Noblesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le terme noblesse peut désigner une qualité qui peut être morale ou institutionnelle, et qui, dans le second cas, peut être détenue à titre personnel ou bien dynastique, révocable ou héréditaire. Johannes Limnäus (de) distingue dès le XVIIe siècle la noblesse morale de la noblesse politique.

Noblesse morale[modifier | modifier le code]

La noblesse morale n'est ni un ordre social, ni une caste, ni un apanage mais une responsabilité et une vertu accessible, par l'éducation, à tout homme de toute condition : Grégoire de Nazianze la divise en trois genres. Le premier consiste à s'efforcer d'être et d'agir comme Dieu est censé l'attendre de nous, le deuxième à se purifier en résistant à la corruption de notre nature humaine, le troisième à cultiver et partager les dons que nous possédons. Gilles-André de La Rocque écrit dans son Traité de la noblesse[1] que celle-ci ne donne point de droits mais bien des devoirs, dont un comportement désintéressé dans les activités humaines ou sociales, sans rechercher ni profit individuel, ni lucre, ni usure, ni prostitution, que ce soit dans la fonction publique, la justice, les forces armées, l'administration, les arts libéraux… Quant à la dignité, l'honneur, il provient surtout de la défense d'un honneur collectif, et non de la dépense ou du défi, et il est antinomique d'une attitude utilitaire ou vénale[2].

Noblesse politique[modifier | modifier le code]

Du point de vue des sciences sociales, historiques et politiques, la notion de noblesse renvoie généralement à un ordre social ou une caste généralement endogame, et désigne alors la condition d'un groupe social distinct et hiérarchisé jouissant de privilèges spécifiques. Dans la plupart des cultures, la noblesse remonte, non comme lignées, mais comme classe sociale, aux guerriers de la « trilogie » (le guerrier, le religieux et le producteur) décrite par Georges Dumézil à propos des sociétés indo-européennes (mais qui existait aussi ailleurs)[3],[4].

Histoire de la noblesse politique[modifier | modifier le code]

L'anoblissement est apparu avec l'émergence de sociétés sédentaires et organisées d'agriculteurs et d'éleveurs, ayant besoin de combattants professionnels pour se défendre, avec les moyens de s'armer eux-mêmes et d'armer d'autres guerriers[5]. Il consiste à coopter une personne au rang des nobles en raison de ses capacités à en commander d'autres, des mérites acquis ou de sa fortune[6]. Dans cette noblesse politique, l'ancienneté (les « quartiers de noblesse ») apparaîtra à Sébastien Le Prestre de Vauban comme « le premier critère de dignité »[7].

La « noblesse » institutionnelle d'un État (en général une monarchie, mais aussi des républiques comme Rome ou Venise), ou d'une province de ce pays, regroupe la minorité dominante d'un ensemble de familles détenant, le plus souvent héréditairement, des fonctions d'autorité militaire, politique, civile ou religieuse plus ou moins étendues, dans le cadre d'un statut privilégié comprenant des exemptions (le plus souvent de taxes et d'impôts) et des charges et emplois publics rémunérés (collecte des taxes et impôts, administration des provinces, levée des armées, conduite des guerres…) dits alors emplois nobles, ainsi que de sacerdoces réservés (lorsque ces fonctions sont religieuses, comme chez les lévites ou les brahmanes, on ne parle pas de noblesse, mais de caste sacerdotale).

Charles Fourier en 1822 représente seize castes et sous-castes sociales dont il analyse le « courant ascendant » de sentiments d'envie et de haine, et le « courant descendant » de sentiments de morgue et de mépris : « La noblesse de cour méprise la non-présentée ; la noblesse d'épée méprise celle de robe : les seigneurs à clocher méprisent les gentillâtres, tous les parvenus anoblis qui ne sont que de 1er degré et qui dédaignent les castes bourgeoises. Dans la bourgeoisie nous trouverions en 1re sous-caste la haute banque et la haute finance (no 5), méprisées des nobles mais s'en consolant avec leurs coffre-forts, méprisant le gros marchand et le bon propriétaire (no 6). Ceux-ci tout fiers de leur rang d'éligibles méprisent la sous-caste qui n'a que rang d'électeur (no 7) qui elle, s'en dédommage en méprisant la sous-caste des savants, les gens de loi et autres vivant de traitements ou casuels ou petits domaines qui ne leur donnent pas l'entrée au corps électoral (no 8) ; enfin la basse bourgeoisie (no 9), le petit marchand (no 10), le petit campagnard (no 11) seraient bien offensées si on les comprenait dans le peuple dont elle méprise les trois sous-castes (nos 12, 13, 14) et dont elle se pique d'éviter les manières, sans même compter la pègre et les vagabonds (nos 15 et 16). Il règne entre toutes ces castes des haines régulières c'est-à-dire que la no 9 hait la no 8 autant que celle-ci hait la no 7, quoique chacune recherche la fréquentation du degré supérieur par ambition et non par amitié »[8].

La noblesse est donc une classe sociale que l'on rencontre dans la plupart des sociétés sédentaires traditionnelles, dès lors que la fonction guerrière est distinguée par les pouvoirs économiques et religieux (tripartition), comme chez les Romains ou les Celtes avec la classe des chevaliers[9]. Les modalités d'entrée et de maintien dans cette classe ont varié selon les époques et les pays, mêlant initiation, capacités et hérédité. Elle se trouve à toutes les époques et dans de nombreux types de sociétés, aussi bien antiques, comme en Grèce, que chez les peuples premiers, et jusqu'aux États-nations modernes.

Dans la Grèce antique, il existait quatre termes qui, en grec ancien, servaient à désigner les groupes humains : γένος / génos signifiant « noble lignée » ; λάος / láos signifiant « peuple assemblé » ; δῆμος / dêmos signifiant « citoyen d’une cité » et ἔθνος / éthnos signifiant « origine commune ». Le pouvoir politique, le droit de propriété et les privilèges ont progressivement diffusé, dans l'Athènes antique, de la première à la deuxième et troisième catégories, tandis que les métèques relevaient de la quatrième[5] et les esclaves d'aucune, leur statut étant proche de celui du bétail[10]. L'exemple le plus connu de noblesse grecque antique est celui des Eupatrides[11].

Dans la Rome antique, les gens (familles au sens élargi) s'enorgueillissaient de l'ancienneté de leurs lignées, qui n'était pas forcément biologique (génétique) en raison de la pratique fréquente des adoptions, et qui ne connaissaient pas la transmission héréditaire du pouvoir public. Il s'agissait surtout de la transmission d'un nomen et d'un patrimoine. L'acquisition des pouvoirs publics était individuelle, au fil du cursus honorum au service de la res publica (l'intérêt public) ou du princeps. On obtenait un honor ou charge publique, soit par élection républicaine, soit par nomination sénatoriale ou impériale[12]. Des homines novi, sans être « bien » nés, pouvaient aussi être élus ou nommés à un honor élevé et ainsi devenir chef et souche d'une nouvelle famille noble[13].

Dans l'antiquité tardive, en Europe, la nobilitas de l'Empire romain est régie par les codes de Théodose[14] et de Justinien[15]. Après les grandes invasions, au haut Moyen Âge, la nobilitas resta en vigueur dans l'Empire romain d'Orient (mégarchontes) et fut en partie adoptée, mais aussi transformée, par les royaumes germaniques en Occident[16], par les slaves occidentaux et les hongrois en Europe centrale, et par les États orthodoxes (grecs, slaves ou valaques) en Europe du Sud-Est. L'éducation classique des jeunes nobles à la cour des rois comportait une formation à la fois physique et intellectuelle leur permettant de faire carrière dans la hiérarchie civile, militaire ou religieuse de leur royaume[17].

Dans de nombreux pays, la noblesse a été abolie comme institution. En France, elle a été supprimée sous la Révolution française en 1789, rétablie sous le Premier Empire en 1802, et à nouveau supprimée sous la Troisième République en 1870 ; les titres de noblesse, qui sont considérés comme un accessoire du nom, peuvent toujours être officiellement enregistrés auprès du ministère de la Justice (afin d'être transcrits à l'État civil). Dans les pays ayant été gouvernés par un parti unique se réclamant du communisme, non seulement les titres et indicateurs de noblesse furent abolis et les biens matériels nationalisés, mais les anciens nobles, considérés comme « des exploiteurs, des parasites, des ennemis du peuple » finirent pour beaucoup leurs existences dans les camps de travaux forcés comme ceux du Goulag ou du Laogai, à moins qu'ils aient réussi à s'échapper et à s'exiler à temps (cas de nombreux nobles russes à Paris, Londres et Berlin dans les années 1920). Dans leurs pays d'origine, les survivants ont perdu leur statut social et une grande partie de leur mémoire familiale, car durant les longues années de dictature (en moyenne un demi-siècle), faire valoir ce qui y était considéré comme un « passé dont il faut faire table rase » (selon un couplet de l'Internationale) pouvait entraîner des persécutions et conduire en camp de travail « rééducatif »[18].

Après l'ouverture du rideau de fer et la chute des régimes communistes en Europe, les descendants de ces survivants qui ont revendiqué la restitution de leurs biens familiaux nationalisés ont, pour la plupart, échoué en raison de la complexité des procédures, des preuves exigées et du coût des démarches judiciaires. Seules les familles nobles les plus puissantes financièrement ont obtenu la restitution d'une partie de leurs anciennes propriétés dans les pays, comme la République Tchèque ou la Roumanie, où la législation le permet : c'est le cas des héritiers de la famille autrichienne Schwarzenberg qui a obtenu la restitution du château d'Orlík au sud de Prague, et, en Transylvanie, des héritiers du comte hongrois Daniel Bánffy[19], des Habsbourg d'Autriche[20] ou des Hohenzollern de Roumanie[21],[22].

Dans la mesure où les privilèges, titres et indicateurs ont été abolis, l'existence d'une noblesse est compatible avec l'exercice de la démocratie, par exemple au Royaume-Uni où elle a été conservée après la Glorieuse Révolution et ailleurs en Europe où elle a perduré après les révolutions de 1848. Une pairie et des titres de noblesse existent toujours légalement au XXIe siècle dans plusieurs pays européens, comme la Belgique, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suède, l'Espagne, Saint-Marin, le Luxembourg. Le pouvoir législatif est exercé en partie par des représentants de la noblesse, comme c'était le cas au Royaume-Uni avec la Chambre des lords jusqu'à la fin du XXe siècle. Ce fut le cas aussi en France au XIXe siècle avec l'ancienne Chambre des pairs.

En droit international il n'y a pas de noblesse et il n'existe pas d'ordre de noblesse international : la noblesse de chaque pays lui est donc spécifique, même si certains types de noblesse peuvent être communs à plusieurs pays (à titre d'exemple les barons, comtes, marquis, ducs, archiducs, princes sont globalement similaires en Europe occidentale et centrale tandis que les joupans, boyards, hospodars et voïvodes sont communs aux pays d'Europe orientale). Il existe en revanche des ordres internationaux comme ceux de Saint-Jean[23] ou de Malte[24], dont certains sont initiatiques et qui, bien qu'usant de grades, de titres et de symboles, ne sont pas des ordres de chevalerie ou de noblesse, car ils sont ouverts à tous par cooptation (même si réunir tous les critères est ardu) et n'ont aucun caractère héréditaire ou transmissible[25],[26].

Au XXIe siècle, des titres de noblesse existent encore officiellement et continuent à être décernés par les souverains des monarchies actuelles[Note 1], au nombre de trois en Afrique[Note 2], treize en Asie[Note 3], dix en Europe (en ne comptant que les maisons royales héréditaires)[Note 4] et deux en Océanie[Note 5]. Il existe toujours une distinction entre la noblesse ancienne et la noblesse contemporaine : la première remonte parfois à des temps antérieurs à la Révolution française, la seconde a gagné ses titres (souvent héréditaires comme en Belgique ou en Espagne, ou non transmissible aux descendants comme au Royaume-Uni) par son action (financière, diplomatique, culturelle, militaire...) au service de sa nation ou de son souverain[Note 6]. L'« Association de la noblesse européenne occidentale » représente les intérêts de cette caste auprès des personnes physiques ou morales, institutions, instances, autorités, tribunaux situés sur le territoire de l'Union européenne, pour les questions relatives au statut et/ou au rôle de ses membres[27].

Noblesses par aires culturelles[modifier | modifier le code]

Afrique précoloniale[modifier | modifier le code]

Les noblesses africaines les plus anciennement attestées, celles de l'Égypte antique et de la Maurétanie, se sont progressivement fondues dans les élites romaines avant d'être absorbées par l'islamisation de l'Afrique du Nord ; pour leur part, les noblesses nubienne, makurienne, nobadienne, alodienne, axoumite, zagouée et abyssine ont fini par former la noblesse éthiopienne (négus, ras, mesafint, mekwanent et autres warashehs en amharique) elle-même dispersée ou massacrée par la révolution éthiopienne ; enfin au Ghana et dans les autres monarchies sub-sahariennes, les horons (mot mandé) ou touboungs (mot lounda) étaient hiérarchisés en trois groupes principaux[28],[29],[30] :

  • les massalen (haute noblesse) étaient au sommet de la hiérarchie, assurant la royauté et le pouvoir territorial dans les provinces : c'étaient les ducs et comtes, grands propriétaires terriens et de bétail, détenteurs des droits de chasse et pêche qu'ils affermaient, qui avaient sous leurs ordres les chefs des différents villages de leur province ;
  • les dimo, geer, rimbe ou tondjon (moyenne noblesse, militaires et chasseurs, grands fermiers) ;
  • les mori (ou marabouts, à la fois sages, juges, prêtres, éducateurs, gardiens et transmetteurs des mythes, des traditions et des connaissances comme l'herboristerie et les pratiques thérapeutiques).

Avec l'islamisation et la colonisation ces noblesses ont perdu tout caractère officiel et le mot marabout a changé de sens pour désigner de nos jours deux choses différentes : soit, avec une connotation positive et flatteuse, un guide religieux musulman, soit, avec une connotation négative et péjorative, un sorcier ou un envoûteur auquel on prête des pouvoirs de voyance et de guérison ; parmi les marabouts, certains sont des manipulateurs psychiques qui prétendent pouvoir, moyennant finances, résoudre tout type de problème. Ces derniers, que les guides religieux considèrent comme des charlatans, mêlent en un syncrétisme religieux qui varie de l'un à l'autre, l'islam, l'animisme, le christianisme, le vaudou et diverses formes de magie.

Au Rwanda et au Burundi, ce ne sont ni la langue ni la religion qui séparent les tutsi des hutu, mais le statut : les premiers sont issus de la noblesse, les seconds du peuple agriculteur ou artisan[31].

Le prestige de la noblesse est encore très grand dans les sociétés africaines, et peut compter en politique : à titre d’exemple, Nelson Mandela n'était pas seulement un militant de l'ANC et un président de l'Afrique du Sud, mais aussi un prince Xhosa de lignée royale Thembu, de son nom royal Rolihlahla Madiba[32],[33].

Amérique précolombienne[modifier | modifier le code]

Les conquistadors espagnols dénommèrent indifféremment « caciques » les aristocrates des empires amérindiens (maya, aztèque, inca…) dont la hiérarchie était aussi complexe qu'en Europe, mais moins cloisonnée et pas systématiquement héréditaire. Le mot cacique désigne un noble en taïno, langue indigène d'Hispaniola[34]: il est généralement traduit par « dignitaire » ou « seigneur » et chez les Aztèques par exemple, les descendants des nobles, désignés comme tecuhtli en nahuatl[35] étaient nommés « pilli »[36], terme équivalent à l'espagnol « hidalgo » (« fils de quelqu'un »)[37].

Ces nobles amérindiens pouvaient aussi bien être d'extraction relativement modeste (par exemple, chez les Aztèques, les calpullec, des villages ou des quartiers de la capitale), que des seigneurs de rang élevé (empereurs, rois des monarchies subordonnées, gouverneurs des provinces, conseillers des monarques, juges importants ou grands chefs militaires, par exemple les apu, kuraka, qhapaq, tuqriquq et varayoks des Incas). Les nobles amérindiens qui se sont opposés aux conquistadors ont disparu, mais ceux qui se sont ralliés à eux et se sont convertis au catholicisme ont parfois pu s'intégrer à la petite noblesse créole locale comme vizcondes ou caballeros[38].

Brésil[modifier | modifier le code]

Au Brésil, c'est la maison d'Orléans-Bragance qui, durant son règne sur l'Empire brésilien, décerna quelques titres de noblesse, non-reconnus en Europe[39] où les récipiendaires, de riches planteurs et éleveurs de bétail esclavagistes, furent qualifiés de « rastaquouères »[40],[41].

Chine[modifier | modifier le code]

Incluant les souverains et les nobles proprement dits[42], la noblesse chinoise a été un élément important de l’organisation sociale et politique traditionnelle de la Chine impériale. Les concepts de souverains héréditaires, de titres de noblesse et de familles nobles apparaissent dès les débuts semi-mythiques de l'histoire de la Chine puis, sous la dynastie Zhou un système structuré définissant la noblesse et les nobles se met en place et perdure durant plus de deux millénaires suivants, avec quelques modifications et ajouts dont le plus récent date de la dynastie Qing.

Un titre de noblesse peut être gagné ou perdu à titre posthume, l'élévation posthume étant souvent utilisée comme un moyen d'exprimer sa considération envers le défunt. Ainsi Guan Yu, qui vécut à la fin de la dynastie Han, portait de son vivant le titre de marquis de Han Zhou (漢壽亭侯) et reçut à titre posthume le titre de duc de Zhonghui (忠惠公). Sous la dynastie Yuan, Yiyong Wu'an Yingji portait le titre de prince de Xianling (顯靈義勇武安英濟王), avant d'être littéralement « béatifié » et élevé au rang d'empereur sous la dynastie Ming, où il devient le Saint empereur Guan, le Grand dieu qui subjugue les démons des trois mondes et dont la grâce se propage loin et se déplace dans le ciel (三界伏魔大神威遠震天尊關聖帝君). Dans la culture populaire, il est révéré comme étant un Dieu de la prospérité, du commerce, de la guerre et de la police[43].

Ce système perdure jusqu'à la Révolution chinoise de 1911 qui met fin à l'empire chinois. Toutefois la République de Chine permet à quelques familles nobles, ayant soutenu le nouveau régime, de garder leurs titres et leurs dignités, mais tous perdent leurs domaines et cela précipite leur déclin économique. Quant à la République populaire de Chine mise en place en 1949, elle ne se contente pas d'abolir tous les titres, prédicats et indicateurs de noblesse, mais cible l'aristocratie physiquement dans le cadre de la lutte des classes, de sorte que tous ceux qui n'ont pas réussi à fuir le pays sont, au mieux, détenus aux travaux forcés du Laogai et au pire massacrés sur place, notamment pendant la révolution culturelle. De nos jours, seule une poignée de personnes de la diaspora chinoise continue à revendiquer tel ou tel titre de noblesse dans l'indifférence générale[44].

Europe[modifier | modifier le code]

La noblesse européenne et la tradition de l'héraldique, comme ici chez les pleurants, Louvre.

En Europe, chaque pays a ses propres traditions nobiliaires.

La noblesse et son histoire est étudiée dans des armoriaux, comme ici des Pays-Bas, contenant mariages avec quartiers du XVIIIe siècle.
« Statue équestre » d'un chevalier en armure, sa monture cabrée (ce qui suppose un cheval beaucoup plus musclé que les races actuelles).

En Europe occidentale, les royaumes germaniques copièrent le système romain de délégation de la potestas[45]. Ainsi, des nobles germaniques purent se voir confier, par les maiores natu ou « grands des peuples barbares », des fonctions publiques ou honores, non héréditaires, comme dans la nobilitas romaine, et ainsi entrer dans la militia principis en jurant obéissance « à la romaine » (obsequium) au nouveau roi germanique. Par exemple, pour être mieux accepté et obéi par ses sujets gallo-romains, largement majoritaires dans son royaume, le souverain franc Chlodwig (Clovis) conserva le droit romain pour les Romains et pour les chrétiens[46], incita ses « grands » à entrer dans ce système et finit par renoncer à sa religion germanique pour adopter lui-même le christianisme[47].

Cette osmose germano-romaine en Occident est freinée par la division du christianisme entre ariens (variante initialement adoptée par une grande part de la noblesse germanique) et nicéens (variante adoptée par les autochtones romains[Note 7],[48]) mais facilitée par certaines similarités entre noblesses romaines et germaniques[49].

Toutefois, faire de la noblesse occidentale un prolongement direct de la noblesse romaine, constitue une mythification du récit car à partir du IXe siècle la tradition germanique de la transmission héréditaire des titres et des offices de la potestas publica se généralise[50] : les lignées des « grands » germaniques se sont substituées à la noblesse de souche locale romaine, formant une « noblesse d'épée » assimilée à la « noblesse d'extraction » (sans trace écrite d'anoblissement) puis une « noblesse de robe » créée au début du XVIIe siècle.

Dans la féodalité européenne, le noble, vassal de son suzerain et qui a les ressources économiques pour disposer de montures, d'armes d'hast, d'estoc et de taille, d'armures, d'écus, de tentes, d'écuyers et de goujats (responsables des bagages), se bat à cheval, astreint à des règles de combat spécifiques : il est bien différent de l'homme du peuple, moins bien armé et cuirassé, qui se bat à pied dans l'infanterie, en fantassin, en archer ou en frondeur, appelé « piéton ». À la fin du Moyen Âge, les innovations technologiques et notamment les armes à feu rendent obsolète le combat à cheval en armure lourde, tandis que le besoin de main d'oeuvre agricole et la professionnalisation des métiers d'armes favorise l'usage des mercenaires dans l'infanterie, mais la mythologie associée à la chevalerie persistera jusqu'à la période romantique, au XIXe siècle[51].

Dans la culture occidentale, la notion de « sang bleu » pour les nobles provient de l'espagnol « sangre azul » désignant la noblesse chrétienne actrice de la reconquista en référence à l'archétype du héros princier moralement noble, à l'âme pure comme le ciel bleu sans nuages, appelé en Espagne Principe azul[52].

Albrecht Dürer. Le Chevalier, la Mort et le Diable, 1513. Cette gravure a donné lieu à de multiples interprétations au cours des siècles.
Au XXe siècle, une noblesse fictive est mise en scène à travers les œuvres de J. R. R. Tolkien ou de Walt Disney (ici le Château de la Belle au bois dormant, Disneyland, Anaheim, Californie).

Karl Ferdinand Werner décrit quatre mythes concernant la noblesse, forgés et enrichis au fil des siècles par la papauté, soucieuse de s'assurer leur protection, leurs services et leur fidélité :

  • la noblesse de l'« occident chrétien » prolongerait directement la noblesse et la militia principis romaines[53] enrichies de quelques guerriers germains assimilés : ce mythe vise à étayer les revendications de ces derniers, soutenus par l'Église de Rome, comme héritiers de l'Empire romain d'Occident[54] ;
  • la noblesse aurait eu un caractère public puisqu'elle dirigeait l'État[55] et représentait la puissance publique[56]. Dans cette optique, l'idée que les droits de la noblesse relèvent du droit privé, issue de la logique des États de droit modernes qui proscrivent la personnalisation de l'espace public, serait anachronique[57], mais de cette idée découle le revers de ce mythe, selon lequel il n'y aurait plus eu d'administration civile et laïque efficace à l'époque féodale[58], l'Église seule remplissant ce rôle. En fait beaucoup de nobles surveillaient de près et administraient soigneusement, directement ou par régisseurs ou fermiers interposés, les populations qui assuraient leur prospérité, non par philanthropie (quoi qu'il y eut des nobles philanthropes) mais par intérêt politique et économique bien compris[59]. Pour autant, l'émergence d'une classe de « propriétaires laïcs », qui, « en commun avec leurs tenants auraient pris des initiatives et se seraient auto-organisés » reste un phénomène marginal : ce fut par exemple le cas dans les cantons suisses ou en Russie médiévale avec le système du mir et les pogosts, mais cela reste exceptionnel dans l'histoire médiévale[60] ;
  • la noblesse aurait été caractérisée par le devoir et le service du plus grand nombre, comme si la noblesse sociale rendait obligatoirement moralement noble, comme si la superbia (orgueil) et l’avaritia (avarice), péchés mortels aux yeux de l'Église, se seraient évaporés avec l'anoblissement au bénéfice du sens de l'intérêt collectif et du sacrifice de soi[61]. Selon ce mythe, les jeunes nobles auraient tous été systématiquement élevés dans l'idée qu'ils étaient nés pour servir leur suzerain, mais aussi le peuple, la justice, le pays et Dieu, afin de gouverner les hommes avec droiture, tempérance et courage, les protéger et les aider (particulièrement les faibles et les pauvres, les veuves, les orphelins, le clergé, les moines) conformément aux vertus cardinales de l'idéal chrétien[62]. Dans la pratique, ces obligations furent souvent transgressées, quitte à faire ensuite amende honorable ou pénitence afin de réparer ses torts, par exemple au moyen de donations prises dans le butin amassé : l'honneur d'un noble fut souvent proportionnel à sa fortune (des armes et matérielle) plutôt qu'à l'accomplissement de ses devoirs[63]. Autour de l'an mille, dans l'entourage d’Otton III ou Robert II il était de règle, après moult batailles accompagnées des violences habituelles, que les nobles soient absous par des dons parfois fastueux aux églises et abbayes : l'Église ainsi enrichie de terres, moulins, gués, ponts, franchises et chefs-d'œuvre de l’art, leur en savait gré[64] et savait se montrer indulgente[65], allant jusqu’à en faire commerce[66], ce qui fut l'une des causes de la Réforme protestante, à laquelle une partie de la noblesse européenne, notamment nordique, adhéra[67] ;
  • un dernier mythe superlatif concerne la « culture courtoise » bénéficiant à la femme en lien avec le culte de la Vierge Marie qui en faisait un être devenant respectable dans l'« alternative virginité/maternité »[68]. Il s'agissait des nobles dames, car le sort des roturières était de subir corvées, viols, violences et servitudes[69] ; quant aux dames nobles, souvent mariées encore enfants, sans que jamais leur avis ou consentement ne fusse requis, la poésie des troubadours et les tournois des chevaliers, plus ritualisés et moins violents que les batailles, offraient quelque consolation[70]. La « galanterie chevaleresque » issue de ces traditions ne saurait occulter le fait que les femmes, à l'exception de quelques souveraines très énergiques, étaient juridiquement mineures et n'existaient que comme filles, épouses ou sœurs des hommes de leur famille[71].

Inde[modifier | modifier le code]

Parmi les varṇas (castes) de l’Inde, aujourd’hui sans existence légale[72] mais toujours très présentes dans la structure sociale[73], ce sont les plus minoritaires : les brahmanes ou prêtres et, parmi les kshatriyas ou guerriers, les lignées de rājans ou rājahs (ou seigneurs, particulièrement les maharājahs ou souverains), qui constituaient la noblesse[74]. Ce sysème a diffusé, en même temps que l’hindouisme, en Indochine, Malaisie et Indonésie[75]. Lorsque l’hindouisme a été supplanté par le bouddhisme ou l’islam, les rājahs ont perduré comme maîtres de la terre, et les maharājahs comme rois bouddhistes ou sultans malais.

Indonésie[modifier | modifier le code]

Un regent javanais et sa famille (1888).

Bien que l'Indonésie soit aujourd'hui une république, on y trouve encore de nombreuses cours royales et princières dont les membres forment une noblesse de sang qui n'a plus de privilèges mais conserve ses titres. Les chefs de ces maisons ont encore un rôle symbolique et rituel. Il existe en outre des rites par lesquels on accorde une distinction nobiliaire à des personnes. Enfin, à Java, les descendants d'une noblesse de robe créée au XVIIe siècle par le Sultan Agung du royaume de Mataram, les priyayi, sont souvent reconnaissables à leur nom de famille, alors que ce dernier n'est pas encore une institution répandue pour la grande majorité des Indonésiens[76].

Japon[modifier | modifier le code]

Un daimyo en visite d'État.
Fukuzawa Yukichi, samouraï de rang médiocre et grand intellectuel japonais, photographié en Allemagne ; les armoiries de son clan figurent sur son habit.

Source de ce sous-chapitre[77]. Jusqu'en 1869, la noblesse japonaise (kuge) était structurée sur le modèle chinois, et basée sur la possession de grands domaines dont les habitants étaient des serfs (auxquels pouvaient s'ajouter les esclaves des grands propriétaires daimyo : on pouvait devenir esclave pour dettes, comme punition à la suite d'un jugement, ou comme prisonnier de guerre si on n'était pas mort les armes à la main car dans les trois cas on était déshonoré et on cessait d'être une personne pour devenir une « chose » (hinin 非人).

Initialement, ce qu'on appelle, stricto sensu, noblesse japonaise (kuge) s'est articulée autour du souverain impérial, d'où procédaient tous les honneurs, apanages et charges décernés aux clans de courtisans (uji) comme les Fujiwara ou Mononobe), dont nombre d'origine coréenne (Soga). Les chefs de ces clans portaient des titres hiérarchisés ou kabane. Parallèlement, dès le VIIe siècle, s'est constituée une noblesse de service qui a peu à peu accaparé la réalité du pouvoir, sans jamais éliminer les kuge, les samouraï[Note 8]. Cette classe, sans équivalent en Europe[Note 9], s'est rapidement fédérée autour de descendants de princes impériaux (les Heike et les Genji), puis des shoguns. Ses principaux chefs, politiques et gouverneurs régionaux (les daimyo[Note 10] et les shomyo[Note 11]) ont été graduellement admis au sein des kuge (d'autant plus qu'ils en procédaient le plus souvent)[Note 12]. Dans l'ensemble, les samouraï ont fourni au Japon shogounal la plupart de ses cadres, de ses militaires et de ses fonctionnaires, surtout provinciaux. Les chefs héréditaires de sectes ou de temples étaient généralement d'origine samouraï et classés comme tels.

Lors de la période Meiji (1868), le nouveau gouvernement institua une nouvelle noblesse, ou kazoku (華族?, littéralement « ascendance fleurie »), inspirée du système français (napoléonien) et anglais. Elle fut abolie à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les bénéficiaires furent surtout des politiques (prince Itō Hirobumi, artisan de la colonisation japonaise de la Corée), des hauts fonctionnaires et des hommes d'affaires (baron Iwasaki Yatarô, fondateur du groupe Mitsubishi). Hormis les Tokugawa, la distribution des titres de kazoku pour les anciens daimyos dépendait du revenu en riz de ces seigneurs féodaux : ceux qui percevaient plus de 150 000 koku devinrent marquis, ceux qui percevaient plus de 50 000 koku devinrent comtes, etc. L'ancien shogun, Tokugawa Yoshinobu, devint prince, les chefs des branches primaires de la famille Tokugawa (shimpan daimyō) devinrent marquis et les chefs des branches secondaires devinrent comtes. Ainsi, la kuge (la noblesse de la cour impériale de Kyoto) et les daimyo (les seigneurs féodaux) fusionnèrent en une seule classe aristocratique. Itō Hirobumi, un des acteurs de la restauration de Meiji et plus tard l'un des auteurs de la Constitution de 1889, destinait le kazoku à servir de rempart pour l'empereur et l'institution impériale rénovée, qui élargit le statut de kazoku aux personnes ayant brillamment servi la couronne.

En 1884, le gouvernement divisa le kazoku en cinq rangs explicitement basés sur la pairie de Grande-Bretagne. Ce système utilise des titres dérivés des anciens titres de noblesse d'avant 1864 qui, eux aussi, sont au nombre de cinq :

La Constitution actuelle du Japon, datant de 1947, abolit la kazoku et les titres, prédicats et indicateurs de noblesse en dehors de la famille impériale. En revanche, elle ne priva pas la kazoku de ses biens, de sorte que ses membres conservèrent leur assise économique et qu'au XXIe siècle encore, les descendants des anciennes familles nobles continuent à occuper des postes de première importance dans la société et l'industrie[79].

L'empire du Japon actuel[Note 13], État démocratique, ne reconnaît de noblesse que pour le seul noyau de la famille impériale, c'est-à-dire le tennō, ses oncles et tantes par les hommes, ses frères et sœurs, leurs enfants et les siens.

Au XXIe siècle, 4 710 blasons (mons, originaux et variantes incluses) existent au Japon[80].

Perse[modifier | modifier le code]

En Perse impériale on différenciait deux catégories de nobles : ashrâfiyyat-e divâni et ashrâfiyyat-e lashgari, qui correspondaient plus ou moins à la distinction entre la noblesse de robe et celle d'épée. Sous les Arsacides, la noblesse du premier rang se définissait par la parenté (la filiation ou la germanité) avec la personne du Shah. Ainsi, les membres de Mehestan (nom hérité du Sénat iranien sous l'Empire parthe) étaient nommés parmi les princes de sang qui de ce fait appartenaient au plus haut rang de la noblesse. Avec l'avènement de la dynastie Pahlavi en 1924, Reza Shah fit voter une série de lois portant l'abolition de tous les privilèges de la noblesse. L'usage des titres de courtoisie a néanmoins perduré jusqu'à l'avènement de la révolution iranienne en 1979[81].

Peuples cavaliers des steppes[modifier | modifier le code]

Les nobles des peuples cavaliers de la steppe eurasienne portaient le titre de mourza', murza ou morza (pluriel : morzalar), du persan mirza (ميرزا), désignant les princes des khanats de Qazan, d'Astrakhan, de Khiva ou de Boukhara ; par métonymie on dénomme également ainsi les princes khazars, pétchénègues, coumans ou circassiens absorbés par les Tatars et ainsi passés du tengrisme à l'islam[82].

Après la défaite du khanat de Kazan en 1552, plusieurs morzalar passent au christianisme et entrent au service de la Russie ; d'autres deviennent marchands. Catherine la Grande les intègre dans la noblesse russe. Beaucoup d'entre eux émigrent après la révolution d'Octobre[83].

Polynésie[modifier | modifier le code]

En Polynésie, un ariki est un guerrier, et le chef des guerriers, l’ariki nui (littéralement « grand guerrier ») est le chef tribal, souvent assimilé à un roi, au statut généralement semi-héréditaire. Aux Tonga, des titres de noblesse furent conférés à des grands chefs traditionnels lors de la fondation du royaume des Tonga en tant qu'État d'inspiration occidentale, au dix-neuvième siècle. Ainsi furent posés les fondements de la noblesse tongienne, qui dispose à ce jour d'un grand prestige, ainsi que de prérogatives politiques[84]. Aux Marquises, la société comprenait cinq classes : les familles nobles hakaiki parmi lesquelles chaque tribu avait sa lignée royale héréditaire (hérédité pas forcément patrilinéaire), les taua ou prêtres, les kaïoï ou clans libres ordinaires (chacun ayant ses propres affiliations initiatiques totémiques), les tuhuna (artisans, artistes, conteurs) et les kikino (serfs et serviteurs, pouvant être des captifs de guerre ou des personnes punies pour avoir enfreint des tabous ou pour dettes)[85]. À Wallis-et-Futuna, les lavelua (souverains) sont assistés de kivalu (ministres) et de faipule (gouverneurs)[86].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 2020 il existe dans le monde 28 monarchies (sur 193 États reconnus par l'ONU) en comptant pour une celles du Commonwealth et en ne comptant que les monarchies souveraines, pas les royautés coutumières beaucoup plus nombreuses.
  2. Monarchies souveraines africaines : Eswatini, Lesotho et Maroc ; l'Afrique compte aussi 34 royautés coutumières n'ayant pas le statut d'État souverain.
  3. Monarchies souveraines asiatiques : Arabie saoudite, Bahreïn, Bhoutan, Brunei, Cambodge, Émirats, Japon, Jordanie, Koweit, Malaisie, Oman, Qatar et Thaïlande.
  4. Monarchies souveraines européennes : Norvège, Suède, Danemark, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Royaume-Uni, Espagne, Monaco et Liechtenstein ; l'Andorre et le Vatican sont des états à constitution monarchique, mais sans maison royale.
  5. Monarchies souveraines océaniennes : Samoa et Tonga ; à Wallis-et-Futuna il existe aussi trois royautés coutumières, mais sous protectorat français.
  6. On peut être noble par l'hérédité (baron de Ceuninck, vicomte Montgomery), par la haute finance (baron Empain ; baron Norman), par la politique (baronne Thatcher ; duc de Suárez), par les arts (baron Gros ; marquis de Dali), par les sciences (baron Winston ; vicomte Frimout) ou par les sports (baron Coe ; comte Rogge).
  7. De nombreuses sources occidentales comme Charles George Herbermann dans l’Encyclopédie catholique ou Michel Le Quien dans Oriens Christianus, désignent le christianisme nicéen des Romains sous le vocable « Église catholique », par anachronisme puisque cela se passe avant la séparation des Églises d'Orient et d'Occident et avant les 14 conciles postérieurs à celle-ci, qui définissent l'Église catholique romaine actuelle.
  8. Terme vieilli (de nos jours, on dit plutôt buke) ; samurai provient du verbe saburau, signifiant « garder », « servir ».
  9. Par extension, on pourrait vaguement l'apparenter à la hidalguia espagnole ou à la gentry anglaise, etc.
  10. Grands seigneurs apanagés.
  11. Petits seigneurs apanagés.
  12. L'importance des daimyos et des shomyo dans la hiérarchie nobiliaire (voir la liste des clans japonais) était proportionnelle aux revenus officiels (calculés en koku de riz) qu'ils tiraient de leurs apanages, ainsi qu'à leur situation géographique; néanmoins, ces revenus étant calculés par le pouvoir shogounal lors de la prise de fonction du chef de famille, ils correspondaient généralement assez peu à la réalité des richesses de la région concernée. Au XVIIe siècle, un koku équivalait - officiellement - à quelque 180 litres de riz, soit la quantité nécessaire pour nourrir un adulte pendant une année.
  13. Le nom officiel du Japon est nihonkoku (日本国?), c'est-à-dire le pays à/de l'origine du jour/soleil.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [lire en ligne].
  2. Honoré de Balzac, La Comédie humaine.
  3. Georges Dumézil, Jupiter Mars Quirinius, Gallimard, Paris 1941
  4. Georges Dumézil, Mythe et Épopée I. et II., Gallimard, Paris 1995, (ISBN 978-2-07-073656-0) : L'Idéologie des trois fonctions dans les épopées des peuples indo-européens et Types épiques indo-européens : un héros, un sorcier, un roi.
  5. a et b Gilles Ferréol (dir.), Dictionnaire de sociologie, Paris, Armand Colin, (ISBN 9782200244293).
  6. Gilles-André de La Rocque, Traité de la noblesse.
  7. Sébastien Le Prestre de Vauban, Les oisivetés de Monsieur de Vauban, ou Ramas de plusieurs mémoires de sa façon sur différents sujets, éd. Champ Vallon, 2007 [lire en ligne].
  8. Charles Fourier, Traité de l'association domestique agricole, Boussange, 1822 [lire en ligne].
  9. Jules César, « Livre VI », sur forumromanum.org, Guerre des Gaules, Les Belles Lettres, 1926, livre VI, 15.
  10. Youval Rotman, Les Esclaves et l'esclavage de la Méditerranée antique à la Méditerranée médiévale, 6e-11e siècles, Les Belles Lettres, Paris 2004, 403 pp., (ISBN 9782251380698)
  11. Carl Roebuck, « Three classes (?) in early Attica », in : Hesperia, vol. 43-4, p. 487 (ISSN 0018-098X), 1974.
  12. Werner 2012, p. 685 et suiv..
  13. Werner 2012, p. 696.
  14. Code théodosien, VIII, 4, 28.
  15. Code justinien, III, 25, 1 ; X, 69, 1 et XII, 19, 2.
  16. Werner 2012, p. p. 264, 313, 324, 698.
  17. Werner 2012, p. 395.
  18. Alexandre Zinoviev, Le Communisme comme réalité, Julliard, , p. 58.
  19. Rétrocession foncière à la famille Bánffy le 5 juillet 2018 sur [1].
  20. Le château de Bran a été restitué le 26 mai 2006 à Dominic von Habsburg, architecte vivant aux États-Unis : George Avanu, (ro) (en) Bran Unique Places of Romania, 2-nd ed., (ISBN 973-7995-89-9)
  21. Le palais de Sinaia a été restitué à l'ex-roi Michel de Roumanie le 16 juin 2008 : Le courrier des Balkans
  22. Restitution des biens en Roumanie : le roi Michel de retour en son domaine de Peles.
  23. [2]
  24. [3]
  25. Alain Demurger, Chevaliers et chevalerie expliqués à mes petits-fils, Seuil, 2009
  26. Monique et Jean-Marc Carat, Marc De Jode, Dictionnaire universel de la franc-maçonnerie, Larousse 2011, (ISBN 978-2-03-584840-6)
  27. www.european-noble.eu.
  28. Anne Stamm, Histoire de l'Afrique précoloniale, PUF, coll. « Que sais-je ? » (no 241), 2015 (réimpr. FeniXX) (1re éd.1997), (ISBN 978-2-13-047875-1), p. 62
  29. Gilles Holder, « Tal Tamari, Les castes de l'Afrique occidentale. Artisans et musiciens endogames » (compte rendu), L'Homme, vol. 39, no 152,‎ , p. 234-237 (lire en ligne).
  30. Catherine Coquery-Vidrovitch, Petite histoire de l'Afrique : l'Afrique au sud du Sahara de la préhistoire à nos jours, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2011, epub (ISBN 9782707167255), chap. 4, p. 13/27
  31. Jean-Loup Amselle et Elikia M'Bokolo, Au cœur de l'ethnie : ethnies, tribalisme et État en Afrique, La Découverte, Paris 1985, 225 p. (ISBN 2-7071-1524-X), p.129
  32. (en) « South Africa Celebrating Mandela At 90 », AllAfrica.com, 17 juillet 2008.
  33. (en) « Revue du livre Higher than Hope, par Fatima Meer, parue le 16 mars 1990 dans Entertainment Weekly ».
  34. (Soustelle 2002, p. 66).
  35. James Lockhart, Nahuatl as written, Stanford University Press, , 251 p. (ISBN 0-8047-4282-0), pages 106 et 52
  36. Rounds 1977, p. 358, note 2 : « A pilli was the son of a tecuhtli or of another pilli ».
  37. « Un fils de tecuhtli ne retombait plus au rang de maceualli : « plébéien » ; il portait, du seul droit de sa naissance, le titre de pilli, qui avait pris le sens de « fils de noble » comme le mot espagnol hidalgo : "fils de quelqu'un" » : (Soustelle 2002, p. 74)
  38. Thomas Calvo, L'Amérique ibérique de 1570 à 1910, Nathan, Paris 1994
  39. (pt) Lídia Besouchet, José Maria Paranhos : Visconde do Rio Branco : ensaio histórico-biográfico, Rio de Janeiro, Nova Fronteira, (1re éd. 1945) (OCLC 14271198)
  40. Douglas Cole, Libby Furtado et Júnia Ferreira, (pt) Trabalho livre, trabalho escravo: Brasil e Europa, séculos XVIII e XIX, ed. Annablume 2006, pp. 321-322, (ISBN 978-85-7419-627-5), 9788574196275.
  41. Gabriel Astruc, Les Morales du Rastaquouère, ed. Ollendorff, Paris 1886.
  42. Ji Ming feng jue biao (Mao Naiyong zhu)", Wen cui ge, by genealogist Naiyong Mao, on Chinese peerage, 1970, Taipei
  43. (en) « Guan Yu - The Saint of Force », China culture (consulté le )
  44. (en) « Mao, The Unknown Story; by Jung Chang and Jon Halliday » [PDF].
  45. Werner 2012, p. 688-689.
  46. Werner 2012, p. 685.
  47. Christian Delabos, « Le baptême de Clovis », in : Histoire Antique et Médiévale n° 63, Septembre 2012, pp. 20-27 - [4].
  48. Werner 2012, p. 582.
  49. Dans la hiérarchie administrative et militaire romaine, les fonctions de duc et de comte existaient déjà (Werner 2012, p. 428), comme en atteste un texte du futur saint Wandrille qui, après sa période aulique, fut nommé exactor rei publicæ gentis Francorum, l’exactura étant un terme romain pour l'administration fiscale, qui n'a jamais cessé d'être utilisé et l'était encore sous le roi Pépin (Werner 2012, p. 396). Le royaume franc emploie les termes de nobiles viri ou illustres viri (« hommes illustres »), qui prouvent que l'héritage romain a été intégré, mais aussi des termes tels que proceres pour « les grands ».
    La pratique du serment par la noblesse romaine transfère le serment de fidélité des nobles au roi germanique devenu princeps dans son royaume : ainsi, au VIe siècle, le roi exigea ce serment « à la romaine » de tous ses sujets libres et Charlemagne se fit jurer fidélité deux fois, « à la romaine » et « à la germanique », et « devant Dieu » ; sous les Mérovingiens ce serment de fidélité liant les grands au roi est parfaitement attesté (Werner 2012, p. 265-266).
    Quelques centres de commandement romains sont maintenus par les rois germaniques : le comte germain peut résider dans l'ancien prétoire romain, contrairement à l'image des « cours barbares » comme autant de « villages de tentes » ou de « grandes fermes en bois » (Werner 2012, p. 393 et Carl-Richard Brühl, Palatium et Civitas, 1975). Au début, les tribunaux romains conservèrent leur qualité de lieux publics sous l'autorité des grands germaniques (Werner 2012, p. 650). Des nobles romains se sont parfois maintenus par alliance avec les grands de l'aristocratie gothique, vandale, franque, burgonde ou lombarde qui adoptèrent eux aussi le cingulum (Werner 2012, p. 581).
    Aux Ve, VIe et VIIe siècles, le haut clergé nicéen des royaumes germaniques, même ariens, pouvait être d'origine romaine sénatoriale, et l'enseignement des élites permettait de conserver une partie des savoirs de l'antiquité (Werner 2012, p. 394). Par exemple, à la cour d'Austrasie à Metz, dès le VIe siècle dont Werner cite l'exemple, les écrits que Venance Fortunat a adressé aux grands révèlent leurs accès aux sources antiques. Arnoul de Metz fut présenté à la cour par un noble de sa famille, de rang sénatorial : Gundulf. Formé à la cour, il finit par administrer de larges parties de l'Austrasie et devenir un des hommes les plus puissants du royaume. Il y a d'autres exemples de formations auliques comme celui des parents du futur saint Ermeland (VIIe siècle).
  50. Werner 2012, p. 324, 426, 601,-685-687.
  51. Georges Duby, Féodalité, Gallimard, coll. « Quarto », Paris 1996 (ISBN 2-07-073758-6)
  52. Anne Pouget-Tolu, Le Pourquoi des choses, Volume 4, Cherche Midi, 2011, p. 80. (ISBN 2749120551)
  53. Werner 2012, p. 188 et 700
  54. Werner 2012, p. 699.
  55. Werner 2012, p. 174.
  56. Werner 2012, p. 122.
  57. Werner 2012, p. 18.
  58. Werner 2012, p. 649.
  59. Werner 2012, p. 639.
  60. Werner 2012, p. 630.
  61. Werner 2012, p. 708.
  62. Werner 2012, p. 706.
  63. Florent Renaudin, L'homme d'armes au Moyen Âge, éd. Errance, collection « Histoire vivante », 2006.
  64. K. F. Werner 2012, p. 681
  65. Charles Journet, « La théologie des indulgences », Documentation catholique n° 63, col. 1885-1886, 1966
  66. Les traducteurs dans l'histoire par Jean Delisle, Judith Woodsworth, International Federation of Translators sur Googlebooks.
  67. Annick Sibué, Luther et la réforme protestante Eyrolles 2011, (ISBN 978-2212548594)
  68. Werner 2012, p. 706-707.
  69. Christian-Georges Schwentzel, Op. cit.
  70. Carla Casagrande, Carla, article « La femme gardée », dans Georges Duby et Michèle Perrot, Histoire des femmes en Occident : le Moyen âge, tome 2, Plon 1991
  71. Christian-Georges Schwentzel, « Aux origines de la phallocratie », The Conversation,‎ (lire en ligne).
  72. Claude Meillassoux, « Y a-t-il des castes aux Indes ? », Cahiers internationaux de sociologie, n° 54, 1973, p. 5-29 (repris dans Terrains et théories, Paris, Anthropos, 1977, p. 277-311).
  73. (en) J. Alam, « Democracy in India and the quest for equality », Community Development Journal, vol. 44, no 3,‎ (lire en ligne), p. 301.
  74. Louis Dumont, Homo hierarchicus : le système des castes et ses implications, Paris, Gallimard, , p. 93.
  75. Louis Finot, « Les origines de la colonisation indienne en Indochine » in : Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, 1912, n° 12 pp. 1-4 - [5]
  76. Clifford Geertz, Negara : the Theatre State in Nineteenth-century Bali 1980.
  77. Bob Tadashi Wakabayashi, « Imperial Sovereignty in Early Modern Japan », Journal of Japanese Studies, vol. 17, no 1,‎ , p. 25-57
  78. Bob Tadashi Wakabayashi, Op. cit. 1991, pp. 25-57
  79. B. T. Wakabayashi, Op. cit.
  80. "Armoiries japonaises" (日本の家紋), travail collectif publié par Seigen (青幻舎).
  81. (en) Iranian History at a Glance, Alhoda UK, , 370 p. (ISBN 978-964-439-005-0, lire en ligne).
  82. Morzalar, Spreadia.com
  83. « Definition of Mirza - Prince surname » in : Digg - Dictionary - [6].
  84. (en) « "The History of the Tongan Constitution" »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Sione Latukefu, gouvernement des Tonga, 14 juillet 2008.
  85. Emmanuel et Aü Deschamps, L'archipel des Marquises, éd. A. Barthélémy et Le Motu, Papeete 2002, pp. 17 à 19, (ISBN 2-87923-174-4).
  86. Françoise Douaire‑Marsaudon, « Droit coutumier et loi républicaine dans une collectivité d’outre‑mer française (Wallis‑et‑Futuna) » dans Ethnologie française, vol. 169, n° 1, 2018 (ISSN 0046-2616 et 2101-0064, DOI 10.3917/ethn.181.0081).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Viton de Saint-Allais, Nobiliaire Universel De France Ou Recueil Général Des Généalogies Historiques Des Maisons Nobles De Ce Royaume, (§Tomes 1 à 21), édité à Paris chez l'auteur 10 Rue de la Vrilliére à Paris, 1814 à 1819, archivé à la Library university of Wisconsign numérisé par Google Livres.
  • Martin Aurell, La noblesse au Moyen Âge, Paris, Armand Colin, 1996.
  • Christophe Badel, La noblesse de l’Empire romain. Les masques et la vertu, Seyssel, Champ Valon, coll. « Époques », 2005 (ISBN 2-87673-415-X).
  • Jean-Marie Constant, La noblesse française aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Hachette, coll. « La vie quotidienne », 1994 (ISBN 2-01-235139-5).
  • Philippe Contamine, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII, Paris, PUF, coll. « Moyen Âge », 1997 (ISBN 2-13-049688-1).
  • Georges Duby, Les trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 1978 (ISBN 2-07-028604-5).
  • Philippe Du Puy de Clinchamps, La noblesse, 5e éd., Paris, L'Intermédiaire des Chercheurs et Curieux, 1996.
  • Jacques Heers, Le Clan familial au Moyen Âge, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1993 (ISBN 2-13-044658-2).
  • Éric Mansion-Rigau, Enquête sur la noblesse. La permanence aristocratique, Perrin, 2019, 294 p.
  • François de Negroni, "La France noble", Editions du Seuil, 1974.
  • Gérard de Sède, Aujourd'hui, les nobles ..., Alain Moreau éd., Paris 1975.
  • Alain Texier, Qu'est ce que la noblesse ?, Tallandier, coll. « Approches », 1988 (ISBN 2-235-01780-0).
  • Léo Verriest, Noblesse, chevalerie, lignages, Bruxelles, chez l'auteur, 1959.
  • Marquis Silva de Balboa, La Noblesse Fitz-James, Paris, Fayard, 1991.
  • J. Van Den Berghe, Noblesse Oblige, Globe, Grand-Bigard, 1997.
  • Pascal, Pensées, 1670.
  • Gilles-André de La Rocque, Traité de la noblesse, Estienne Michallet, (lire en ligne).
  • Pierre Bourdieu, La distinction : critique sociale du jugement, éditions de Minuit, 1979, collection Le sens commun, 672 pages (ISBN 2-7073-0275-9).
  • Vincent Van Quickenborne et Jean-Marie Dedecker, Développements préliminaires. Proposition de loi abrogeant diverses dispositions concernant la noblesse Sénat de Belgique, .
  • Jean de La Varende, La noblesse, Paris, pour les Amis de La Varende, 1964, 16 ff. non pag.
  • René Laplanche, « Roger de la Boutresse, Genest Émile Aubert de la Faige. Centenaire des Fiefs du Bourbonnais », Les Cahiers bourbonnais, no 161, 1997.
  • François Bluche et Jean-François Solnon, La véritable hiérarchie sociale de l'ancienne France. Le tarif de la première capitation (1695), Droz, 1983.
  • Paul de Pessemier 's Gravendries, Noblesse en Flandre. Passé, présent et avenir, Gent, Borgeroff en Lamberigts, 2010.
  • Lionel Girard, Essai sur le sens noble des termes, École normale supérieure de Cachan, 1992.
  • Karl Ferdinand Werner, Naissance de la noblesse, Pluriel, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Noblesse par pays.

Généralités[modifier | modifier le code]

Symboles et sciences attachées[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]