Flandre (terminologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flandre.
Flandres
Image illustrative de l'article Flandre (terminologie)

Pays Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Régions Nord-Pas-de-Calais, Wallonie, Flandre, Pays-Bas occidentaux[1]
Provinces
Flandre-Occidentale, Flandre-Orientale, Hainaut, Anvers
Zélande,
Départements Nord, Pas-de-Calais
Ville(s) principale(s) Lille, Gand, Douai, Dunkerque, Bruges, Courtrai, Tournai
Superficie approximative 11 000 km2
Relief plaine, plaine maritime, "monts" (buttes-témoins)
Région(s) naturelle(s)
voisine(s)
Boulonnais, Artois, Cambrésis, Hainaut, Brabant, Zélande
Région(s) et espace(s) connexe(s) Flandre (Belgique), Flandre maritime, Flandre wallonne, Flandre zélandaise, Wallonie picarde, Nord-Pas-de-Calais, Wallonie

Image illustrative de l'article Flandre (terminologie)
Limites méridionales des Flandres

La « Flandre » ou les « Flandres » est un toponyme à la source de confusions et de débats dû à ses multiples usages pour définir au fil du temps des zones géographiquement, politiquement, historiquement, linguistiquement et ethniquement différentes. Les occupants successifs de ce territoire ont nommé de la même manière des entités diverses et des formes différentes d'une unique entité, ce qui entraîne des divergences de perception aussi bien pour ses habitants que pour les étrangers.

Historiquement, la région a été marquée par les continuels changements politiques dans l'histoire de la région historique des Pays-Bas. Sur le plan géographique, il n'existe pas de définition claire de la région et les noms des sous-divisions ne font l'unanimité ni des universitaires, ni de ses propres habitants. Sur le plan ethnique, la zone est habitée principalement par trois groupes. Deux d'entre eux se définissent eux-mêmes comme «Flamands» :

Ces derniers ont préféré occulter leurs origines flamandes et se définir comme :

  • les Picards, d'après le nom de leur dialecte utilisé, plutôt du côté français
  • les Wallons ou les Hainuyers, plutôt du côté belge

Linguistiquement, les noms et les origines des langues parlées dans la zone font l'objet de grandes controverses, tandis que dans le domaine politique, l'utilisation du nom de Flandre(s) engendre des débats passionnés, les groupes nationalistes souhaitant en imposer un usage exclusif[Note 1].

Sommaire

Étymologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Étymologie de Flandres.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Les Flandres[Note 2] forment une région côtière de la Mer du Nord en Europe de l'Ouest, couvrant quelques 11 000 km2. Bien que les frontières de la région ne soient pas officiellement définies par un État ou une organisation internationale, son territoire semble correspondre à la plaine bordant la Mer du Nord (au nord-ouest) s'étirant des Collines d'Artois (au sud-ouest) jusqu'à l'Escaut occidental (au nord) et à l'Escaut (à l'est).
La limite sud située entre Scarpe et Escaut est moins marquée et forme une région de transition.

Si la plaine de Flandre(s)[2],[3],[4],[5] (ou plaine flamande)[6],[7],[8] (nl) (Vlaamse vlakte) couvre entièrement le territoire historique des Flandres jusqu'à l'Escaut[9], son étendue géographique comprend en outre le Calaisis et l'Audomarois (région appelée parfois Artois flamand)[10],[11],[12],[13].

Le terme générique plaine de Flandre(s) regroupe les trois zones suivantes :

Plaine maritime flamande ou Flandre maritime[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une zone située de 0 (quelques polders se situent même en dessous du niveau de la mer) à 5 m au-dessus du niveau de la mer appelée : Plaine maritime flamande (nl) (Vlaamse kustvlakte), ou plaine de Flandre maritime ou Flandre maritime (nl) (Maritiem-Vlaanderen), zone se poursuivant le long de l'Escaut occidental (nl) (Scheldevlakte)[14],[15],[16],[17], jusqu'Anvers.
En France, cette dénomination était employée pour désigner l'ancienne province de Flandre maritime, située dans la partie française de la Plaine maritime flamande. Avec la disparition de la province française, l'acception est redevenue plus géographique que politique, rejoignant ainsi l'acception néerlandaise : (nl) Maritiem Vlaanderen. Les frontières étatiques peuvent cependant modifier la perception globale des auteurs de part et d'autre et les acceptions se réduisent alors au simple cadre national. La "Flandre maritime" désignera alors seulement la Flandre maritime française[18] ou belge (Maritiem Vlaanderen).

Scheldevlakte et Plaines de l'Escaut[modifier | modifier le code]

Le terme néerlandais "Scheldevlakte" témoigne du passage d'un environnement marin à un environnement fluvial, en l'occurrence celui de l'Escaut occidental, un des bras du delta formé par le fleuve Escaut. Traduit par "Plaine de l'Escaut", mais très rarement utilisé, il entre en concurrence avec son homonyme de Flandre wallonne belge "Plaines de l'Escaut", traduit aussi par "Scheldevlakte" en néerlandais[19].

Côtes flamandes[modifier | modifier le code]

La notion géographique de côte est bien établie aussi bien en français qu'en néerlandais. Sa dénomination alimente cependant régulièrement la controverse en Belgique selon que l'on mette l'accent sur le caractère régional : Côte flamande (nl) (Vlaamse kust), ou sur le caractère national : Côte belge (nl) Belgische kust. Les Belges francophones opteront plutôt pour La Côte belge. Mais la dénomination préférée par les Belges néerlandophones n'est pas clairement établie.
La zone côtière fait partie intégrante de la province de Flandre-Occidentale, en Région flamande. Son territoire s'avance jusqu'à la ligne de base, c'est-à-dire la laisse de basse mer. Les eaux territoriales au-delà de cette ligne constituent l'unique zone non régionalisée de Belgique et appartiennent au Gouvernement fédéral belge. La plage appartient donc à la Région flamande, mais pas les pontons. À titre d'illustration, un baigneur s'avançant vers la mer se trouve en Région flamande tant qu'il se trouve sur la plage, mais passe en territoire fédéral lorsqu'il est dans l'eau[20].
L'office du tourisme flamand de Belgique, (nl) (Toerisme Vlaanderen) promeut activement depuis 1999 la Côte flamande (Vlaamse Kust), mais c'est surtout le ministre Geert Bourgeois (N-VA) qui, en tant que ministre des Affaires administratives, de la Politique internationale, des Médias et du Tourisme du Gouvernement flamand de 2004 à 2008, a demandé dès son arrivée à ce qu'on utilise constamment le terme Côte flamande autant dans les représentations de la Région flamande à l'étranger que dans ses agences (dont Toerisme Vlaanderen)[21]. En 2005, il explique cependant qu'il s'agit de forger une identité touristique flamande pour le territoire de la Région flamande, tout en restant pragmatique dans l'emploi des termes. Ainsi la Côte belge est utilisé à la place de Côte flamande dans les actions de promotion en France du fait de l'existence d'une Côte flamande française et de l'utilisation régulière de "Flandres" pour des régions du Nord-Pas-de-Calais[22].
Dans la pratique, les deux termes sont donc utilisés en néerlandais, et ce, de manière interchangeable. Les deux dénominations ne sont pourtant pas équivalentes. Le terme Côte flamande (Vlaamse Kust) englobe en effet un territoire plus vaste que la simple Côte belge, car débordant sur les côtes flamandes de Flandre française et de Flandre zélandaise aux Pays-Bas. Le terme Côte belge (nl) Belgische kust permet de délimiter explicitement la partie belge de cette côte flamande. À l'inverse de la France et des Pays-Bas, la Belgique ne possède qu'une toute petite façade maritime de 66 km de long, située entièrement dans une unique province flamande, la Flandre-Occidentale. Cette coïncidence entre un concept régional flamand et un concept national belge explique, dans un contexte d'affrontement communautaire, les tensions liées à l'utilisation de ces termes, car la seule "côte belge", c'est la "côte flamande".
En France, la côte flamande n'est qu'une des nombreuses côtes de ce pays et porte le nom touristique de Côte des dunes de Flandres[23]. Les plages font partie du "domaine public maritime" et sont propriété de l'État à l'instar des eaux territoriales[Note 3]. Le terme "Côte d'Opale" est aussi utilisé pour désigner un ensemble plus vaste allant de la frontière belge à Berck et qui correspond au littoral de la région Nord-Pas-de-Calais[24].

Plaine de Flandre proprement dite ou Flandre intérieure[modifier | modifier le code]

Le terme Flandre intérieure (Binnen-Vlaanderen')[25] est utilisé aussi bien en Belgique qu'en France et aux Pays-Bas[26] pour désigner la plaine de Flandre au delà de 5 m d'altitude[27],[28]. Les Monts des Flandres sont considérés comme faisant partie de cette plaine[27], car ce sont des buttes-témoins isolées.

Monts des Flandres[modifier | modifier le code]

Synoptique de la terminologie utilisée en géographie physique[modifier | modifier le code]

Terminologie utilisée en géographie physique
Localisation Français Néerlandais remarques
Zone située entre les Collines d'Artois, l'Escaut et la Mer du Nord (Flandres)
Flandres
plaine de Flandre Vlaamse vlakte Le néerlandais préfère recourir à l'adjectif vlaams (flamand)
En français, l'utilisation du singulier ou du pluriel n'est pas fixé : Flandres/Flandre
plaine de Flandres
plaine flamande
pas d'équivalent (basse plaine flamande) Vlaamse Laagvlakte l'adjectif laag (bas) est une référence à la géographie belge qui distingue 3 zones dont la Basse Belgique.
Zone de 0 à 5 m au-dessus du niveau de la mer
Plaine maritime flamande :
Plaine maritime flamande Vlaamse kustvlakte Le néerlandais préfère recourir aux termes vlaams (flamand) et kust (littoral, côtier)
Plaine littorale flamande[30]
plaine de Flandre maritime pas d'équivalent
Flandre maritime Maritiem Vlaanderen Le néerlandais de Belgique privilégie l'aspect géographique physique[31],[32]

Maritiem Vlaanderen est aussi utilisé en Flandre française flamingante pour traduire le nom de l'ancienne province homonyme de Flandre maritime[33]. En français, cette homonymie est levée par l'utilisation de "plaine maritime" en géographie physique. Avec la disparition de la province française, l'acception de Flandre maritime est redevenue plus géographique que politique, rejoignant ainsi l'acception néerlandaise : (nl) Maritiem Vlaanderen. Les frontières étatiques peuvent cependant modifier la perception globale des auteurs de part et d'autre et les acceptions se réduisent alors au simple cadre national. La "Flandre maritime" désignera alors seulement la Flandre maritime française[18] (province et/ou plaine maritime) ou belge (aritiem Vlaanderen).

Scheldevlakte ("Plaine de l'Escaut"), en bleu clair, le long de l'Escaut occidental et son homonyme "Plaines de l'Escaut" dans le Tournaisis
Pas d'équivalent.
Homonyme :
(Plaines de l'Escaut)
Scheldevlakte Le français privilégie le terme Plaine maritime flamande et ignore la distinction opérée par le néerlandais quant au passage de la Mer du Nord à l'Escaut occidental.
L'homonyme Plaines de l'Escaut désigne une zone géographique distincte de Flandre wallonne belge dans le Tournaisis.
Côte flamande Vlaamse kust Côte bordant le territoire des Flandres le long de la Mer du Nord. La Région flamande de Belgique restreint cette notion à la côte flamande belge.
Côte belge Belgische kust Côte bordant le territoire de la Belgique et coïncidant avec la notion de "côte flamande belge".
Côte des dunes de Flandres De duinen van Vlaanderen[34] Terme touristique désignant une partie de la côte flamande française et s'étirant de Dunkerque à Bray-Dunes (frontière avec la Belgique)[23].
Côte d'Opale Opaalkust[35] Terme touristique désignant le littoral de la région Nord-Pas-de-Calais, de la frontière belge à Berck.

Géographie historique[modifier | modifier le code]

Le Plat Pays[Note 5] est une région envahie par la mer, créant et supprimant îles et bras de mer, ensablant les estuaires et noyant les marais ; une mer qui recule, découvrant de longues bandes de terres vierges, pour les reprendre ensuite.

Deuxième transgression dunkerquienne[modifier | modifier le code]

Transgression marine dans la région à partir de 250 après J.-C.. Les frontières actuelles sont en pointillé jaune
Arrivée des Francs saliens en 440 après J.-C. (Le littoral ne correspond pas).

De 250 à 600 après J.-C., la Transgression marine Dunkerque II fait fluctuer la région au rythme de la mer ; des peuples reculent, les Ménapiens, les Morins et les Nerviens de l'Empire romain, d'autres avancent le long des côtes, les Frisons[Note 6], les Angles et les Saxons. D'autres encore, les Francs saliens arrivent par les terres et s'installent progressivement dans la région jusqu'à la contrôler.

Frontières naturelles[modifier | modifier le code]

Les Francs réorganisent alors le territoire selon les frontières naturelles que forment les rivières. Les délimitations forment des gouwe, semblables aux pagi gallo-romains, devenus en français des pays.

Géologie et climat[modifier | modifier le code]

Il y a 65 millions d’années ; c'est-à-dire à l'avènement du Paléocène ; la mer qui déposait la craie se retire, puis pendant une vingtaine de millions d’années, la mer apporte des sables et des argiles sur une épaisseur de plus de 250 m qui formeront la future plaine de Flandre.

D'il y a 17 000 à 10 000 ans, la Flandre a subi une transgression appelée "transgression flandrienne" ; c'est-à-dire un déplacement de la ligne de rivage vers l'intérieur des terres ; l'eau des inlandsis a fondu, ce qui a entrainé une remontée du niveau de la Manche d'environ 100 m sur le long des côtes des Pays-Bas et des Flandres belge et française[36].

Chronologie historique[modifier | modifier le code]

Pays des Flandres[modifier | modifier le code]

Pagi réunis dans le Marquisat des Flandres

Les Flandres apparaissent ainsi pour la première fois avec le Pagus Flandrensis, créé par les Francs saliens après leur prise en main de la région au IVe siècle. La zone s'articule autour de Bruges entre le Zwin et l'Yser. Le Pays des Flandres s'agrandit ensuite du pays de Torhout (Pagus Torholtanus)[37] et des bourgades de Gistel et Oudenburg.Ce pagus correspondait aux doyennés de Bruges, d'Oudenburg, d'Aardenburg et probablement de Roulers et comprenait Bruges, Roulers, Izegem, Tielt, Torhout[38].

Marquisat des Flandres[modifier | modifier le code]

Marquisat des Flandres au Traité de Verdun à l'extrémité nord du Royaume de Charles (en bleu)

Le Traité de Verdun, en 843, entraine la création d'une marche, le Marquisat des Flandres, pour défendre le nord de la Francie Occidentale contre la Lotharingie. L'Escaut devient une frontière entre deux grands ensembles antagonistes pour des siècles. Le marquisat regroupe sous l'égide du Pagus Flandrensis, le Pagus Isseretius, le Pagus Wasiae, le Pagus Gandensis, le Pagus Mempiscus, le Pagus Curtracensis, le Pagus Tornacensis, le Pagus Karabantensis, le Pagus Medenentensis, le Pagus Pabulensis et peut-être le Pagus Tarvanensis et le Pagus Bononiensis. Le marquisat s'étend aussi à l'ouest au gré des terres libérées par la mer. Le Pagus Maritima (Axel, Hulst, Boekhoute et Assenede, encore de véritables îlots) dépend, lui, de la Frise occidentale, en Lotharingie.

Comté des Flandres[modifier | modifier le code]

Les Flandres en 1780

À partir du IXe siècle, l'ensemble des pagi est unifié au sein du Comté des Flandres (la forme plurielle est toujours la seule utilisée à cette époque). Conquête de l'Artois, du Boulonnais et provisoirement du Vermandois À la mort de Baudouin II, le territoire est partagé entre ses fils. Ce partage délimite le Comté des Flandres proprement dit : de la Mer du Nord à l'Escaut aux collines de l'Artois. À la mort du fils cadet, le Boulonnais et le Ternois reviennent au Comté et le concept de frontières naturelles de la Flandre voit le jour avec la conquête de l'Artois et du Ponthieu, la Canche délimitant la frontière sud car seulement traversable à Montreuil (Pas-de-Calais). L'Ostrevent vient compléter le dispositif en contrôlant complètement la frontière orientale que constitue l'Escaut. Les Flandres élargissent alors leur domaine vers le sud en Amiénois jusqu'à la Somme. Un accord avec le Roi de France fait passer les conquêtes flamandes sous suzeraineté royale à la mort d'Arnoul Ier le Vieux. Son successeur est faible et perd Courtrai ainsi que Gand et le pays de Waes, tandis que Boulonnais et Ternois et plus tard Guînes, passent à une branche cadette, dépendante toutefois du Comté. Les Flandres sont réduites à la portion congrue. Avec Baudouin IV, l'Artois et l'Ostrevent reviennent aux Flandres. Elles s'accroissent encore dans le Saint-Empire romain germanique avec Valenciennes, Walcheren, les îles de Zélande attenantes (Zuid-Beveland, dont Borsele forme la partie sud-ouest, et Wolphaartsdijk (Oostkerke)), ainsi que les quatre îles de l'ancien Pagus maritima (nl) qui deviendront les Quatre-Métiers. C'est le début de la Flandre impériale et de la distinction avec la Flandre royale. Les Flandres seront consolidées pour deux siècles autour du noyau que constitue le marquisat, autour duquel gravitent les comtés vassaux de Boulogne, de Guînes, de Saint-Pol, de Lens, d'Hesdin ainsi que ceux de la Flandre impériale.

Les Flandres historiques[modifier | modifier le code]

Flandre royale / Flandre impériale (IXe siècle-1529)[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Flandre royale et Flandre impériale.

Termes utilisés pour désigner les possessions du Comté de Flandre selon qu'elles relevaient du Royaume de France ou du Saint-Empire germanique sur l'autre rive de l'Escaut. C'est à partir du IXe siècle que le Comté de Flandre s'étend en terre impériale en créant le Comté d'Alost pris sur des terres de l'ancien Pagus Barchbatensis. Les termes cessent progressivement d'être utilisé à partir du milieu de XVIe siècle, époque à laquelle les liens de vassalité envers le Royaume de France sont définitivement rompus. Tout le Comté de Flandres fait alors partie du Saint-Empire romain germanique.

Flandre allemande ou Flandre teutone[modifier | modifier le code]

Flandriæ Teutonicæ pars orientalior

Flandre autrichienne[modifier | modifier le code]

Après la mort de Charles le Téméraire, en 1477, le comté de Flandre passa dans la maison d'Autriche par le mariage de sa fille unique, Marie, avec l'archiduc Maximilien Ier.

Flandre espagnole[modifier | modifier le code]

Charles Quint fit entrer la Flandre dans le cercle de Bourgogne, et la réunit ensuite à la monarchie espagnole en la donnant à son fils Philippe II, en 1554.

Flandre hollandaise[modifier | modifier le code]

La Flandre hollandaise, située sur le Bas-Escaut, fut cédée aux Provinces-Unies par le Traité de Westphalie en 1648, et la Flandre française à la France par le Traité de Nimègue en 1678. La Flandre française formait un grand gouvernement et avait pour chef-lieu Lille. Le Traité d'Utrecht attribua en 1715 la Flandre espagnole à la branche autrichienne de la maison de Habsbourg.

Flandre des États[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Flandre des États.

La Flandre des États était un des Pays de la Généralité des Provinces-Unies. Elle comprenait à peu près le territoire de l'actuelle Flandre zélandaise.

Province de Flandre ou Flandre française[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Flandre française.

La Flandre française (parfois au pluriel les Flandres françaises) est la partie de l'ancien comté de Flandre qui appartient aujourd'hui à la France, formant la moitié du département du Nord. Elle résulte essentiellement de la reconquête du sud du comté de Flandre par la France au XVIIe siècle avec les villes de Lille, Douai, Orchies, Armentieres, Cassel, Dunkerque. Un parlement est institué à Douai (Lille étant trop proche de la nouvelle frontière).

Division culturelle[modifier | modifier le code]

Les Flandres ethniques[modifier | modifier le code]

Les Flandres linguistiques[modifier | modifier le code]

Les Flandres ont été distinguées sur le plan linguistique selon que les régions utilisaient des dialectes néerlandais ou français. Pour la partie sud, utilisant des dialectes francophones, plusieurs dénominations successives ont été utilisées ; à priori différentes, elles sont en fait synonymes :

  • Gallo-Flandriæ[39] ; traduit en français par :
  • Flandre gallicane ou
  • Flandre wallonne

Nom dans les langues et dialectes de la région[modifier | modifier le code]

Allemand Flandern
Anglais Flanders
Espagnol Flandes
Flamand occidental Vloandern
Flamand oriental Vloandern
Flamand de France Vlaenderen
Français Flandres, Flandre
Francique ripuaire Flanndere
Frison occidental Flaanderen
Limbourgeois Vlaandere
Luxembourgeois Flandern
Néerlandais Vlaanderen
Picard Flindes, Flinde
Wallon Flande
Zélandais Vlaonderen

Origine de la racine Walh[modifier | modifier le code]

Flandre gallicane en France en 1696
Articles détaillés : Wahl et Histoire du terme Wallon.

Le terme francique Walha pour étranger ou Gallo-romain, et sa forme adjective walhisk, est utilisé du IIIe au Ve siècles pour qualifier les populations gallo-romaines ; d'ailleurs les termes français Gaule/gaulois sont en fait le résultat de l'interférence du francique Walh (gwalh/gwahl) avec le latin Gallus, ce qui explique que les termes latins Gallia/gallus n'aient pas évolué vers Gallie/Gaille/Jaille/gal/jal/gau/jau. Avec le temps le sens du terme Walha se restreint de plus en plus : après avoir été utilisé par les Francs pour qualifier les populations de la Gaule romane, il a ensuite désigné les populations non-franques de la Neustrie et de l'Austrasie[40]. À ce moment, le latin médiéval emprunte ce terme francique et le transforme en Wallō (Wallon)[Note 7], formes adjectives walonicus ou gualonicus[41], et un dérivé géographique tardif Wallonia. Tout en ayant sa portée sémantique diminuée, le mot francique devient Waal en bas-francique et puis Waals en néerlandais, et du bas-francique passe de nouveau dans le roman avec quelques autres variantes romanes[Note 8] (walois et walesc; parallèlement le terme thiotisc-/deutisk[Note 9] donna la forme thiois). La forme wallon, et son dérivé géographique Wallonie, continua à exister mais son sens s'est fortement réduit[42], notamment depuis la création de la Belgique en 1830.

En Flandre romane, Tournai a été à tous les points de vue une des villes les plus importantes des Flandres[43]. Elle fait partie de ce qu'on a appelé la Flandre romane tout comme Lille, Douai, Tourcoing ou Mouscron. Ces villes, bilingues ou non, font partie de l'aire culturelle flamande et possèdent donc des caractéristiques flamandes que l'on retrouve dans leur héritage artistique (architecture, peinture, sculpture...)[44]. Tournai a d'ailleurs été la capitale religieuse des Flandres pendant plus de mille ans.

Flandre wallonne[modifier | modifier le code]

Flandre flamingante et Flandre romane en France
Article détaillé : Flandre wallonne.

L'appartenance au domaine flamand s'exprime librement en France sur le plan culturel :

  • Ensemble instrumental de Flandre wallonne (nommé parfois Orchestre de Flandre wallonne), basé à Tourcoing[45].

Flandre flamingante

Les Flandres politiques[modifier | modifier le code]

Flandre belge Flandre française

Nationalismes et régionalismes[modifier | modifier le code]

À base historique[modifier | modifier le code]

Vision heel-neérlandaise[modifier | modifier le code]

La vision heel-neérlandaise

L'Heelneerlandisme[Note 10] a pour objectif de réunir tous les Pays-Bas historiques dans une structure étatique. Les Flandres ne constituent dans ce cadre qu'une région parmi d'autres. La base de cette aspiration sont les 17 provinces historiques des Pays-Bas, plus le Flevoland, de création récente, et inclut quelquefois la Picardie et l'Afrique du Sud où vit encore une importante minorité néerlandaise[46].

Orangisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : orangisme.

Benelux[modifier | modifier le code]

Le Benelux
Article détaillé : Benelux.

Vision nationaliste belge[modifier | modifier le code]

Redécoupage territorial lors de l'occupation française

La sécession en 1581 des Provinces-Unies des Pays-Bas espagnols s'effectue sur des bases religieuses. Les Pays-Bas catholiques formeront la base de la future Belgique. Les Provinces-Unies protestantes contrôlent cependant des territoires catholiques, dont la Flandre des États, qui deviendra la Flandre zélandaise. Les Pays-Bas espagnols seront ensuite diminués de l'Artois (1649) et du sud de la Flandre (1678).

L'annexion par la France en 1795 entraîne une disparition des principautés ecclésiastiques et un redécoupage territorial, qui servira de base aux revendications territoriales de la Belgique. La Flandre des États disparaît et ses territoires intègrent le Département de l'Escaut, future Flandre-Orientale.

Grande-Belgique[modifier | modifier le code]
Territoire belge entre l'indépendance en 1830 et 1839
Prétentions territoriales belges en 1919

Grande-Belgique (nl)

En 1830, la Belgique acquiert son indépendance des Pays-Bas ; cependant, le territoire qui devait initialement revenir aux belges fut réduit par le Traité des XXIV articles ; traité par lequel une partie du Limbourg, Maastricht et Luxembourg demeurait sous contrôle néerlandais et germanique pour des raisons militairesHistoire de la Belgique.

Belgicanisme[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Belgicanisme.
Belgitude[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Belgitude.

Vision régionaliste wallonne[modifier | modifier le code]

En Région wallonne, il est interdit d'utiliser tout dialecte ou langue régionale, y compris le wallon, même reconnues par la Communauté française de Belgique, dans les actes officiels[47]. Cette situation perdure depuis plus de vingt ans[48]. L'appartenance de Tournai et de Mouscron aux Flandres (Flandre gallicante) est absente de toute dénomination officielle ou publique. La région du Tournaisis et de Mouscron porte des noms les ancrant résolument dans l'espace wallon :

Hainaut occidental[modifier | modifier le code]

L'appellation Hainaut occidental remonte aux années 1960. Il est dit que celle-ci fut trouvée par un géographe un peu par défaut, Robert Sevrin (la partie ouest du Hainaut). Celle-ci s'est néanmoins imposée partout :

Picardie wallonne ou Picardie hennuyère[modifier | modifier le code]

L'idée de changer d'appellation en Picardie wallonne ou Picardie hennuyère a été lancée en octobre 2004 par le ministre de la Santé, Rudy Demotte[66].

Si elle a été suivie par certains acteurs, l'idée n'a pas eu un grand succès car la population n'était pas du tout associée au projet mais aussi parce qu'aucun autre parti que le PS n'avait été consulté.

Le président de la fédération Hainaut occidental du MR, Jean-Luc Crucke avait d'ailleurs mis ce petit texte critique sur son site web[67] :

« Wallonie picarde ? Picardie wallonne ? Qu’en dites-vous ?
Hainaut Occidental : parlons-en ! Certains voudraient le débaptiser et dénommer « Picardie wallonne » ou « Wallonie picarde ». Nul de contestera nos origines picardes mais faut-il un renouvellement de façade ? La fédération MR s’est prononcée : aucun changement d’identité ne peut intervenir sans l’aval et la consultation de la population concernée. L’essentiel ne se situe pas dans une opération marketing mais dans un travail de fond.
À cet égard, il nous faut constater que ce n’est pas le boulot qui manque et que ni la Wallonie, ni le Hainaut, ni le Hainaut occidental, ne se portent au mieux de leur forme. »

Wallonie picarde[modifier | modifier le code]

L'initiative du nom Wallonie picarde revient au Conseil de développement (organe représentant les différents acteurs des forces vives couvrant le territoire) dans le cadre d'une réflexion sur l'identité du territoire et un projet de région. Dans ce cadre des forums de sensibilisation ont été lancés pour associer la population dans ses diverses composantes à ce projet qui se veut mobilisateur.

Progressivement, les associations de Wallonie picarde adaptent leur dénominations :

  • Au sein des médias : le nom officiel de la télévision locale est « No Télé, du Grand Tournai à la Wallonie picarde ».
  • Au sein d'associations économiques et professionnelles : la Chambre de commerce et d’industrie s'est récemment rebaptisée Chambre de Commerce de Wallonie Picarde[68].
Vision nationaliste néerlandaise[modifier | modifier le code]
Article connexe : Flandre zélandaise.

Dès l'indépendance de la Belgique, des volontés expansionnistes belges voient le jour et apparaît l'idée d'une Grande Belgique (nl)). Plusieurs missions d'espionnage sont organisées à partir de 1854 et l'appui de la France est recherché[69].

Après la Première Guerre mondiale et les menaces répétées d'annexion par la Belgique en guise de compensation, les réactions pro-néerlandaises vont alors s'exprimer afin de conserver les frontières d'avant la Première Guerre mondiale ; entre autres par le chant populaire flamando-zélandais (nl).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au delà de l'histoire et des frontières de la région, les Flandres peuvent être considérées sans difficulté comme le cœur de l'Europe occidentale. Fondamentalement, la raison des controverses sur les noms et les définitions de territoire pourrait se résumer par ce proverbe flamand : « Een ander heeft altyd de schuld, geen mensch en ziet zyn eygen bult. » (Les autres ont toujours tort ; nul ne voit sa propre bosse),
    et d'ajouter cette citation de Victor Hugo : « J'admire comme les Belges parlent flamand en français. »
  2. Selon l'acception actuelle du terme en géographique physique.
  3. Article L2111-4 du Code général de la propriété des personnes publiques.
  4. La zone correspondante outre-Escaut se nomme la Campine.
  5. Le Plat Pays est une chanson de Jacques Brel.
  6. D'après l'historien Pirenne : Les Flandres seraient le « pays des réfugiés » (du verbe "vlieden", fuir en langue frisonne), de ceux qui purent se maintenir sur des éminences naturelles ou artificielles. Cette hypothèse est contestée : voir Étymologie de Flandres.
  7. The Indo-Europeans, Calvert Watkins
  8. Citons walois et walesc. Albert Henry, ibid., p.22
  9. In lingua thiodisca, voir Serments de Strasbourg
  10. Voir l'article Heel-Nederland (staatkunde) sur la wikipédia néerlandaise.
  11. Le PS vient de changer la dénomination de sa fédération en PS de Wallonie Picarde.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Région métropolitaine d’Europe mise en place dans le cadre du développement régional.
  2. Gaston Zeller, L'organisation défensive des frontières du Nord et de l'Est au XVIIe siècle,‎ 1928
  3. Contrat de rivière : AA
  4. Josselin Renaud, « Retrait-gonflement des argiles » (consulté le 5 juin 2012)
  5. le nord de la France, le mont Cassel a les pieds dans l'eau, publié dans Le Figaro.
  6. Mission d'évaluation de l'état du patrimoine d'ouvrages de protection de la zone de polders contre les risques de submersion marine, publié par l'IPRC de Lille.
  7. Le sentier d'Entre-Monts : richesses et diversités de la plaine flamande, publié dans La Voix du Nord.
  8. P. J. E. de Smyttère, « Topographie historique, physique, statistique et médicale de la ville et des environs de Cassel (département du Nord): avec cartes géographiques en taille-douce et vues lithographiées »,‎ 1828
  9. R. Blanchard, La Flandre, coll. « Étude géographique de la plaine flamande en France, Belgique et Hollande », 530 p.
  10. Jean-François Nieus, « Un pouvoir comtal entre Flandre et France: Saint-Pol, 1000-1300 », De Boeck Université,‎ 2005
  11. Histoire d'Aire-sur-la-Lys
  12. Collectif, « Lettres a Gregoire Sur Les Patois de France 1790-1794 », Slatkine,‎ 1969
  13. Calais flamande
  14. (nl) Van Meir
  15. (nl) Notae Preistoricae
  16. (nl) Scheldelanders
  17. (nl) Elseviermaandschrift
  18. a et b Flandres maritimes et intérieures.
  19. (nl) Maison du Parc naturel des Plaines de l'Escaut.
  20. Projet de décret acceptant de ratifier la Convention des Nations unies sur le droit de la mer.
  21. (nl) Belgische kust wordt Vlaams
  22. Réponse de Bourgeois au Parlement flamand à la question de Luk Van Nieuwenhuysen en 2005.
  23. a et b Syndicat intercommunal des Dunes de Flandre.
  24. Site du syndicat mixte de la Côte d'Opale, (site consulté le 5 janvier 2011)
  25. Belgian archaeology in a European setting, volume 2, par Marc Lodewijckx
  26. Les draperies urbaines en Flandre, aux XIIIe- XVIe siècles Peter Stabel (Université de Leiden, Pays-Bas).
  27. a et b Verhulst Adriaan, Le paysage rural en Flandre intérieure : son évolution entre le IXe et le XIIIe siècle, Lille, Le paysage rural : réalités et représentations, coll. « Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public. 10e congrès »,‎ 1979, 11-30 p., disponible sur Persée.fr, consulté le 7 janvier 2011.
  28. Henri Busson, Joseph Fèvre, Henri Hauser, Cours de géographie à l'usage de l'enseignement secondaire, programmes de 1902…, Paris, F. Alcan,‎ 1910-1912, disponible sur le catalogue de la Bibliothèque nationale de France.
  29. Les Ardennes flamandes se trouvent outre-Escaut
  30. J. Tricart, « Morphogenèse récente de la plaine littorale flamande près de Bruges », Annales de Géographie, no 471,‎ 1976 :

    « p. 621 »

    , disponible sur Persée.fr.
  31. AUGUSTYN, Beatrijs. Zeespiegelrijzing, transgressiefasen en stormvloeden in maritiem Vlaanderen tot het einde van de 16e eeuw: een landschappelijke, ecologische en klimatologische studie in historisch perspektief. Brussel, Algemeen Rijksarchief, 1992, 2 dl., III + 731 p.
  32. J. Leper, Kunstmatige inundaties in maritiem Vlaanderen 1316-1945, Drukkerij Michiels,‎ 1957
  33. Dunkerque et la Flandre Maritime = Dunkirk and maritime Flanders = Duinkerken en Maritiem Vlaanderen, photos de Michel Guilbert & Matthieu Langrand ; textes de Patrick Oddone.Wimille : Punch éditions, 2000, 93 p
  34. Syndicat intercommunal des Dunes de Flandre.
  35. Comité départemental du tourisme du Pas-de-Calais.
  36. La transgression Flandrienne
  37. Philippe Vandermaelen et François Joseph Meisser, Dictionnaire géographique de la Flandre orientale
  38. Léon Vanderkindere, La Formation territoriale des principautés belges au Moyen Âge, vol. I, Bruxelles, H. Lamertin,‎ 1902 (réimpr. 1981) (lire en ligne), p. 279
  39. Antonius Sanderus, Icones Urbium, Villarum, Castellorum et Coenobiorum Gallo-Flandriae quae Tertia Pars est Flandriae Illustratae / Antonii Sanderi, Handzame : Familia et Patria, coll. « Fac-similé du manuscrit "16823" conservé à la Bibliothèque Royale de Belgique »,‎ 1974, 148 v, 83 pl. p., disponible sur Lucia.kbr.be.
  40. «La France proprement dite, c'est-à-dire l'ancienne Neustrie, située entre la Loire, la Meuse, l'Escaut et la frontière bretonne, était habitée par un peuple mixte auquel les Allemands refusaient le nom de Francs, lui attribuant le nom de Wallons ou de Welskes (Velches)» César Cantu, Histoire universelle, tome 9, p167, Institut de France, Paris, 1846.
  41. Albert Henry, ibid., p.18
  42. Albert Henry, ibid., p.57
  43. Élisabeth Hanens et Jellie Ijkstra, Rogier de le Pasture van der Weyden, Tournai, La Renaissance du Livre, coll. « Références »,‎ 23 septembre 1999
  44. Tournai, enclave de France dans les terres de Flandre, siège d'un évêché flamand et boulevard avancé de la France vers les Pays-Bas, ville flamande par ses tendances artistiques et française par sa langue !, Tournai, coll. « Mémoires de la société historique et littéraire de Tournai »,‎ 1888, 270 p.
  45. Bruno Membrey est directeur musical de l'Ensemble instrumental de Flandre wallonne.
  46. Interview de Johan Basiliades, septembre 2005.
  47. Un conseiller communal ayant prêter serment en wallon est considéré comme démis et se fait évacuer par le service d'ordre.
  48. Le coin du wallon
  49. Le CDH s'est organisé en sections locales (communes).
  50. Ecolo a nommé sa fédération pour le Hainaut occidental régionale de Picardie.
  51. Le PS vient de changer la dénomination de sa fédération en PS de Wallonie Picarde.
  52. Le mouvement réformateur du Hainaut Occidental.
  53. La FGTB a séparé le Hainaut occidental en deux entités.
  54. La mutualité chrétienne parle de Hainaut Picardie pour le territoire du Hainaut occidental.
  55. La CSC.
  56. La CGSLB.
  57. La mutualité socialiste.
  58. L'Association royale des architectes du Hainaut occidental.
  59. La Société de développement et de participation du Hainaut occidental.
  60. La Haute école libre du Hainaut occidental.
  61. La Haute école provinciale du Hainaut occidental.
  62. La Ligue des familles.
  63. La Ligue de l'enseignement et de l'éducation permanente.
  64. La Fédération francophone des sourds de Belgique.
  65. La Fondation rurale de Wallonie.
  66. Alexandre Valée, « Le Flobecquois plaide pour un territoire à l'identité forte. Demotte lance la “Picardie wallonne” », in Le Soir, 23 octobre 2004
  67. Site web de Jean-Luc Crucke.
  68. La Chambre de Commerce de Wallonie Picarde.
  69. Kroonprins Leopold II wilde Nederland binnenvallen, NRC Handelsblad, 24 juin 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]