Livre parisis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
livre parisis
Ancienne unité monétaire
Pays officiellement
utilisateurs
Drapeau de la France France
Appellation locale livre parisis
Symbole local lp ou £
Sous-unité sol, denier
Chronologie de la monnaie
Livre tournois Suivant

La livre parisis (ou livre de Paris, notée lp) était une monnaie de compte utilisée en France à partir du Moyen Âge et jusqu'au XVIIe siècle, en référence aux espèces monétaires fabriquées par l'atelier de Paris. À partir du XIIIe siècle, elle coexiste avec la livre tournois avant d'être interdite en avril 1667.

La réforme carolingienne[modifier | modifier le code]

Succédant au système monétaire romain, la livre parisis devient la monnaie de compte officielle du domaine royal à compter du règne de Pépin le Bref qui, en 755, dans l’article 27 (« De moneta ») du « Capitula Synodi Vernensis », ordonne qu’il ne soit pas frappé plus de 22 sols dans une livre. En 779, Charlemagne, son successeur, indique dans son capitulaire (« Decretale Precum Quoundam Episcoporum ») que la livre équivaut à 20 sols. Toutefois, il ne sera frappé durant cette période que des deniers en argent.

Toutefois, les premiers ateliers monétaires parisiens réellement productifs apparaissent sous Philippe 1er[1].

Le système de conversion duodécimal est le suivant : 1 livre parisis = 20 sols = 240 deniers et sachant que : 1 sol = 12 deniers.

La livre carolingienne équivalait à 489,5058 g. La pièce de 1 denier en argent pesait 1,2748 g. Le ratio d'argent fin contenu dans le denier était variable (25 à 50% en moyenne), composant un alliage appelé billon.

Double système[modifier | modifier le code]

En 1203, l'Anjou est rattaché au domaine royal de Philippe II. Le monnaie officielle devient alors la livre tournois, frappée d'abord à Tours. Les deux livres vont coexister, sachant que la valeur de la livre parisis s'établit à 1,25 livre tournois (soit 1 lp = 25 sols tournois).

Entre 1263 et 1266, Saint Louis réévalue la livre tournois, celle-ci chassant l'ancienne monnaie qui toutefois persista dans le nord de la France (Artois) et en Flandre.

En avril 1667, Louis XIV, par une ordonnance (« Ordonnance civile touchant la réformation de la justice », Saint-Germain-en-Laye, titre XXVII, art 18), donne l’obligation de compter dorénavant par livres, sous et deniers, mais sans distinction de système. Les anciennes valeurs parisis, temporairement admises, doivent être désormais réévaluées et converties en livres tournois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Parisis, monnaie » par Jean Dérens in Encyclopaedia Universalis, 2010.