Observatoire du patrimoine religieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Observatoire du patrimoine religieux
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But Préservation et valorisation du patrimoine cultuel français
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 2006
Fondateur Béatrice de Andia
Identité
Siège 17 C rue Blanche, 75009 Paris
Président Édouard de Lamaze
Secrétaire général Maxime Cumunel
Trésorier Florian de La Comble
Site web patrimoine-religieux.fr

L'Observatoire du patrimoine religieux (OPR) est une association loi de 1901, fondée en 2006 par Béatrice de Andia, qui œuvre à la préservation et à la valorisation du patrimoine cultuel français, toutes religions confondues. Sa mission présente plusieurs facettes : inventaire des édifices (accessible en ligne sur le site de l'association), sensibilisation au patrimoine, conseil (juridique, médiatique, etc.), et protection des édifices menacés. L'OPR compte en 2012 plus de 700 membres.

Structure associative[1][modifier | modifier le code]

L'Observatoire du patrimoine religieux est une association de la loi de 1901.

Le bureau[modifier | modifier le code]

  • Président : Édouard de Lamaze
  • Présidente fondatrice (Présidente d'honneur): Béatrice de Andia
  • Trésorier : Florian de La Comble
  • Secrétaire Général : Maxime Cumunel, ancien délégué général de l'Observatoire
  • Déléguée générale : Marie-Laure Pain

Les administrateurs[modifier | modifier le code]

  • Béatrice de Andia
  • Françoise Hamon, Conservateur Général honoraire du patrimoine (Présidente du Comité scientifique)
  • Philippe Brizard, Chanoine titulaire de Notre-Dame de Paris
  • Eric Labaume, Directeur général d'Indreco
  • Jeans-Louis Hannebert, Architecte des Bâtiments de France honoraire
  • Blanche de Kersaint, Directeur du Bottin Mondain
  • Christophe Lauvergeon, cadre de banque, administrateur de la Demeure Historique
  • Isabelle Lemesle, membre du Conseil d'Etat, ancienne présidente du Centre des Monuments Nationaux
  • Philippe Romain, Professeur agrégé, membre du Secrétariat général du Haut Conseil pour l'Education au Ministère de l'Education Nationale
  • Robert de Nicolay, Conseiller référendaire à la Cour des Comptes
  • Robert Werner, journaliste, correspondant de l’Institut (Académie des beaux-arts)

Le Comité d'honneur[modifier | modifier le code]

Co-Présidents : Bernadette Chirac et Gabriel de Broglie, Chancelier de l'Institut, de l'Académie française

Vice-Président : Léon Cligman

Membres : Jean-Jacques Aillagon,ancien ministre - Claude Baty, Pasteur, ancien président du Conseil de la Fédération protestante de France - Dalil Boubakeur, Recteur de l'Institut musulman de la Grande Mosquée de Paris - François Cheng, de l’Académie française - Charles de Croisset, Président de la Fondation du Patrimoine - Nicole Dassault, Xavier Darcos,de l’Académie française - Yves Dauge, ancien sénateur - Jean-Louis Debré,ancien ministre, ancien Président du Conseil Constitutionnel - Jean Delumeau, membre de l’Institut (Académie des inscriptions et belles lettres) - Renaud Donnedieu de Vabres,ancien ministre - Bertrand Dufourcq, Président d'honneur de la Fondation de France - Alain Erlande-Brandenburg, Conservateur général honoraire du patrimoine - Marie-Thérèse François-Poncet - Marc Fumaroli, de l’Académie française - Arnaud d’Hauterives, de l’Académie française - Jean de Lambertye, Président de la Demeure Historique, Jean Leclant (†),Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres - Henri Loyrette, Conseiller d’État, membre de l’Institut (Académie des beaux-arts) - Haïm Korsia, Grand Rabbin de France, membre de l’Institut (Académie des sciences morales et politiques) - Hélène Macé de Lépinay, Conseiller de Paris, Pierre Nora, de l’Académie française - Hervé Novelli, ancien secrétaire d’Etat - Jean-Robert Pitte, Professeur émérite à Paris IV Sorbonne, membre de l’Institut (Académie des sciences morales et politiques) - Cardinal Paul Poupard - Philippe Richert, ancien sénateur, ancien ministre, Président du Conseil régional d'Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine - Pierre Rosenberg, de l’Académie française - Françoise Schmitt, fondatrice de l’Institut d'études supérieures des arts (IESA) - Benoit de Sagazan, journaliste et rédacteur en chef de patrimoine en blog- Bernard Schotter, ancien  administrateur général du Mobilier national et des manufactures nationales des Gobelins, de Beauvais et de la Savonnerie - Philippe Toussaint, Président des Vieilles Maisons Françaises ( VMF), -

Les actions de l'Observatoire du patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La mission de l'OPR présente plusieurs facettes : inventaire des édifices (accessible en ligne sur le site de l'association), sensibilisation au patrimoine, conseil (juridique, médiatique, etc.), et protection des édifices menacés.

L'inventaire des édifices[modifier | modifier le code]

Au 25 mars 2016, l’OPR recense 68 070 édifices religieux, toutes religions confondues. Cet inventaire universel couvre actuellement 57 départements sur 100. Il est participatif, n’importe qui peut y contribuer directement sur le site de l’association.

La sensibilisation au patrimoine[modifier | modifier le code]

Ma pierre à l'édifice[2], un projet tourné vers les jeunes[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de l'enseignement d'Histoire des arts, Ma Pierre à l'Édifice vise à susciter la passion du patrimoine chez les citoyens de demain en les initiant aux technologies d'avenir,et à enrichir leur culture générale et leur goût artistique tout en leur permettant de mieux appréhender ce vecteur de l'identité collective (enjeux dans la vie "quotidienne", fonctionnement, valorisation, métiers...). Ce projet est pluridisciplinaire, car il peut impliquer aussi bien les professeurs de mathématiques et d'histoire des arts, que ceux de langues, d'histoire, ou de sciences. Le projet s'adresse à tous les élèves de la 5e à la 2nde scolarisés sur le territoire national, y compris les établissements ou classes spécialisés (SEGPA, notamment).

Le concours est un projet visant à l’étude détaillée et à la modélisation en trois dimensions d’édifices monumentaux du patrimoine français. Il repose sur un partenariat entre l’Observatoire du Patrimoine Religieux (OPR) et le Ministère français de l’Éducation nationale. Initialement destiné à l’étude d’édifices cultuels, l’objet du concours a été élargi en 2010 à l’étude des édifices publics, du patrimoine civil, militaire ou monumental français. L’inscription et la participation au concours, pilotées par les enseignants, permettent aux élèves d'accéder gratuitement aux ressources pédagogiques et au logiciel de modélisation 3D mis au point par Dassault Systèmes. Totalement autonomes dans la pédagogie mise en place (choix du monument, sorties scolaires, intervenants extérieurs, matières mobilisées...), les enseignants peuvent adapter Ma Pierre à l'Édifice à leur élèves et leurs objectifs.

Le concours est organisé chaque année en cinq phases distinctes :

  • une phase de communication auprès des enseignants,
  • une phase d’inscription sur le site officiel du mois de septembre au mois de février,
  • une phase de collecte des travaux au mois d’avril,
  • une phase de délibération et d’annonce des résultats début mai,
  • la remise des prix, dans le cadre du Salon International du Patrimoine qui se tient à Paris.

Actuellement, plus de 500 élèves participent chaque année au concours.

Sensibiliser tous les publics[modifier | modifier le code]

L'Observatoire du patrimoine religieux organise chaque année des visites d'édifices cultuels, ainsi que des conférences aux thématiques liées au patrimoine culturel, telle que la conférence de Claude Mignot, professeur à la Sorbonne, sur les églises post-tridentines le 28 juin 2012.

La préservation des édifices menacés[modifier | modifier le code]

L'Observatoire du patrimoine religieux conseille les porteurs de projets de préservation d'édifices cultuels. L'association les aide à organiser leur démarche de sauvegarde en leur expliquant par exemple les acteurs clés à considérer, les démarches de mécénat, ou les moyens de mobilisation adaptés à l'envergure du projet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]