Marquis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marquis (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

représentation héraldique de la couronne marquisale.

Le titre de marquis est un titre de noblesse dont l'importance a varié en fonction de l'époque.

Le marquis est avant tout un comte, mais le fief — soit un bien, un droit ou revenu qu'un personnage noble tenait de son seigneur — qu'il administre, le marquisat, est proche d'une frontière du royaume, ainsi, afin de parer à toute invasion, le marquis est doté de pouvoirs militaires qui lui permettent de par lui-même de lever une armée, sans attendre l'ordre du Roi ou du Duc, ce qui lui permet de réagir rapidement lorsque la frontière de son comté ou marquisat se trouve menacée.

Historique[modifier | modifier le code]

Époque carolingienne et Moyen Âge[modifier | modifier le code]

À l'époque carolingienne et pendant le haut Moyen Âge, le titre de marquis correspond à un commandement militaire, sur une région frontalière (dite marche ou marquisat). Le marquis — marchensis en bas latin, Markgraf en ancien allemand, de Mark, la frontière, et Graf, le comte, francisé en Margrave — est un comte doté de pouvoirs militaires lui permettant de lever le contingent de l’armée sans en avoir reçu l’ordre du souverain. Cette extension de l’autorité comtale se justifie par le fait qu’il s’agit d’un comté situé à la frontière du royaume et donc particulièrement exposé, et qu’en cas d’invasion, une réaction militaire rapide doit être possible. C’est également cette autorité accrue qui permettra au marquis de prétendre avoir un rang hiérarchique supérieur à celui de comte, mais inférieur à celui de duc, puisque celui-ci exerce, au nom du souverain, une autorité militaire et judiciaire sur plusieurs comtés.

On peut ainsi signaler pour la France :

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, il n'y a dans les faits pas de hiérarchie entre les titres nobiliaires, sauf pour ceux de duc et de prince du sang.

Le titre de marquis, dénué de ses fonctions militaires, étant devenu un titre de noblesse comme les autres, il put être attribué à des femmes. Louis XIV et Louis XV notamment, eurent pour habitude d'anoblir leurs maîtresses en leur décernant le titre de marquise. Très nombreuses à Versailles, les marquises étaient les dames de cour par excellence. On peut citer les plus célèbres d'entre elles, la marquise de Pompadour, la marquise de Montespan et la marquise de Maintenon.

Puis marquis devient un titre de noblesse associé à un fief d'une certaine importance et octroyé par des lettres patentes du roi.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, sous la Restauration, le titre de marquis est très prisé, car il est gage de « vraie noblesse » (noblesse d'Ancien Régime, par rapport à celle d'Empire, considérée comme moins légitime). En effet, Napoléon Ier lorsqu'il institue la noblesse d'Empire ne crée pas de marquis, jugeant le titre - comme celui de vicomte par ailleurs - entaché de ridicule. Il est classé à partir du XIXe siècle dans la hiérarchie avant celui de comte et après celui de duc.

Autres pays[modifier | modifier le code]

En France, Italie, Espagne, partout en Europe.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :