Abbaye Sainte-Colombe de Blendecques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abbaye Sainte-Colombe de Blendecques
Image illustrative de l’article Abbaye Sainte-Colombe de Blendecques
Plan-relief de l'abbaye
Nom local Abbaye Sainte Colombe
Début construction XIIe siècle
Protection  Inscrit MH (1991)
Coordonnées 50° 43′ 04″ nord, 2° 16′ 38″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Commune Blendecques

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Sainte-Colombe de Blendecques

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Abbaye Sainte-Colombe de Blendecques

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

(Voir situation sur carte : Pas-de-Calais)
Abbaye Sainte-Colombe de Blendecques

Abbaye Sainte-Colombe est une abbaye de l'Ordre cistercien fondée en 1186 à Blendecques, dans le département du Pas-de-Calais.

L'abbaye s'appela également ''Ecclesia sanctæ Columbæ de Blendeka (1186) ou Monasterium sanctæ Mariæ de Sanctâ Columbâ de Blendeska[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La charte de fondation, datée de 1182, précise que c'est Ghislon d'Aire ou Ghison d'Aire qui dota le monastère. Cette charte a été validée par l’évêque de Thérouanne Didier (ou Désiré) dés 1166 et autorisée par le pape Clément III en 1189[2]. Elle dépendait à sa fondation de l'Abbaye de Clairmarais[3]. Le cloître comprenant les bâtiments claustraux et la chapelle a été construit en quadrilatère autour d'un jardin.

L'Abbaye de Bonhem[4] fondée en 1223 par Béatrix, comtesse de Guînes et chatelaine de Bourbourg, détruite par les Anglais, ne comportant plus que deux dames, fusionne en 1395 avec l'Abbaye Sainte-Colombe et ses biens y furent transportés[5].

Le quartier abbatial fut construit vers 1640 par Anne 1 l'Enfant (trente quatrième abbesse), nièce de Françoise d'Ermine d'Aire (32e Abbesse) installée par Dom Morand de Bloemme (46e abbé) de Clairmarais. Chaque façade est composée d'un double rang de trente fenêtres avec chacune un fronton.

Le maréchal Jean de Gassion (1609-1647) donna ordre le 28 septembre 1644 au comte de la Feuillade d'attaquer l'abbaye qui fut endommagée par quelques coups de canons. Le maréchal y séjourna ensuite quelques jours[6].

Après la Révolution française (1789), elle fut vendue comme « bien national ».

Le couvent et la chapelle seront détruits après l'achat en 1793 par Jacques Bommiez, marchand à Saint-Omer. Désormais, il ne subsiste que le quartier abbatial, le porche d'entrée et la ferme construite en 1770.

Armoiries[modifier | modifier le code]

  • Colombe d'argent avec une crossette d'or dans un champ de sable.

Archéologie[modifier | modifier le code]

Monuments Historiques[modifier | modifier le code]

  • Les vestiges de l'ancienne abbaye sont : un bâtiment d'entrée (façades et toitures) ; un portail ouvrant sur le palais abbatial un palais abbatial (façades et toitures) et son escalier monumental ; les vestiges du mur méridional de l'église ; des restes des bâtiments de la ferme : corps de logis et grange en retour (façades et toitures) ; mur d'enceinte ; sol et sous-sol des parcelles (cad. AM 195, 196 ; AN 4, 5, 7, 8, 12, 23, 788, 790, 807, 808, 810 à 812, 814, 817, 818, 855 à 860, 863, 864) : inscription par arrêté du 27 juin 1991[7].

Domaine[modifier | modifier le code]

Un refuge de l'abbaye était situé à Hesdin.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Abbaye Sainte-Colombe est située entre le Plateau d'Helfaut et le Plateau de Longuenesse dans la vallée de l'Aa, sur un terrain situé en bordure du cours d'eau, le bâtiment étant construit dans le lit majeur du fleuve dont le courant était autrefois utilisé par de nombreux moulins. En période de crue le débit du cours d'eau peut atteindre 60 m3/second, mais son débit moyen est de 10 m3/s.

Reste du vannage de l'un des anciens moulins de Blendecques sur l'Aa

Photothèque[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Société des antiquaires de la Morinie - Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, Volume 13-1869 - À lire : [1]
  2. Jean-Baptiste Glaire - Dictionnaire universel des sciences ecclésiastiques - Poussielgue, 1868 - À lire: [2]
  3. Henri de Laplagne, les Abbés de Claimarais, Imprimerie de Fleury-Lemaire, (lire en ligne)
  4. Abbaye de Bonhem ou Bohan ou Bonhem ou Boussan ou Notre-Dame de La Bistade de Saint-Folquin ou Sainte-Marie-Kerque
  5. Henri de LAPLANE - L ́ Abbaye de Clairmarais d ́après ses archives - Fleury-Lemaire, 1864-407 pages - À lire : [3]
  6. Hector Beaurepaire Piers - Petites histoires des communes de l'arrondissement de Saint-Omer : cantons nord et sud de Saint-Omer - Libert-Petitot, 1840-64 pages - À lire: [4]
  7. Renseignements issus de : Base Mérimée