Chardonnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chardonnay
Chardonnay
Vue générale du bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Intercommunalité Communauté de communes Mâconnais - Tournugeois
Maire
Mandat
Paul Perre
2020-2026
Code postal 71700
Code commune 71100
Démographie
Gentilé Charneuron
Population
municipale
197 hab. (2017 en stagnation par rapport à 2012)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 37″ nord, 4° 51′ 48″ est
Altitude Min. 220 m
Max. 375 m
Superficie 6,37 km2
Élections
Départementales Canton de Tournus
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Chardonnay
Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Chardonnay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chardonnay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chardonnay

Chardonnay est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

C'est une commune située dans le Haut-Mâconnais, entre Lugny et Tournus.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ozenay Plottes Rose des vents
Grevilly N Uchizy
O    Chardonnay    E
S
Lugny

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat du Haut-Mâconnais est océanique tempéré à tendance continentale.

Les précipitations y sont régulières tout au long de l'année, avec, toutefois, une hausse de celles-ci au printemps et à l'automne. Durant l’été, les précipitations sont peu fréquentes mais peuvent prendre la forme d’orages parfois violents engendrant d’importants cumuls de pluie. L'hiver est froid et humide, principalement en raison des bancs de brouillard et au froid continental. L'été, pour sa part, est chaud et sec, conséquence de l’influence méridionale (vent du midi).

Le Mâconnais se situe immédiatement en dessous de la zone dite de « rupture climatique » entre le nord, l’ouest et le sud. Les monts du Mâconnais sont fortement influencés par cette croisée des climats (océanique, continental et méditerranéen) et bénéficient, à ce titre, d’une faune et d'une flore remarquable : plantes méditerranéennes et insectes résistant à une latitude élevée.

Pour la ville de Mâcon, agglomération proche de Chardonnay, les valeurs climatiques enregistrées de 1981 à 2010 sont les suivantes.

Relevés Mâcon 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 1 3,5 6 10 13,5 15,5 15 11,5 8 3,5 1 7,5
Température moyenne (°C) 2 4,5 8 11 15 19 21 20,5 17 12 7 3,5 12
Température maximale moyenne (°C) 5,5 8 12 16 20 24 27 26 22 16,5 10 6 16
Précipitations (mm) 59 53 49 75 88 75,5 71 72 79,5 85,5 84 70 861,5
Source : Météo-France/Infoclimat : Mâcon (1981-2010)[1]


Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Fin juillet 1789 : épisode de la Grande Peur en Mâconnais. Le château, propriété des chanoines du chapitre Saint-Vincent de Mâcon, est dévasté par les Brigands[2].

Début 1927 : fondation de la coopérative vinicole de Chardonnay, avec Jean-Baptiste Roux, maire, pour président.

16 août 1934 : adhésion de Chardonnay (avec Uchizy et Plottes) au Syndicat intercommunal des eaux du Haut-Mâconnais fondé le 8 janvier 1934 et regroupant dix communes (Lugny, Burgy, Clessé, Viré, Cruzille, Vérizet, Bissy-la-Mâconnaise, Cruzille, Saint-Maurice-de-Satonnay et Montbellet).

1993 : fondation de la communauté de communes du Haut-Mâconnais (avec Lugny pour siège), regroupant sept communes : Bissy-la-Mâconnaise, Burgy, Chardonnay, Cruzille, Grevilly, Lugny et Saint-Gengoux-de-Scissé. A cette première communauté de communes a succédé, le 1er janvier 2003, la Communauté de communes du Mâconnais - Val de Saône (siège à Lugny).

Au printemps 2012, sur les hauteurs à l'est du hameau de Champvent, trois sépultures contiguës appartenant à une nécropole du haut Moyen Âge, toutes orientées au levant, ont été mises au jour fortuitement[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Gilbert Guillet    
mars 2014 en cours Paul Perre    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Chardonnay s'appellent les Charneurons.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2017, la commune comptait 197 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2012 (Saône-et-Loire : -0,26 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
413438449436471449462459441
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
459484498530518518438326334
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
315340339307267240229233219
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
174183150163169162168169197
2017 - - - - - - - -
197--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vignoble[modifier | modifier le code]

Ce village est vraisemblablement le berceau du cépage chardonnay (voir vigne).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Germain de Chardonnay (XIIe siècle).
  • Manoir (XIIe siècle), ancienne dîme des moines bénédictins de Saint-Philibert de Tournus, au hameau de Champvent.
  • Lavoir dont l'origine remonterait au début du XVIIe siècle.
  • La cave coopérative vinicole de Chardonnay, qui a fusionné en 1994 avec celle, voisine, de Lugny (la Cave de Lugny) ; elle est spécialisée dans l'élaboration des crémants de Bourgogne commercialisés par la cave de Lugny.
  • La Pierre de Matafin (pierre néolithique classée Monument historique).
  • A l'entrée du village, côté Lugny : croix routière (socle en pierre surmonté d'une croix métallique) relevée en juillet 2020 à l'initiative de l'association Chardonnay Patrimoine.

Culte[modifier | modifier le code]

Chardonnay appartient à l'une des sept paroisses composant le doyenné de Mâcon (doyenné relevant du diocèse d'Autun) : la paroisse Notre-Dame-des-Coteaux en Mâconnais, paroisse qui a son siège à Lugny et qui regroupe la plupart des villages du Haut-Mâconnais.

C'est en 1937 que la paroisse de Chardonnay, en même temps que Plottes, fut définitivement rattachée à celle de Lugny pour le culte (suite à la création de la communauté pastorale de Lugny, fondée à l'initiative de monseigneur Joseph Robert)[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Nonain,Chardonnay, monographie historique (Xe-XVIIe siècle), Presses universitaires de Lyon, 2004.
  • Fabienne Durcy et Patrick Poncet, Murmures de silence à Chardonnay, Clea, 2007 (récit romancé sur l'église du village).
  • « La ronde des « Brigands » en Haut-Mâconnais », Vive 89, 1990. Ouvrage collectif de cent quarante-cinq pages édité par l'association ayant organisé en 1989 dans le canton de Lugny les festivités du bicentenaire de la Révolution française.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Normes et records 1961-1990 : Mâcon - Charnay (71) - altitude 216m », sur infoclimat.fr
  2. « La ronde des Brigands en Haut-Mâconnais », Vive 89, 1990. Ouvrage collectif de cent quarante-cinq pages édité par l'association ayant organisé en 1989 dans le canton de Lugny les festivités du bicentenaire de la Révolution française.
  3. Sépultures que les analyses au carbone 14 ont permis de dater de la fin de la période mérovingienne (VIIe siècle). Source : Jean Duriaud et Justine Lyautey, « Les sépultures du haut moyen âge découvertes à Chardonnay (71) », Bulletin de la Société des amis des arts et des sciences de Tournus, tome CXV, Tournus, 2016, pp. 19-34.
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. Frédéric Lafarge, Monseigneur Joseph Robert (1898-1987), Une communauté missionnaire en Mâconnais : Lugny, Les Foyers communautaires et l'Amicale des anciens élèves de l'école « La Source », Lugny, 2019 (ISBN 978-2-9570533-0-8).
  9. http://www.senat.fr/evenement/archives/D32/chapuys.html