Roncq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Roncq
Roncq
L'Hôtel de ville de Roncq.
Blason de Roncq
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Tourcoing-1
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Rodrigue Desmet
2017-2020
Code postal 59223
Code commune 59508
Démographie
Gentilé Roncquois, Roncquoise
Population
municipale
13 657 hab. (2015 en augmentation de 6,3 % par rapport à 2010)
Densité 1 290 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 45′ 16″ nord, 3° 07′ 16″ est
Altitude Min. 17 m
Max. 54 m
Superficie 10,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Roncq

Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Roncq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roncq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roncq
Liens
Site web www.ville-roncq.fr

Roncq (Ronk en néerlandais[1]) est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France

Ses habitants sont les Roncquois et Roncquoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Roncq dans son canton et son arrondissement

Roncq se situe entre Lille et Halluin, mais également près de Roubaix, de Tourcoing et de Mouvaux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Roncq
Bousbecque Halluin
Linselles Roncq Neuville-en-Ferrain
Bondues Tourcoing

Toponymie[modifier | modifier le code]

Runch (1101-1105), Ronc (1209), Roncq (1793)[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Elle est citée pour la première fois en 1055 sous l’orthographe "Runch". Le nom actuel apparaît en 1330 dans un registre de l’abbaye de Marquette.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La paroisse de Roncq se situe dans le quartier du Ferrain, qui appartient à la châtellenie de Lille. Elle dépend du diocèse de Tournai et du chapitre de Saint-Pierre à Lille pour toute question matérielles.


XIIe siècle[modifier | modifier le code]

Baudry, évêque de Tournai, donna au commencement du XIIe siècle, l'autel de Roncq au chapitre de Saint-Pierre de Lille. Cette donation fut confirmée par une bulle d'Eugène III en 1148. Le village de Roncq et son église eurent à souffrir des troupes françaises commandées par La Noue, en 1579. Le château seigneurial de ce village n'existe plus.

XVe siècle[modifier | modifier le code]

Jean de Norrent, seigneur de Roncq, combat et trouve la mort à la bataille d'Azincourt en 1415[2].

Epoque moderne[modifier | modifier le code]

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Au début de ce siècle Georges de Hallewin en est le seigneur, mais en 1555 elle passe aux mains des Espagnols. Les troupes françaises de La Noue, appelées en Flandre par le parti des Malcontents, campèrent à Roncq en 1579 et y commirent quelques désordres.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1600, les Archiducs Albert et Isabelle sont accueillis par Charles de Croÿ le seigneur des lieux. En 1609, les habitants ont l’accord pour tisser des étoffes. La ville devient française en 1668.

Epoque contemporaine[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Septembre 1768, augmentation de la terre de Roncq en comté sous le nom de comté de Wazières de Roncq par le Roi de France en faveur de Pierre Auguste Marie de Wazières, seigneur de Roncq et grand bailly de Lille[3],[4]. La ville est envahie par les prussiens en 1792 et en 1793 la Bataille de Tourcoing touche la ville en 1794. Elle se soldera par une victoire française. La population de Roncq en l'an était de 2578 habitants[5]. Entre 1750 et 1790, il y avait sur 292 mariages: 118 conjoints signant et 87 conjointes signant.

  • En 1789, il y avait sur 18 mariages: 7 conjoints signant et 5 conjointes signant.

Sources: Histoire de l'enseignement primaire avant 1789 dans les communes qui ont formé le Département du Nord par le comte de Fontaine de Resbecq, publié en 1878.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

  • La population de Roncq en 1830 était de 2853 habitants dont 392 indigents et 30 mendiants.
  • En ce milieu du XIXe siècle, il y avait à Roncq : 2 brasseries, 1 fabrique de sucre de betteraves, 3 moulins à huile et 3 moulins à blé.
  • La principale industrie des habitants consistait dans la préparation et le commerce du lin.
  • Sur une superficie communale de 1 047 hectares, il y avait : 830 ha en labours; 149 ha en vergers ; 16 ha en prés ; 2 ha en bois ; 1 ha en étangs ; 11 ha en propriétés bâties ; 33 ha en routes et chemins et 1 ha en terrains incultes.
  • La culture principale était le blé. Les autres cultures étaient : l'orge, le seigle, le colza, l'avoine, les fèves, les navets, les choux-cavaliers, les betteraves, les pommes de terre, les carottes, les olliettes, la cameline, le lin et le tabac[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Roncq

Les armes de Roncq se blasonnent ainsi :"D'argent aux trois lionceaux de sables armés et lampassés de gueules."

Économie[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle l’activité principale de la ville est la fabrication de la toile de lin mais cette activité est touchée par la concurrence anglaise qui travaille avec de la matière première moins coûteuse importée de Russie. Les filatures modernes se développent à Roubaix et Tourcoing ce qui est fatal à la ville.

La commune de Roncq accueille un des plus gros hypermarchés de France (Auchan Roncq réalise un CA de 233 100 000 €uros est se classe 3e en France en 2017)[7], ainsi que le Centre International de Transports, importante zone industrielle et logistique située au Nord-Est du bourg et qui accueille de nombreuses entreprises ainsi que les équipements de services d'accompagnement.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1908 1919 Désiré Leurent    
1919 1925 Alphonse Lœul PCF Cafetier
1925 1935 Jules Cornard PCF  
1935 1939 Alphonse Lœul PCF Cafetier
1939 1941 Michel Boyer-Chammard    
1941 1941 Florimont Delcourt    
1941 1942 Michel Boyer-Chammard    
1942 1944 Edouard Bonduel    
1944 1955 Alphonse Lœul PCF Cafetier
1955 1965 Paul Vansteenkiste PCF  
1965 mars 1971 Jules Gilles PCF  
mars 1983 Yves Croës PCF Instituteur
juin 1995 Henri Desmettre UDF-CDS Pharmacien
Conseiller général du canton de Tourcoing-Nord (1992 → 1998)
1998 Jean-Albert Bricout    
1998 mars 2001 Benoît Ghesquière RPR  
mars 2001 juin 2017 Vincent Ledoux RPR puis
UMP-LR
Enseignant
Député de la 10e circonscription du Nord (depuis 2016)
en cours Rodrigue Desmet LR Cadre d'entreprise

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[8],[Note 1].

En 2015, la commune comptait 13 657 habitants[Note 2], en augmentation de 6,3 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 9102 5132 5752 7312 9353 0983 1333 3783 637
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 2414 9485 4795 4905 8255 7166 1046 7346 726
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 6786 5426 5075 9506 2376 5736 8126 7877 097
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
7 5367 82010 75611 72512 03512 70512 89213 10813 657
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Roncq en 2007 en pourcentage[11].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,5 
4,8 
75 à 89 ans
7,2 
13,3 
60 à 74 ans
13,5 
21,3 
45 à 59 ans
21,7 
20,9 
30 à 44 ans
20,0 
18,8 
15 à 29 ans
17,2 
20,8 
0 à 14 ans
19,8 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[12].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Piat (1787 et de 1868 à 1874), elle fut détruite puis reconstruite par l'architecte tourquennois Charles Maillard. Elle était trop petite pour accueillir le grand nombre de paroissiens. Elle renferme des pierres tombales néo-romanes.
  • Église Saint-Roch
  • Le monument aux morts situé dans le cimetière du centre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Façade latérale du Centre culturel.
  • La fête des madeleines (mars-avril) Supprimé en 2009
  • Deux marché aux puces en mai et en octobre
  • Un cinéma de quartier associatif (Cinéma Gérard Philipe)
  • L'événement musical "musique sous les étoiles" (fin juin) aux anciennes écuries. Supprimé en 2015
  • L'événement musical jazz "Roncq nuit bleue" (début mai). Supprimé en 2014.
  • La fête de l'école de musique (mi-mars)
  • Une bibliothèque et artothèque municipale
  • Une école de musique
  • Exposition de voiture "La Rétromécanic".

Gastronomie[modifier | modifier le code]

  • Le Crayeux de Roncq est un fromage produit à la ferme du Vinage, à Roncq.
  • L'hippo est la bière roncquoise

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dany Delbecque, Roncq, Editions Alan Sutton, coll. "Mémoire en images", tomes 1 & 2

Le Club roncquois d'histoire locale a publié plusieurs livres sur Roncq :

  • Les mémoires de Roncq (tome 1 Les six moulins, tome 2 La musique, tome 3 Les sapeurs pompiers)
  • Fermes et moissons d'antan, tomes 1 & 2, 1985-1986
  • Chapelle Notre-Dame des Champs, Roncq, 1987
  • La vie quotidienne des Roncquois de 1910 à 1920, 1988
  • Les cafés roncquois d'hier et d'aujourd'hui, 1991
  • Si Roncq m'était conté : des origines à 1914, 2000
  • Si Roncq m'était conté : de 1914 aux années 50, 2007

Il y a encore diverses publications sur Roncq d'origines diverses (liste non exhaustive) :

  • Abbé Coulon, Histoire de Roncq, 1902
  • Histoire de l école Saint Joseph : 1887-1987
  • L'église Saint-Piat, Roncq, les Amis de Saint-Piat
  • Michel Lemaire,
    • "Roncq en 1900" publié en 1985
    • "Plus d'un siècle de laïcité à Roncq" publié en 2009
    • "Pages d'histoires roncquoises" publié en 2010
    • "Pages d'histoires roncquoises" tome II publié en 2015
  • Histoire de la Jeanne d'Arc : 1908-1998
  • Si la Philharmonie m'était contée : 1920-1995
  • L'ALACH : 1975-1999

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  2. « Azincourt 1415 : d'où venaient les chevaliers français morts à la bataille ? »
  3. Recueil de la Noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois par le Chevalier Amédée Le Boucq de Ternas - Édition 1884 - page 420 - disponible sur le site internet Gallica de la BnF
  4. Lettres d'érection en comté sous le nom de Wazières de Roncq - Archives du Parlement de Flandres, registre aux provisions no 13, f° 27 v° - disponible en lecture sur le site internet Gallica de la Bnf dans l'ouvrage suivant: La Société d'Études de la Province de Cambrai, Tome XII, Recueil des Généalogies Lilloises par Paul Denis du Péage, Tome I, pages 302 et suivantes
  5. Statistiques des conjoints et des conjointes signant leur acte de mariage à Roncq (arrondissement de Lille - diocèse de Tournai)entre 1750 et 1790 et en 1789.
  6. Sources: Annuaire statistique du département du Nord par MM. Demeunynck et Devaux, Chez L. Danel, imprimeur du Roi et de la préfecture -1830-
  7. http://www.marketing-pgc.com/2017/05/15/le-top-100-des-hypermarches-de-france-en-2017/
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. « Évolution et structure de la population à Roncq en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  13. « Association de jumelage coopération Roncq-Sélinkégny » (consulté le 4 avril 2010)