Hyacinthoides non-scripta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jacinthe des bois)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacinthe.

La Jacinthe des bois ou Jacinthe sauvage (Hyacinthoides non-scripta) est une espèce de plante vivace. Elle appartient à la famille des Liliaceae selon la classification classique. La classification phylogénétique la place dans la famille des Hyacinthaceae (ou optionnellement dans celle des Asparagaceae).

Elle est encore appelée « jacinthe sauvage », « scille penchée », « petite jacinthe », « endymion penché », « muguet bleu »[1].

Elle forme dans les sous-bois de grands tapis bleus à la floraison.


Description[modifier | modifier le code]

Tapis de jacinthes en sous-bois

La jacinthe des bois est une vivace haute de 20 à 40 centimètres. Elle a un bulbe de la taille d'une noisette. Ses feuilles sont dressées puis recourbées.

Lors de la floraison (avril à mai), les fleurs sont regroupées sur une grappe courbée qui donne à la plante l'aspect de dormir. Elles sont bleu mauve penchées en forme de cloche, longues de 14-18 mm. La hampe florale sèche persiste après la disparition des feuilles en juin.

Habitat et aire de répartition[modifier | modifier le code]

Forme blanche de Hyacinthoides ×massartiana dans les dunes au sud de Scheveningen

La jacinthe des bois vit dans le milieu atlantique. Elle est quasiment absente ailleurs. Son aire de répartition globale comprend le nord de la péninsule Ibérique, les Îles Britanniques, ainsi que l'ouest de la France et de la Belgique. Elle est commune dans le nord-ouest de la France et l'ouest de la Belgique (Ardennes flamandes et Bois de Hal, par exemple). La Grande-Bretagne abriterait un tiers des " bluebells " de la planète selon Landlife qui insiste sur la responsabilité de ce pays en matière de préservation de l'espèce, notamment face à des menaces telles que le changement climatique.

Ailleurs, comme dans l'ouest des Pays-Bas et le nord-ouest de l'Allemagne, la plante est vraisemblablement naturalisée. On la retrouve également dans l'est de l'Amérique du Nord. Les plantes introduites, notamment aux Pays-Bas, sont généralement des hybrides avec la jacinthe d'Espagne Hyacinthoides hispanica subsp. hispanica (Hyacinthoides ×massartiana)[2].

Les jacinthes d'Avril au Bois de Ghlin

La jacinthe des bois est une plante de demi-ombre préférant les sols légèrement acides et profonds limono-sableux. Elle apprécie les chênaies-hêtraies et les haies Fagetalia, Quercetalia robori-petreae.

Statut, menaces...[modifier | modifier le code]

Hyacinthoides non-scripta a souvent fortement régressé ou localement disparu pour diverses raisons, dont

  • la cueillette (légale ou illégale),
  • la disparition des clairières. Les clairières ont beaucoup régressé dès la préhistoire suite à la disparition des grands herbivores (mammouth, bisons, aurochs, rennes, cerf mégacéros, chevaux sauvages, etc...) puis des charbonniers et du pâturage en forêt. La surexploitation des bois en taillis a produit des habitats de substitutions pour la jacinthe, mais au XXe siècle, les clairières ont encore régressé suite à l'intensification de la sylviculture, pour laquelle les clairières sont des espaces économiquement non rentables qu'il faut donc boiser.
  • Les jardins. En y plantant la jacinthe d'Espagne (Hyacinthoides hispanica subsp. hispanica) de plus en plus d'hybrides apparaissent entre ces deux espèces. Le robuste hybride Hyacinthoides ×massartiana est fertile et par hybridation en retour apparaît une gamme de toutes les formes intermédiaires.
  • Le réchauffement climatique pourrait encore fragiliser l'espèce.

La Jacinthe des bois est pour ces raisons classée espèce protégée dans certaines régions de France (Limousin, Centre, Lot-et-Garonne…). Par conséquent, la cueillette est à faire avec précaution et localement à éviter dans ce pays.

De même en Grande-Bretagne où elle est aussi considérée comme en forte régression et où, en tant qu'une des espèces prioritaires du BAP (Biodiversity Action Plan), elle bénéficie d'une protection légale (avec interdiction de vente) depuis 1998. Elle y fait aussi l'objet d'une culture conservatoire ainsi que d'un plan national de restauration et d'opérations de réintroductions, dont en clairières forestières restaurées avec des plantes issus de semis (pour conserver la diversité génétique), sur sol inversé (« soil inversion »[3]).

Le Royaume-Uni est le plus avancé dans la protection de cette espèce : le Bluebell project anglais a vu le jour en 1995, mais les premières réintroductions ont été plus tardives, car il faut jusqu'à six ans pour produire un oignon (bulbe) à partir de semis pour obtenir de nouvelles semences.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Endymion non-scriptus (L.) Garcke
  • Endymion nutans Dumort.
  • Scilla non-scripta (L.) Hoffmanns. & Link

Remarque[modifier | modifier le code]

Hyacinthoides non-scripta a pu être considérée comme ayant deux sous-espèces. La première était Hyacinthoides non-scripta subsp. non-scripta, la jacinthe des bois à proprement parler. La seconde était Hyacinthoides non-scripta subsp. hispanica, c'est-à-dire la scille d'Espagne.

Ce classement ne semble plus être d'actualité.

Étymologie[modifier | modifier le code]

  • Hyacinthoides non-scripta : de Hyacinthe, personnification du printemps tué puis transformé en fleurs par Apollon et du latin non-scriptus : sans marque (sur les feuilles).
  • Endymion nutans : de Endymion, berger plongé par Zeus dans un sommeil perpétuel (rappelle l'aspect endormi de la plante) et du latin nutans : penché.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Référence Tela Botanica (France métro) : Hyacinthoides non-scripta (fr)
  2. http://www.nhm.ac.uk/nature-online/british-natural-history/survey-bluebells/bluebell-identification/hybrid/index.html
  3. Site Wildflower de l'ONG anglaise Landlife, à propos de la restauration de clairières à jacinthes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]