Fretin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fretin
Fretin
Fretin au fil des Voyettes.
Blason de Fretin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Béatrice Mullier
2020-2026
Code postal 59273
Code commune 59256
Démographie
Gentilé Fretinois
Population
municipale
3 290 hab. (2019 en diminution de 1,88 % par rapport à 2013)
Densité 250 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 33′ 29″ nord, 3° 08′ 06″ est
Altitude Min. 26 m
Max. 54 m
Superficie 13,17 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Templeuve-en-Pévèle
(ville-centre)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Templeuve-en-Pévèle
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Fretin
Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille
Voir sur la carte topographique de Métropole européenne de Lille
City locator 14.svg
Fretin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fretin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fretin
Liens
Site web ville-fretin.fr

Fretin est une commune française située dans le département du Nord. Fretin fait partie de la Métropole européenne de Lille et de la Flandre française.

Étymologie du nom «Fretin»[modifier | modifier le code]

Fretin viendrait du mot Fraaituin en flamand[1]. Par déformation il aurait été transformé en "Fridin" pour être utilisé comme nom patronymique[1]. Voir également la seconde partie intitulée "Couche celtique" de l'ouvrage sur l’origine et l’évolution des noms de lieux en France (Toponymie générale de la France) [2].

Le village apparait en 1218 sous le vocable FERTIN, dans le titre de la "Maison de Harnes", puis en 1245 il figure dans le cartulaire de Saint-Etienne de Lille, et dans celui du cartulaire de l' "Abbiette de Lille" en 1279.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fretin dans son canton et son arrondissement

Situation[modifier | modifier le code]

Fretin se situe dans le pays du Mélantois, à la limite de la Pévèle en Flandre romane, à 9,5 km au sud-est de Lille (13,5 km par la route).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 691 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944[9] et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[10],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,8 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fretin est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Templeuve-en-Pévèle, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[17] et 16 296 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (55,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (65,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (50 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (30,2 %), zones urbanisées (11,1 %), zones agricoles hétérogènes (4 %), zones humides intérieures (2,4 %), prairies (1,3 %), forêts (1 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par la Marque affluent de rive droite de la Deûle, donc sous-affluent de l'Escaut par la Lys. De 31,7 km de longueur elle arrose vingt-deux autres communes du département du Nord et cinq cantons. L'aménagement du "marais Warlet" a donné lieu à la reconstitution des prairies et des zones boisées humides sur 22 hectares[24],[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fretin. - Le monument aux Morts

En , les habitants de Fretin obtinrent de la comtesse Marguerite le droit de pâturage pour leurs bestiaux dans les marais de leur voisinage, moyennant une redevance annuelle de quarante sols, monnaie de Flandre, payables à Lille.

En 1480, pendant la guerre que Louis XI menait contre la maison capétienne de Bourgogne, cent-vingt cavaliers français firent un grand ravage dans les environs de Lille et emportèrent un grand butin. À leur retour ils furent attaqués à Fretin par les paysans et perdirent quinze hommes. Les autres furent tous faits prisonniers et amenés à Lille.

Fretin était une terre franche, elle faisait l'objet de privilèges, dépendante de la juridiction de Cysoing.

Le 10 mars 1642, sont données à Madrid des lettres d'anoblissement moyennant finances pour Jacques de Lannoy, seigneur de Fretin et Paul de Lannoy, seigneur du Chastel, frères de Jean de Lannoy, anobli en 1641. Paul de Lannoy est allié à la noble famille de Forest (Forest-sur-Marque?), a été pendant plus de vingt ans capitaine de la bourgeoisie de Lille, et a rendu comme ses frères de grands services au roi. Jean de Lannoy, frère de Paul et de Jacques, a été pendant plus de vingt ans, capitaine, bourgeois de Lille et marié en 1614 avec Marie des Barbieux, dame des Pretz. Les trois sont fils de Jacques de Lannoy, seigneur du Plantis (Le Plantis?) ou de Plantos, demeurant à Lille, allié à la famille des Barbieux honorée du degré de chevalerie en 1628. Leur oncle maternel, seigneur de Rabodenghe et de La Boutillerie, neuf fois mayeur (maire) en chef de la ville de Lille a rendu de grands services au roi. Ils sont de noble extraction, leurs titres ont été perdus et égarés pendant les guerres, notamment lorsque la maison de Henri de Lannoy, leur bisaïeul, domicilié à Cysoing a été brûlée en 1513, pendant le siège de Tournai (bataille de Guinegatte) par les Anglais et aussi quand la maison de Pierre de Lannoy, leur aïeul, fut brûlée au grand feu de Lille en 1545 avec tous ses meubles et papiers[26].

En avril 1675, sont données à Versailles, des lettres confirmant l'érection de la terre de Fretin en baronnie pour Emmanuel d'Aussy, seigneur de Fretin. Fretin avait été érigée en baronnie par le roi d'Espagne en 1666, mais les guerres n'ont pas permis que les lettres effectuant cette érection soient enregistrées. Son château de Fretin où il réside normalement a été plusieurs fois pillé par des gens de guerre et les titres ont été perdus[27].

Le 7 août 1699, la gouvernance de Lille (le gouverneur) établit une sentence en faveur de Pierre Allard de Lannoy, fils de Michel, seigneur du Carnoy, anobli en 1642, écuyer, seigneur de Fretin, Bersée, et du Carnoy, capitaine de cavalerie au régiment de Chartres (régiment de Chartres dragons). Selon l'auteur qui rapporte l'information, les degrés généalogiques du XVe siècle présentés dans la requête ne paraissent pas bien prouvés; le bénéficiaire était issu d'une famille commerçante de Lille dont l'accès à la bourgeoisie datait de 1502, et qui avait établi des comptoirs ou succursales à Arras et Cologne aux XVIe et XVIIe siècles. Par cette sentence, Pierre Allard de Lannoy se fit reconnaitre descendant en ligne directe et masculine de Jean de Lannoy, seigneur de la Frumanderie à Croix, fils légitimé de Guilbert de Lannoy, chevalier, seigneur de Beaumont à Hem et de Santes en 1390, cadet de l'illustre maison de Lannoy. Pierre Allard de Lannoy fut nommé rewart (chef de la police) de Lille en 1710 et 1712, mayeur (maire) en 1711 et mourut en 1777. En 1699, ayant acheté les seigneuries de Bersée et de Wastines à crédit au prince de Robecq, et n'ayant pu les payer, ses créanciers firent vendre par décret ses terres de Bersée et de Wastines puis sa seigneurie de Fretin qui fut adjugée le 4 octobre 1726 à Marie Catherine Stappaert, veuve de Pierre Delespaul, secrétaire du roi en la chancellerie du Parlement de Flandres, au nom de son fils Jean baptiste Delespaul, écuyer, seigneur des Wastines, pour la somme de 88 000 florins[28]

En , John Churchill (1650-1722), 1er duc de Marlborough, baron Churchill (1682), comte de Marlborough (1689), y établit son quartier général, afin de marcher directement sur Paris. Mais conseillé par le prince Eugène, plus prudent, les Alliés feront le siège de Lille, la plus puissante forteresse d'Europe à l'époque. Tandis que le duc commande les forces de couverture, le prince supervise le siège de la ville qui se rend le . La campagne sera close le avec la prise de la citadelle de Lille qui marquera un succès remarquable pour les Alliés[29].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Sous la Convention nationale, le représentant en mission dans le Nord Florent Guiot s'insurge : les municipalités de certaines communes du département se montrent trop tièdes pour appliquer les mesures prises par le pouvoir contre la religion. Fretin fait partie de celles-ci mais en fait c'est la population qui pousse les élus à agir ainsi. La municipalité a laissé l'église se rouvrir et a laissé les habitants s'y rassembler en fructidor an II (mi-août-mi septembre 1794) car ils ont demandé à pouvoir « délibérer si l'église serait ouverte et s'ils reprendraient leur ci-devant curé[30] ».

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Fretin (59) Nord-France.svg

Les armes de Fretin se blasonnent ainsi : « Bandé d'argent et d'azur de six pièces (Baillet) ».


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : J. A. Wauquier[31].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? ? Louis Chuffart (1867-1927) Rad. Brasseur, conseiller d'arrondissement (1910-1913)
Conseiller général du canton de Pont-à-Marcq (1913-1927)
avant 1981 ? Édouard-Hector Verlèye PS  
En cours Béatrice Mullier
Réélue pour le mandat 2020-2026 [32]
PS Fonctionnaire
Conseillère générale du canton de Pont-à-Marcq (1998-2011)
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[33]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[34].

En 2019, la commune comptait 3 290 habitants[Note 7], en diminution de 1,88 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5171 3281 8541 8491 9631 9481 9462 0792 072
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0012 0112 0941 9922 1092 1792 1402 1442 124
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2162 2102 2172 0972 2612 3702 3862 3902 610
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 6702 6342 6452 5652 8732 9973 2073 2393 309
2015 2019 - - - - - - -
3 3773 290-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[35] puis Insee à partir de 2006[36].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 23,6 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 608 hommes pour 1 726 femmes, soit un taux de 51,77 % de femmes, égal au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ou +
1,4 
5,2 
75-89 ans
7,5 
16,4 
60-74 ans
16,4 
22,2 
45-59 ans
22,1 
20,9 
30-44 ans
20,4 
15,3 
15-29 ans
13,9 
19,7 
0-14 ans
18,3 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[38]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Fretin. - L'église Église Saint-Martin

Avant 1789, elle abritait le tombeau du XVe siècle, en pierre de Tournay, de Jean de Saint Pierre Maisnil (dit de Hingueites) et de ses deux épouses. L'archéologue, ethnologue et historien Lucien de Rosny en a fait un croquis dans son ouvrage "1838. Histoire de Lille, capitale de Flandre française, depuis son origine jusqu’en 1830", (p. 133).

  • La motte féodale, au lieu-dit Warlet Sud, inscrite à l'inventaire des monuments historiques en 1978[39].
  • Les vestiges du château, au lieu-dit Drève du château, inscrits à l'inventaire des monuments historiques en 1994[40].

Le musée de la Vie rurale[modifier | modifier le code]

L'outillage du musée de la Vie rurale[modifier | modifier le code]

  • la collection de 1 500 outils anciens, léguée par Jean Houzé le fondateur du musée de la Vie rurale, décédé en 2012[41].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Pièces du Musée[modifier | modifier le code]

Ensemble de 4 statues des fonderies Fonderie GHM (Générale Hydraulique et Mécanique) de Sommevoire autrefois Fonderie Antoine Durenne.- (Haute Marne)

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Mathieu Debuchy, footballeur français né à Fretin.
  • Ronny Coutteure, acteur, réalisateur et metteur en scène belge, y est enterré.
  • Enguerrand de Landas, né vers 1230 mort à Fretin en 1282, seigneur du Quesnoy, écuyer, conseiller de Marguerite de Flandre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David G. Chandler, A Guide to the Battlefields of Europe, Wordsworth Editions Limited, , 388 p. (ISBN 978-1-85326-694-2)
  • 1838. Histoire de Lille, capitale de Flandre française, depuis son origine jusqu’en 1830. Téchener à Paris, Petitot à Lille, Robaux à Douai. 19 cm, 328 p., nombreux dessins.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[5].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 2 : Formations non-romanes, Genève, Librairie Droz, , 671 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, lire en ligne).
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  9. « Station météofrance Lille-Lesquin - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Fretin et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Templeuve-en-Pévèle », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. « Marais du Warlet, Fretin (Fretin). ».
  25. « Fretin par ses chemins ».
  26. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 256 et 258, lire en ligne..
  27. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 342, lire en ligne.
  28. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 369, lire en ligne.
  29. Jones 1993, p. 170–171.
  30. Christian Bonnet, « La résistance à la Déchristianisation de l’An II en Flandre française », dans Église, vie religieuse et Révolution dans la France du Nord, Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, coll. « Histoire et littérature du Septentrion (IRHiS) », (ISBN 978-2-905637-88-8, lire en ligne), p. 89–99.
  31. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 273, lire en ligne.
  32. https://reader.cafeyn.co/fr/1926580/21599951
  33. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  34. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  35. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  36. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  37. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Fretin (59256) », (consulté le ).
  38. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  39. Notice no PA00107536, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. Notice no PA00132800, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. « Quel avenir pour la ferme Houze. ».