Saint-Georges-sur-l'Aa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Georges-sur-l'Aa
Saint-Georges-sur-l'Aa
Vue générale du village.
Blason de Saint-Georges-sur-l'Aa
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Canton Grande-Synthe
Intercommunalité Communauté urbaine de Dunkerque Grand Littoral
Maire
Mandat
Claude Charlemagne
2014-2020
Code postal 59820
Code commune 59532
Démographie
Gentilé Saint-Georgeois
Population
municipale
311 hab. (2015 en augmentation de 0,97 % par rapport à 2010)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 58′ 08″ nord, 2° 09′ 54″ est
Altitude Min. 1 m
Max. 6 m
Superficie 8,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Saint-Georges-sur-l'Aa

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Saint-Georges-sur-l'Aa

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-sur-l'Aa

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-sur-l'Aa
Liens
Site web saint-georges-sur-laa.fr

Saint-Georges-sur-l'Aa est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Georges-sur-l'Aa dans son canton et son arrondissement

La commune est située dans le « plat pays » de la Flandre maritime, exposée à la montée des océans. Elle bénéficie de la présence de l'Aa, fleuve qui marque ici la frontière entre Nord et Pas-de-Calais et dont la qualité de l'eau s'améliore peu à peu depuis les années 1990.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Georges-sur-l'Aa
Gravelines Loon-Plage
Saint-Georges-sur-l'Aa Craywick
Saint-Folquin Bourbourg

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Aa, autrefois abondamment remontée par les truites de mer, les saumons, les anguilles et d'une grande richesse faunistique est un des axes structurants de la trame bleue locale et régionale, et la commune bénéficie depuis 2014 d'un corridor biologique} dit Corridor écologique du barreau de Saint-Georges[1]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune, alors nommée Saint-Georges, porte le nom de Georges-Libre[2].

En 1933, la terminaison sur-l'Aa est ajouté au nom de Saint-Georges[2].

En néerlandais, le nom de la commune est Sint-Joris (aan de Aa)[3].

Ses habitants sont appelés les Saint-Georgeois[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Historiquement rattachée au diocèse de Saint-Omer, on trouve trace écrite de « Sanctus Georgius » en 1178.

Jusqu'à la Révolution française, Saint-Georges-sur-l'Aa relevait de la châtellenie de Bourbourg. La commune était le siège d'une seigneurie-ammanie (l'amman représente le châtelain avec pouvoirs administratifs et de justice) recouvrant les paroisses de Saint-Georges, de Saint-Willebrord en partie (paroisse située à Bourbourg), et de Saint-Nicolas (actuel hameau de Bourbourg) en partie[5].

En 1657, le village est complètement ravagé par les Espagnols en fuite devant les Français (pendant toute la seconde moitié du XVIIe siècle, la France, sous les rois Louis XIII et Louis XIV, et l'Espagne s'affrontent, les combats ont souvent lieu dans la région)[6].

Seigneur de Saint-Georges[modifier | modifier le code]

Plusieurs seigneuries étaient situées totalement ou en partie sur Saint-Georges. Sont retranscrits ci dessous les éléments relatifs à la principale d'entre elles.

Ammanie de Saint-Georges[modifier | modifier le code]

  • En 1458, Denys de Fiennes, écuyer, détient ce fief.
  • Lui succède Catherine de Fiennes, son héritière (probablement sa fille) épouse de Guy de Manchevillier, seigneur de Bavincourt.
  • Est ensuite retrouvée Jacqueline de Fiennes, femme (veuve) de Jean de Baincthun, seigneur de Henneval et Sainghen (Sanghen?), et épouse de Christophe d'Ailly, écuyer.
  • En 1559, la famille d'Ailly détient toujours cette seigneurie en la personne de Jean D'Ailly, écuyer, seigneur d'Oisy, époux d'Adriane.
  • Vient ensuite Louise d'Ailly ou sa sœur Antoinette d'Ailly, filles de Jean d'Ailly, épouse d'Henry de Fay, seigneur du Château Rouge.
  • A la fin du XVIe siècle, nouvelle famille : le fief est possédé par Guilleyn de Brauwer, fils de Jean de Brauwer et de Marie de Wynckère.
  • A sa mort, son demi-frère, Guillaume Morael, détient l'ammanie. Guillaume est fils de Guillaume Morael et de Marie de Wynckère.
  • En 1634, Pierre Morael, seigneur de Backelroy, frère du précédent, devient amman de Saint-Georges.
  • En 1644, Jossyne Morael, fille de Pierre, épouse de Jacques de Barthem en hérite.
  • Au XVIIIe siècle, nouvelle famille : en 1705, Guillaume Marcotte, négociant et échevin à Saint-Omer est le nouvel amman. Dans les années qui suivent par acquisition, il devient seigneur de Roquetoire, Serques, Ligne, Locre,...Il a épousé Anne Isabelle Cochart.
  • Lui succède en 1732, sa veuve Anne Isabelle Cochart, puis leur fille Jeanne Françoise Valentine Marcotte d'Harlebeke (Harelbeke?).
  • En 1781, le fils et héritier de Jeanne, François Joseph Alexandre Bodhain, écuyer, seigneur d'Harlebeke, détient l'ammanie[7].

Période révolutionnaire[modifier | modifier le code]

Pendant la période de déchristianisation de la Révolution française, la commune fut appelée Georges-Libre pour effacer la mention religieuse présent dans le nom de Saint-Georges-sur-l'Aa[8].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

En 2007, la ville est touchée par la crise des migrants voulant rejoindre le Royaume-Uni. N’arrivant pas à embarquer au port de Dunkerque, plusieurs centaines de migrants se replient sur l’aire de Saint-Georges-sur-l'Aa de l’A16 pour tenter de grimper chaque nuit sur les poids-lourds à destination de l’Angleterre, et le jour se reposer dans le hangar de l’ancienne ferme Denecker[9](50° 57′ 58″ nord, 2° 08′ 46″ est). Voué à la destruction pour la construction du « PAarc des Rives de l'Aa » la future base d’aviron, les gendarmes de Bourbourg y font des rondes régulièrement. Debut 2008[10], pour assécher le flot des clandestins, l’Etat ferme l’aire de Saint-Georges-sur-l'Aa[11]. L'expérience se révélant concluante, l’air reste fermée. Lundi 1er juin 2009, un incendie détruit le hangar de la ferme Denecker[12] qui est ensuite démolie.

En 2011, est inauguré le PAarc des Rives de l'Aa, une base de loisirs et de sports de plein air. Situé sur les communes de Gravelines et de Saint Georges sur l’Aa, il s'étend sur 175 hectares. Son stade nautique de dimension olympique (l2.337 x 138 m) permet d'accueillir des compétitions d'envergure régionale et nationale. Pendant les travaux d'aménagement, des diagnostics archéologiques permirent de découvrir des monnaies d'or du XVIe siècle, frappés par la Couronne espagnole[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire en 1854 : Mr Louf[14].

Maire en 1883 : A. Tettart[15].

Maire en 1887 et 1888 : P.F. Louf[16].

Maire de 1888 à 1902 : Ovide Louf[17].

Maire de 1902 à 1908 : Henri Isaert[18].

Maire de 1908 à 1939 ː Charles Louf[19].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 Edgar Coppey[20]   Conseiller communautaire à la Communauté urbaine de Dunkerque
en cours Claude Charlemagne[21]    
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Du point de vue des risques industriels et de la pollution de l'air[22], et de santé environnementale[23] les principaux aléas sont liés aux zones industrielles du port de Dunkerque et de son agglomération, ainsi qu'à la proximité de la centrale nucléaire de Gravelines.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[25].

En 2015, la commune comptait 311 habitants[Note 1], en augmentation de 0,97 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
249192222234272268280306307
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
297320321327356357331366395
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
377357359304312300293305287
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
279251220210250268288317311
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Saint-Georges-sur-l'Aa en 2007 en pourcentage[27].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,7 
2,1 
75 à 89 ans
3,4 
7,9 
60 à 74 ans
9,5 
22,9 
45 à 59 ans
20,4 
26,4 
30 à 44 ans
23,1 
15,0 
15 à 29 ans
20,4 
25,7 
0 à 14 ans
22,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[28].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Sports[modifier | modifier le code]

Le ministère des sports a décompté 12 équipements sportifs sur le territoire de la commune en 2013[29]. Pour la construction de la base d’aviron « PAarc des Rives de l'Aa », le Centre d’Aeromodelisme de Gravelines (50° 57′ 55″ nord, 2° 08′ 25″ est) a déménagé à Bourbourg[30].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église

L'église a été classée monument historique en 1975.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Georges-sur-l'Aa (Nord) ornext.svg

Les armes de Saint-Georges-sur-l'Aa se blasonnent ainsi :

D'or, écartelé aux premier et quatrième à l'aigle de gueules éployée à deux têtes, aux deuxième et troisième à un ours de sable rampant contre un billot courbé de gueules la partie droite et gauche étant séparées par une trangle ondée verticale d'azur représentant l'Aa[31].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Opale News (2014) Découverte du Barreau de St-Georges, consulté le 4 juin 2014.
  2. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. http://proussel.voila.net/pages/noms_flamands.htm
  4. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  5. Georges Dupas, Seigneuries et seigneurs de la Châtellenie de Bourbourg, Coudekerque-Branche, Galaad Graal, , p. 32
  6. Edmond de Coussemaker, «Document inédit pour servir à l'histoire des guerres de Flandre et à celle de la ville et châtellenie de Bourbourg », dans Mémoires de la Société dunkerquoise d'encouragement aux sciences, aux lettres et aux arts, Année 1856, pages 166 à 221, page 186, lire en ligne.
  7. Georges Dupas option citée pages 115-116
  8. « Répertoire numérique de la série L (période révolutionnaire) », sur Archives départementales du Nord (consulté le 6 août 2017)
  9. http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Dunkerque/actualite/Secteur_Dunkerque/2009/06/03/article_saint-georges-sur-l-aa-un-hangar-desaffe.shtml
  10. http://www.dunkerque.maville.com/actu/forum_-_-1040555_actu.Htm
  11. http://www.lejournaldesflandres.fr/actualite/Communaute_urbaine/Rives-de-l_Aa/2011/09/14/l-aire-de-st-georges-rouvrira-t-elle.shtml
  12. http://www.lavoixdunord.fr/region/migrants-la-loi-des-passeurs-au-camp-de-teteghem-ia0b0n3009700?_ga=1.193296941.1652047771.1451856382
  13. Ludovic NOTTE, Florence DEMARLY-CRESP, Monnaies d’or du XVIe s. découvertes lors d’un diagnostic archéologique à Saint-Georges-sur-l’Aa (Nord) in Revue d'Histoire et d'Archéologie des Universités du Nord de la France, Tome 98, numéro 418, 2016, p. 205.
  14. Almanach du commerce Département du Nord 1854
  15. Annuaire Ravet Anceau du département du Nord Année 1883
  16. Annauires Ravet Anceau Département du Nord Années 1887 et 1888
  17. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1889 à 1902
  18. Annuaire Ravet Anceau département du Nord Années 1903 à 1908
  19. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1909 à 1939
  20. http://saint-georges-sur-laa.fr/
  21. http://www.lavoixdunord.fr/region/claude-charlemagne-nouveau-maire-de-saint-georges-sur-l-aa-ia17b47615n2027874
  22. Opale-Flandre, S. C. (2009). Évaluation des risques sanitaires liés aux émissions atmosphériques provenant de la zone industrielle dunkerquoise (59) Mise à jour de l'étude réalisée en 2005.
  23. Prouvost H & Declercq C (2003) Santé et environnement: Une exploration des enjeux sur le territoire de la Communauté Urbaine de Dunkerque. Lille: ORS Nord-Pas-de-Calais.
  24. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  27. « Évolution et structure de la population à Saint-Georges-sur-l'Aa en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  28. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  29. « Recensement des équipements sportifs, espace et sites de pratiques - détail par communes - », sur Site ministériel du recensement des équipements sportifs (consulté le 6 février 2014)
  30. http://www.sportenfrance.fr/nord-pas-de-calais/nord/saint-georges-sur-l-aa/595320004-piste-d-aeromodelisme
  31. Source: site de la mairie