Haubourdin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Haubourdin
Mairie d'Haubourdin.
Mairie d'Haubourdin.
Blason de Haubourdin
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Faches-Thumesnil
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Bernard Delaby
2014-2020
Code postal 59320
Code commune 59286
Démographie
Gentilé Haubourdinois
Population
municipale
14 656 hab. (2014 en augmentation de 1,83 % par rapport à 2009)
Densité 2 760 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 36′ 35″ nord, 2° 59′ 16″ est
Altitude Min. 17 m
Max. 35 m
Superficie 5,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Haubourdin

Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Haubourdin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Haubourdin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Haubourdin
Liens
Site web http://www.haubourdin.fr

Haubourdin est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Haubourdin dans son canton et son arrondissement.

Situation[modifier | modifier le code]

Haubourdin se situe à la fois dans le pays de Weppes, à 5 km au sud-ouest de Lille. Elle est étendue sur une grande surface avec comme villes limitrophes : Emmerin, Santes, Sequedin, Loos, Hallennes-lez-Haubourdin et Houplin-Ancoisne. Haubourdin se trouve sur le canal de la Deûle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Haubourdin
Englos Sequedin Lomme
Hallennes-lez-Haubourdin Haubourdin Loos-lez-Lille
Santes Houplin-Ancoisne Emmerin

Géologie[modifier | modifier le code]

Haubourdin se situe dans les Weppes, la rive droite repose sur une couche d'environ 12 mètres de craie blanche, originaire du Crétacé, tandis que la rive gauche repose sur des sables originaires du Tertiaire[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville apparaît pour la première fois sous le nom d'Habordin dans la charte de donation de l’église d’Haubourdin, faite en 1127 par Symon, évêque de Tournai et de Noyon, à Marie, abbesse de l’abbaye de Denain. Ce même nom apparaît sept fois dans d'autres documents du XIIIe siècle.

Dans une charte de 1176 qui délimite les terres, le nom s'est changé en Haburdin, qui apparaît également dans d'autres documents officiels en 1177 et 1190.

En 1240 et 1248, c'est sous le nom d'Habourding que la ville apparaît, en 1247, c'est sous le nom d'Halbourdin que la ville est mentionnée, enfin en 1206 et 1259, c'est sous le nom d'Haubordin. Mais au cours des XIIIe et XIVe siècles, le nom le plus fréquemment utilisé est Habourdin[2].

Harbodem en flamand[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Monument aux morts

La terre d’Haubourdin relevait du Hainaut jusqu’au 3 octobre 1605, date de son érection en vicomté. Elle appartient aux châtelains de Lille du XIIIe siècle au XVIIe siècle. À ce titre, elle fut possédée par les maisons de Luxembourg, de Bourgogne et de Saint-Pol et par Henri IV qui la vendit à Nicolas du Chastel, seigneur de la Howarderie. Le dernier vicomte d’Haubourdin fut le marquis de Roquelaure qui mourut sur l’échafaud en 1794.

Selon le géologue M Meugy (1852) Haubourdin (et à proximité Emmerin) ont longtemps intensément exploité la tourbe qui s'est lentement autrefois formée dans les vastes marais de l'ancienne vallée alluviale de la Deûle, « principalement dans le but d'utiliser la cendre de tourbe comme engrais » La tourbe se trouve souvent à la surface du sol dans ces localités où elle forme « une couche de 1 à 3 m d'épaisseur reposant sur un lit d'argile blanche. On l'extrait à la drague. La tourbière d'Haubourdin occupe ving-cinq ouvriers pendant cinq à six mois. Elle produit journellement 20 mètres cubes de tourbe humide ou 20 mètres cubes de tourbe sèche pesant 600 kil. le mètre cube. 10 ares fournissent au moins 30 000 tourbes équivalent chacune à 2 décimètres cubes et valant 6 Fr 50 le mille. Les cendres se vendent 0,75 l'hectolitre. » En 1850, la tourbe n'est plus exploitée pour le chauffage dans le département du Nord, car l'industrie minière fournit en abondance un charbon vendu à moindre coût[4].

Haubourdin a reçu la Croix de guerre 1914-1918 par décret du 24 mai 1921 (publié au Journal officiel de la République française le 29 mai 1921 (p. 6304). Une nécropole nationale se trouve à Haubourdin[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Haubourdin (59) Nord-France.svg

Les armes de Haubourdin se blasonnent ainsi : « De gueules, au lion d'or, armé, lampassé et couronné d'azur. »

Elles sont ornées des croix de guerre 1914-1918 et 1939-1945, médailles reçues par la ville pour son comportement pendant les deux guerres mondiales.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1792 François Clarisse    
1792 1793 Pierre-François Labbe    
1793 1794 François Clarisse    
1794 1794 Perkin    
1794 1798 François Clarisse    
1798 1800 Magret    
1800 1806 Charles-Augustin Wicart    
1806 1813 Jean-Baptiste Cordonnier    
1813 1830 D'Hespel de Germanez    
1830 1837 Buttin-Dillies    
1837 1848 Henri Coppin    
1848 1852 Alexandre Fichaux    
1852 1864 Gustave Manche    
1864 1870 Edmond d'Hespel Droite Conseiller général du Canton d'Haubourdin (1848-1858).
1870 1876 Auguste Potié (père)   Conseiller général du Canton d'Haubourdin (1880-1885).
1876 1891 Alexandre Fichaux    
1891 1900 Auguste Cousin    
1900 1935 Auguste Potié (fils) Gauche démocratique Sénateur du Nord (1903-1939),
Président du Conseil général du Nord (1922-1928),
Conseiller général du Canton d'Haubourdin (1892-1928).
1935 1945 James Fleury    
1945 1947 Adolphe Dutoit PCF  
1947 1951 Ernest Delzenne    
1951 1965 Augustin Thélier    
1965 1992 Paul-André Lequimme DVD  
1992 2003 Gérard Vercaemer UDF  
en cours Bernard Delaby DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2005[6]. L'agenda 21 local, validé en 2007[7], engage la commune à restaurer, protéger et gérer la biodiversité. La commune favorise le compostage individuel et met progressivement en place une gestion plus écologique et donc différenciée de ses espaces verts communaux[7]. La ville est aussi l'une des villes-test retenues par le ministère chargé de l'écologie et du développement durable avant la mise en place des Atlas de la biodiversité dans les communes (ABC), officiellement annoncés le 3 mai 2009. Ce secteur est également concerné par les risques d'effondrement de cavités liés à la présence de catiches (anciens réseaux de carrières souterraines de craie).

Haubourdin est particulièrement concernée par la protection de l'eau (champs captants menacés de la communauté urbaine de Lille)[7]. La commune est classée à risque pour les inondations liées aux débordements des réseaux et des becques et fait partie des 45 communes du PPR de la communauté urbaine de Lille, tel que prescrit le 13 février 2001[8].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Lille, du tribunal de grande instance de Lille, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Lille, du tribunal de commerce de Tourcoing, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 14 656 habitants[Note 2], en augmentation de 1,83 % par rapport à 2009 (Nord : +1,23 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 850 1 809 1 813 1 883 2 151 2 345 2 419 3 130 3 210
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 232 3 654 4 204 4 434 5 379 6 409 7 083 7 457 7 858
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8 485 8 828 9 396 9 650 10 784 10 916 11 001 10 579 12 095
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
12 610 12 106 14 552 14 497 14 321 14 965 14 850 14 367 14 656
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Haubourdin en 2007 en pourcentage[13].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
1,4 
4,4 
75 à 89 ans
8,7 
9,7 
60 à 74 ans
11,8 
17,8 
45 à 59 ans
18,3 
22,9 
30 à 44 ans
20,3 
21,7 
15 à 29 ans
20,6 
23,4 
0 à 14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[14].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En moyenne les ménages haubourdinois ont un revenu annuel de 18 523 €/an (Insee, 1999)

Emploi[modifier | modifier le code]

Les données sont de l'Insee et datent de 2008[15].

Général[modifier | modifier le code]

Amidonnerie de maïs Cargill
  • Population active totale : 6 650
  • Taux d'activité entre 15 et 64 ans : 70,4 % (5 719 personnes)
  • Chômeurs : 931
  • Taux de chômage : 9,9 %
  • Actifs : 70,4 %
  • Retraités : 8,7 %
  • Jeunes scolarisés : 10,6 %
  • Autres personnes sans activité : 10,3 %

Détails[modifier | modifier le code]

  • Agriculteurs : 0 % (0)
Ancien hôpital Jean de Luxembourg, (1878, aujourd'hui abandonné)
  • Artisans, commerçants, chefs d'entreprise : 3,7 % (214)
  • Cadres, professions intellectuelles : 10,7 % (615)
  • Professions intermédiaires : 23,7 % (1 352)
  • Employés : 41,4 % (2 371)
  • Ouvriers : 34,6 % (1 979)

Entreprises et secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, la ville était célèbre pour ses draperies (1532). Les guerres du XVIIe siècle mirent fin à cette prospérité. Aujourd’hui, Haubourdin, n'est plus chef-lieu de canton depuis 2015, possède une activité économique en déclin depuis des années , mais une activité importante avec Cargill (l'un des plus grands exportateurs de la région), auchan Englos (son siège social est sur Haubourdin ), Frémaux, Scarna (groupe S), Cuvelier Fauvarque et quelques entreprises de services s'y sont maintenues

La multinationale Cargill est présente dans la commune depuis le rachat de l'amidonnerie Cerestar en 2001.

Santé[modifier | modifier le code]

Église Saint-Maclou

La commune abrite le centre hospitalier Jean de Luxembourg. une maison de retraite dans le quartier du petit belgique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Cense à Jean et Louis Grimbèle (1724) (quartier du P'tit Belgique).
  • Château Dervaux (quartier de l'Heurtebise).
  • École de la Sagesse et la Chapelle (1820).
  • Église Saint-Maclou (1867) de Jean-Baptiste Cordonnier, père de Louis Marie Cordonnier. La flèche du clocher disparaît en 1940 pour la deuxième fois.
  • Ferme du Bocquiau (1703, mentionnée dès 1466).
  • Hôpital Jean de Luxembourg (1878), nom du seigneur d'Haubourdin au XVe siècle.
Monastère Sainte-Claire
  • Lycée Beaupré (1968)
  • Mairie du XVIIIe siècle (ancienne demeure privée).
  • Maisons bourgeoises de style néo-flamand.
  • Monastère Sainte-Claire, cette communauté de clarisses, historiquement issue de Lille et ce depuis 1453, s'est installée à Haubourdin en 1931. Le public a le droit de se joindre aux différents offices de la Liturgie des Heures[16].
  • Villa Saint-Gérard (1931), actuellement Centre de Sessions et de Retraites Spirituelles (quartier de l'Heurtebise).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

De nombreuses associations sont hébergées à Haubourdin, notamment le club de Handball, de la GRS, du club de tir, de football, de judo,de basketball, etc Haubourdin est aussi pour l'église catholique romaine la ville principale du doyenné des Weppes

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Juliers (Allemagne)
Drapeau du Royaume-Uni Halstead (Royaume-Uni)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Géologie de la ville d'Haubourdin par Jules Dujardin
  2. Étymologie de la ville d'Haubourdin par Jules Dujardin
  3. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  4. Essai de géologie pratique sur la Flandre française, par M Meugy, Membre résident, in Mémoires de la Société royale des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille ; imprimerie L. Danel, 1852 (Livre numérique Google : [1])
  5. https://fr.geneawiki.com/index.php/N%C3%A9cropole_nationale_d%27Haubourdin
  6. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Haubourdin, consultée le 26 octobre 2017
  7. a, b et c Fiche du CERDD (Centre ressource du développement durable) sur Haubourdin
  8. TITRE IV - LA RÉDUCTION DES RISQUES ET DES NUISANCES, PLU de Lille Métropole Rapport de présentation version 8 octobre 2004
  9. Élection présidentielle 2007, sources : Ministère de l'Intérieur
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  13. « Évolution et structure de la population à Haubourdin en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  15. Recensement 2008, Recensement INSEE 2008
  16. Site officiel du monastère Sainte-Claire d'Haubourdin