doves Streptopelia turtur in Portugal », European Journal of Wildlife Research, vol. 59, no 4,‎ , p. 531–541 (ISSN 1612-4642, e-ISSN 1439-0574, DOI 10.1007/s10344-013-0702-2, lire en ligne).
  • (en) Saâd Hanane, « The European Turtle-Dove Streptopelia turtur in Northwest Africa: A Review of Current Knowledge and Priorities for Future Research », Ardeola, vol. 64, no 2,‎ , p. 273-287 (ISSN 0570-7358, e-ISSN 2341-0825, DOI 10.13157/arla.64.2.2017.rp1, lire en ligne).
  • (en) Melanie Marx, Fränzi Korner-Nievergelt et Petra Quillfeldt, « Analysis of Ring Recoveries of European Turtle Doves Streptopelia turtur — Flyways, Migration Timing and Origin Areas of Hunted Birds », Acta Ornithologica, vol. 51, no 1,‎ , p. 55–70 (ISSN 0001-6454 et 1734-8471, DOI 10.3161/00016454AO2016.51.1.005, lire en ligne, consulté le 13 septembre 2020)
  • Peiro V (2001) Écologie de la reproduction de la Tourterelle des bois en Espagne. In: J. Veiga (ed.). Actes du Colloque International “Suivi de populations de Colombidés. Bordeaux 17–18 décembre 1998. Faune Sauvage., 253: 63-65
  • (en) Gregorio Rocha et Petra Quillfeldt, « Effect of supplementary food on age ratios of European turtle doves (Streptopelia turtur L.) », Animal Biodiversity and Conservation, vol. 38, no 1,‎ , p. 11-22 (ISSN 1578-665X, e-ISSN 2014-928X, lire en ligne).

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]