Marcoing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marcoing
Marcoing
La mairie et le monument aux morts.
Blason de Marcoing
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Canton Le Cateau-Cambrésis
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Cambrai
Maire
Mandat
Didier Drieux
2014-2020
Code postal 59159
Code commune 59377
Démographie
Gentilé Marconiens
Population
municipale
1 875 hab. (2015 en augmentation de 2,46 % par rapport à 2010)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 07′ 14″ nord, 3° 10′ 22″ est
Altitude Min. 51 m
Max. 127 m
Superficie 15,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Marcoing

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Marcoing

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marcoing

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marcoing

Marcoing est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Marconiens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Marcoing est située dans la région Hauts-de-France, dans le sud du département du Nord, à la frontière de quatre départements : le Nord, le Pas-de-Calais, l'Aisne et la Somme. À vol d'oiseau, la commune est à 7,8 km de Cambrai, 31,3 km de Saint-Quentin et 34,4 km d'Arras. La capitale régionale, Lille, est à 57,1 km[2].

Communes limitrophes de Marcoing
Noyelles-sur-Escaut Proville

Rumilly-en-Cambrésis

Flesquières Marcoing Masnières
Ribécourt-la-Tour Villers-Plouich

Géologie et relief, hydrographie[modifier | modifier le code]

Le canal de Saint-Quentin à Marcoing

La commune est située dans la vallée de l'Escaut. L'Eauette et le "Riot" traversent le village avant de se jeter dans l'Escaut par la rive gauche[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Marcoing est de type océanique « de transition », ou « dégradé », et semblable à celui qui est observé pour la ville voisine de Cambrai.

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

La commune est au croisement des routes départementales D15, D29 et D56. L'autoroute A26 Calais-Reims traverse le territoire communal, sans échangeur.

Marcoing est relié à Cambrai et Gouzeaucourt par la ligne 305 du réseau de transport routier Arc-en-ciel 3[4].

Marcoing est situé sur la ligne ferroviaire de Saint-Just-en-Chaussée à Douai, désormais fermée au trafic voyageurs au sud de Cambrai. La gare SNCF la plus proche est à Cambrai.

Le canal de Saint-Quentin, inauguré en 1810, traverse la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné entre les XIe et XIVe siècles sous les noms de Marcoing, Marconium, Marcoeng, Marcœngt, Marcon, Marcoien, Markoing, Marcungn, Marquoing. Selon Boniface[5] la racine Marc- pourrait désigner une terre proche d'un marais, ou une « marche », une borne ou limite. Il s'agirait donc d'une « habitation près d'un marais » ou d'une « habitation de la limite ». Marcoing étant situé sur l'Escaut, zone à la fois inondable et frontière après le traité de Verdun, les deux explications semblent plausibles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Marcoing était l'une des 12 pairies du Cambrésis. Son blasonnement était celui-ci : Blason famille fr Marcoing.svg.

Le canal de Saint-Quentin, parallèle à l'Escaut, fut inauguré en 1810 par l'empereur Napoléon Ier et l'impératrice Marie-Louise d'Autriche. Il a connu un trafic intense jusqu'aux années 1960, notamment avant l'ouverture du canal du Nord en 1965, servant principalement au transport de charbon, de céréales et de sucre entre le Nord, la Belgique et Paris. En 1902 on décida la construction d'un port, qui fut ouvert au commerce en 1905, les travaux étant partagés pour moitié par la commune et par la Société anonyme française des amidonneries Hoffman[6]. Durant la Première Guerre mondiale il fut occupé par les troupes allemandes et intégré, dès 1917, à la ligne Hindenburg. Les destructions sur le canal furent très importantes, mais son rôle économique étant vital, il fut remis en service dès 1919.

Le 16 novembre 1876 a lieu l'ouverture de la ligne ferroviaire d'Épehy à Cambrai, via Marcoing, sur une longueur de 23,428 km. Cette section de voie s'intègre à la ligne de Saint-Just-en-Chaussée à Douai.

Le 30 décembre 1917, vu par John Nash.

Durant la Guerre de 14-18, à la suite de la bataille de Cambrai, le 1° bataillon du régiment Artists Rifles se lance le dans la Welsh-Ridge counter-attack après un raid meurtrier des Allemands (qui, vu la neige, avaient attaqué camouflés sous des toiles blanches) sur le saillant de Marcoing ; les Artists seront pratiquement anéantis, mais les Allemands ne peuvent consolider leur avantage.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune comptant entre 1 500 habitants et 2 500 habitants en 2008, le nombre de conseillers municipaux est de 19. Depuis 2001, le maire est Didier Drieux. Marcoing est membre de la Communauté d'agglomération de Cambrai, qui comprend 55 communes et 82 183 habitants en 2014. Au sein du conseil communautaire l'actuel maire de Marcoing est depuis le 14 avril 2014 chargé du « suivi du dispositif de développement urbain ».

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 mai 1985 Maurice Niguet PCF  
1985 mars 2001 Marguerite Laude Apparenté PCF  
mars 2001 en cours
(au 3 avril 2014)
Didier Drieux DVD Conseiller général du Canton de Marcoing
Réélu pour le mandat 2014-2020[7]
Les données manquantes sont à compléter.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Marcoing est située dans l'arrondissement de Cambrai. La commune était le chef-lieu d'un canton, supprimé à la suite du redécoupage cantonal de 2014. Marcoing relève maintenant du canton du Cateau-Cambrésis et est rattachée à la dix-huitième circonscription du Nord.

Marcoing relève du tribunal d'instance de Cambrai, du tribunal de grande instance de Cambrai, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Cambrai, du conseil de prud'hommes de Cambrai, du tribunal de commerce de Douai, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai[8].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La protection et la mise en valeur de l'environnement font partie des compétences optionnelles de la communauté d'agglomération de Cambrai à laquelle appartient Marcoing[9].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2015, la commune comptait 1 875 habitants[Note 1], en augmentation de 2,46 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1001 1751 2401 2601 5081 4901 6311 7091 608
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6581 8111 7821 8511 9481 9361 9151 9592 001
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0631 9281 9341 7701 9071 9291 8461 7422 006
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2 1281 8392 0152 1322 1041 9321 8731 8651 856
2013 2015 - - - - - - -
1 8571 875-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Marcoing en 2007 en pourcentage[14].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,4 
4,7 
75 à 89 ans
8,2 
10,5 
60 à 74 ans
11,3 
20,7 
45 à 59 ans
22,6 
22,1 
30 à 44 ans
21,0 
19,5 
15 à 29 ans
18,2 
22,5 
0 à 14 ans
18,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[15].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Marcoing est rattachée à la circonscription de Cambrai-sud de l'inspection académique du Nord dans l'académie de Lille.

La commune gère deux écoles publiques : l'école maternelle Le Châtaignier et l'école élémentaire[16].

Le collège Jacques-Prévert de Masnières est le plus proche de la commune[17].

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Marconiens disposent d'un lieu de culte catholique : l'église Saint-Pierre. Cette église dépend de la paroisse « Saint-Paul du Haut-Escaut » rattachée à l'archidiocèse de Cambrai[18].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 30 112 €, ce qui plaçait Marcoing au 15 632e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[19].

Population active et emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Talma fut construit en 1664. Appartenant autrefois à la branche des seigneurs de Haynin de Talma, parfois orthographiée Talema, il fut reconverti en ferme au XIXe siècle avant d'être racheté par les amidonneries Hoffman. Il a conservé ses poutres de chêne d'origine mais a perdu sa tour lors d'une reconstruction. Cinq puits artésiens alimentaient une douve aujourd'hui disparue[20]. Converti en sanatorium, fermé en 1994, le château de Talma a été reconverti en logements[21].

L'église Saint Pierre a été construite (ou reconstruite) en 1763, sur les plans de Richard Antoine-François. La construction du clocher s'est étendue sur un siècle, de 1685 à 1785. Elle fut détruite pendant la Première Guerre mondiale, et reconstruite à partir de 1936. L'église a été restaurée à partir de 2012 [22]. Elle est rattachée à la paroisse Saint-Paul du Haut-Escaut du diocèse de Cambrai.

L'hôtel de ville, de style flamand, date de 1932[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gustave Dron, né le 21 octobre 1856 à Marcoing et mort le 17 août 1930 à Tourcoing, est un médecin et homme politique français.
  • Henry Tandey, soldat anglais qui se trouvait à Marcoing pendant la Première Guerre mondiale, y aurait selon une légende épargné la vie d'Adolf Hitler en 1918.
  • John Nash (11 avril 1893 – 23 septembre 1977) est un peintre anglais ayant servi dans le régiment des Artists' Rifles. Sa plus célèbre toile, Over the top, montre une contre-attaque à laquelle il prit part le 30 décembre 1917 à Marcoing, dont seuls 12 hommes sur 80 revinrent indemnes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Marcoing (59) Nord-France.svg

Les armes de Marcoing se blasonnent ainsi : "De sable fretté d'argent[23]."

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Boniface, Etude sur la signification des noms topographiques de l'arrondissement de Cambrai, Valenciennes, Impr. Louis Henry, (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nord », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 26 novembre 2017).
  2. Calcul de l'orthodromie sur le site Lion1906
  3. Visualisation sur Géoportail (consulté le 25 janvier 2018.).
  4. [PDF]« carte du réseau », sur Le site du réseau arcenciel324 novembre 2017.
  5. Boniface 1866, p. 191
  6. « Le canal de Saint Quentin », sur Le site de la mairie de Marcoing (consulté le 23 novembre 2017).
  7. « Le maire et les adjoints entrent en fonction », L'Observateur du Cambresis, no 1331,‎ , p. 20
  8. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le 8 décembre 2017).
  9. « Présentation de l'institution », sur le site de la communauté d'Agglomération de Cambrai (consulté le 6 janvier 2012)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. « Évolution et structure de la population à Marcoing en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010)
  15. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010)
  16. « L'annuaire », sur le site du ministère de l'Education nationale (consulté le 25 novembre 2017).
  17. « L'annuaire », sur le site du ministère de l'Education nationale (consulté le 25 novembre 2017).
  18. « Saint-Paul du Haut-Escaut », sur le site de l'archidiocèse de Cambrai (consulté le 26 novembre 2017).
  19. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 23 novembre 2017).
  20. « Le château de Talma », sur le site de la mairie de Marcoing (consulté le 22 novembre 2017)
  21. a et b « Canton de Marcoing », sur le site « France, le trésor des régions » (consulté le 30 novembre 2017)
  22. « Notre église », sur le site de la mairie de Marcoing (consulté le 22 novembre 2017)
  23. Source: Le généalogiste fou