Les Échos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Échos
Image illustrative de l’article Les Échos

Pays Drapeau de la France France
Langue français
Périodicité quotidien (lundi au vendredi)
Format berlinois (2 cahiers)
Genre presse économique et financière
Prix au numéro 3,00  en semaine, 5,50  le numéro du vendredi-samedi
Diffusion 132 210[1] ex. (2019)
Fondateur Robert Servan-Schreiber
Date de fondation (il y a 113 ans)

Propriétaire Groupe Les Échos-Le Parisien (LVMH)
Directeur de la rédaction Nicolas Barré
ISSN 0153-4831
ISSN (version électronique) 2270-5279
OCLC 866831580
Site web www.lesechos.fr

Les Échos est un quotidien français d’information économique et financière, fondé en 1908 par les frères Robert et Émile Servan-Schreiber.

Le quotidien revendique une orientation libérale[2]. Il défend une ligne éditoriale favorable à l'économie de marché, ouverte sur le monde et l'Europe[3].

Une particularité des Échos est d'être fortement développé sur le numérique, qui représente plus de 53 % de la diffusion France payée en 2019[4]. Cette forte proportion est l'une des plus significatives parmi les quotidiens nationaux[3].

La publication appartient au Groupe Les Échos-Le Parisien depuis 2015, lui-même filiale du groupe LVMH[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Premier numéro d'Échos de l'exportation, paru le 2 avril 1908. Un an plus tard, le sous-titre mentionnant l'actionnaire est supprimé.

Fondée en , la publication qui devient Les Échos en 1928 débute modestement lorsque Robert Schreiber[6] crée un bulletin mensuel, Échos de l’exportation, servant d'outil de promotion pour la maison Schreiber-Aronson, héritée de son père[7],[8]. Cette petite affaire d'import-export est spécialisée dans les produits de mercerie (surtout les boutons de nacre[9]), tissus, bonneterie et autres articles venus d'Europe centrale[7],[10]. Le premier numéro paraît le , le mensuel de quatre pages[11] à l'époque tiré à 1 000 exemplaires[12] étant, en grande partie[13], distribué gratuitement aux clients, les fabricants, et aux maisons d'import-export du quartier parisien de la confection. Quelques mois plus tard, la pagination passe à 12 pages et le sous-titre a disparu ce « qui l’empêchait d’accueillir des publicités de firmes clientes d’autres sociétés d’exportation, et risquait de faire fleurir des initiatives concurrentes »[13].

À partir d'août 1909, une société anonyme est créée au capital de 40 000 francs-or, dont la moitié des parts appartiennent à Albert Aronson et Robert Servan-Schreiber et l'autre moitié à deux Allemands, Karo, rédacteur en chef du journal économique allemand Konfectionär, et Léopold Schottlaender, propriétaire du Konfectionär[13]. Le journal alors contient « 16 pages - dont un tiers de publicités »[7]. En 1910, le journal passe à 18 pages et le frère de Robert Schreiber, Émile, écrit une bonne partie des articles sous un pseudonyme[7]. Fin 1911, début 1912, les participations des actionnaires allemands sont rachetées[14],[12]. En juillet 1912, Émile devient associé de la société éditrice des Échos « R. Schreiber et associés »[14]. Le succès se confirmant, le journal devient hebdomadaire à partir du . Il est tiré à 5 000 exemplaires[7]. À la suite d'un voyage aux États-Unis qui a impressionné Émile en mars 1913, l'actualité économique américaine est intégrée au journal[7],[13],[8]. Pendant la Première Guerre mondiale le journal cesse de paraître[15],[7]. Le 9 mai 1919, le journal est refondé par les frères Schreiber sous le nom « Les Echos »[7] sous-titré « la grande revue commerciale française »[16]. Il embauche son premier journaliste[7].

Le journal publie un supplément en 1925 « Les Échos des industries d'art » et devient quotidien le , sous le titre Les Échos[17],[7],[18]. Le journal, qui reste destiné aux milieux du commerce et des petites entreprises, vend environ 10 000 exemplaires à la livraison en 1929[19]. Il aborde « rarement les questions politiques, excepté lorsqu'elles mettent en cause la liberté du commerce ou les finances de ses lecteurs[20] ».

En 1940, les frères Schreiber « pressentant l’inévitable spoliation » sabordent le journal dont ils transfèrent la propriété fictivement et Les Échos cessent de paraître[7],[21],[16],[22]. Le [23], le journal est de nouveau publié, mais uniquement quatre fois par semaine[21]. Il est réduit à quelques pages, car le papier est contingenté[24]. Dès 1947, Jean-Claude Servan-Schreiber travaille aux Échos dont il devient directeur à la place de son père (le cofondateur Robert Schreiber) en 1958, après avoir créé en 1953 L'Express avec son cousin Jean-Jacques[25].

Le journal dépasse les 30 000 exemplaires à partir de 1948. Au cours des années 1950, les enfants de Robert et Émile prennent la relève. Surnommé la « boulangerie » par Clara Schreiber, le journal sert avant tout à entretenir le train de vie des Servan-Schreiber[26], employant jusqu'à quinze membres de la famille certaines années[réf. nécessaire]. En mai 1953, sous l'impulsion de Jean-Jacques Servan-Schreiber, paraît un supplément du nom de l'Express (lancé pour soutenir l'action de Pierre Mendès France, il deviendra par la suite indépendant), ce qui accentue les tensions au sein du « clan » Servan-Schreiber (les fils aînés des deux branches de la famille se disputant la direction), car cette aventure coûte cher au Groupe Les Échos[27]. Les conflits, surtout d'ordre politique, continuent de diviser les deux branches de la famille, d'autant plus que la formule d'origine des Échos s'essouffle. Cela incite son directeur de rédaction Jean-Louis Servan-Schreiber à le transformer pour en faire un véritable journal économique sur le modèle des quotidiens anglo-saxons, le Financial Times et The Wall Street Journal[28]. Le journal devient progressivement une référence de la presse économique, mais les conflits politiques enveniment les relations familiales au sein de cette « entreprise prospère où les actionnaires, les enfants d'Émile et les enfants de Robert, chaque clan détenant la moitié des parts, empêchent toute gestion efficace[29] ». Cette situation conduit à la vente du titre, le , à Jacqueline et Pierre Beytout, directeur des laboratoires Roussel, lesquels vont le moderniser et le développer. En 1976, après le décès de son mari, Jacqueline Beytout assure seule la direction générale du titre.

En 1981, le groupe Les Échos achète un journal médical quotidien, Panorama du médecin[30],[18]. D'autres revues médicales seront par la suite achetées ou créées[30],[18].

En 1986, le mensuel Dynasteurs est lancé. Il est renommé en 1992, Enjeux les Echos[30],[18].

À partir de 1982, le journal bénéficie de l'engouement des Français pour la Bourse et pour l'information économique, si bien que sa diffusion dépasse les 100 000 exemplaires à partir de 1989[31].

Profitant de cet engouement, La Tribune, concurrent direct des Échos, est créée en par Bruno Bertez[32],[33].

En 1988, Jacqueline Beytout, âgée de 70 ans, cède le contrôle actionnarial du journal au groupe d'édition britannique Pearson (également propriétaire du Financial Times) pour éviter qu'à sa mort il ne soit repris par un des grands groupes français manifestant leur intérêt pour l'entreprise de presse : Michelin, Havas ou Hachette Filipacchi Médias[31]. Le gouvernement Balladur tente d'imposer une solution nationale, mais la Commission de Bruxelles entérine la reprise par le groupe britannique[34]. À l'occasion de ce conflit, la rédaction du journal — qui soutient la position de Jacqueline Beytout contre le gouvernement français — déclenche le premier mouvement de grève de l'histoire du quotidien[35],[36]. Nicolas Beytout (son petit-fils par alliance), nommé rédacteur en chef par sa grand-mère, devient directeur de la rédaction en 1996. À cette époque, « la ligne éditoriale du quotidien est graduellement infléchie vers la réalisation d'un journal d'information générale, sans sacrifier toutefois ce qui a fait la force des Échos, la couverture de l'actualité des entreprises et de l'économie[37]. »

En 1999, le groupe vend sa branche médicale[30].

Une nouvelle version imprimée du quotidien est lancée en 2003 lorsque le journal adopte le format berlinois, identique à celui de ses grands confrères internationaux. La campagne publicitaire associée à ce lancement reçoit le prix EPICA[38]. En , Nicolas Beytout quitte son poste pour Le Figaro. Il est remplacé par Jacques Barraux, jusqu'alors numéro deux de la rédaction[39].

En 2007, le groupe LVMH, dirigé par Bernard Arnault, rachète Les Échos au terme d’un âpre conflit. En , le groupe Pearson, qui détenait le quotidien économique, annonce sa volonté de vendre Les Échos, tandis que le groupe LVMH, propriétaire de l'autre quotidien économique français La Tribune alors déficitaire, déclare vouloir racheter le journal. Sa déclaration entraîne une crise au sein de la rédaction qui souhaite préserver « l'indépendance de ce titre et de son équipe rédactionnelle », des grèves ponctuelles des journalistes[40],[41],[42] et le lancement d’une pétition qui recueille la signature de 500 personnalités économiques et politiques[43]. Une contre-offre de rachat, proposée le par le groupe Fimalac[44], dirigé par Marc Ladreit de Lacharrière, recueille le soutien unanime des journalistes de la rédaction réunis en assemblée générale. Finalement, invoquant une clause d’exclusivité de vente[45], le groupe britannique Pearson annonce le la vente du quotidien Les Échos au groupe LVMH pour 240 millions d'euros, sans veto des autorités publiques[46],[47]. LVMH revend alors son autre quotidien, La Tribune, à News Participations, une des holdings d'Alain Weill.

En 2008, Jacques Barraux quitte son poste de directeur de rédaction et laisse sa place à Henri Gibier. Celui-ci est finalement remplacé en par Nicolas Barré[48].

En , le journal connaît un épisode unique dans l'histoire de la presse française : les journalistes femmes font la grève des signatures pour manifester leur colère devant leur faible représentation dans les organes dirigeants du journal[49],[50]. Aucune femme ne signera donc d'article le .

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Le journal[modifier | modifier le code]

Les Échos traite et analyse l'ensemble de l'actualité régionale, nationale et internationale ayant des répercussions sur la vie des affaires. Le journal est une mine d'informations sélectionnées et les plus anonymes possibles, ses journalistes étant attentifs au principe de protection des sources d'information des journalistes.[réf. nécessaire]

Le quotidien publie des analyses macroéconomiques et politiques pour la France et l’étranger (politique économique, finances publiques, etc.), des analyses sectorielles, des études d’entreprises, ainsi qu’une analyse boursière.

Dans sa version papier, il se présente sous la forme d’un double cahier (macroéconomie dans le 1er cahier, microéconomie et analyse boursière dans le second).

La rédaction des Échos, dirigée par Nicolas Barré, rassemble aujourd'hui plus de 180 journalistes avec douze correspondants permanents à l'étranger et un réseau d'une cinquantaine de correspondants régionaux.

Contenu et ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Selon un des anciens directeur de la rédaction, Jacques Barraux,

« l’orientation du journal est d’essence libérale : nous défendons l’idée que le marché est supérieur au plan. En conséquence, nous pensons que l’entreprise privée est l’outil le plus performant, même si ce n’est pas le seul[2]. »

L'indépendance de la rédaction est défendue par les journalistes réunis dans l'association la Société des journalistes des Echos. Les journalistes disposent également un droit de veto sur la nomination du Directeur de la Rédaction. La Société des journalistes se mobilise pour défendre l'indépendance de la rédaction, par exemple en 2008[51] mais est également solidaire des problématiques d'indépendance avec leurs confrères, comme Mediapart en 2019[52]. En 2017, la société des journalistes des Échos s'était également émue d'une censure d'une interview de François Ruffin par le biais d'un communiqué, ce qui avait forcé le directeur de la rédaction à se justifier publiquement, en invoquant ne pas vouloir faire de publicité à quelqu'un qui « dénigrait leur journal dans des termes qui ne sont pas de l'ordre du débat - légitime - mais systématiquement caricatural »[53].

Organisation[modifier | modifier le code]

Équipe dirigeante[modifier | modifier le code]

  • Président directeur général : Pierre Louette[54]
  • Éditrice  : Marie Van de Voorde-Leclercq

Financement[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des journaux de presse français, Les Échos touche de fortes subventions de l’État. Il a ainsi perçu 1,5 million d’euros d’aide du fonds d'aide à la modernisation de la presse de 2003 à 2010[55].

Formats de publication[modifier | modifier le code]

Version imprimée[modifier | modifier le code]

En version imprimée, Les Échos se présente sous la forme d’un double cahier :

  • macroéconomie dans le 1er cahier, avec revue des informations économiques françaises et internationales, des présentations d'évolutions ou d'avancées scientifiques[56], ainsi que des pages Idées et Débats qui regroupent des analyses économiques de long terme et des interventions d'économistes reconnus (Joseph E. Stiglitz, Kenneth Rogoff...). On y trouve également des analyses d'éditorialistes du journal, comme Jacques Hubert-Rodier, Jean-Francis Pecresse ou Jean-Marc Vittori
  • microéconomie, cours boursiers, analyses boursières et informations financières dans le 2e cahier
  • des suppléments spéciaux ou réguliers (Les Échos week-end, cahiers consacrés à l'intelligence artificielle ou au bitcoin, Série limitée…)

Site Internet[modifier | modifier le code]

En lançant le site des Echos en 1996, les Échos devient un des premiers quotidiens français en ligne. Le site propose :

  • l’actualité économique et financière, mais aussi générale
  • les informations boursières (Paris et International)
  • l’information entreprise
  • les finances personnelles, avec une rubrique spéciale pour gérer efficacement son portefeuille
  • les loisirs
  • le luxe

La dernière version du site date du  : quatorze ans après sa naissance, le site franchit une nouvelle étape de son développement avec un contenu enrichi et une refonte complète de son design, de l'ergonomie et du mode de navigation. Il repose sur une rédaction unique, née de la fusion des rédactions imprimées et "en ligne".

Le site offre également des outils pratiques tels que des alertes personnalisables, des flux RSS, une veille thématique, une recherche par mots-clés multicritères et un accès par téléphone mobile, ainsi que le journal mis en ligne dès 3 h 00 du matin, l’ensemble des archives du quotidien depuis 1991 et tous les dossiers de la Rédaction. Il comptabilise 2 400 000 visiteurs uniques par mois en moyenne[57] et 3 250 000 pages vues en [58].

En , il lance son site participatif, Le Cercle Les Échos. Cet espace de débat en ligne permet aux internautes de publier leurs propres articles sur l'économie et la finance, mais aussi la politique, l'international, l'environnement, le high-tech, etc. De grands noms de l'économie interviennent aujourd'hui sur ce site : Paul Krugman, Nouriel Roubini, Dominique Moïsi ; mais également des élus, avocats, chefs d'entreprise, blogueurs, lecteurs des Échos…

Le , Les Échos présente une nouvelle version de son site internet[59]. S'inspirant des plateformes de contenus comme Netflix, le nouveau site sera chargé d'offrir une expérience « addictive » à ses lecteurs[60]. L'objectif est d'augmenter le nombre d'abonnés en proposant des contenus personnalisés à ceux qui sont « proches de s'abonner »[61].

Édition E-paper[modifier | modifier le code]

Le , sous l'impulsion de Philippe Jannet, Les Échos propose sa version e-paper, ce qui constitue une première mondiale[réf. nécessaire]. Cette nouvelle version des Échos permet ainsi de lire l’intégralité du journal du jour et de disposer d’une actualisation de l’information financière et boursière toutes les heures, entre 6 h et 21 h (UTC).

L’offre éditoriale des Échos est complétée par un fil de dépêches AFP et des livres proposés par Pearson Education, Nathan, Flammarion, Le Guide du Routard, Hachette Éditions et M21. La version e-paper des Échos est disponible sur deux lecteurs : un reader spécifiquement développé pour Les Échos et le reader Iliad d’Irex ; chacun de ces lecteurs propose des configurations de contenu qui lui sont propres. La version e-paper est également compatible avec les principaux lecteurs électroniques du marché. Enfin et pour compléter son offre, Les Échos propose également une librairie 100 % e-paper[62], déjà riche de près d’un millier d’ouvrages.

Contributeurs notoires[modifier | modifier le code]

Données financières[modifier | modifier le code]

2017[116].

Chiffre d'affaires : 93 765 600 €

Résultat : 6 648 200 € (perte)

Effectif moyen : 285 collaborateurs

Diffusion[modifier | modifier le code]

Voici la diffusion totale des Échos, gratuits et étranger inclus, selon les données de l'ACPM[118],[1] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Les Echos - ACPM », sur www.acpm.fr (consulté le )
  2. a et b « L’orientation du journal est d’essence libérale : nous défendons l’idée que le marché est supérieur au plan. » (« Vos questions, nos réponses », site Les Échos. Consulté le 7 novembre 2007).
  3. a et b « La ligne éditoriale des Echos », sur videos.lesechos.fr
  4. « Les Echos - ACPM », sur www.acpm.fr
  5. « Avec les Echos et Le Parisien, LVMH veut créer un nouveau grand pôle médias », leparisien.fr,‎ 2015-05-26cest16:01:00+02:00 (lire en ligne, consulté le )
  6. Marie-Dominique Lelièvre, « Fondateur de l'ex-stress », sur Libération (consulté le )
  7. a b c d e f g h i j et k Tristan Gaston-Breton, « « Les Echos » : un média qui n'a cessé de se réinventer », sur Les Echos, (consulté le )
  8. a et b Alain Faverger, « La Liberté 22 mai 1993 — e-newspaperarchives.ch », La Liberté, (consulté le )
  9. « Un centenaire vigoureux », sur Les Echos, (consulté le )
  10. Catherine Mallaval, « «Les Echos» se divisent pour mieux régner. », sur Libération (consulté le )
  11. Jaures Cécile, « Nouvelles des médias « Les Echos » nonagénaires et fringants », La Croix,‎ , p. 25
  12. a et b « Trois mots caractérisent, cent ans durant, la constance des « Echos », ses trois obsessions : l'information, l'économie et l'Europe. », sur Les Echos, (consulté le )
  13. a b c et d Nemer 2015, ch 2.
  14. a et b Nemer 2015, ch 3.
  15. Mener 2015, ch 4.
  16. a et b « L’épopée journalistique d’Emile Servan-Schreiber », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. Patrick Eveno, La presse quotidienne nationale. Fin de partie ou renouveau ?, Vuibert, , p. 90.
  18. a b c et d « Un titre presque centenaire », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. Eveno 2008, p. 91.
  20. Eveno 2008, p. 92.
  21. a et b Henno 1993, p 30.
  22. Jean-Michel HELVIG, « JJSS, le grand destin contrarié. », sur Libération (consulté le )
  23. « Un nouveau journal paraît », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. Nemer 2015, ch 11.
  25. « L'Express, du journal d'opinion au news-magazine », Michel Jamet, Communication et langages, no 56, 1983, pp. 85-97.
  26. Nemer 2015, ch 7.
  27. Eveno 2008, p. 93.
  28. Eveno 2008, p. 94.
  29. Eveno 2008, p. 95.
  30. a b c et d « Le groupe les Echos », sur web.archive.org, (consulté le )
  31. a et b Eveno 2008, p. 96.
  32. Xavier Ternisien (Service Economie), « "La Tribune" et le pluralisme », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  33. Isabelle Hanne, « Jacques Jublin, un des fondateurs de «la Tribune»: «On était un peu délirants, et optimistes» », Libération,‎ , p. 25
  34. « Haro sur l'Etat pigeon », La Tribune,‎  :

    « [...]Edouard Balladur [...] avait voulu l'empêcher en 1988 de vendre son journal au groupe britannique Pearson, jugeant que Havas ou le patronat de l'époque auraient été des solutions politiquement bien plus correctes [...] »

  35. (en) Walter Jurek, Merger and Acquisition Sourcebook, Quality Services Company, , p. 113.
  36. Frédérique Roussel, « «Les Echos» : l'indépendance en suspens », sur Libération (consulté le )
  37. Eveno 2008, p. 99.
  38. (en) Epica d'Or 2004, site de Epica-awards. Consulté le 11 mai 2008.
  39. « Beytout s'interesse au postede directeur de l'Info de TF1 », Le Nouvel Obs,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. « Les Échos en grève, La Tribune aussi », L'Express, 22 juin 2007.
  41. « "La Tribune" et "Les Echos" en grève contre Bernard Arnault », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. Alexandre Joux, « En France, la difficile cession des Echos par le groupe Pearson » (consulté le )
  43. Texte de la pétition lancée par les salariés des Échos pour « l'indépendance » du quotidien et liste des signataires, site Les Échos, 8 novembre 2007.
  44. « Un nouvel acheteur pour Les Échos », L'Express, 12 juillet 2007.
  45. « Pearson dévoile sa clause d'exclusivité avec LVMH », L'Express, 5 septembre 2007.
  46. « LVMH a racheté le Groupe Les Échos », L'Express, .
  47. « La bataille des "Echos" », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. « Nicolas Barré remplace Henri Gibier à la direction de la rédaction des Echos », sur Challenges (consulté le )
  49. « Le constat fait par les femmes des Echos est objectivement juste », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  50. « Les Echos : grève des signatures des journalistes femmes », sur www.lexpress.fr (consulté le )
  51. https://www.nouvelobs.com/medias/medias-pouvoirs/20080515.OBS4047/la-sdj-des-echos-denonce-l-ingerence-de-la-nouvelle-direction.html
  52. https://www.lesechos.fr/economie-france/social/nous-societes-de-journalistes-exprimons-notre-solidarite-avec-nos-confreres-de-mediapart-962096
  53. « La fronde monte aux Echos après la "censure" d'une chronique sur François Ruffin », sur Les Inrockuptibles,
  54. « Pierre Louette, nommé PDG du groupe Les Echos-Le Parisien », sur lesechos.fr, .
  55. Owni.fr, L’heure des fuites sur les subventions à la presse ?, Rue89, publié le 11 août 2010, consulté le 26 octobre.
  56. par exemple, La mort des abeilles met la planète en danger, 20 août 2007.
  57. Source : Nielsen Ratings.
  58. Source : Xiti.
  59. « Avec son nouveau site, "Les Echos" se renforce dans le numérique », sur Challenges (consulté le )
  60. « Les Échos vont lancer un nouveau site », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  61. « Le quotidien « Les Échos » rénove son site et sa version papier », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  62. « Librairie e-paper. »
  63. « ALEXANDRE ADLER - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  64. « PHILIPPE AGHION - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  65. « LAURENT ALEXANDRE - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  66. « YANN ALGAN - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  67. « BERNARD ATTALI - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  68. « François Baroin - Contributeur Le Cercle - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  69. « AGNES BENASSY-QUERE - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  70. « LAURENT BERGER - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  71. « BLANQUER - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  72. « CHRISTIAN DE BOISSIEU - Journalistes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  73. « LAURENCE BOONE - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  74. « FRANCOIS BOURGUIGNON - Journalistes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  75. « PIERRE CAHUC - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  76. « PIERRE-ANDRE DE CHALENDAR - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  77. « FRANCOIS CHEREQUE - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  78. « EMMANUEL COMBE - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  79. « JEAN-MARC DANIEL - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  80. « PHILIPPE DOUSTE-BLAZY - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  81. « MOHAMED EL ERIAN - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  82. « LAURENT FABIUS - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  83. « FRANCOIS FILLON - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  84. « XAVIER FONTANET - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  85. « PIERRE GATTAZ - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  86. « Pierre Jacquet - Contributeur Le Cercle - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  87. « ALAIN JUPPE - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  88. « GASPARD KOENIG - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  89. « NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  90. « LAGARDE - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  91. « AUGUSTIN LANDIER - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  92. « JEAN-BERNARD LEVY - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  93. « JEAN-HERVE LORENZI - Journalistes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  94. « EMMANUEL MACRON - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  95. « Virginie Martin - Contributeur Le Cercle - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  96. « FREDERIC MION - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  97. « DOMINIQUE MOISI - Journalistes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  98. « PIERRE MOSCOVICI - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  99. Who's Who in France, édition 2015, p. 1748.
  100. « VALERIE PECRESSE - Journalistes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  101. « RAMANANTSOA - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  102. « MICHEL ROCARD - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  103. « KENNETH ROGOFF - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  104. « NOURIEL ROUBINI - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  105. « ROGER-POL DROIT - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  106. « Gilles Saint-Paul - Contributeur Le Cercle - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  107. « JOSEPH STIGLITZ - Journalistes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  108. « EDOUARD TETREAU - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  109. « DAVID THESMAR - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  110. « JEAN TIROLE - Journalistes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  111. « VILLANI - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  112. « DOMINIQUE DE VILLEPIN - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  113. « LAURENT WAUQUIEZ - Contributeurs externes - Les Echos » (consulté le )
  114. « ERIC WOERTH - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  115. « GABRIEL ZUCMAN - Contributeurs externes - Les Echos », sur lesechos.fr (consulté le )
  116. « LES ECHOS à PARIS 15 (75015), bilan gratuit 2017, sur SOCIETE.COM (582071437) », sur www.societe.com (consulté le )
  117. « Le groupe Les Echos a dégagé un profit de 162,3 millions de francs en 1998 », Les Échos,‎ , p. 18
  118. « Diffusion de Les Echos », sur acpm.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :